//img.uscri.be/pth/8220f166268c7c04693b402f595c596c10af0ee7
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Violence à l'école : Recherches et interventions

De
279 pages
La harcèlement et la brutalité entre pairs (school bullying) prend des significations différentes selon les contextes culturels et les réalités nationales ou internationales. Ce dossier présente la variété de ces situations dans les pays du "Nord" comme dans ceux du "Sud". Les analyses en termes de "bullying" sont-elles pertinentes dans des pays où l'urgence est sans doute plus à la lutte contre la maltraitance par les adultes qu'à la maltraitance entre pairs.
Voir plus Voir moins
Violence à l’école : recherches et interventions
© L'HARMATTAN, 2010 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-12750-0 EAN : 9782296127500
N°6 – Décembre 2010
RAISONS COMPARAISONS EDUCATIONS La revue française d’éducation comparée Violence à l’école :
recherches et interventions
Rédacteur en chef Dominique Groux Coordination du numéro Catherine Blaya L’HARMATTAN
COMITE DE REDACTION: Cristina Allemann-Ghionda (Université de Cologne, Allemagne), Elisabeth Bautier (Université de Paris VIII, France), Guy Berger (Université de Paris VIII, France), Nicole Carignan (UQAM, Canada), Manuel Crespo (Université de Montréal, Canada), Eric Debarbieux (Université de Bordeaux 2, France), Claudine Delphis (Université de Paris VII, France), Richard Etienne (Université de Montpellier, France), Ferran Ferrer (Université Autonome de Barcelone, Espagne), Jacques Gonnet (Université de Paris III -Sorbonne Nouvelle, France), Dominique Groux (Université des Antilles et de la Guyane, France), Jean-Luc Gurtner (Université de Fribourg, Suisse), Siegfried Hanhardt (Université de Genève, Suisse), Jürgen Helmchen (Université de Münster, Allemagne), Jean-Marie de Ketele (Université Catholique de Louvain, Belgique), Gabriel Langouët (Université de Paris V, France), Claude Lelièvre (Université de Paris V, France), Jean-Noël Luc (Université de Paris IV- Sorbonne Nouvelle, France), David Matheson (Université de Nottingham, Royaume-Uni), Emma Nardi (Université de Rome III, Italie), Antonio Novoa (Université de Lisbonne, Portugal), Edo Poglia (Université de la Suisse italienne, Lugano, Suisse), Louis Porcher (Université de Paris III - Sorbonne Nouvelle, France), Antoine Prost (Université de Paris I, France), Sylvie Roelly (Université de Potsdam, Allemagne), Val D. Rust (UCLA, Etats-Unis), Frédéric Tupin (Université de Nantes, France). REDACTEUR EN CHEF: Dominique Groux, Université des Antilles et de la Guyane, France. CONSEILLER SCIENTIFIQUE: Louis Porcher, Université Paris III Sorbonne Nouvelle, France.
Raisons, Comparaisons, EducationsLa Revue française d’éducation comparéeLa Revue française d’éducation comparéeRaisons, comparaisons, éducations, paraît deux fois par an. Elle illustre la recherche en éducation comparée dans ce qu’elle a de plus innovant, en France et dans le monde. Soucieuse de nouvelles approches et de nouveaux objets dans le champ de l’éducation et des sciences sociales, elle propose un dialogue avec d’autres sciences, «humaines » (histoire, géographie, linguistique, littérature, anthropologie, politique…) ou non (mathématiques, biologie, droit…), et présente des travaux sur les aires culturelles du monde entier. La Revue propose 270 pages de textes répartis de la façon suivante: 1. Un dossier thématique qui comprend des articles théoriques de spécialistes français et étrangers et des articles en relation avec les pratiques, en particulier des comptes rendus d’expériences (françaises, étrangères).
2. Des articles théoriques hors thème. 3. Des rubriques: Pédagogues, Histoire, Entretien. 4. Des recensions d’ouvrages (longues et courtes) sans oublier les usuels(dictionnaires, manuels, traités…) et des comptes rendus de thèses. 5. L’actualité éducative: comptes rendus d’événements, annonces de colloques…La Revue peut prendre la forme d’unnuméro thématiqueou d’unesérie: singularités régionales, institutions…
Raisons, Comparaisons, Educations La Revue française d’éducation comparée
Numéros déjà parus
Langue, littérature, culture à l’épreuve de l’autre, n°1, mars 2007. Les mathématiques: connaissance en partage, n°2, novembre 2007. Collège unique et égalité des chances: le modèle français au miroir des autres, n°3, juin 2008. L’histoire scolairerisque des sociétés en mutation, n°4, au janvier 2009. Méthodologie de la comparaison en éducation, n°5, septembre 2009.
SOMMAIRE
Catherine Blaya:Introduction....................................................9
Eric Debarbieux et Joseph Dougoudia Lompo:La violence en milieu scolaire : enjeux scientifiques et paradoxes en Afrique...15
Claire Gavray:Stéréotypes sexués et proximité à la violence dans le cadre scolaire..................................................................39
Alfredo Furlan:théorique des recherchesModes d’approche sur la violence à l’écoleau Mexique...........................................75
Maria Jesús Comellas:: approcheLes relations groupales analytique pour la réinterprétation de la violence scolaire......105
Ron Avi Astor, Rami Benbenishty, Hanna Shadmy, Tal Raz, Ela Algersy, Michal Zeharia, David Ratner, Kris De Pedro: Aucune école sur le bord du chemin: combiner mesure des acquisitions scolaires et mesure de la sécurité dans les écoles en Israël.........................................................................................127
Fran Thompson et Peter K Smith :Stratégies contre le harcèlement et la maltraitance à l'école :ce qui se fait et ce qui est efficace…..………………………….……………...………145
Georges Steffgen:? Les effets deInterdire pour prévenir l’interdiction d’utiliser le téléphone mobile à l’école pour lutter contre le cyber-bullying. Une expérience au Luxembourg........185
7
Claire Beaumont:Partenariat entre la police et l’école.Analyse des modalités de partenariat entre les milieux scolaires et policiers pour prévenir la violence et la criminalité chez les jeunes7..20.......................................................................................
HOMMAGE À JEAN-CLAUDE FORQUIN........................243
NOTES DE LECTURE ...........................................................247
THESES....................................................................................269
ACTUALITE EDUCATIVE...................................................273
8
Introduction
Pr. Catherine Blaya Professeur en Sciences de l’éducationIREDU- Université de Bourgogne Observatoire International de la Violence à l’EcoleCe nouveau numéro de laRevue Française d’Education Comparéeillustre les nombreuses perspectives et l’intérêt toujours vivace porté au problème de la violence à l’école. Cet intérêt quasi universel ne va cependant pas sans contradictions, suivant les modèles et les méthodes employées. Surtout, dans une perspective comparée, il est important de noter les grandes différences culturelles et contextuelles qui marquent les recherches présentées. Il faut d’abord constater que ce problème n’est pas seulement celui des pays industrialisés comme nous pouvons le lire dans l’article d’Eric Debarbieux et Joseph Dougoudia Lompo « La violence en milieu scolaire: enjeux scientifiques et paradoxes en Afrique ». La violence à l’école est un phénomène mondial, objet d’un intérêt croissant d’organismes internationaux tels que l’UNICEFet l’UNESCO. Il convient toutefois de rester prudent et d’éviter le piège simpliste du calque de nos modèles sur des contextes fort éloignés des pays de l’OCDE. Debarbieux et Dougoudia Lompo présentent une synthèse de recherches menées en Afrique noire et nous invitent à interroger notre cadre interprétatif de la violence à l’école. Ainsi, tandis que les pays les plus riches sont plutôt fixés sur la violence entre pairs, la rémanence du châtiment corporel ou les tensions liées aux « moyennes sexuellement transmissibles » invite à réinterroger la violence des adultes eux-mêmes. En même temps, et dans une autre direction, la prise en charge plus communautaire de la vie scolaire est certainement un modèle qui peut être médité.
9
Le second article, de Claire Gavray, est une étude quantitative sur les « stéréotypes sexués et proximité à la violence dans le cadre scolaire » en Belgique. La dimension du genre est souvent rapidement abordée dans les recherches existantes et s’intéresse essentiellement à la différence de victimation entre filles et garçons, notamment dans les 1 recherches sur le « bullying » . Claire Gavray montre que si les stéréotypes sexués influencent l’ensemble des adolescents, les garçons sont nettement plus influencés que les filles. L’affirmation de la masculinité reste un moteur puissant de l’adoption de comportements violents chez les garçons et il est essentiel de continuer de lutter contre le sexisme et les violences de genres, et de déconstruire, par la formation, les croyances stéréotypées qui renforcent le risque d’être victimisé en milieu scolaire.De son côté, Alfredo Furlan nous propose une synthèse critique des modes d’approche théoriques de la violence en milieu scolaire au Mexique. Il présente les enjeux politiques et les limites théoriques des approches existantes tout en soulignant le manque de pertinence d’interventions ou modes d’action conseillés par des instances étrangères, loin des réalités locales et donc peu appropriées : « Presque tous les textes qui promeuvent les diverses modalités de l’«» ont été élaborés par des auteursécole efficace étatsuniens, c'est-à-dire, par des auteurs qui considèrent comme normal de mettre en parallèle écoles et entreprises, et qui ont du mal à imaginer comment fonctionnent les écoles dans des pays à tradition centralisée ». Cette remise en cause du modèle de l’école efficace ne conduit pas bien sûr à penser que la réflexion pédagogique est inutile, mais suggère de mieux contextualiser, une fois encore, théories, pratiques et programmes d’intervention. Maria Jesus Comellas, de l’université autonome de Barcelone, nous invite à un exercice de réflexion sur la
1 Violence et maltraitance entre élèves(Blaya, 2006). 10