La pensée partagée

De
Publié par

L'approche interculturelle du raisonnement défend trois points de vue :

  • L'abandon de la notion de déficit conduit, avec bonheur, à considérer la personne à travers ses capacités, ses savoirs, ses besoins réels et à avoir confiance en son potentiel d'apprentissage.
  • La vision culturelle du raisonnement affirme que ce qui est validé ou recherché dans une culture ne l'est pas obligatoirement dans une autre et qu'il n'y a pas une pensée, une langue, mais plusieurs pensées comme il y a plusieurs langues, plusieurs modèles culturels.
  • La formation est considérée comme une occasion formidable d'enrichissement réciproque et comme une opportunité formidable de développement au service des personnes.


Aborder la logique et la communication en deux objectifs conjoints se situe dans une perspective interculturelle. Elle présume une curiosité sincère pour l'autre, pour sa pensée, pour ses raisonnements, pour sa façon spécifique de percevoir et d'agir dans le monde. Elle amène chacun à exprimer et à partager avec d'autres les significations données à la réalité. L'approche interculturelle du raisonnement présuppose aussi l'envie d'apprendre de l'autre, le désir de partager, le souhait de communiquer, de se confronter à différents modes de penser et d'agir, etc.

Cet ouvrage propose un guide à visée essentiellement concrète permettant de mettre en œuvre et d'animer un Atelier de logique et de communication auprès de publics divers. Donnant forme à une approche interculturelle du raisonnement, il présente une adaptation originale des Ateliers de Raisonnement Logique ou ARL et des Ateliers de Structuration Logique et Spatiale ou ASLOS.

Publié le : samedi 1 janvier 2011
Lecture(s) : 56
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782844507334
Nombre de pages : 96
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Avant-Propos
LA PENSéE PArtAGéE
CeT OUvRage pROpOse Un gUiDe à visÉe essenTiellemenT cOncRèTe peRmeT-TanT De meTTRe en œUvRe eT D’animeR Un ATelieR De lOgiqUe eT De cOmmUnica-TiOn aUpRès De pUblics DiveRs. dOnnanT fORme à Une appROche inTeRcUlTURelle DU RaisOnnemenT, il pRÉsenTeUneaDapTaTiOnORiginaleDesATelieRsDeRaisOnnemenTlOgiqUe ® 2 (ArL ) eT Des ATelieRs De sTRUcTURaTiOn lOgiqUe eT spaTiale (ASLoS) . S’appUYanT sUR les DiveRses expÉRiences menÉes paR les fORmaTeURs eT les acTeURs DU dispOsiTif peRmanenT De lUTTe cOnTRe l’illeTTRisme (dPLI) De GUYane, ceT OUvRage pRÉcOnise l’aDapTaTiOn De ces DeUx appROches pÉDagOgiqUes à la RÉaliTÉ DU pUblic afin qU’il sOiT accUeilli eT accOmpagnÉ Dans le RespecT De sa DiveRsiTÉ cUlTURelle eT lingUisTiqUe. Ces ATelieRs De lOgiqUe eT cOmmUnicaTiOn fOnT Une place Égale TanT à Un TRavail sUR la lOgiqUe qU’à la cOmmUnicaTiOn Des fOncTiOnnemenTs inTellec-TUels mObilisÉs, lORs De RÉsOlUTiOn De pROblèmes OU D’exeRcices. Il pRivilÉgie Une appROche inTeRcUlTURelle DU RaisOnnemenT, pRônanT la mise à jOUR Des pROcessUs De pensÉe mis en œUvRe eT leUR expRessiOn aU sein D’Un peTiT gROUpe De paRTicipanTs. Mais ne nOUs mÉpRenOns pas. Il ne s’agiT pas De DiRe ici qUe les pUblics accUeillis aU sein DUdPLIaienT, plUs qUe D’aUTRes, Des pROblèmes De lOgiqUe - ce seRaiT faiRe pReUve D’Une cOncepTiOn bien TROp eThnOcenTRiqUe - mais De RÉflÉchiR aUx cOnDiTiOns eT à l’inTÉRêT D’Une appROche inTeRcUlTURelle De la pensÉe eT DU RaisOnnemenT. En effeT, nOUs ne saURiOns pRÉTenDRe qUe la lOgiqUe OcciDenTale sOiT Uni-veRselle. Celle-ci s’esT cOnsTRUiTe eT mODÉlisÉe, aU fil DU Temps jUsqU’à abOU-TiR à sa fORme eT à ses exigences acTUelles. d’emblÉe, nOUs inviTOns les fORmaTeURs eT les enseignanTs à pRenDRe cOnscience qUe leURs mÉThODes De pensÉe eT leUR lOgiqUe ResTenT DÉpenDanTes De cOnvenTiOns, De cROYances eT De mODèles ÉDUcaTifs.
1
2
G. HOmmage, P. Higele, E. PeRRY,Ateliers de Raisonnement Logique : ex ercices pro-gressifs pour structurer les opérations intellectuelles, liv ret du formateur et liv ret de e l’apprenant,ÉDiTiOn.ED. JOnas fORmaTiOn, 2004, 8 M. F. BlanRUe, F. Higele, P. Higele, P. MaiRe, E. PeRRY,Les Ateliers de Structuration Logique et Spatiale, ED. JOnas FORmaTiOn, 1999
1
3
1
4
ELISABEtHPErry
AnimeR ces ATelieRs impliqUe De s’inTÉResseR à l’aUTRe, D’êTRe aTTenTif eT RespecTUeUx De sa cUlTURe, De ses mODes De RaisOnnemenT, De sa sTRUcTURaTiOn lOgiqUe eT De RecheRcheR la cOnfROnTaTiOn à D’aUTRes mODes De pensÉe OU D’ac-TiOn. Les RepèRes cUlTURels peUvenT se mODifieR eT s’enRichiR aU cOnTacT De ceUx Des aUTRes. La cUlTURe, la lOgiqUe, la pensÉe eT la langUe se cRÉenT eT se RecRÉenT Dans les cOnTacTs eT les Échanges. L’appROche inTeRcUlTURelle DU RaisOnnemenT DÉfenD qUaTRe pOinTs De vUe : • L’abanDOn De la nOTiOn De DÉficiT cOnDUiT, avec bOnheUR, à cOnsiDÉReR la peRsOnne à TRaveRs ses capaciTÉs, ses savOiRs, ses besOins RÉels eT à avOiR cOnfiance en sOn pOTenTiel D’appRenTissage. Cela faiT RÉfÉRence à Un pRincipe D’ÉDUcabiliTÉ qUi pRÉsUppOse la pOssibiliTÉ De mODifiabiliTÉ Des sTRUcTURes De pensÉe, eT ce à TOUT âge. • La visiOn cUlTURelle DU RaisOnnemenT affiRme qUe ce qUi esT valiDÉ OU RecheRchÉ Dans Une cUlTURe ne l’esT pas ObligaTOiRemenT Dans Une aUTRe eT qU’il n’Y a pas Une pensÉe, Une langUe, mais plUsieURs pensÉes cOmme il Y a plUsieURs langUes, plUsieURs mODèles cUlTURels. PaR ailleURs, aUcUne cUlTURe ne saURaiT êTRe RegaRDÉe cOmme sUpÉRieURe à Une aUTRe ; • La fORmaTiOn esT cOnsiDÉRÉe cOmme Une OccasiOn fORmiDable D’enRi-chissemenT RÉcipROqUe eT cOmme Une OppORTUniTÉ fORmiDable De DÉve-lOppemenT aU seRvice Des peRsOnnes, ce nOTammenT, à TRaveRs les cOnTacTs eT les Échanges qU’elle pROvOqUe eT qU’elle sUsciTe ; • L’appRenTissage De la langUe fRançaise DOiT pRivilÉgieR la cOmmUnica-TiOn eT l’Usage De celle-ci, en DiveRses siTUaTiOns, à TRaveRs l’UTilisaTiOn De nOUveaUx cOncepTs OU De nOUvelles mÉThODes De pensÉe OU De RÉsO-lUTiOn. AbORDeR la lOgiqUe eT la cOmmUnicaTiOn en DeUx ObjecTifs cOnjOinTs se siTUe Dans ceTTe peRspecTive inTeRcUlTURelle. Elle pRÉsUme Une cURiOsiTÉ sincèRe pOUR l’aUTRe, pOUR sa pensÉe, pOUR ses RaisOnnemenTs, pOUR sa façOn spÉcifiqUe De peRcevOiR eT D’agiR Dans le mOnDe. Elle amène chacUn à expRimeR eT à paR-TageR avec D’aUTRes les significaTiOns DOnnÉes à la RÉaliTÉ. CeTTe DÉmaRche DemanDe le RespecT De chacUn, basÉ sUR Une visiOn Égali-TaiRe Des RelaTiOns eT sUR Un senTimenT De paRiTÉ OnTOlOgiqUe qUi pOsTUle qUe chaqUe êTRe hUmain esT Égal eT a la même valeUR exisTenTielle qU’Un aUTRe. C’esT aspiReR à Une RencOnTRe aUThenTiqUe eT sincèRe avec chaqUe peRsOnne, pRenanT en cOmpTe, en elle, TanT ce qUi esT semblable qUe ce qUi esT DiffÉRenT. Il cOnvienT De RenOnceR à Un senTimenT De sUpÉRiORiTÉ D’Une lOgiqUe paR Rap-pORT à Une aUTRe pOUR s’OUvRiR vÉRiTablemenT à la pensÉe D’aUTRUi eT à ses mODes De pensÉe OU D’acTiOn. L’appROche inTeRcUlTURelle DU RaisOnnemenT pRÉsUppOse aUssi l’envie D’appRenDRe De l’aUTRe, le DÉsiR De paRTageR, le sOUhaiT De cOmmUniqUeR, De se cOnfROnTeR à DiffÉRenTs mODes De penseR eT D’agiR. Ces DiffÉRenTes cOnDiTiOns DÉTeRminenT la qUaliTÉ inTRinsèqUe Des ATelieRs De lOgiqUe eT De cOmmUnicaTiOn. COmmUniqUeR sa pensÉe peUT aiDeR à en
LA PENSéE PArtAGéE
pRenDRe DavanTage cOnscience, à cOnsTRUiRe De nOUveaUx RepèRes, à s’enRichiR aU cOnTacT De ses paiRs. une ÉcOUTe aTTenTive eT cURieUse De chacUn eT De l’ani-maTeUR esT nÉcessaiRe. CeTTe appROche inTeRcUlTURelle DU RaisOnnemenT se veUT cOnsTRUcTive De RepèRes inTeRcUlTURels, D’Une pensÉe paRTagÉe, De savOiRs mÉTissÉs. Le pRÉsenT gUiDe inviTe le lecTeUR à meTTRe en place cOncRèTemenT eT à ani-meR Un ATelieR De lOgiqUe eT De cOmmUnicaTiOn aUpRès De sOn pUblic. A TRaveRs Une expÉRience RÉelle D’animaTiOn, il pOURRa DÉcOUvRiR la Richesse eT la RÉelle fÉcOnDiTÉ De ceT espace De TRavail qU’esT l’ATelieR De Rai-sOnnemenT eT De lOgiqUe, lORsqU’il esT DÉvelOppÉ Dans le RespecT D’Un pRincipe D’inTeRcUlTURaliTÉ. Le cOncepT D’aTelieR faiT RÉfÉRence à l’enviROnnemenT De l’aRTisTe, De l’aR-chiTecTe, De l’aRTisan. Il ÉvOqUe l’acTiviTÉ, la cRÉaTiviTÉ, l’innOvaTiOn, l’expÉ-Rience, le paRTage. Il RepOse sUR la cRÉaTiOn D’Un espace sOcial De TRavail eT D’Échanges. L’animaTiOn paR le fORmaTeUR jOUe Un Rôle pRimORDial, à TRaveRs la mise en place eT la gesTiOn De cOnDiTiOns TanT RelaTiOnnelles qUe TechniqUes. des exeRcices De lOgiqUe eT Des siTUaTiOns pROblèmes empRUnTÉs à la vie Des paRTicipanTs vOnT mObiliseR leUR inTelligence eT la sTimUleR. La cOmmUni-caTiOn pORTe sUR l’expRessiOn De la pensÉe eT Des sTRaTÉgies De RÉsOlUTiOn DÉve-lOppÉes. Les lOgiqUes vOnT se cOnfROnTeR eT s’enRichiR aU fil Des cOnfROnTaTiOns eT Des Échanges. Ce gUiDe pRÉsenTe : • Les cOnclUsiOns Des fORmaTiOns eT Des expÉRimenTaTiOnsArLmenÉes en GUYane, aU sein DUdPLI; • des Rappels ThÉORiqUes ; • des cOnseils TechniqUes pOUR meTTRe en œUvRe cOncRèTemenT Un ATelieR De lOgiqUe eT De cOmmUnicaTiOn ; • une bibliOgRaphie ; • un CdroM pRÉsenTanT Une sÉqUence De lOgiqUe eT cOmmUnicaTiOn cOmmenTÉe.
Les sOUbassemenTs ThÉORiqUes ne seROnT ici qUe TRès sOmmaiRemenT ÉvO-qUÉs afin De cOnseRveR à ce livRe sa visÉe essenTiellemenT pRaTiqUe. NOUs inviTOns le lecTeUR inTÉRessÉ à appROfOnDiR la DÉmaRche pÉDagOgiqUe ® à paRTiR DU livReT DU fORmaTeUR Des ArL. Bien sûR, Une fORmaTiOn plUs pRÉcise pOURRa aUssi s’avÉReR UTile pOUR en paRfaiRe l’appROche, avec Une aTTenTiOn paRTicUlièRe à la RÉaliTÉ inTeRcUlTURelle DU RaisOnnemenT. CRÉeR eT animeR Un ATelieR De lOgiqUe eT De cOmmUnicaTiOn paRTicipenT à l’ÉlabORaTiOn D’Une pensÉe cUlTURelle, cO-cOnsTRUiTe Dans le paRTage eT l’Échange. La pensÉe eT le RaisOnnemenT paRTagÉs : Tel esT le pROjeT De ceT espace pÉDagOgiqUe eT ÉDUcaTif.
1
5
LA PENSéE PArtAGéE17
Première partie :
Quelques considérations et repères avant de commencer
« Celui qui s’est choisi le centre pour demeure embrasse d’un seul regard toute circonférence » SileniUs livRe II
1
8
ELISABEtHPErry
La lOgiqUe ÉvOqUe l’inTelligence cOmme la pensÉe ÉvOqUe le langage eT la langUe.
Postulats quant à l’intelligence et à son développement AU-Delà D’Un pOTenTiel viTal, nOTRe inTelligence esT la RÉsUlTanTe De pRO-cessUs aDapTaTifs. Elle se DÉvelOppe eT se cOnsTRUiT Dans Une inTeRacTiOn peR-manenTe avec nOTRe milieU De vie, TanT maTÉRiel qUe sOcial. Elle esT façOnnÉe peRpÉTUellemenT paR ces inTeRacTiOns qUi assURenT Une nÉcessaiRe aDapTaTiOn à la RÉaliTÉ. Elle DÉTeRmine nOTRe acTiOn sUR le mOnDe. La pensÉe pRenD appUi sUR le cORps, le langage, la RelaTiOn à l’aUTRe. L’inTelligence esT ObligaTOiRemenT le fRUiT D’Une ÉDUcaTiOn, se fORmanT aU cOnTacT Des aUTRes eT se sTRUcTURanT à TRaveRs Des cOnTenUs, Des savOiRs, Des Rai-sOnnemenTs appRis aUssi à l’ÉcOle. PaR exemple, l’ÉcRiTURe DÉfiniT, De façOn spÉcifiqUe, Un RappORT à l’espace eT aU Temps. ET la langUe ReflèTe ainsi Une manièRe D’appRÉhenDeR le Temps, l’espace ainsi qUe D’aUTRes cOnTenUs De pen-sÉe. tOUT appRenTissage se faiT Dans Un cOnTexTe cUlTURel paRTicUlieR, à TRaveRs aUssi l’appRenTissage eT l’Usage D’Une OU plUsieURs langUes. Les sTRUcTURes De pensÉe eT D’acTiOn se spÉcialisenT pOUR s’aDapTeR aU mieUx aUx exigences D’Une cUlTURe, D’Un enviROnnemenT, D’Une ÉpOqUe. L’inTelligence se DÉvelOppe en peRmanence selOn DeUx DimensiOns cOnjOinTes : • les sTRUcTURes De l’inTelligence qUi peRmeTTenT D’appRÉhenDeR le mOnDe, (OUTils De pensÉe eT fOncTiOns inTellecTUelles) • les cOnTenUs De l’inTelligence qUi mènenT à DÉfiniR le RÉel, à le DÉcRiRe, à le penseR eT à l’agiR (cOnTenUs De pensÉe OU cOnnaissances). Si les sTRUcTURes sOnT semblables D’Une cUlTURe à l’aUTRe, D’Une peRsOnne à Une aUTRe, les cOnTenUs eT les fORmes De l’inTelligence peUvenT vaRieR en fOncTiOn De ce qUi esT valORisÉ eT nÉcessaiRe à l’aDapTaTiOn, Dans Un milieU naTURel eT cUlTURel spÉcifiqUe (vivRe sUR la banqUise ne sUppOse pas la même aDapTaTiOn qUe vivRe en fORêT amazOnienne, OU encORe Dans Une ville DU NORD De la FRance). Le RaisOnnemenT a Une RÉelle DimensiOn cUlTURelle. on ne saURaiT le cOnsi-DÉReR cOmme UniveRsel. Ce qUi semble ÉviDenT Dans Une cUlTURe peUT ne pas l’êTRe Dans Une aUTRe. Ce qUi ÉTaiT valORisÉ eT RecOnnU cOmme impORTanT à Une ÉpOqUe ne l’esT plUs nÉcessaiRemenT à Une aUTRe. PaR exemple, en esT-il ainsi De la RepRÉsenTaTiOn eT De la lecTURe De la peRspecTive ? tels cOnTenUs, Tels mODes De pensÉe, Tels RaisOnnemenTs peUvenT êTRe favORisÉs spÉcifiqUemenT Dans Une cUlTURe sans qU’ils sOienT DÉvelOppÉs Dans Une aUTRe. Ainsi, paR exemple, les enfanTs, en fORêT, appRennenT-ils plUs en ObseRvanT les aDUlTes qU’en RecevanT Des explicaTiOns sUR ce qU’il faUT faiRe.
LA PENSéE PArtAGéE
L’ObseRvaTiOn esT alORs viTale. dans Telle aUTRe cUlTURe, On ne DÉcRiT pas la fOncTiOn D’Un ObjeT sans inclURe celUi-ci Dans Un cOnTexTe plUs vasTe, plUs signifianT sOcialemenT. La cUlTURe OcciDenTale, paR naTURe sÉpaRaTisTe, semble avOiR favORiseR essenTiellemenT la lOgiqUe pROpRe aU fOncTiOnnemenT DU ceRveaU gaUche, siège DU langage eT De la pensÉe analYTiqUe. Elle pRivilÉgie Une pensÉe ObjecTive, DescRipTive eT explicaTive. Elle pRÉcOnise Un RaisOnnemenT DÉDUcTif aU DÉTRi-menT D’Une pensÉe plUs assOciaTive. Elle semble avOiR pRis le pOUvOiR, à TRa-veRs nOTammenT Une sUpRÉmaTie TechniqUe eT TechnOlOgiqUe. depUis, plUsieURs DÉcennies, ceTTe lOgiqUe esT TRès DÉpenDanTe DU RaisOnnemenT liÉ à l’enseigne-menT eT à la pensÉe maThÉmaTiqUes. Elle s’inscRiT ÉgalemenT Dans Des mODes De cOmmUnicaTiOn eT D’inTeRacTiOn sOciale. Ainsi, RÉsOUDRe Un pROblème De maThÉmaTiqUes sUppOse De sOUscRiRe à Une mODÉlisaTiOn eT Une fORmalisaTiOn DU RaisOnnemenT sUR Un plan TanT ÉcRiT qU’ORal. Le ceRveaU DROiT ResTe sOUs-UTi-lisÉ, faisanT Une place mineURe aUx images menTales, aUx pROcessUs assOcia-Tifs, aUx peRcepTiOns glObales, à Une pensÉe plUs inTUiTive eT imagÉe, à Une appROche plUs sUbjecTive, plUs impliqUÉe. PenseR lOgiqUemenT, c’esT aUssi paRTageR avec les aUTRes Une visiOn eT Une explicaTiOn DU mOnDe. La cOmmUnicaTiOn peRmeT D’ÉlaRgiR eT De RelaTiviseR sa pensÉe, mODifianT paRfOis l’appRÉhensiOn eT la lecTURe DU RÉel. L’inTelligence peRmeT De penseR le RÉel, De s’en DisTancieR, De le cRiTiqUeR, De RelaTiviseR les infORmaTiOns ReçUes, De cRÉeR eT D’agiR. ET, ceRTains sYsTèmes ÉDUcaTifs peUvenT RÉellemenT OppRimeR le fOncTiOn-nemenT De l’inTelligence, ne peRmeTTanT pas aUx peRsOnnes De se DÉvelOppeR aU maximUm De leURs pOssibiliTÉs. Ainsi, paR exemple, ceRTaines DicTaTURes meTTenT l’inTelligence Des peUples sOUs cOnTRôle. MaîTRisanT paRfOis les mODes De pensÉes, les cOnnaissances eT les cROYances, elles limiTenT eT DÉTeRminenT les pOssibiliTÉs De cOmpRÉhensiOn eT D’acTiOn sUR le mOnDe. C’esT pOURqUOi l’ÉDUcaTiOn, plUs paRTicUlièRemenT celle De l’inTelligence, à TRaveRs la fORmaTiOn Des aDUlTes, cOnsTiTUe Un enjeU impORTanT qUanT à l’aU-TOnOmie Des peRsOnnes. Elle DOiT pROmOUvOiR l’affiRmaTiOn D’Un « pOUvOiR eT D’Un savOiR-penseR ». NOUs pRÉcOnisOns la mise en place D’ATelieRs De lOgiqUe eT De cOmmUni-caTiOn, TOUT à la fOis, cenTRÉs sUR la pensÉe, le RaisOnnemenT eT l’expRessiOn De celUi-ci, aU sein D’Un gROUpe plURicUlTURel. Ce sOnT Des espaces De TRavail en gROUpe Où Une acTiviTÉ TanT inDiviDUelle qUe cOllecTive esT pROpOsÉe, à TRaveRs la RÉsOlUTiOn D’exeRcices OU De pROblèmes De lOgiqUe, abORDÉe selOn Une mÉThODOlOgie pRÉcise. Ils fOnT Une place essenTielle à l’expliciTaTiOn Des Rai-sOnnemenTs, à la cOnfROnTaTiOn Des pOinTs De vUe, à la cOnsTRUcTiOn De mODa-liTÉs eT De RepèRes inTellecTUels cOmmUns. Ils s’appUienT sUR Une RÉelle aTTenTiOn à la DimensiOn inTeRcUlTURelle De la lOgiqUe eT De la pensÉe. C’esT Un fORmiDable enjeU qUe celUi De favORiseR le DÉvelOppemenT eT l’ÉpanOUissemenT Des peRsOnnes, à TRaveRs le DÉvelOppemenT De leUR pOTenTiel inTellecTUel. un Tel espace De TRavail cOnDUiT chaqUe paRTicipanT à affiRmeR sa
1
9
2
0
ELISABEtHPErry
façOn peRsOnnelle De penseR OU De RÉsOUDRe Des pROblèmes eT à en pRenDRe cOnscience, à la paRTageR eT à l’enRichiR aU cOnTacT Des aUTRes. Il aiDe à meTTRe à jOUR les DiffÉRences cUlTURelles eT à les cOnTRasTeR. Il cOnTRibUe à l’ÉlabORaTiOn D’Une pensÉe paRTagÉe, cOnsTRUiTe à paRTiR D’Échanges eT De cOnfROnTaTiOns sUR les cOnvenTiOns, les RepèRes, les mODes OpÉRaTOiRes, les savOiRs UTilisÉs paR chacUn.
un ATelieR De lOgiqUe eT De cOmmUnicaTiOn cRÉe les cOnDiTiOns pOUR Ren-fORceR les peRsOnnes Dans leUR pensÉe peRsOnnelle eT pRivÉe afin De les RenDRe plUs libRes, plUs aUTOnOmes, plUs affiRmÉes, plUs cOnscienTes De leUR « pOUvOiR eT De leUR savOiR agiR », ce en lien avec les aUTRes. une pensÉe mÉTissÉe se cOnsTRUiT Dans Une RelaTiOn D’alTÉRiTÉ. La RencOnTRe avec l’aUTRe peRmeT le paR-Tage De lOgiqUes paRfOis TRès DiffÉRenTes eT la cOnfROnTaTiOn De sTRaTÉgies cOgni-Tives. Elle a pOUR ÉThiqUe le RespecT eT la RecOnnaissance Égale De chacUn, aU sein DU gROUpe De TRavail.
Postulats quant à la pensée et à la langue AbORDeR l’enseignemenT DU fRançais Dans Un cOnTexTe plURicUlTURel eT plU-RilingUisTiqUe, cOmme c’esT le cas en GUYane, nOUs a amenÉ à RÉflÉchiR aUx liens exisTanT enTRe la pensÉe eT la langUe. Il esT bOn D’ÉvOqUeR la viTaliTÉ pROpRe eT l’ampliTUDe D’Une pensÉe nOURRie D’Une langUe paRTicUlièRe, TOUT en sOUlignanT l’inTÉRêT eT la Richesse D’Un paRTage inTeRcUlTURel Des pROcessUs De RaisOnnemenT. PaRleR Une langUe OUvRe sUR Des hORizOns spÉcifiqUes eT DÉfiniT Une visiOn DU mOnDe, De l’espace, DU Temps, DU RÉel, De l’aUTRe… des mODes D’acTiOn, De cOmmUnicaTiOn, De RaisOnnemenT, sOnT ainsi DÉTeRminÉs. La cUlTURe esT aUssi Une façOn De penseR le RÉel, De le peRcevOiR, De le DÉcRiRe, D’Y agiR, Une manièRe D’abORDeR eT De RÉsOUDRe Des pROblèmes, De cOmmUniqUeR. tOUT cela esT bien sûR inscRiT Dans Une langUe. ET, chaqUe langUe engenDRe Un mOnDe paRTicUlieR. Elle faiT RÉfÉRence à Une lecTURe spÉcifiqUe DU RÉel. Elle esT pOR-TeUse De TOUTe la mÉmOiRe D’Un peUple OU D’Un gROUpe eThniqUe. Elle ReTRace ses paRcOURs migRaTOiRes. Ainsi, l’ÉTUDe D’Une langUe peUT nOUs DOnneR accès à l’hisTOiRe D’Un peUple, à TRaveRs les empRUnTs qU’elle a faiT aU fil DU Temps à D’aUTRes langUes. Les bOUleveRsemenTs eT les ÉvOlUTiOns D’Une cUlTURe sOnT inscRiTs Dans la langUe eT ses Usages. Sa sTRUcTURe esT pORTeUse D’empReinTes cUlTURelles DiveRses, RÉvÉlanT Des significaTiOns paRTicUlièRes DOnnÉes aU RÉel, Des gRilles De lecTURe eT D’acTiOn spÉcifiqUes.
« La langue française s’est installée en moi avec sa vision, avec son exigence, sa temporalité » AnDReï MAkINE, ÉcRivain RUsse aYanT chOisi D’ÉcRiRe ses ROmans en fRançais
LA PENSéE PArtAGéE
rÉflÉchiR aUx liens exisTanTs enTRe l’Usage D’Une langUe eT la pensÉe inviTe à ÉcOUTeR l’aUTRe penseR, RÉflÉchiR eT à lUi DOnneR l’OccasiOn De cOmmUniqUeR cela aUpRès eT avec les aUTRes. C’esT appRenDRe avec lUi eT De lUi. QUelles inTimiTÉs enTReTenOns-nOUs avec Une langUe ? COmmenT s’effec-TUe le passage D’Une langUe à l’aUTRe ? AU-Delà Des Usages eT Des habiTUDes De cOmmUnicaTiOn, qUelle langUe s’impOse pOUR paRleR, pOUR penseR eT RÉsOUDRe Un pROblème, pOUR cOmmUniqUeR avec l’aUTRe sUR sa pensÉe pRivÉe ? COmmenT fOncTiOnne nOTRe pensÉe pRivÉe eT sUR qUelle(s) langUe(s) pRenD-elle appUi ? COmmenT s’impOse-T-elle à nOUs ? POURqUOi sOmmes-nOUs plUs à l’aise Dans Une langUe pOUR abORDeR Tel sUjeT OU RÉsOUDRe Tel pROblème ? COmmenT langUe ORale eT langUe ÉcRiTe cO-exisTenT-elles eT cO-habiTenT-elles ? EngenDRenT-elles les mêmes mODes De peRcepTiOn, De pensÉe, De RÉsOlUTiOn, De cOmmUnicaTiOn eT D’acTiOn ? VOilà aUTanT De qUesTiOns passiOnnanTes qUi sOUs-TenDenT ceTTe pROpOsi-TiOn D’ATelieR De lOgiqUe eT cOmmUnicaTiOn.
« Mes parents changeaient de langue quand ils changeaient de sujets » CORneille, chanTeUR D’ORigine RwanDaise paRlanT l’allemanD, le fRançais, l’anglais eT pOUR qUi le fRançais s’esT impOsÉ, pRincipalemenT, cOmme langUe pOUR chanTeR
CeT espace sOcial eT pÉDagOgiqUe cOnDUiT à faiRe l’expÉRience De Ren-cOnTRes magnifiqUes eT Riches avec chaqUe paRTicipanT, RecOnnU alORs Dans sa DiffÉRence, Dans sa DiveRsiTÉ cUlTURelle eT lingUisTiqUe. Ainsi cOnsiDÉRÉe Dans sa singUlaRiTÉ peRsOnnelle eT cUlTURelle, chaqUe peRsOnne peUT RÉellemenT pRenDRe la mesURe De sa cUlTURe, DOnneR De la valeUR à sa façOn De penseR eT D’agiR, pRenDRe DavanTage cOnscience De sOn iDenTiTÉ cUlTURelle. Elle peUT s’en-RichiR aU cOnTacT De l’aUTRe. S’expRimeR ainsi sUR sa pensÉe peRmeT De cOnsTRUiRe Une visiOn RenOUvelÉe DU mOnDe en ÉchangeanT avec les aUTRes. des mOYens De cOmmUnicaTiOn eT D’acTiOn peUvenT êTRe paRTagÉs.
Mais, l’accOmpagnemenT pÉDagOgiqUe De peRsOnnes D’ORigine cUlTURelle eT De milieU De vie DiffÉRenTs, cOmme c’esT naTURellemenT le cas en GUYane, sUppOse Une appROche RÉellemenT inTeRcUlTURelle, exigeanT DU fORmaTeUR, Une DÉcenTRaTiOn peRmanenTe, cela sURTOUT si celUi-ci esT ORiginaiRe D’Une aUTRe cUl-TURe OU s’il paRle Une aUTRe langUe. CelUi-ci DOiT avOiR cOnscience qUe ses mODes De pensÉe, sOn RaisOnnemenT, sa lOgiqUe ne sOnT pas UniveRsaUx. Il ne DOiT DOnc pas les impOseR mais appRenDRe à les paRTageR, en lien avec ceUx Des aUTRes.
Ainsi, paR exemple, avOiR ÉTÉ ÉlevÉ Dans Une TRaDiTiOn ORale cOnDUiT à mObiliseR D’aUTRes RessOURces eT RessORTs cOgniTifs qUe Dans Une ÉDUcaTiOn De cUlTURe ÉcRiTe : l’ORaliTÉ a ses pROpRes mODes De pensÉe eT De cOmmUnicaTiOn.
2
1
2
2
ELISABEtHPErry
« L’apprentissage de l’écrit et d’une langue étrangère fait partie des apprentissages les plus bouleversants car ils viennent modifier de manière définitive notre vision du monde, notre lecture du réel 3 en touchant à des schémas de pensée très intimes ». FlORence Foury, ChaRgÉe De missiOn eT RespOnsable DUdPLIGUYane
En TanT qUe fORmaTeUR, nOUs ne pOUvOns pas OUblieR cela. AUssi DevOns-nOUs appRenDRe à nOUs DÉfieR D’Un senTimenT D’ÉviDence qUanT à l’UniveRsaliTÉ D’Un RaisOnnemenT, D’Une pensÉe, D’Une lecTURe DU RÉel OU DU mOnDe. Cela esT essenTiel, plUs paRTicUlièRemenT lORsqUe nOUs enseignOns nOTRe pROpRe langUe à Des peRsOnnes DOnT ce n’esT pas la langUe, qUi ne sOnT pas ORiginaiRes De nOTRe cUlTURe OU qUi n’OnT pas ÉTÉ ÉDUqUÉes Dans celle-ci.
POUR enseigneR, il cOnvienT De nOUs qUesTiOnneR sUR nOs pROpRes mODes D’appRenTissages, sUR nOs RepRÉsenTaTiOns De l’inTelligence eT De sOn fOncTiOn-nemenT, sUR nOs savOiRs eT nOs pROpRes gRilles De lecTURe DU RÉel, sUR nOTRe ÉDU-caTiOn, sUR nOTRe RaisOnnemenT, sUR ce qUe nOUs UTilisOns pOUR ÉcOUTeR eT cOmmUniqUeR avec l’aUTRe.
ETRe cURieUx De l’aUTRe eT De sa façOn De faiRe esT Une gRanDe qUaliTÉ. A TRaveRs sOn ÉcOUTe, l’animaTeUR De l’ATelieR RenDRa OU nOn pOssible la mise à jOUR eT le paRTage De lOgiqUes DiffÉRenTes. CeT espace pÉDagOgiqUe DOiT Deve-niR Un lieU peRmanenT D’enRichissemenT eT De DÉvelOppemenT pOUR la pensÉe eT l’inTelligence De chacUn. POUR cela, il impORTe De s’inTÉResseR avec sincÉRiTÉ aU fOncTiOnnemenT De l’inTelligence eT à sOn expRessiOn, sans pRÉTenDRe impO-seR sa façOn De faiRe. Il s’agiT D’OUvRiR eT D’OffRiR Une ÉcOUTe, Une aTTenTiOn 4 pOUR qUe chaqUe peRsOnne pUisse se DiRe, s’expRimeR eT s’enTenDRe .
Ainsi, Un TRavail sUR la lOgiqUe seRa abORDÉ Dans Une cOncepTiOn fOnc-TiOnnelle De l’inTelligence eT nOn sTRicTemenT sTRUcTURelle. Les qUesTiOns pORTe-ROnT sUR Une RecheRche D’infORmaTiOn qUanT aU fOncTiOnnemenT inTellecTUel mis en œUvRe à TRaveRs Des qUesTiOns Telles qUe : « COmmenT ceTTe peRsOnne fOncTiOnne-T-elle Dans ceTTe siTUaTiOn ? COmmenT eT avec qUels OUTils Rai-sOnne-T-elle eT pense-T-elle ? dans qUelle(s) langUe(s) pense-T-elle eT cOmmU-niqUe-T-elle ? En qUOi sa pensÉe eT ses mODes De pensÉe DiffèRenT-ils Des miens ? »
3 4
« Plus un problème est complexe, plus j’utilise de langues pour le résoudre » MalO, fORmaTeUR D’ORigine BeRbèRe
FlORence FOURY,?eux apprendre Pourquoi tu v , DOcUmenT inTeRnedPLIGUYane. ElisabeTh PeRRY, « La gUiDance pÉDagOgiqUe peRsOnnalisÉe : DÉvelOppeR ses capaciTÉs D’ÉcOUTe » Dans les AcTes DU cOllOqUede base : une clef pour apprendreLa formation tout au long de la v ie,dPLIGUYane, CaYenne, mai 2000, pp 35-44. dispOnibles en TÉlÉchaRgemenT sUR www. DpligUYane. ORg.
LA PENSéE PArtAGéE
L’appROche DU RaisOnnemenT sUppOse Une aTTenTiOn à celUi qUi appRenD, à sOn ÉDUcaTiOn, sa cUlTURe, sa lOgiqUe. EnTReR Dans Un pRemieR Temps Dans sa visiOn DU mOnDe esT pRÉcieUx. Il s’agiT D’ÉcOUTeR la manièRe qU’il a De DÉcRiRe le RÉel, De le cOmpRenDRe OU De le penseR avanT De le cOnfROnTeR à D’aUTRes mODèles De pensÉe. Cela RÉclame De l’enseignanT Une capaciTÉ à se DisTancieR De ses pROpRes RepèRes ÉDUcaTifs, à se DÉfieR D’Un senTimenT D’ÉviDence OU D’ÉvenTUelle sUpÉRiORiTÉ De sa lOgiqUe paR RappORT à celles Des paRTicipanTs. Cela exige Un DialOgUe eT Une RencOnTRe enTRe la cUlTURe De l’enseignanT eT celle De l’appRenanT, enTRe sOn mOnDe eT celUi De l’aUTRe, enTRe ses gRilles De lecTURe eT les siennes. C’esT ainsi qU’esT nÉe l’iDÉe De DÉvelOppeR Une appROche inTeRcUlTURelle DU RaisOnnemenT en langUe fRançaise, Dans Un nOUvel espace pÉDagOgiqUe visanT aUTanT sOn appRenTissage qUe sOn enTRaînemenT : les ATelieRs De lOgiqUe eT cOmmUnicaTiOn. Ce livRe s’en faiT l’ÉchO. CeT enviROnnemenT pÉDagOgiqUe esT DÉfini paR Un ensemble De caRacTÉ-RisTiqUes qUe nOUs allOns DÉcRiRe. tOUTefOis, sa qUaliTÉ eT sa pORTÉe RÉelle RepOse sUR Un ceRTain nOmbRe De cOnDiTiOns TanT hUmaines qUe TechniqUes sOUs la RespOnsabiliTÉ eT le cOnTRôle De sOn animaTeUR. Ces ATelieRs cOnsTiTUenT Un espace De TRavail sOcial eT inTeRacTif sUR Des exeRcices De lOgiqUe à RÉsOUDRe. CeTTe appROche ainsi qUe les sUppORTs qUi la cOmpOsenT sOnT vÉRiTablemenT à l’enseignanT OU à l’animaTeUR ce qUe l’OUTil esT à l’aRTisan. Ils OccUpenT, à la fOis, ceTTe place nOble D’êTRe le pROlOngemenT De l’inTelligence De sOn UTilisa-TeUR eT celle, plUs mODesTe, De n’êTRe qU’Un mOYen aU seRvice D’Une finaliTÉ qUi se siTUe TOUjOURs en DehORs De lUi, à savOiR aU cœUR De la peRsOnne enseignÉe, Dans la RecheRche De la TRansfORmaTiOn eT DU DÉvelOppemenT qU’il seRT. Il esT DOnc qUesTiOn De cOnsTRUiRe Une pensÉe eT Une lOgiqUe paRTagÉes.
2
3
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.