Les Enfants surdoués

De
Publié par

En 40 ans, Jean-Charles Terrassier, psychologue de l'enfance, a aidé plusieurs milliers d'enfants intellectuellement précoces à s'épanouir malgré un environnement souvent peu propice à répondre à leurs particularités et à leurs besoins.
Il analyse dans ce livre les particularités du développement des enfants surdoués, grâce à des démarches et des concepts novateurs (dyssynchronie, somatotypie). Ce faisant, il permet de mieux comprendre les facilités et les difficultés de ces enfants.
J.-C. Terrassier présente également une méthode nouvelle et complémentaire pour évaluer l'intérêt d'une prise d'avance scolaire, la méthode du QI compensé.
Jean-Charles Terrassier répond aux questions que parents et enseignants se posent :
- Comment identifier les enfants surdoués ? Avec quels tests ?
- Faut-il leur faire sauter une classe ? Entrer au CP avant 6 ans constitue-t-il un bon choix ? Quelles en seront les conséquences ?
- Comment les parents doivent-ils agir face à la précocité de l'enfant ?
- Que peuvent faire les enseignants pour ces enfants dans les circonstances actuelles ?
- Quelle est la position de l'Éducation nationale ?
- Quelles sont les chances d'un enfant surdoué de milieu défavorisé quant à la réalisation de son potentiel ?
L'inventaire proposé ici permettra aux parents et aux enseignants d'identifier la précocité d'un enfant. Ce livre les aidera à faire les bons choix éducatifs, choix toujours délicats pour ces enfants fragilisés par leur sensibilité.
Car ce qui est en jeu, c'est l'équilibre et le bonheur des 600 000 enfants précoces actuellement scolarisés de la maternelle au lycée.
Publié le : vendredi 19 juin 2015
Lecture(s) : 36
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782710129776
Nombre de pages : 144
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Les enfants surdoués
ou
la précocité embarrassante© ESF éditeur, 1981
Division de la société Intescia
52, rue Camille-Desmoulins,
92448 Issy-les-Moulineaux cedex
e10 édition actualisée 2014
www.esf-editeur.fr
ISBN 978-2-7101-2977-6
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, aux termes de l’article L. 122-5, 2° et 3°a,
d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et
non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations
dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale, ou
partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou ses ayants droit, ou ayants cause, est illicite » (art.
L. 122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait
donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété
intellectuelle.Jean-Charles Terrassier
Les enfants surdoués
ou
La précocité embarrassante
e10 édition actualiséeTable des matières
Introduction : pourquoi ce livre? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Présentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
Anti-conseils destinés aux parents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
Première partie
Qu’est-ce qu’un enfant surdoué?
Chapitre 1 : L’évolution des idées et la prise de conscience . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Historique des études concernant les enfants surdoués . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
L’évolution des idées en France au cours des 30 dernières années . . . . . . . . . . . . . 20
– La difficile gestion de l’hétérogénéité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
– Évolution du système éducatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
Chapitre 2 : Définir l’enfant surdoué ou précoce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
Surdoués et « créatifs » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
Proportion d’enfants surdoués . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
– Dans la population générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
– Selon le sexe de l’enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
– Selon le rang de naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
Chapitre 3 : Le vécu psychosocial particulier des enfants surdoués
ou précoces : la dyssynchronie 38
La dyssynchronie interne de l’enfant surdoué . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
– Dyssynchronie intelligence-psychomotricité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
– Dyssynchronie entre différents secteurs du développement intellectuel . . . . 42
– Dyssynchronie intelligence-affectivité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
La dyssynchronie sociale de l’enfant surdoué 45
– Par rapport à l’école . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
– Par rapport aux parents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
– Par rapport aux autres enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
Chapitre 4 : Dyssynchronie et somatotypie : le corps et l’esprit . . . . . . . . . . . 52
Quels sont les aspects qui caractérisent chacun des trois types? . . . . . . . . . . . . . . 53
– À la maison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
– À l’école . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
– Lors de l’examen psychologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
5•Les enfants surdoués ou la précocité embarrassante
Lorsque le comportement ne correspond pas au somatotype . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
Somatotypie et dyssynchronie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
Deuxième partie
Comment reconnaître et identifier un enfant surdoué ?
Test, QI, QI compensé
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
Chapitre 1 : L’identification par le psychologue et les tests . . . . . . . . . . . . . . . 67
Les tests de niveau intellectuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
Vrais et faux QI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
Le QI compensé 72
– Marianne, 6 ans 3 mois, et le WISC IV adapté aux précoces . . . . . . . . . . . . 73
– Les tests de créativité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
La relation QI-créativité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
Chapitre 2 : L’identification des enfants surdoués par les enseignants,
les parents et les autres enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
L’identification par les enseignants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
– À l’école maternelle 82
– À l’école élémentaire 83
– Au collège . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
L’identification par les parents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
L’identification par les camarades d’école . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
Un inventaire d’identification des enfants surdoués
pour les parents et les enseignants 86
Troisième partie
Que peuvent faire et que doivent faire les adultes?
Chapitre 1 : Ce que les parents peuvent faire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
Pour le jeune enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
Apprendre à lire à la maison? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
Après 6 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
La fratrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
Réactions parentales 99
Chapitre 2 : Ce que les enseignants peuvent faire :
enrichissement et approfondissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
L’attitude positive de l’enseignant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
Des activités adaptées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
• 6Table des matières
Chapitre 3 : Orientation et désorientation du système éducatif . . . . . . . . . . . 109
Chapitre 4 : Un choix délicat : l’avance scolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
L’admission précoce en cours préparatoire et l’avance scolaire . . . . . . . . . . . . . . . 113
L’évolution scolaire des enfants en avance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
L’effet Pygmalion négatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
Sauter une classe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
Conclusions prospectives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
Annexe : Les premières classes pilotes pour enfants intellectuellement
précoces – Texte rédigé par Jean-Charles Terrassier
à la demande du ministère de l’Éducation nationale (novembre 1986) . . . . . . . . . 129
Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
L’ANPEIP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
ANPEIP
Association nationale pour les enfants intellectuellement précoces
(loi 1901, fondée en 1971)
Site : www.anpeip.org
AFEP
Association française pour les enfants précoces
Site : afep.asso.fr
Ces deux associations sont agrées complémentaires de l’Éducation nationale.
7•Introduction
Pourquoi ce livre?
ee livre, dont voici la 9 édition totalement actualisée, s’adresse à tous C ceux – parents, enseignants, psychologues, médecins – qui ont pris
conscience que l’éducation d’un enfant intellectuellement précoce pose des
problèmes particuliers. Il a déjà aidé des milliers de familles à éviter les écueils et
les faux bons conseils qui parsèment l’itinéraire des enfants précoces.
Permettre à un enfant précoce de se développer harmonieusement n’est pas
chose aisée dans un contexte peu préparé à répondre à ses particularités et à ses
besoins. Il faut d’abord percevoir son potentiel et l’évaluer, identifier sa
précocité, puis comprendre cet enfant avec ses forces et ses fragilités pour pouvoir
l’aider dans son développement en respectant sa personnalité. Le lecteur
trouvera dans ce livre toutes ces étapes clairement expliquées et illustrées de cas
concrets.
Bien davantage que ma formation universitaire, c’est l’examen et le suivi
psychologique de près de 5000 enfants précoces qui m’ont appris qui ils sont et
comment les aider à se réaliser. Actuellement encore, hélas, la formation des
enseignants et des psychologues reste très insuffisante dans ce secteur de la
pédagogie et de la psychologie.
L’Éducation nationale a longuement tardé à admettre l’existence de ces enfants
alors que, dès 1971, au nom de l’Association nationale pour les enfants
intellectuellement précoces (ANPEIP), nous l’avions interpellée pour qu’elle honore
son devoir à leur égard. Certes, elle s’est éveillée mais ses réponses restent
encore limitées comme nous le verrons.
Cependant, la nomination dans chaque académie d’un « référent élèves
intellectuellement précoces » constitue un progrès important pour la diffusion de
l’information et la recherche de réponses adaptées aux enfants en situation délicate.
Autre fait significatif de l’évolution : j’ai été applaudi à la fin d’un exposé que
j’ai présenté récemment à un groupe d’inspecteurs de l’Éducation nationale en
répondant à leur invitation. Impensable en 1971.
9•Introduction
Néanmoins, les parents peuvent se référer à certains textes officiels récents cités
dans ce livre pour demander des mesures répondant aux besoins de leur enfant.
Pour mieux comprendre ces enfants, j’ai introduit dans ce livre des notions très
personnelles telles que « la dyssynchronie », « l’effet Pygmalion négatif »,
« l’effet loupe », « le QI compensé », appellations d’apparence savante mais de
contenu très compréhensible et maintenant connu des psychologues qui
s’intéressent aux enfants précoces.
En effet, on ne peut pas comprendre l’enfant précoce si l’on ignore les multiples
dyssynchronies (hétérogénéité du développement) qui caractérisent son
développement personnel et sa relation au contexte social. En même temps, il
convient d’être conscient de la grande diversité des enfants précoces, diversité
liée à leur histoire personnelle et à leur tempérament.
Comprendre un enfant nécessite la prise en compte des multiples facteurs qui
ont contribué à construire sa personnalité actuelle. Une approche, quelque peu
oubliée en France du fait du déferlement des modes successives en psychologie,
m’est apparue, au long de mes années de pratique professionnelle, très
fructueuse pour la compréhension du style de comportement des enfants. Il s’agit du
lien entre le somatotype – c’est-à-dire, en simplifiant, l’aspect physique – et le
tempérament de l’enfant. Cette approche est très intéressante dans un tiers des
cas pour aider les parents et les enseignants à répondre de façon adaptée aux
besoins d’un enfant. Elle s’inscrit dans le cadre du respect du droit à la diversité
que nous devons à chaque enfant et en complément des autres moyens d’étude
de la personnalité.
Mieux compris, mieux accepté, l’enfant précoce aura davantage de chances de
surmonter les difficultés, d’éviter l’échec et d’exprimer pleinement son
potentiel, ce qui contribue largement à son épanouissement personnel.
• 10Présentation
Peu de thèmes sont l’objet de préjugés aussi tenaces et variés que la question
des enfants surdoués.
Pendant 24 ans en tant que responsable de l’Association nationale pour les
enfants surdoués ou intellectuellement précoces (ANPES puis ANPEIP), que
nous avons créée en 1971, j’ai eu l’occasion d’être confronté à tous types de
réactions d’ordre affectif, philosophique, politique, éthique et plus récemment,
pédagogique.
La première réaction est généralement fondée sur l’angoisse liée à des
fantasmes représentant les enfants surdoués comme de petits êtres tout-puissants,
dangereux, mystérieux, volontiers associés aux « Alphas » du « Meilleur des
mondes ». D’ailleurs, les romans et les films de fiction présentent régulièrement
les surdoués en persécuteurs de l’humanité, avides d’asservir le monde et
justifiant de ce fait l’extermination qui leur est réservée en fin de récit.
Dans ce contexte fantasmatique, il est clair que les enfants surdoués ne suscitent
pas immédiatement la sympathie. Comme défense contre cette inquiétude, le
recours à la négation de leur existence est fréquent. « Moi, des surdoués, je n’en
ai jamais vu », me disait une enseignante qui avait 35 ans de carrière.
Effectivement, elle ne pouvait pas les voir (dans les deux sens du terme).
Nombreux sont ceux qui, tout comme cette enseignante, pensent ne croire que
ce qu’ils voient, alors qu’ils ne voient que ce qu’ils croient.
Les secteurs de la réalité qui sont trop dérangeants subissent un déni. Des
représentations projectives rationalisées s’y substituent de façon à maintenir un
certain confort interne.
Pour susciter de telles réactions de défense, sans doute l’intelligence est-elle,
plus qu’aucune autre, une dimension de la personnalité fortement investie
inconsciemment par ces mêmes personnes. En conséquence, elle engendre des
attitudes ambivalentes, contradictoires, paradoxales, non seulement au niveau
des personnes, mais également au sein même du système éducatif qui n’est que
la résultante des désirs contradictoires de tous ceux qui participent à son
élaboration.
11 •Présentation
Les préjugés et les rumeurs dont sont victimes les enfants surdoués
correspondent à des besoins de projections fantasmatiques. Des contraintes internes ne
permettront sans doute pas à tous les lecteurs d’accepter les faits et les études
présentés dans cet ouvrage. Si le besoin de contredire ces données suscite des
recherches en ce domaine, ce livre aura atteint l’un de ses objectifs. Jusqu’à
présent en France, peu d’études ont abordé cette question ou ne l’ont fait que de
façon anecdotique, latérale.
Si l’attitude négative reste fort répandue en France, en revanche, dans de
nombreux pays, les ministères de l’Éducation proposent aux enfants surdoués un
cursus scolaire aménagé leur permettant une pleine expression de leur potentiel
intellectuel, dans le but parfois clairement exprimé, et atteint d’ailleurs, de
former des scientifiques de haut niveau.
Cependant, l’intention de cet ouvrage n’est pas de favoriser l’avenir scientifique
de la France. S’il devait y contribuer par effet secondaire, tant mieux; mais notre
préoccupation est centrée sur l’intérêt de l’enfant, attitude qui doit être celle de
tout psychologue ou pédagogue.
Nous envisagerons plus loin la définition de l’enfant surdoué, mais disons dès à
présent que, pour nous, cet enfant est caractérisé essentiellement par son
développement intellectuel très précoce.
L’examen psychologique individuel et l’observation de près de 5000 enfants
surdoués nous ont clairement montré que leur précocité se limitait au secteur
intellectuel et que ce développement hétérogène les mettait dans une situation
spécifique, la dyssynchronie, aussi bien interne, au sein de leur personne et de
leur personnalité, que sociale, au niveau de leur relation avec l’environnement.
Cette dyssynchronie, que nous décrivons dans ses différentes dimensions,
permet sans doute de mieux comprendre la difficulté d’un développement
harmonieux et, en conséquence, la fragilité de ces enfants.
Si l’on veut aider l’enfant surdoué dans son développement, il convient bien
entendu, en premier lieu, de l’identifier. Nous étudierons les méthodes utilisées
à l’étranger et utilisables en France. Si les tests psychométriques restent
l’instrument le plus fiable pour identifier et évaluer la précocité d’un enfant, d’autres
méthodes sont envisageables. Nous verrons plus particulièrement ce qu’il faut
penser de l’identification des enfants surdoués par les enseignants. Disons-le dès
maintenant : les enseignants commettent beaucoup d’erreurs en ce domaine.
D’une part, ils désignent comme surdoués des élèves simplement bien adaptés
et capables de bons résultats scolaires; d’autre part, plus de la moitié des enfants
surdoués ne sont pas perçus comme tels. Dans cette dernière situation,
l’ensei• 12Présentation
gnant ne va donc attendre de l’enfant qu’un comportement scolaire moyen, et
l’enfant, par ce que nous nommons l’effet Pygmalion négatif, va avoir tendance
à se conformer à la représentation que le maître a de lui, donc à normaliser,
réduire l’expression de son potentiel véritable.
Dans le meilleur des cas, lorsque la précocité d’un enfant a été correctement
identifiée, se pose alors le problème des implications au plan éducatif.
L’avance scolaire est-elle un bon choix? Nous en étudierons les conséquences.
L’enrichissement et l’approfondissement sont-ils possibles dans nos classes?
Au-delà de la question scolaire, de quelle façon les parents peuvent-ils aider à
l’épanouissement de leur enfant précoce?
Cet ouvrage n’a d’autre objectif que de permettre à chaque lecteur de forger sa
propre réponse en fonction des informations qui lui auront paru significatives.
Je ne cacherai cependant pas que j’espère vivement que ce document
contribuera à faire disparaître la conception simpliste selon laquelle l’enfant surdoué
serait un petit surhomme pour lequel tout serait facile et qui, en conséquence, ne
mériterait pas notre attention. Je ne pouvais pas être d’accord quand, en 1973,
un attaché du cabinet du ministre de l’Éducation m’expliquait que « si un enfant
est véritablement surdoué, il s’en sortira toujours, même dans un mauvais
système éducatif ». Cette position confortable impliquait qu’un enfant surdoué en
situation d’échec scolaire ne pouvait être un surdoué, que j’étais mal venu de
venir soulever un faux problème et que, de plus, l’évolution d’un enfant surdoué
n’était pas influencée par les conditions d’éducation, conception pour le moins
étonnante chez un responsable du ministère de l’Éducation.
Nous reconnaissons qu’aujourd’hui l’Éducation nationale est actuellement en
progrès car elle a admis l’existence de ces enfants et commence à inciter les
chercheurs français en psychologie et en pédagogie à engager des études dans
ce secteur négligé.
13 •U Anti-conseils
destinés aux parents
Recommandations à ne pas suivre :
À la maison
– Lui montrer que ses questions vous dérangent. La curiosité est un vilain défaut.
– Le coller devant la télévision pour avoir la paix.
– Le laisser se débrouiller avec ses leçons et ses devoirs. Il faut qu’il soit
autonome.
– Limiter les câlins. Il faut grandir.
– Ne pas prêter trop attention à ses résultats scolaires s’ils sont brillants
(rassurezvous, ils ne le resteront pas longtemps).
– Ne pas rater une occasion de souligner une insuffisance.
À l’école
– Éviter de l’interroger car il sait et ça décourage les autres. Qu’il se taise!
– L’empêcher de poser trop de questions. Il verra ça plus tard.
– Déconseiller une avance scolaire car il faut qu’il vive avec les enfants de son âge
et il ne faut pas lui voler son enfance.
– Exiger sa pleine attention lorsque le maître rabâche la même explication.
– Stigmatiser son écriture si mal tracée, particulièrement s’il a déjà une avance
scolaire.
– Si, par malheur, ses parents l’ont dénoncé précoce, avec tests à l’appui, déclarer
que, comme chacun sait, les tests n’ont aucune valeur. Si, de plus, les tests ont été
réalisés par un psychologue non issu du secteur public, alors, là, pas de quartier!
Ces attitudes ont déjà largement fait la preuve de leur efficacité. Elles sont moins
présentes chez les parents attentifs qui vont consulter un psychologue quand ils
sentent leur enfant en difficulté. Elles risquent de se raréfier chez les enseignants
depuis que le ministère de l’Éducation nationale reconnaît l’existence des « élèves
intellectuellement précoces » et de leurs difficultés dans un système éducatif peu
adapté à leurs besoins.
• 14Première partie
Qu’est-ce qu’un enfant surdoué?Chapitre 1
L’évolution des idées
et la prise de conscience
Historique des études concernant les enfants surdoués
Au cours des siècles, en France comme ailleurs, un certain nombre de génies ou
de simples surdoués ont pu exprimer leurs possibilités et ont contribué à
l’évolution sociale, morale, technologique. Les uns ont été favorisés par des conditions
éducatives propices, d’autres n’ont réussi à apporter leur contribution que parce
qu’ils disposaient d’une force de caractère peu commune.
Mais saura-t-on jamais combien de génies potentiels ont été perdus, aussi bien
pour eux-mêmes que pour l’humanité, à cause de circonstances d’éducation
défavorables?
Voici un siècle, l’école obligatoire a été créée avec un bel enthousiasme dans
l’espoir que désormais les enfants de toutes origines sociales pourraient
exprimer au mieux leurs possibilités. Mais très vite, le problème de l’inadaptation
d’un système éducatif uniforme face à la diversité des enfants a été évident. Dès
1909, Alfred Binet, inventeur de la notion d’âge mental, évoquait ces écoliers
« trop intelligents » qui ne profitent pas de l’enseignement et qui risquent de se
perdre dans l’école telle qu’elle leur est imposée.
En 1920, Édouard Claparède s’insurge contre l’école qui ne veut répondre
qu’aux besoins de l’élève moyen et qui malmène les autres.
Malgré la dimension de leurs auteurs, ces prises de position n’eurent aucune
conséquence au plan des études et des réalisations pédagogiques en France. Par
contre, et nous y reviendrons, les Américains reprirent très rapidement le test de
Binet et l’utilisèrent largement dans les recherches concernant les enfants
surdoués.
17 •Qu’est-ce qu’un enfant surdoué ?
Aussi en 1951, De Craecker ne peut citer une seule étude française dans son
ouvrage très documenté Les Enfants intellectuellement doués. À la même
époque, cependant, « une classe de 15 enfants présentant des troubles et une
dysharmonie psychique déterminés par le développement précoce et inégal des
aptitudes » avait été constituée par le Professeur R. Lafon, psychiatre infantile,
lleet confiée à M Debroas pendant cinq années. Les conclusions publiées de cette
expérience insistent sur le fait que ces enfants ont pu reprendre une évolution
harmonieuse grâce à un enseignement adapté à des enfants « dont les aptitudes
s’écartent de la moyenne en la dépassant ».
Dans les vingt années qui suivirent, seuls quelques psychiatres écrivirent de
rares articles sur les enfants surdoués, tels Lebovici dans la Revue de
Neuropsychiatrie infantile, C. Kohler et Maer dans Sauvegarde de l’enfance,
Talan dans La psychiatrie de l’enfant revue des Presses Universitaires de France,
et surtout le Professeur J. De Ajuriaguerra qui, en 1970, dans son Manuel de
psychiatrie de l’enfant fait une brève synthèse des études américaines.
C’est dans ce contexte, où il semblait que les enfants surdoués relevaient
davantage des psychiatres que des pédagogues ou des psychologues, que nous
fondons l’Association Nationale pour les Enfants Surdoués (ANPES) en 1971, en
ayant pour objectif de promouvoir une meilleure connaissance de l’enfant
surdoué et de ses besoins, aussi bien dans le grand public que chez les enseignants
et au sein même du ministère de l’Éducation.
À cette époque, nous avions hésité en ce qui concernait l’appellation de notre
association entre les qualificatifs surdoué et précoce, car pour nous l’enfant
surdoué se définit essentiellement en termes de précocité dans un ou plusieurs
secteurs du développement intellectuel. C’est le fait que tous les articles cités
cidessus utilisaient le terme surdoué qui nous a conduits à l’adopter pour notre
intitulé. Pour nous, ce terme n’implique pas une prise de position dans le débat
hérédité/environnement en ce qui concerne les déterminants de l’intelligence
dont nous nous limitons à constater l’expression chez les enfants dès que leur
comportement devient significatif d’une précocité.
De 1972 à 1976, nous avons organisé à Nice un atelier de créativité puis de jeu
d’échecs pour un groupe de jeunes enfants surdoués. Malgré son intérêt pour les
enfants concernés, cet atelier nous est apparu trop limité pour avoir une
incidence sur l’amélioration du sort réservé aux enfants surdoués en France.
Aussi ai-je proposé que nous réalisions le premier congrès national pour les
enfants surdoués, congrès qui s’est tenu avec un plein succès en avril 1978 à
Nice. J’évalue ce succès en termes de nombre de participants, de qualité des
• 18

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.