Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 32,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Du même publieur

Couverture : Jacques Fradin, Camille Lefrançois, La thérapie neurocognitive et comportementale (Prise en charge neurocomportementale des troubles psychologiques et psychiatriques), De Boeck

Carrefour imagedes psychothérapies

Collection dirigée par Edith GOLDBETER_MERINFELD

Giovanni ABIGNENTE (Adaptation française de Jean-Yves HAYEZ)

Les racines et les ailes. Ressources, tâches et embûches de la famille

Maurizio ANDOLFI (Traduction d’Angela MACCIOCCHI)

La thérapie racontée par les familles. Un regard rétrospectif selon le modèle transgénérationnel

Maurizio ANDOLFI, Anna MASCELLANI (Traduction d’Angela MACCIOCCHI)

Histoires d’adolescence. Expériences de thérapie familiale

Bernard AUCOUTURIER

La méthode Aucouturier. Fantasmes d’action et pratique psychomotrice

Aaron T. BECK (Traduction de Bernard Pascal)

La thérapie cognitive et les troubles émotionnels

Rolando Omar BENENZON (Adaptation française de Fabienne CASSIERS)

La musicothérapie. La part oubliée de la personnalité

Antoine BIOY, Pascal-Henri KELLER

Hypnose clinique et principe d’analogie. Fondements d’une pratique psychothérapeutique

Sarah BOWEN, Neha CHAWLA, G. Alan MARLATT

Addictions : prévention de la rechute basée sur la pleine conscience. Guide clinique

Nicole CALEVOI, Gérard DARGE, Régine GOSSART, Marc HAYAT, Sylvie KOCKELMEYER, Romano SCANDARIATO, Rita SFERRAZZA

Le psychodrame psychanalytique métathérapeutique. Supervision, relance et dégagement

Luigi CANCRINI (Traduction de Silvia GUZZI)

L’océan borderline. Troubles des états limites, récits de voyage

Michel CAUTAERTS

« Je tu(e) il ». Psychanalyse et mythanalyse des perversions

Salvatore D’AMORE

Les nouvelles familles. Approches cliniques

Frank M. DATTILIO

Thérapies cognitivo-comportementales pour les couples et les familles

Michel DELBROUCK

Psychopathologie. Manuel à l’usage du médecin et du psychothérapeute

Édouard de PERROT

La psychothérapie de soutien. Une perspective psychanalytique

Édouard de PERROT, Martin WEYENETH

Psychiatrie et psychothérapie. Une approche psychanalytique

Barry L. DUNCAN, Scott D. MILLER, Bruce E. WAMPOLD, Mark A. HUBBLE

L’essence du changement. Utiliser les facteurs communs aux différentes psychothérapies

Mansour EL FEKI (Éd.)

La sexothérapie. Quelle thérapie choisir en sexologie clinique ?

Nicolas FAVEZ, France FRASCAROLO-MOUTINOT, Hervé TISSOT

Naître et grandir au sein de la triade. Le développement de l’alliance familiale

Elisabeth FIVAZ-DEPEURSINGE, Antoinette CORBOZ-WARNÉRY

Le triangle primaire. Le père, la mère, le bébé

Jacques FRADIN, Camille LEFRANÇOIS

La thérapie neurocognitive et comportementale. Prise en charge neurocomportementale des troubles psychologiques et psychiatriques

Edith GOLDBETER-MERINFELD

Le deuil impossible. Familles et tiers pesants

Edith GOLDBETER-MERINFELD, Juan-Luis LINARES, Luigi ONNIS, Elida ROMANO, Marco VANNOTTI

Thérapie familiale en Europe. Inventions à cinq voix

Zohra GUERRAOUI, Gérard PIRLOT

Comprendre et traiter les situations interculturelles.

Approches psychodynamiques et psychanalytiques

Russ HARRIS

Passez à l’ACT. Pratique de la thérapie d’acceptation et d’engagement

Michel HELLER

Psychothérapies corporelles. Fondements et méthodes

Jon KABAT-ZINN (Traduction de Claude MASKENS)

Au cœur de la tourmente, la pleine conscience. MBSR, la réduction du stress basée sur la mindfulness : programme complet en 8 semaines

David G. KINGDON, Douglas TURKINGTON (Traduction de Pierre PÉRIARD)

Thérapie cognitive de la schizophrénie. Une thérapie par le dialogue et l’écoute du sujet

Ilios KOTSOU, Alexandre HEEREN

Pleine conscience et acceptation. Les thérapies de la troisième vague

Juan Luis LINARES (Traduction de Felipe BARROS SOLANA)

Des abus et autres maltraitances. La maltraitance familiale, entre thérapie et contrôle

Jean-Claude MAES

Emprise et manipulation. Peut-on guérir des sectes ?

Muriel MEYNCKENS-FOUREZ, Christine VAN DER BORGHT et Philippe KINOO

Éduquer et soigner en équipe. Manuel de pratiques institutionnelles

Pierre MICHARD

La thérapie contextuelle de Boszormenyi-Nagy.

Une nouvelle figure de l’enfant dans le champ de la thérapie familiale

Moïra MIKOLAJCZAK et Martin DESSEILLES

Traité de régulation des émotions

Salvador MINUCHIN, Joel ELIZUR (Traduction de Serge KANNAS)

Maladie mentale et hospitalisation psychiatrique. Familles, psychothérapies et société

Serge MORI et Georges ROUAN

Les thérapies narratives

Haim OMER (Traduction d’Édith GOLDBETER-MERINFELD)

La résistance non violente. Une nouvelle approche des enfants violents et autodestructeurs

Luigi ONNIS

Anorexie et boulimie, le temps suspendu. Individu, famille et société

Luigi ONNIS (Traduction de Michèle LAURENT)

Asthme et enfant. Apports de la thérapie familiale

André PASSELECQ (Éd.)

Anorexie et boulimie. Une clinique de l’extrême

Paolo RIGLIANO et Margherita GRAGLIA

L’homosexualité dans les psychothérapies. Histoire, enjeux et perspectives

Babette ROTHSCHILD (Traduction de Françoise DUCÈNE)

Le corps se souvient. Mémoire somatique et traitement du trauma

Benjamin SCHOENDORFF, Jana GRAND, Marie-France BOLDUC

La thérapie d’acceptation et d’engagement. Guide clinique

Matteo SELVINI (Traduction de Dominique WATHELET)

Réinventer la psychothérapie. L’École de Mara Selvini-Palazzoli

René SIRVEN

Relaxation thérapeutique pour adolescents. Guide de pratique psychosomatique

Emmanuel STREEL et Léonie CHINET (Éd.)

Cannabis. Approches thérapeutiques contemporaines

Zindel V. SEGAL, J. Mark G. WILLIAMS, John D. TEASDALE

(Traduction de Claude MASKENS)

La thérapie cognitive basée sur la pleine conscience pour la dépression.

Une nouvelle approche pour prévenir la rechute

Philippe de TIMARY, Sortir l’alcoolique de son isolement

Onno VAN DER HART, Ellert R.S. Nijenhuis, Kathy STEELE

Le soi hanté. Dissociation structurelle et traitement de la traumatisation chronique

Jean-Jacques WITTEZAELE (Éd.)

La double contrainte. L’influence des paradoxes de Bateson en Sciences humaines

Jeffrey E. YOUNG, Janet S. KLOSKO, Marjorie E. WEISHAAR (Traduction de Bernard PASCAL)

La thérapie des schémas. Approche cognitive des troubles de la personnalité

Table des abréviations

AA

Activation de l’action

AD

Art Dédramatique

AE

Personnalité en Activation Empêchée ou Novatrice

AR

Personnalité en Activation Réussie ou épicurienne ou Philosophe

BC

Bonne case

CAES

Comportement automatique d’évitement social

CPF

Cortex Préfrontal

EUI

États d’Urgence de l’Instinct

FE

Personnalité en Fuite Empêchée ou Sécuritaire

FLI

Fuite, Lutte, Inhibition

FR

Fuite Réussie ou Personnalité Animatrice

GMM

Gestion des modes mentaux

GMMs

Gestion des modes mentaux supérieurs

IE

Personnalité en Inhibition Empêchée ou Altruiste ou Solidaire

IA

Inhibition de l’Action

IR

Personnalité en Inhibition Réussie ou affective ou participative

IRMf :

voir imagerie cérébrale fonctionnelle

LE

Lutte Empêchée ou Personnalité Compétitrice

LR

Personnalité en Lutte réussie ou Stratège

MC

Mauvaise case

MC P. II.

Mauvaise case de personnalité secondaire

MM

Mode mental

MMAd

ou MMP

Mode Mental Adaptatif ou Préfrontal

MMAu

ou MMA

Mode Mental Automatique

MMP

Mode Mental Préfrontal

NL

Cortex Néo-limbique

P.I.

Personnalités primaires

P. II.

Personnalités secondaires

PG

Positionnement grégaire

PGD

Positionnement grégaire dominant ou dominance

PGI

Positionnement grégaire intégré ou intégration

PGM

Positionnement grégaire marginal ou marginalité

PGS

Positionnement grégaire soumis ou soumission

PL

Paléo-limbique

RH

Répression d’hyper

TCC

Thérapies Comportementales et Cognitives

TNC

Thérapie Neurocognitive et Comportementale

Remerciements

Pour nous avoir aidés dans l’aboutissement de cet ouvrage, nous tenons à remercier chaleureusement :

Anaïs Lafaye, Antoine Coutant, Aurélie Van Dijk, Bjørg Kilavik, Céline Butin, Elisabetta Monfardini, Pierre Moorkens, Riadh Lebib, Stéphanie de Chalvron, Suzanne Robert-Ouvray

… ainsi que tous ceux qui ont pu nous apporter leur soutien.

Introduction
Bases et méthodologie

Cet ouvrage est un traité de pratique clinique en Thérapie Neurocognitive et Comportementale (TNC). Il s’adresse donc avant tout aux psychiatres, psychothérapeutes, psychologues cliniciens ou médecins. Il est destiné à présenter les bases du diagnostic, de la modélisation et du traitement (notamment comportemental) des troubles mentaux à travers cette approche.

Même si des liens avec les disciplines fondamentales qui sous-tendent la genèse de cette approche et sa validation sont abordés tout au long de ce texte, ces allusions restent plus pédagogiques et illustratives que démonstratives. De même, certaines terminologies employées (Néolimbique, Paléolimbique…) sont simplificatrices et à finalité pédagogique. Nous avons bien entendu été attentifs à ce qu’elles ne dénaturent pas le sens et la mise en application de ces connaissances et expérimentations. Pour en savoir davantage sur ce sujet, vous pouvez vous reporter à d’autres écrits, livres ou articles scientifiques publiés par l’Institut de Médecine Environnementale1 (IME).

Dans cette optique, ce texte développe les grandes dimensions classiques de la clinique en Thérapie Cognitive et Comportementale (TCC) appliquée à la TNC, à savoir :

  • La pédagogie

  • Le diagnostic

  • La modélisation stratégique

  • Le traitement (ici principalement comportemental, la dimension cognitive étant davantage abordée dans d’autres ouvrages, cf. Fradinet al., 2008 ; Fradin & Le Moullec, 2006 ; Fradin & Fradin, 2006).

Quelques bases fondamentales et orientations méthodologiques de la TNC sont abordées en prélude au développement clinique. En effet, celles-ci nous sont apparues utiles à la compréhension et à l’utilisation rationnelle et pertinente de la discipline2.

1. Médecine Environnementale, Psychologie et interdisciplinarité

Commençons par un petit détour aux origines de notre recherche en TNC, puisque celle-ci a été mise au point dans le cadre du Laboratoire de Psychologie et Neurosciences (LPN) de l’IME.

La Médecine Environnementale (ME) se définit comme la médecine du mode de vie (alimentation, activité physique, sommeil…) et des relations de l’individu à l’environnement (général, domestique, professionnel, social…). Elle s’oppose à la Médecine Génétique (MG)3, en ce sens qu’elle s’intéresse à tout ce qui n’est pas génétique, autrement dit à ce qui résulte de l’interaction entre gènes et environnement. Par ailleurs, la ME est largement opérationnelle car on sait de plus en plus ce qu’il faut faire et ne pas faire pour vivre en meilleure santé et plus heureux plus longtemps. À ce stade, la médecine génétique n’est encore que balbutiante. Mais surtout, il est reconnu que les maladies d’origine strictement génétique sont rares (Feingold & Martinez, 1998 ; Kazma, 2010, Danchinet al., 2011), et tout porte à croire que les facteurs environnementaux constitueraient plus de 90 % des facteurs de risque de santé ou de maladies4.

La ME et la MG ont cependant en commun le fait qu’elles constituent les seules approches réellement causales (étiologiques) de la santé. En effet, ces disciplines sous-tendent toute la prévention primaire (prévention des troubles et maladies dans la population générale), par opposition aux préventions secondaires (dépistage et traitement précoces des troubles et maladies chez des populations à risque) ou tertiaires (prévention de la rechute et traitement/gestion des séquelles).

Ainsi :

Prévention primaire = médecine génétique + médecine environnementale

Ces deux types de médecine viennent compléter la Médecine dite Curative (MC), qui agit sur :

  • Des métabolismes intermédiaires, entre gènes et environnement.

  • Des agressions microbiologiques, en substitution ou complément de l’immunité et d’autres capacités naturelles de défense.

  • Des maladies prolifératives comme les cancers, pour les dépister et les traiter.

  • Des séquelles de traumatismes et d’agressions diverses, pour suppléer aux déficits et dysfonctionnements induits.

Pour essentielle que soit la pratique de la MC pour la santé publique, l’élévation rapide des coûts qu’elle entraîne pose la question du financement à long terme du système de santé actuel. En effet, plus l’action est symptomatique, i.e. agir en aval dans la cascade des causes, plus son bénéfice en termes de santé publique est restreint et plus son coût économique est élevé pour la collectivité.

De façon générale, les traitements dits curatifs soulagent (un antalgique par exemple), contrôlent un risque (un anticoagulant chez un patient cardiaque pendant le temps du traitement) et parfois guérissent un patient. Ce type de traitement, en revanche, n’empêche nullement le patient de rechuter quelque temps après l’arrêt du traitement (un antibiotique, par exemple). Ainsi, les troubles chroniques ne cessent de croître car les traitements qui leur sont aujourd’hui appliqués ne gèrent que la partie (plus ou moins) finale de la cascade des causalités. Les grandes pathologies comme les troubles cardiovasculaires ou les cancers ont des facteurs de risque qui semblent essentiellement environnementaux. Parmi eux, près de 80 % seraient liés à notre mode de vie et dépendraient donc directement de nos actions5.

Or, en ME, le comportement est cardinal : il est au cœur du changement de mode de vie. S’occuper des comportements individuels et collectifs et notamment des facteurs de changement est donc fondamental pour cette discipline. L’étude du comportement représente sans doute aussi l’opportunité, pour la psychologie comme pour la ME, de partager leurs expériences et leurs champs de recherche. En effet, nous savons qu’aujourd’hui l’heure est à l’interdisciplinarité. La ME l’est par nature, car il lui incombe de gérer les multiples facteurs de risque et d’amélioration du mode de vie pour la santé, tels que :

  • L’alimentation = nutrition + allergologie + physiologie de la digestion + toxicologie alimentaire + comportement alimentaire + épidémiologie de l’acte alimentaire…

  • La prévention et la gestion du stress = physiologie du stress + psychologie + psychosociologie (stress au travail…) + neurosciences et disciplines connexes (éthologie, anthropologie…).

  • Les troubles du sommeil = physiologie du sommeil + psychologie + métabolisme et troubles digestifs…

  • L’activité physique = physiologie du sport + épidémiologie de l’activité physique.

  • La toxicologie = de l’habitat + au travail + de l’environnement général.

  • La prévention du vieillissement = génétique + alimentation +, etc.

Il est certes totalement impossible d’être spécialiste de tout cela à la fois… mais une somme de spécialistes compétents ne remplace pas non plus un seul médecin environnementaliste.

Dans cette optique, la psychologie voit aujourd’hui son champ s’élargir et constituer un autre « continent » : elle s’appuie sur des dizaines de disciplines, regroupées sous le vocable de neurosciences, auxquelles il faut ajouter la psychologie cognitive, la psychologie clinique, la psychothérapie, sans oublier les nombreux courants et écoles qui les animent (ou les divisent…, cf. Posner & Rothbart, 2004), etc.

Comment faire vivre ainsi ces complémentarités et explorer ces disciplines sans s’y noyer ? Tel est assurément l’un des défis passionnant, délicat et indispensable de notre époque. Dans ce cadre, l’approche systémique se révèle essentielle pour explorer et élaborer une psychologie scientifique moderne, ouverte et efficiente. L’expérience de la ME peut y contribuer, et c’est ce que nous tentons de faire depuis plus de vingt-cinq ans à l’IME.

2. Thérapies Cognitives et Comportementales, Neurosciences et TNC

Les Thérapies Cognitives et Comportementales (TCC) proposent de nombreuses techniques psychothérapeutiques validées scientifiquement. Elles écrivent un nouveau chapitre de l’histoire des psychothérapies, en montrant notamment que le stress, au sens large (anxiété, agressivité, découragement), naît davantage du raisonnement incohérent et irrationnel d’un individu que de sa frustration (Beck 1979). La troisième vague de cette discipline – considérant notamment la Mindfulness (cf. Kabat-Zinn, 1982, 2013 ; André, 2011 ; Segalet al., 2006) et l’Acceptance and Commitment Therapy (ACT ; Hayeset al., 2004 ; Monestès & Villatte, 2011) – est quant à elle centrée sur l’attitude plutôt que sur la résolution de problème. Elle confirme la pertinence de « l’ici et maintenant » comme angle d’approche pour comprendre la pathologie et construire les thérapies. Cet angle diffère du point de vue centré sur la trace mnésique émotionnelle et traumatique comme principale origine des troubles. Les TCC esquissent aussi la nécessité de mieux comprendre comment notre cerveau mémorise, transforme, superpose ou échoue et se stresse. Elles se posent également la question cruciale de savoir à quelle fin notre cerveau mémorise : quelle est en effet la fonction darwinienne, phylogénétique de la mémoire et donc de ses troubles ?

À ces questions, les sciences de la biologie et les neurosciences commencent à mieux répondre, et ce qu’elles suggèrent va dans le sens d’une synergie fonctionnelle étroite entre le structurel (génétique/épigénétique, métabolique, neuronal, anatomique…) et le fonctionnel (psycho-comportemental, émotionnel, psychosocial…).

En fin de compte, toutes ces disciplines ouvrent une voie centrale pour la neuropsychologie et les thérapies Neuro-Cognitivo-Comportementales

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin