Des actions pédagogiques pour guider des filles et des femmes en STIM

De
Le nombre de femmes diplômées des universités québécoises en sciences pures et appliquées ne progresse plus depuis les années 2000 ; il a même légèrement chuté. Comment guider les filles et les femmes vers les sciences, les technologies, l’ingénierie ou les mathématiques (STIM) ? Comment contrer les stéréotypes de genre qui perdurent ? Cet ouvrage constitue une ressource innovante pour soutenir des pédagogies qui visent l’équité dans l’enseignement et l’apprentissage des STIM. Il offre des pistes d’intervention et de réflexion pour agir positivement sur les représentations des élèves à l’égard des STIM, et ce, à tous les ordres d’enseignement (primaire, secondaire, collégial, universitaire) et même en famille. Des actions pédagogiques et éducatives sont notamment suggérées pour éveiller la passion des élèves, en particulier des filles, pour des études et des carrières scientifiques et technologiques. Des dispositifs de formation et des actions de sensibilisation sont aussi proposés afin de contribuer à l’équité de genre dans l’éducation au sein de la francophonie canadienne et d’ailleurs. Les personnels enseignants et scolaires occupant des postes d’intervention, de formation ou de direction et les parents trouveront dans cet ouvrage des suggestions pratiques pour éveiller l’intérêt des filles et des femmes des milieux francophones pour les STIM.
Publié le : mercredi 19 novembre 2014
Lecture(s) : 2
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782760541405
Nombre de pages : 216
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Sous la direction de Anne Roy, Donatille Mujawamariya et Louise Lafortune Préface de Monique Frize
DES ACTIONS PÉDAGOGIQUES POUR GUIDER DES FILLES ET DES FEMMES EN
SCIENCES, TECHNOS, INGÉNIERIE ET MATHS
Presses de l’Université du Québec
DES ACTIONS PÉDAGOGIQUES POUR GUIDER DES FILLES ET DES FEM ENM ES
SCIENCES, TECHNOS, INGÉNIERIE ET MATHS
Membre de
Presses de l’Université du Québec Le Delta I, 2875, boulevard Laurier, bureau 450, Québec (Québec) G1V 2M2Téléphone :418 657-4399Télécopieur :418 657-2096Courriel :puq@puq.caInternet :www.puq.ca
Difusion / Distribution : CàNààinc., Prologue 1650, boulevard Lionel-Bertrand, Boisbriand (Québec) J7H 1N7Tél. : 450 434-0306 / 1 800 363-2864 FRàNçE AFPU-D – Association française des Presses d’université Sodis,128, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, 77 403 Lagny, France – Tél. : 01 60 07 82 99
BELGIqûE SûIŝŝE
Patrimoine SPRL, avenue Milcamps 119, 1030 Bruxelles, Belgique – Tél. : 02 7366847
Servidis SA, Chemin des Chalets 7, 1279 Chavannes-de-Bogis, Suisse – Tél. : 022 960.95.32
La Loi sur le droit d’auteur interdit la reproduction des œuvres sans autorisation des titulaires de droits. Or, la photocopie non autorisée – le « photocopillage » – s’est généralisée, provoquant une baisse des ventes de livres et compromettant la rédaction et la production de nouveaux ouvrages par des profes-sionnels. L’objet du logo apparaissant ci-contre est d’alerter le lecteur sur la menace que représente pour l’avenir de l’écrit le développement massif du « photocopillage ».
DES ACTIONS PÉDAGOGIQUES POUR GUIDER DES FILLES ET DES FEMMES EN
SCIENCES, TECHNOS, INGÉNIERIE ET MATHS
Sous la direction de Anne Roy, Donatille Mujawamariya et Louise Lafortune
Préface de Monique Frize Postface de Claire Deschênes
Presses de l’Université du Québec
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Vedette principale au titre : Des actions pédagogiques pour guider des filles et des femmes en STIM : sciences, technos, ingénierie et maths Comprend des références bibliographiques. ISBN 978-2-7605-4138-2 1. Sciences – Étude et enseignement. 2. Technologie – Étude et enseignement.3. Femmes dans les sciences. 4. Femmes en technologie. 5. Femmes en ingénierie.6. Femmes en mathématiques. I. Roy, Anne, 1962- . II. Mujawamariya, Donatille, 1961- . III. Lafortune, Louise, 1951- . Q181.D47 2014 507.1 C2014-941513-3
Les Presses de l’Université du Québecreconnaissent l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada et du Conseil des Arts du Canada pour leurs activités d’édition. Elles remercient également la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) pour son soutien financier.
Conception graphique Richard Hodgson
Photographies de la couverture Istockphoto.com
Mise en pages Le Graphe
e Dépôt légal : 4 trimestre 2014 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives Canada
©2014 – Presses de l’Université du QuébecTous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Imprimé au Canada
P
r
éface
1 UNE PASSION POUR LES STIM ?
MONIQUE FRIZE Carleton University et Université d’Ottawa
D e tout temps, des femmes passionnées par les sciences et les mathématiques ont existé. Cependant, aucune d’entre elles ne put s’inscrire dans une université avant la fin du e XîXsiècle, alors que la contribution des femmes à l’avance-e ment des sciences était déjà remarquable au cours desXîîe etXîîî siècles. De nombreuses femmes n’avaient aucune obligation d’étudier ces domaines, principalement réservés aux hommes, et d’y consacrer autant d’années de leur vie comme eux le faisaient normalement. C’est sûrement la pas-sion qu’elles éprouvaient pour ces domaines qui les a pous-sées à les aborder et à les traiter (Frize, 2013). De nos jours, les questions que l’on se pose à cet égard sont de cet ordre : « Est-ce que les femmes d’aujourd’hui se passionnent aussi pour ces domaines ? Et si oui, est-ce qu’elles sont satisfaites ou non de leur choix de carrière ? Il est important d’y répondre.
1.
Sciences, technologies, ingénierie et mathématiques.
VIII
Des actions pédagogiques pour guider des filles et des femmes en STIM
En effet, des réponses positives sont susceptibles de donner l’occasion aux jeunes femmes du secondaire et du postsecondaire d’ouvrir leur esprit à des domaines dits non traditionnels. Elles constateront que des femmes e vivant auXXîsiècle ont choisi l’ingénierie ou d’autres carrières en STIM et qu’elles sont pleinement satisfaites du travail réalisé dans leur profession. De plus, cette constatation servira d’encouragement à œuvrer pour attirer davantage de femmes en STIM. J’ai donc posé ces questions à 25 étudiantes de premier cycle et à10 inscrites aux études supérieures, dont 31 en ingénierie et 4 en sciences. Parmi les participantes étudiant en ingénierie, 20 choisiraient de nouveau le même domaine alors qu’une femme préférerait le génie informatique au lieu de l’informatique. Presque toutes (33/35) affirment être passionnées par le domaine qu’elles ont choisi initialement. De plus, les répondantes ont émis des commentaires pertinents à propos du questionnaire, lesquels peuvent aider à rejoindre les jeunes du secondaire, et particulièrement les filles, afin de les sensibiliser à s’orienter vers des domaines non traditionnels, leur offrant ainsi un choix de carrière plus étendu. Voici d’ailleurs quelques conseils qu’elles ont donnés : Hé les filles ! Même s’il y a peu de femmes en sciences, ceci n’est pas important si c’est ce que vous voulez faire. Ne soyez pas intimidées par le nombre d’hommes ! L’ingénierie, ce n’est pas seulement la construction de ponts ou de routes, ou[…]travailler avec des ordinateurs et des voitures. Souvent les filles aiment les maths, la physique et la biologie, ce qui peut se combiner avec l’ingénierie biomédicale. Sachez que vous pouvez connecter l’informatique avec autre chose que vous aimez. Donnez-vous une chance, autrement vous pourriez rater une avenue que vous aimeriez bien et où vous seriez compétentes. N’ayez pas peur des maths[…]donnez-leur une chance ! Vous ne serez pas dans un labo tout le temps. Il y a aussi du travail sur le terrain et des inves-tigations de problèmes intéressants. Essayez quelque chose de nouveau et de non conventionnel. Les participantes ont aussi mentionné l’importance de faire appelau mentorat. De cette manière, elles pouvaient se renseigner sur ce que comporte le travail en ingénierie ou en sciences. Elles pouvaient ainsi apprendre des façons d’étudier plus efficaces ; elles obtenaient des copies de notes et d’examens ; elles apprenaient également à effectuer leur choix de cours. Enfin, le mentorat a permis, à certaines inscrites aux études supé-rieures, d’entreprendre la rédaction d’articles et la préparation de demandes1 de bourses.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le commerce international, 4e édition

de presses-de-l-universite-du-quebec

Hydraulique et hydrologie, 2e édition

de presses-de-l-universite-du-quebec

Conception de bases de données avec UML

de presses-de-l-universite-du-quebec

suivant