Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
On lit avec un ordinateur, une tablette ou son smartphone (streaming)
En savoir plus
ou
Achetez pour : 2,99 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF - EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

Le Carnet, épisode 1

de numeriklivres

Et si c'était ma vie ?

de numeriklivres

Le Talon de fer

de numeriklivres

suivant

Résumé

Alors que c’est son premier hiver dans le Klondike (Ouest du territoire du Yukon au Canada), un homme, seulement accompagné d’un chien, marche dans la neige. Il doit retrouver ses compagnons au campement, mais il a pris un autre chemin que le leur. Il est surpris par l’intensité du froid, et lorsqu’il s’arrête pour déjeuner, la température très en dessous de zéro l’oblige à construire un feu.
Mais il doit repartir, lutter contre le froid et la mort dans une situation presque désespérée, en affrontant la neige et la glace qui cachent des pièges mortels. Le chien semble hésiter à le suivre…
Construire un feu (« To Build a Fire ») est une magnifique leçon d’énergie et de courage, à coup sûr l’une des plus célèbres nouvelles de Jack London (1876-1916).
Nous vous en présentons une version traduite par Céline Décamps, et illustrée par Jasmine Bourrel. Pour jeunes lecteurs à partir de 12 ans.

numeriklire.net

Jack London

CONSTRUIRE UN FEU

JEUNESSE

TRADUCTION CÉLINE DÉCAMPS
ILLUSTRATIONS DE JASMINE BOURREL

ISBN 978-2-89717-679-2

numeriklire.net

Construire un feu (extrait)

Le jour était froid et gris, extrêmement froid et gris, tandis que l’homme, quittant le large tracé dessiné par le Yukon gelé, grimpait le haut talus où une piste sombre et presque effacée conduisait vers l’est à travers l’épaisse forêt d’épicéas.

C’était une côte escarpée, et il s’arrêta pour reprendre son souffle une fois arrivé en haut. Il porta un regard à sa montre. Il était neuf heures. Il n’y avait pas de soleil, ni même l’esquisse d’un soleil, bien qu’il n’y eut pas un seul nuage dans le ciel.

Il faisait jour, et pourtant il semblait y avoir un voile immatériel sur la face des choses, une obscurité subtile qui rendait le jour sombre, et c’était dû à l’absence de soleil. Ce fait n’inquiétait pas l’homme. Il avait l’habitude. Ça faisait des jours qu’il n’avait vu le soleil, et il savait que quelques jours passeraient encore avant que cette sphère joyeuse, attendue au sud, ne pointe le bout de son nez juste au-dessus de l’horizon et plonge immédiatement hors de vue.

 

L’homme jeta un regard derrière lui, le long du chemin qu’il avait parcouru. Le Yukon s’étendait, large de plus d’un kilomètre et caché sous un mètre de glace. Sur cette glace, il y avait un autre mètre de neige. Tout était d’un blanc pur, roulant en douces ondulations là où les encombrements de gel s’étaient formés. Nord et Sud, aussi loin que l’œil pouvait voir, tout était d’un blanc lisse, à l’exception d’une ligne sombre qui tournait et virait depuis le bosquet couvert d’épicéas jusqu’au sud ; et qui tournait et virait loin vers le nord, où elle disparaissait derrière un autre bosquet couvert d’épicéas. Cette ligne sombre était la piste — la piste principale — qui conduisait huit cents kilomètres direction sud au Chilcoot Pass, Dyea, et à l’eau salée ; et qui conduisait un peu plus de cent kilomètres direction nord à Dawson, et mille six cents kilomètres plus loin encore, toujours au nord, à Nulato, et finalement à St Michael, sur la mer de Béring, deux mille quatre cents kilomètres de plus vers le nord.

Mais tout ça, la piste mystérieuse qui allait si loin, l’absence de soleil dans le ciel, le froid insoutenable, l’étrangeté et la singularité de l’atmosphère, ne l’impressionnait guère.

Ce n’était pas parce qu’il y était habitué depuis longtemps. Il était nouveau dans cette région, et c’était son premier hiver. Son problème, c’est qu’il n’avait aucune imagination. Il était rapide et alerte, mais seulement pour l’action, jamais pour sa signification. Quarante-cinq degrés en dessous de zéro, ça voulait dire quarante-cinq degrés de gel. Un tel fait l’impressionnait comme étant froid et inconfortable, et c’était tout. Ça ne l’amenait pas à méditer sur sa propre fragilité, ni sur la fragilité de l’homme en général, capable de vivre seulement dans certaines limites de température ; et de là, ça ne le menait pas non plus à une réflexion sur l’immortalité et la place de l’homme dans l’univers. Quarante-cinq degrés sous zéro, c’était simplement la morsure du gel qui fait mal et qui doit être repoussée à l’aide de gants, de bonnet cache-oreilles, de mocassins chauds et d’épaisses chaussettes. Quarante-cinq degrés sous zéro n’étaient pour lui justement que précisément quarante-cinq degrés sous zéro. Qu’il puisse y avoir quoi que ce soit de plus à ce propos ne lui avait jamais traversé l’esprit.

Alors qu’il se retournait pour repartir, il cracha dubitativement. Il y eut un crépitement aiguisé et explosif qui le surprit. Il cracha encore. Et, bien avant qu’il n’ait pu atteindre la neige, le crachat crépita.

Il savait qu’à quarante-cinq degrés sous zéro un crachat crépitait sur la neige, mais celui-ci avait crépité en l’air. Sans aucun doute, il faisait plus froid que quarante-cinq degrés sous zéro — plus froid de combien ? Il ne le savait pas.

Mais la température n’était pas un problème. Il était en route pour la vieille bifurcation à gauche sur la fourche d’Henderson creek, où ses camarades étaient déjà. Ils étaient venus en traversant la séparation de la région d’Indian creek, alors que lui avait fait un long détour afin d’observer quelles étaient les possibilités de sortir des bûches des îles du Yukon, au printemps.

 

*

 

Téléchargez le texte intégral
sur les principales plateformes de téléchargement

www.numeriklire.net

ISBN 978-2-89717-679-2

Traduction : Céline Décamps
Illustrations : Jasmine Bourrel

Les Éditions Numeriklivres :
Éditeur : Jean-François Gayrard
Éditrice déléguée : Anita Berchenko

Tous droits réservés,
Céline Décamps, Jasmine Bourrel et Numeriklivres
Copyright 2014

eBook design : Studio Numeriklivres
Nous joindre : numeriklivres@gmail.com

Cette oeuvre est protégée par le droit d'auteur, nous vous prions de ne pas la diffuser, notamment à travers le Web ou les réseaux d'échange et de partage de fichier. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, de tout ou partie de cette oeuvre, est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivant du Code de la propriété intellectuelle.