//img.uscri.be/pth/0811ba2c43a276f12c5e0e520114ccfa8737fb0a
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Université : l'impossible réforme

De
188 pages
Edgar, Valérie, Geneviève... et les autres » est un peu injuste pour tous ces autres qui sont passés par les rues de Grenelle, Descartes ou Dutot sans laisser leur empreinte au ministère, au demi-ministère voire au secrétariat d'État qui a eu la charge de l'enseignement supérieur. On n'a donc retenu ici que ceux qui ont explicitement fait de l'autonomie des universités un objectif majeur d'une impossible réforme, à commencer par Edgar Faure lui-même dont la loi éponyme, en novembre 1968, fut pourtant votée à l'Assemblée nationale à l'unanimité, moins les communistes !
Voir plus Voir moins
Robert Chaudenson
sité : l’impossible réforme Edgar, Valérie, Geneviève et les autres…
UNIVERSITÉ : L’IMPOSSIBLE RÉFORME
© L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris http://www. harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-01943-7 EAN : 9782343019437
Robert CHAUDENSON UNIVERSITÉ : L’IMPOSSIBLE RÉFORME Edgar, Valérie, Geneviève et les autres…
Du même auteur : Mondialisation :la langue française a-t-elle encore un avenir ?,2000, Paris, Didier Érudition, 237 pages. Creolization of Language and Culture, 2001, Routledge, Londres et New-York, 340 pages. (Éditeur, avec la collaboration d’U. Ammon, R. Phillipson, C. Piron,M. Perez)L’Europe parlera-t-elle anglais demain?2001, Paris, L’Harmattan.178 pages. (Éditeur, en collaboration avec L.-J. Calvet)Les langues dans l’espace francophone : de la coexistence au partenariat, 2001, Paris, L’Harmattan, 192 pages. La créolisation : théorie, applications, implications, 2003, Paris, L'Harmattan, 480 pages. (En collaboration avec D. Rakotomalala; coordonnateurs), Situations linguistiques de la Francophonie. Etat des lieux, 2004, Réseau ODFLN, AUF, 324 pages. Vers une autre idée et pour une autre politique de la langue française,2006, Paris, L’Harmattan, 211 pages. Éducation et langues. Français, créoles, langues africaines, 2006, Paris, L’Harmattan, 238 pages. (Éditeur)Français et créoles : du partenariat à des didactiques adaptées, 2006, Paris, L’Harmattan, 210 pages. (Coordonnateur),Didactique du français en milieux créolophones. Outils pédagogiques et formation des maîtres, 2008, Paris, L’Harmattan, 296 pages. (Coordonnateur), «Cultures et développement»,Études créoles, 2008, volume 1 et 2, Paris, L’Harmattan, 230 pages. Goudou-Goudou : Haïti, une année de terreur, d'erreurs et de rumeurs, Paris, L'Harmattan, 230 pages.
AVANT-PROPOS Ce livre est le deuxième tiré, pour une bonne part, de textes écrits pour mes différents blogs successifs depuis 2006. Le premier ouvrage entrepris dans les mêmes conditions portait sur le terrible tremblement de terre du 12 janvier 2010 en Haïti, Goudou Goudou : une année de terreur d'erreurs et de rumeurs(Paris, L'Harmattan, 2011). Haïti est un pays que je connais assez bien depuis longtemps (mon premier séjour remonte à 1978) et j'avais commencé à écrire sur son sujet devant la masse des âneries proposées dans nos médias. Au bout d'un an, de ce fait même, il y avait la matière d'un livre. Lorsque j'ai commencé à préparer le deuxième, sur un tout autre domaine, l'université française depuis un demi-siècle et surtout la réforme engagée à partir de 2007, j'ai eu une double hésitation. La première concernait le mode de publication (livre classique ou livre électronique disponible sur Internet) ; la seconde alternative concernait le texte lui-même : y reproduire essentiellement les blogs dans leur simple succession chronologique ou établir une nouvelle rédaction à partir de ces textes regroupés, amendés et mis en perspective. La première question a été assez vite réglée ; dans la mesure où j'ai beaucoup publié et/ou édité dans ma vie professionnelle, j'étais un peu fatigué du temps à passer dans la préparation d'un texte "bon à tirer", car cette tâche est extrêmement minutieuse et, par là même d'autant plus fastidieuse que je n'aime guère à me relire; elle est même désespérante, car, comme il n'y a plus guère de correcteurs dans l'édition scientifique en France (mais en existe-il encore une ?), la première fois qu'on ouvre le livre une fois imprimé, on tombe toujours sur une faute d'impression qu'on y a oubliée. Je me suis toutefois résigné à la publication d'un livre devant l'extravagante prolifération des textes mis sur la toile. La seconde question est au fond indépendante de la première et j'ai choisi, cette fois-ci, une forme différente de celle de mon premier livre sur Haïti qui comportait en effet les blogs
7
"d'époque", mais aussi des passages que j'avais ajoutés, surtout sur des questions générales qui pouvaient intéresser des lecteurs auxquels échappaient peut-être des aspects un peu précis de l'histoire, de la culture et la politique haïtienne. J'ai opté, en effet, ici pour une troisième formule, intermédiaire, en quelque sorte, puisque on trouve ci-dessous, reproduits à peu près tels quels (j'ai tout de même corrigé les fautes et quelques détails secondaires !) les textes que j'ai fait figurer dans mes blogs entre 2007 et 2013. J'ai eu, durant cette période, trois "hébergeurs" successifs, ayant été viré par la censure de "nouvelobs.com" (en réalité, mais je ne l'ai su que plus tard, à la suite d'une plainte en diffamation de la part d'un haut personnage du sarkozysme, "porteur d'un mandat public") et je ne sais trop pourquoi d'"overblog", mon deuxième hébergeur ;mes derniers posts ont été hébergés par "blogspot.com", sous le pseudonyme d'Usbek que j'avais adopté dès mon entrée dans la blogosphère, en croyant la chose indispensable! Il y a toutefois, une perspective générale d'interprétation des faits que souligne, je l'espère, le titre même du livre. Pour la rendre plus perceptible et faciliter la lecture, j'ai établi une chronologie sommaire de la période essentielle (de 2007 à 2013) et proposé quelques remarques sur la carrière de ministre de Valérie Pécresse qui a joué évidemment dans cette affaire le rôle essentiel. Je me borne, pour Madame Fioraso, en poste depuis à peine plus d'un an, aux lignes majeures de son projet de réforme que tout le monde s'accorde à trouver peu novateur par rapport à la loi dite LRU, sans que les vraies intentions en soient plus affirmées. Je me suis résolu finalement à ce choix pour éviter qu'on pût imaginer qu'avaient été écrits après coup des textes sur la réforme des universités en cours, selon la formule qu'on prête à ce roi imaginaire qui, tirant son épée et à la tête de ses troupes, les lança dans la bataille en proclamant : « Et maintenant, en avant pour la Guerre de cent ans ! ». Ce choix a un inconvénient majeur qui est celui d'entraîner des formes de répétitions, car non seulement ces textes sont parfois écrits à des semaines voire des mois d'intervalle, mais en outre les "posts" des blogs sont très souvent lus par des gens qui n'ont pas eu connaissance
8
des textes précédents sur le même sujet. J'ai essayé toutefois de supprimer les répétitions les plus gênantes et qui pouvaient l'être sans trop d'inconvénient. Que les lecteurs veuillent bien me pardonner d'éventuelles redites ou sauter à la lecture celles qu'ils auraient repérées!
9