Vers la territorialisation de l'identité professionnelle

De
Publié par

Souvent évoquée à propos des évolutions du système éducatif, l'identité professionnelle des enseignants est dans la plupart des études, analysée dans ses rapports aux disciplines scolaires, à l'histoire de la profession, aux évolutions des élèves… Cet ouvrage propose un regard nouveau en analysant l'impact du territoire d'exercice sur ces processus identitaires. Elle est réalisée dans des écoles de petite taille implantées dans divers milieux ruraux et dans différents pays en Europe et en Amérique Latine.
Publié le : vendredi 15 avril 2016
Lecture(s) : 0
EAN13 : 9782140007477
Nombre de pages : 259
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Catherine Rothenburger
Vers la territorialisation de l’identité professionnelle
Le cas d’enseignants ruraux en France, Espagne, Chili et Uruguay
Vers la territorialisation de l’identité professionnelle
Crise et Anthropologie de la relationCollection dirigée par Marie-Louise Martinez Une situation actuelle de crise diffuse, insidieuse ou paroxystique est observable dans différents champs et domaines de la culture (famille, éducation, médecine et thérapie, entreprise, médias, sport, art, droit, politique, religion, etc.). Elle est envisagée selon diverses perspectives (littérature, sciences humaines : psychologie, sociologie, anthropologie, philosophie, etc.) et bien souvent selon des approches interdisciplinaires, pluridisciplinaires et transdisciplinaires. Ces recherches et travaux donnent lieu à un véritable paradigme qui pourrait bien contribuer à définir un nouvel humanisme. Il paraît utile de les rassembler, pour rendre plus perceptibles leur cohésion et leur convergence malgré les diversités ou grâce à elles.  Cette collection se propose de publier en langue française des ouvrages (inédits ou traductions) dont les traits communs sont : – décrire, analyser et déconstruire la crise et la violence qui se manifestent par des dysfonctionnements intrasubjectif, intersubjectif, institutionnel, civil, – dévoiler la relation et le lien dans ses perturbations comme ses ruptures : désir, mimétisme, indifférenciation, exclusion…, – décrire et analyser afin de substituer à certaines règles relationnelles une communication intersubjective, institutionnelle, civile, de respect de la personne et d'ouverture à l’Altérité. Déjà parus Bernard GAILLARD,Adolescents délinquants et leurs parents, 2011. Bernard GAILLARD,Adolescents qui dérangent. Entre différenciation et provocation, 2009. Thomas R. BLIER,La violence des autres, 2007. Théophile TOSSAVI,Les ONG du Bénin et le système d’aide internationale, 2006 E ric HAEUSSLER,Des figures de la violence, 2005. Federica CASINI,Bibliographie des études girardiennes en France et en Italie, 2004. Olivier MAUREL,Essais sur le mimétisme,2002. Bernard LASSABLIERE,Ils sont fous ces humains ! Détritus , la bonne conscience d’Astérix, 2002. Marie-Louise MARTINEZ (éd.)L’émergence de la personne, 2002.
Catherine ROTHENBURGER
Vers laterritorialisation de l’identitéprofessionnelleLecas d’enseignantsruraux enFrance,Espagne,Chili et Uruguay
© L’Harmattan, 20165-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-08031-4EAN : 9782343080314
Préface 1 Ni aujourd’hui l’Observatoire éducation et territoiresni(OET) , 2 auparavant l’Observatoire de l’école ruraleéquipes(OER) - pluridisciplinaires de recherche (sciences de l’éducation, sociologie, 3 géographie) - ne s’étaient encore vraiment spécifiquement intéressés aux rapports et aux interactions susceptibles d’exister entre le processus de construction de l’identité professionnelle enseignante et le territoire d’exercice professionnel. Les deux observatoires avaient en effet essentiellement circonscrit leurs recherches aux impacts des différentes dimensions du territoire sur l’école au sens large du terme (école, collège et lycées) : sur les performances, sur les orientations et sur les représentations sociales des élèves, sur les pratiques professionnelles des enseignants, sur les organisations scolaires enfin. 4 Catherine Rothenburger, dans sa thèse de doctorat soutenue sur l’université de Lyon2 fin 2014, a donc fait œuvre de pionnière en cherchant à repérer et à caractériser les identités professionnelles des 1 2009- (l’OET a été créé à la suite de l’OER pour tenir compte de l’élargissement à tous types de territoire, urbains notamment, des recherches sur le champ « éducation et territoires »). 2 1997-2009, prédécesseur de l’OET. 3 Dont Catherine Rothenburger a fait et fait toujours partie.4 Devant un jury pluridisciplinaire de six membres composé de madame Anne-Marie Costalat-Founeau, professeur de psychologie sociale à l’université de Montpellier, présidente du jury, de madame Roser Boix, professeur de didactique et d’organisation scolaire à l’université de Barcelone, rapporteur, de Monsieur Patrice Caro, professeur de géographie à l’université de Caen, rapporteur, de Monsieur Pierre Champollion, IA-HDR en sciences de l’éducation, enseignant à l’université Joseph-Fourier de Grenoble, co-directeur de la thèse, de Monsieur Gilles Combaz, professeur de sciences de l’éducation à l’université de Lyon2, directeur de la thèse et de Monsieur Alain Legardez, professeur de sciences de l’éducation à Aix-Marseille-université.
5
enseignants ruraux. A travers une approche comparative de quatre ruralités différentes - Chili (île de Chiloé et Araucanía), Espagne (Cerdagne, en Catalogne), France (Cévennes ardéchoises) et Uruguay (département de Florès) -, elle a pu distinguer - relativement au territoire d’exercice - trois grands types d’identité professionnelle enseignante influençant leurs pratiques professionnelles des enseignants ruraux : -ancrés » dans leur territoire d’exercice,les enseignants qui, « ne « voient » quasiment pas - ou bien plus - le territoire qui les accueille professionnellement, y compris - parfois - lorsqu’ils en sont originaires-les enseignants qui, déniant toute spécificité à leur territoire d’exercice, « nient » toute approche éducative territorialisée en s’arc-boutant sur les instructions et les programmes définis nationalement -les enseignants qui, « apprenant » ou « redécouvrant » via livres, contacts avec pairs, parents, élèves, etc. le territoire dans lequel ils travaillent, adaptent leurs pratiques professionnelles aux besoins spécifiques des contextes et des publics.
Si son travail scientifique s’inscrit parfaitement dans la problématique générale « éducation, territoire et territorialité », défrichée depuis une quinzaine d’années par les équipes de l’OER, puis de l’OET, Catherine Rothenburger apporte à ce champ d’investigation un éclairage nouveau en s’intéressant en priorité à la dimension « symbolique » du territoire  5 que Bernard Lahire qualifiait au cours des années 1990 de « territoire rêvé ». Cette dimension symbolique du territoire, essentiellement fonction des « représentations sociales » (Abric, 2011) des acteurs territoriaux, s’apparente clairement à la « territorialité », notion qualitative mise entre autres en évidence par plusieurs géographes à la fin du siècle dernier (Bozonnet, 1992 ; Le Berre, 1992 ; Gumuchian, 1992 ; Caillouette, 2007 ; Debarbieux, 2008 ; Vanier, 2009 ; etc.). Dans ses recherches, Catherine Rothenburger est parvenue à faire une utilisation pertinente des concepts de « territorialité », qui s’est finalement avéré plus fécond pour l’étude des impacts territoriaux sur l’éducatif que le concept de « territoire » initialement mobilisé (Champollion, 2013), et de « système capacitaire » (Costalat-Founeau, 1997), qui équilibre
5 Groupe de recherche sur la socialisation.
6
« validation » subjective et « validation » normative de l’enseignement par le territoire d’exercice au sein de leurs contextes professionnels respectifs. De surcroît, alors qu’OER puis OET s’étaient « arrêtés à la porte de l’école » en analysant les contextes - territoriaux notamment - dans lesquels celle-ci s’inscrivait, Catherine Rothenburger, elle, est « entrée plus franchement dans la classe ». Ce faisant, elle a pris la suite des recherches internationales comparatives conduites entre 2009 et 2012 en la matière par l’université de Barcelone dans le cadre du 6 programme de recherche espagnol I+D qu’elle complète. Mais elle ne s’en est pas tenue là : elle a de façon très pertinente eu recours aux notions de « co-éducation » et de « village éducateur » pour essayer d’expliquer les relations établies entre territoire et école rurale (Feu & Soler, 2002). La variété des milieux ruraux qu’elle a étudiés, tous en mutation économique et sociale, lui a en effet permis de montrer comment ces relations diffèrent - ou non - d’un territoire à un autre. Pour comprendre comment fonctionne le système « territoire - école », elle a cherché à mettre à jour les relations existant entre identité, identité professionnelle enseignante, territorialité et territoire (Caro, 7 2014) . Enfin, Catherine Rothenburger a réussi à démontrer, en fonction bien sûr des territoires et des enseignants observés, que la prégnance de certains éléments du système « territoire - identité » peut expliquer la territorialisation des identités professionnelles, ainsi que la construction d’un système capacitaire plus ou moins avancée. La comparaison des discours des enseignants l’a ainsi conduite à affirmer la «convergence de processus identitaires malgré la diversité sociale et culturelle des territoires». Ce processus indique qu’il y a bien des « régularités » entre les diverses identités professionnelles des enseignants de l’école rurale (Caro, 2014, op. cit.).Les professeurs d’école apparaissent dans cette perspective comme des médiateurs entre le 8 territoire et l’action d’enseigner (Costalat-Founeau, 2014) .
6  Projet EDU 13460 du programme « Investigation + innovation » : Proyecto de Investigación Educativa “La eficacia y la calidad en la adquisición de competencias caracterizan a la escuela rural: ¿es un modelo transferible a otra tipología de escuela? 7 Rapport de jury de thèse de Catherine Rothenburger. 8 Rapport de jury de thèse de Catherine Rothenburger.
7
Au terme des résultats scientifiques à la fois originaux et convaincants présentés dans cet ouvrage agréable à lire, clair et synthétique - il intéressera autant les chercheurs en sciences de l’éducation que les étudiants d’ESPE et leurs professeurs - se posent « naturellement » un certain nombre de questions, dont voici les deux principales sont énoncées : -Que savons-nous aujourd’hui de l’impact - éventuel - de la territorialisation de l’identité professionnelle des enseignants sur la réussite scolaire, sur l’orientation et sur l’insertion des élèves ? Cette question revêt un intérêt évident pour la formation des enseignants... -La tension - voire la contradiction - qui paraît émerger de certaines expériences locales, entre favoriser systématiquement 9 l’insertion des élèves au sein de leur territoire , ce qui est gros d’un risque d’« enfermement », et les préparer systématiquement à aller chercher un emploi en dehors de leur territoire d’apprentissage, est-elle réellement insurmontable ?
Toute « bonne » recherche, après avoir engrangé des résultats, se conclut généralement par des questions… Il en va bien sûr également de celle-ci ! Mais il ne fait aucun doute que ces deux questions-là, entre bien d’autres, alimenteront de futurs travaux scientifiques au sein de la problématique « éducation, territoires et territorialités ». Sachons en gré à Catherine Rothenburger de les avoir posées… Pierre CHAMPOLLION EA Education, Cultures, Politiques/ ECP Espaces et Sociétés/ ESO-Caen Président de l’Observatoire éducation et territoires/ OET
9 Par la participation des écoles et des établissements au développement local (Pesiri, 1998).
8
Introduction Les tensions entre universel et particulier, égalité et respect des spécificités, modernité et tradition sont remarquablement fortes dans les territoires ruraux. Ceux-ci ont connu en France dans les années 70 une importante vague de modernisation des exploitations agricoles et de l’habitat rural. Les jeunes agriculteurs voulaient participer à la modernisation, au progrès et voulaient vivre et travailler différemment de leurs parents. Ils construisaient des stabulations neuves et mécanisables, des maisons à larges ouvertures. Parallèlement a perduré une « manière de vivre » dans le milieu rural, dans le village, celui-ci, bien plus qu'un espace, constituant un ensemble de relations visibles et invisibles empreint d’attachements, d’histoire, de respect de traditions et de volonté de modernité. Les rapports villes campagnes perdaient en opposition et tendaient vers une homogénéisation des modes de vie. Ainsi, l'existence d'une spécificité du monde rural était questionnée. Le concept de « territoire » venant de la géographie, intégré la sociologie rurale a conduit à une conception plus systémique du monde rural, intégrant des dimensions sociales, culturelles, paysagères, environnementales et historiques de la ruralité, ce qui a permis de sortir des problématiques uniquement techniques, de penser l’avenir du monde rural de manière plus intégrée et de prendre en compte la diversité et la singularité des territoires. Les caractéristiques du territoire et le poids de la territorialité sont sensibles dans l’enseignement élémentaire en milieu rural. La demande sociale diffère d’une école à l’autre suivant les particularités de la recomposition sociale du territoire. Si certains parents d’élèves aspirent pour leurs enfants à une scolarité classique, conforme à leur représentation de l’école urbaine, d’autres souhaitent une école inscrite dans la tradition de l’école rurale qu’eux-mêmes ont connue en tant qu’élèves. D’autres encore, venus chercher un autre mode de vie, espèrent une expérience scolaire alternative pour leurs enfants. Mais quelle que soit leur demande en termes d’éducation, les parents d’élèves sont partie prenante dans l’école, actifs dans les associations de parents d’élèves, volontaires et forces de
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.