//img.uscri.be/pth/0ea971bddf976b0ea712618d932b8642ff75dfa1
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,63 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Une école pour réussir

De
87 pages
A populations scolaires comparables, certains établissements scolaires sont plus efficaces, le climat plus serein, la qualité de vie sans comparaison; ils favorisent davantage la réussite scolaire d'un plus grand nombre d'élèves. Cette valeur ajoutée développe un effet établissement qui prend ses racines dans la globalité de l'établissement. il s'agit ici d'en explorer certains aspects, de préciser des conditions pour que l'effet établissement puisse exister et se développer.
Voir plus Voir moins

UNE ECOLE POUR REUSSIR

L effet établissement

Du même auteur

Diriger un établissement scolaire, lëducation LHarmattan, 2002.

nouvelle au quotidien,

En collaboration

avec Michèle Mazalto

Pomme et Charly, Guy Saint-Jean éditeur, Québec (épuisé). jean-Claude et Béatrice, Guy Saint-Jean éditeur, Québec (épuisé). Adèle-mystère et Clément-Secret, Guy Saint-Jean éditeur, Québec (épuisé).

Maurice Mazalto

UNE ECOLE POUR REUSSIR L effet établissement

Préface de Bernard Toulemonde, Inspecteur Général de l'Education Nationale,

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris

FRANCE
L'Hannattan Hongrie

Espace L'Harmattan

Kinshasa

L'Harmattan

Italia

L'Harmattan

Burkina Faso

Konyvesbolt Kossuth L u. 14-16

1053 Budapest

Fac des Sc Sociales, Pol et Adm. ; BP243, KIN XI Université de Kinshasa - ROC

Via Degli Artisti. 15 10124 Torino ITALIE

1200 logements vilIa 96 12B2260 Ouagadougou 12

www.librairieharmattan.com Harmattanl @wanadoo.fr diffusion. harmattan @wanadoo.fr ~L'Hannattan,2005 ISBN: 2-7475-9528-5 EAN : 9782747595285

Maurice Mazalto s'attache dans ce livre à cerner ce que l'on appelle
«

l'effet établissement ». Voilà qui est courageux d'une part, et qui

est réalisé brillamment d'autre part. Ce travail s'attelle courageusement à l'une des questions lesplus di[ ficiles du système éducatif: l'évaluation des établissements scolaires. On parle certes assez fréquemment de l'effet établissement; des recherches lui ont été consacréespar exemple par 11REDU (Institut de Recherche sur l'Education Université de Dijon) ou les Cahiers pédagogiques. Mais l'a-t-on défini ou mieux, encore, mesuré? On sait qu'il existe et que deux établissements scolaires, même fort ressemblants, ne produisent pas le même effet sur leurs élèves. On s'est efforcé de le mesurer de façon à dépasser une notion insaisissable,
« plus

intuitive que rationnelle »,préciseMaurice Mazalto, quand

elle n'est pas, hélas, fondée parfois sur de simples rumeurs... Comme le montre l'auteur, les travaux de la DEP (Direction de l'Evaluation et de la Prospective) ont permis d'avancer dans la

détermination de la « valeur ajoutée» par un établissement et,plus
récemment, de caractériser les lycées en fonction de leurs performances {établissements « performants» ou « non performants », établissements « sélectifs », établissements « accompagnateurs »). On peut noter aussi que les corps d'inspection, nationaux et régionaux, se sont lancés depuis plusieurs années dans des évaluations globales des académies et des établissements.

Ces travaux accompagnent un mouvement de fond qui tend à focaliser l'attention sur les résultats. Celui-ci débute, indique à juste titre Maurice Mazalto, par l'affirmation de l'identité de l'établissement, conduite dans les années 1980 à l'initiative de Maurice Vérgnaud, avec son fameux séminaire de Souillac et sa non moins fameuse circulaire de 1982 (Vers une plus grande responsabilité des établissements scolaires) : identité traduite dans le projet

dëtablissement, qui seragénéraliséen 1989. De cefait

«

l'unifor-

mité grisâtre de l'école est repeinte avec une toute nouvelle identité plus colorée» ! Les établissements sont différents, se veulent différents et, par conséquent, ont des effets différents sur leurs élèves. A ce mouvement identitaire s'ajoute pour diverses raisons (consumérisme des parents d'élèves, coût de l'éducation, nouveau management public) une recherche de l'efficacité et des performances: cette évolution se traduit dans les travaux de la DEP et elle est consacréepar la LOLF (Loi Organique relative aux Lois de Finances), évoquée par l'auteur. Le souci de la performance et même de l'efficience (qui introduit le coût dans le calcul de la performance) devient central et, avec lui, la mise au point d'indicateurs, de tableaux de bord, de compte- rendus.. .La question estposée par l'auteur: peut-on réduire toute l'éducation à des résultats chiffrés? L'auteur s'intéresse, dans une brillante démonstration, au fonctionnement global de l'établissement et à l'élève placé au centre de cet établissement. En somme, une conviction habite ce livre: celle que lëtablissement participe à la formation des hommes et des femmes et que, derrière l'élève, se profile l'enfant ou l'adolescent à faire
« grandir

». Cefaisant, Maurice Mazalto se montrefidèle à « l'édu-

cation nouvelle », qui inspirait déjà son précédent ouvrage, Diriger un établissement scolaire. L'éducation nouvelle au quotidien. Il ouvre ce chantier avec un plaisir non dissimulé « pour explorer, gratter, déterrer, mettre à jour, nettoyer» - « un chantier passionnant », avoue-t-il ! Cette exploration privilégie les aspects qualitatifs, bien loin des résultats apparents et quantifiables: le fonctionnementglobal « va construire, développer un effet », que l'auteur analyse au fil des différents chapitres.

8