Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Une pédagogie en recherche-action

De
158 pages
Cet ouvrage rend compte de l'expérimentation sur dix ans de la recherche-action comme pédagogie dans la formation des futurs travailleurs sociaux. L'introduction de la recherche-action dans la formation en travail social favorise la posture interrogative, l'apprentissage de la démarche collective de recherche, et crée des espaces hybrides d'élaboration des postures professionnelles dans une transversalité des métiers.
Voir plus Voir moins
Catherine Tourrilhes Ana Paula V. Fraga Levivier
N O I T RECHERCHES C E EN ACTION L L OC
Une pédagogie en rechercheaction
Champagne-Ardenne
Innovation dans la formation en travail social
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
www.harmattan.com
ISBN : 978-2-343-12265-6 EAN : 9782343122656
Une pédagogie en recherche-action
Innovation dans la formation en travail social
Collection « Recherches en action »
Dirigée par Stéphane Rullac et Alain Minet
Directeur de publication des Presses de Parmentier : Stéphane Rullac
Chargée d’édition: Aude Bessmann
La collection a pour objectif de présenter des objets, des démarches et des résultats scientifiques qui s’inscrivent dans une double perspective de recherche et d’action, en matière de travail social, au sens large du terme.En quoi l’intervention sociale peut-elle être aujourd’hui outillée par une démarche scientifique qui soutient sa professionnalité et ses idéaux démocratiques et humanistes ? En quoi une orientation clinique de la recherche, ancrée dans la subjectivité desacteurs de l’intervention sociale et des bénéficiaires du travail social, permet-elle une appropriation du sens, des modalités et des effets des actions engagées ? Comment la recherche, l’action sociale et l’utilité sociale peuvent-elles s’articuler dans un même projet scientifique ? Enfin, comment les travailleurs sociaux sont-ils en mesure de dépasser une forme d’assignation à la praticité qui les freine dans leur légitimité à produire une connaissance agissante ? Ce sont toutes ces questions complexes etd’actualité que cette collection souhaite contribuer à résoudre dans une perspective d’étroite articulation entre recherche et action. Cet espace éditorial propose un accès à la publication aux démarches hybrides qui peinent à trouver leur place dans des approches qui trop souvent demandent de trancher entre une logique professionnelle et une logique scientifique. En tentant résolument d’articuler ces deux champs, « Recherches en action » souhaite contribuer à soutenir le mouvement initié par les pionniersde la recherche en travail social. L’idéal visé est la double posture de praticien-réflexif et de chercheur-acteur,réunis au sein d’une recherche en travail social.
Catherine TOURRILHES Ana Paula V. FRAGALEVIVIER
Une pédagogie en recherche-action
Innovation dans la formation en travail social
À Marie-Noëlle Duquesnois
… à tous les étudiants et à tous ceux qui ont participé et qui se sont impliqués dans ces démarches en recherche-action depuis 2005.
Personnes ressources
Anne-Marie Taupin, Aleksandra Maric, Fiona Thiébeaux, Olivier Roux, Mme Leroy, Christophe Georges, M. Bourin, M. Magnin, Martine Fournier, Saïd Rezgui, Jean-François Dargencourt, Nicolas Demissy, Les frères Malas, Shahrokh Heidari, Philippe Schneider, Mmes Knaljik et Seignier, Mireille Roulet, Mme Hernandez, M. Pavot et Mme Serris, Marie Houberdon, Nadir Djernine, Gustavo Freda, Thierry Stella, Floriane Emery, Pascal Andrieux, Élisabeth Laurent, Ghislain Jannot, Isabelle Bouyer, Michèle et Lionel Macquart, Sébastien Fergeau, Blandine Misset, Sabrina Hureaux, Louise P., Serge, Camille, Ingrid, Amaëlle.
Institutions partenaires (Reims et département de la Marne)
AEFTI (Association pour l’enseignement et la formation des travailleurs immigrés et leurs familles), ATD Quart Monde (Agir Tous pour la Dignité), L’Arche à Reims (Foyers Ménorah, Caravelle et Service d’accueil de jour), CADA de l’Armée du Salut (Centre d’accueil pour les demandeurs d’asile), CAST (Centre d’accueil et de soins pour toxicomanes), CCAS (Centre communal d’action sociale), Centre social de Bétheny, CIAM (Collectif interculturel d’associations de migrants), Collège et Lycée Joliot-Curie, Collège Maryse Bastié, CSD Porte de Mars (Circonscription de la solidarité départementale), DAPAJ (Dispositif d’accompagnement et de préparation à l’autonomie des jeunes de l’ALEPA – Association laïque pour l’éducation, la formation, la prévention et l’autonomie), École primaire Prieur de la Marne, Femmes Relais 51, Foyer Ozanam, Foyer Équilibre, Foyer Rémois, ITEP de Saint Imoges (Institut thérapeutique, éducatif et pédagogique de l’Association Anaïs),Le Sociographe(revue de recherches en travail social), Mairie de proximité, Croix-Rouge, Maison de quartier Jean-Jaurès, SDP-Reims (Service départemental de prévention), UDAF (Union départementale des associations familiales de la Marne). Avec le soutien de la DRJSCS (Direction Régionale de la Jeunesse, des Sport et de la Cohésion Sociale) dans le cadre du PREFAS-CA (Pôle de recherche et d’étude pour la formation et l’action sociale Champagne-Ardenne).
Les auteurs
Catherine Tourrilhes est sociologue, responsable de formation et de recherche, IRTS-PREFAS Champagne-Ardenne, membre du laboratoire de recherche CIREL-PROFEOR Université Lille 3, du comité de rédaction de la revueLeSociographeet du comité scientifique de l’AIFRIS (Association internationale pour la formation, la recherche et l'intervention sociale). «Après dix ans comme chargée de communication et de formation à la directiond’institutions sociales, je me suis engagée dans la création et le développement de projets d’insertion par l’économique avec des jeunes en difficulté pendant 15 ans. Ces "innovations sociales" ont fait l’objet d’un 2 retour réflexif (DESSen 1996) puis d’un travail théorique sur l’innovation 3 dans le travail social (DEAen 1998) avant d’entreprendre une démarche de recherche sur deux quartiers de Lille dans le cadre d’une thèse de doctorat soutenue en 2003 sur les conditions de l’innovation sociale avec des jeunes 4 en difficulté. C’est ici que s’ancre ma démarche de recherche-action dans l’accompagnement de l’innovation sociale. Depuis quinze ans je suis "formateur-chercheur" dans un Institut régional de travail social où j’ai pu intégrer et développer la recherche-action comme pédagogie dans un système d’action articulant recherche, formation, terrains professionnels et publics.»
2 Des conditions de l’innovation sociale, DESS Ingénierie des ressources humaines appliquée aux institutions éducatives, Université Lille 3, 1996. 3 L’innovation dans le travail social. Quels sont les processus d’émergence du changement dans l’institution sociale?, DEA, Université Lille 3, 1998. 4  Jeunesse en difficulté et innovationsociale, thèse de doctorat, UFR Sciences de l’éducation, Université Lille 3, 2003.
Ana Paula V. Fraga Levivierpsychologue clinicien (Papillons est Blancs et L’Arche à Reims) et travaille en analyse de pratiques et supervision dans le champ social, éducatif et médico-social. Elle est formatrice vacataire à l’IRTS Champagne-Ardenne, membre du comité de lecture de la revueLe Sociographe. «Au Brésil, à l’école, j’étais obligée d’assister aux défilés militaires en brandissant un petit drapeau du pays, en papier, devant le général de l’armée qui usurpait la place du président de la république. Quelle hypocrisie ! Des enfants sachant que les révérences arrachées de leurs petites mains portaient également les souvenirs des tortures et des meurtres d’êtres chers: familles, amis, proches. Ces "défilés pour la patrie", pendant la dictature militaire, rappelaient dans nos cœurs d’autres rassemblements quotidiens, pleins de tristesse et de révolte infatigables : ceux des mères de la Plaza de Mayo, en Argentine, criant leurs fils disparus. Dans les années 80, l’ouverture politique et la re-démocratisation sont enfin conquises au Brésil et moi, plus âgée, je rêvais de "faire de la politique" avec la soif et l’enthousiasme d’une jeunesse brésilienne avide de justice et d’amour. Mai 68 avait imprégné nos espoirs de liberté, d’égalité et de fraternité dans le quotidien, aussi bien que dans les affaires publiques ; ce qui m’a donné une singulière façon de penser l’éducation, les souffrances humaines et la citoyenneté. C’est-à-dire un "art" né d’un mouvement incessant venant interroger la réalité, les savoirs et les techniques par un métissage nouant les réalités économiques, sociales et culturelles, l’éthique, la liberté, l’action,la pensée et la certitude que les rêves sont faits pour être réalisés ! Sinon, que peut-on espérer de bon du futur ? Des années plus tard j’ai traversé l’Atlantique pour poursuivre ma formation analytique en France, pays symbole, pour moi, du métissage entre la politique, la psychanalyse et la lutte pour les libertés et le droit à la différence. C’est avec cet espoir que je suis arrivée dans le "cœur vivant" de la psychothérapie institutionnelle : la Clinique de La Borde, auprès de Jean Oury et son collectif. Ensuite j’ai accompli le rêve d’un doctorat en "psychopathologie fondamentale et psychanalyse" dans l’ancien laboratoire dirigé par Pierre Fédida à Paris 7. Et de petits boulots en petits boulots, après les galères de "l’immigrée", j’arrive enfin à trouver et à articuler des possibilités de travail qui conviennent à mes racines plurielles et démocratiques, portant sur mes passions : la clinique, l’éducation, la recherche, la politique. »
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin