Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Couleur de cauchemar

De
122 pages
Et si un cauchemar n’était pas qu’un simple rêve ?
Et si un cauchemar n’était pas qu’un simple rêve ?
Mathis n’est pas un enfant comme les autres.
Il a un jumeau, Rémi, qui l’adore. Seulement, Rémi est autiste et ne perçoit pas le monde comme lui. Mathis a longtemps pensé qu’il n’y avait rien de pire que de devoir se plier quotidiennement à la routine de son frère.
Plus maintenant. Aujourd’hui, Mathis est hanté par de terribles cauchemars qui reviennent nuit après nuit. Des cauchemars qui semblent si réels, si détaillés, si… colorés.
Et si ces rêves n’étaient pas que de simples rêves ? S’ils avaient une signification plus importante ? Un étrange médecin, accompagné d’un chien qui parle, semble être le seul à posséder la clef pour libérer Mathis de ses terreurs nocturnes.
« Couleur de cauchemar » est le prélude jeunesse à la trilogie Dreamwalkers pour 15 ans et plus, fier récipiendaire du prix d’excellence 2013 en édition indépendante Quadriscan. Il est à parier qu’après avoir lu l’histoire de Mathis, vous aussi, vous voudrez en savoir plus sur l’épopée fantastique des voyageurs de la nuit.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Les p'tites têtes

de les-editions-quebec-amerique

Gandou le petit esquimau

de Societe-Des-Ecrivains

Histoires de camions

de fleurus-numerique

COVER_HR.jpg

COVER_HR.jpg

Alain Lafond


Couleur

de

Cauchemar



Collection Dreamwalkers

Du même auteur

Chez le même éditeur

Les voyageurs de la nuit, Dreamwalkers tome I, 2012

Lauréat du prix d’excellence en édition indépendante Quadriscan 2013

L’Incréé, Dreamwalkers tome II, 2013

Finaliste du prix d’excellence en édition indépendante AQÉI 2014

Le forgeron du destin, Dreamwalkers tome III, 2016

www.editions-onirium.com

Alain Lafond


Couleur

de

Cauchemar



Collection Dreamwalkers

Roman fantastique - jeunesse



Logo.png

Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada


Lafond, Alain, 1973-

Couleur de cauchemar

(Collection Dreamwalkers)

Pour les jeunes de 9 à 14 ans.

ISBN 978-2-924164-09-9

I. Titre.


PS8623.A358C68 2016 jC843’.6 C2016-941853-7

PS9623.A358C68 2016


Révision : Sophie Pallotta

Correction : Thérèse Trudel

Conception de la couverture : Julie Morel


Éditeur : Éditions Onirium

info@editions-onirium.com

www.editions-onirium.com


© Copyright Alain Lafond 2016

© Tous droits réservés


ISBN : 978-2-924164-09-9 

ISBN numérique (ePub) : 978-2-924164-10-5 

ISBN numérique (Pdf) : 978-2-924164-11-2

Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec 
                        Bibliothèque et Archives Canada

Si on te reproche de rêver en couleur,

souviens-toi que le vrai drame,

c’est de rêver en noir et blanc!

A. L.

«Tous nos rêves peuvent devenir réalité si nous avons le courage de les poursuivre»

– Walt Disney

Chapitre1

Je m’appelle Mathis. J’ai dix ans.

L’enseignante me fait signe de continuer ; je viens de me présenter à la classe. Mais j’ai terminé et j’aimerais bien que tout le monde regarde ailleurs, maintenant. Elle m’indique finalement mon bureau.

Mathis est un peu timide, mais nous aurons tous l’occasion d’apprendre à le connaître, les amis. Alors, souhaitons-lui la bienvenue parmi nous !

Quelques élèves applaudissent. Pas beaucoup. J’ai déjà hâte que la journée soit finie.

Maman a dit que si je travaille dur, je pourrais peut-être retourner dans une école normale. Peut-être même celle où j’allais au début de l’année. Seulement… je n’y crois pas trop. C’est vrai que mes notes étaient bonnes et que j’avais des amis. Mais c’était avant.

Je regarde Madame Amélia, l’enseignante. Elle commence à expliquer des mathématiques. Elle semble gentille et elle sent fort le parfum. Elle a de longs cheveux blonds, attachés en queue de cheval, et des lunettes carrées. Elle est plus jeune que Maman, et beaucoup plus jeune que monsieur Perceval, avec qui j’avais commencé mon année. Et elle porte une robe. Une grande robe bleue, qui descend jusqu’aux genoux.

J’essaie de me concentrer sur le cours. C’est difficile. Pas la matière elle-même, j’ai de la facilité avec les additions. Mais c’est une classe « spéciale »… alors le professeur explique longtemps des choses que je sais déjà faire depuis l’an dernier. Ça m’ennuie. Je suis tellement fatigué !

C’est ça, mon problème ; je suis tout le temps fatigué. Depuis deux ans, je fais des cauchemars presque toutes les nuits. Tellement que j’ai peur de fermer les yeux. Je ne sais pas pourquoi et mes parents non plus. Et moins je dors, moins j’apprends. Plus rien ne m’intéresse, je me bagarre plus souvent, j’ai des retenues, je me bats encore plus, je continue de dormir dans mes cours… bref, je suis devenu un problème.

Mes parents ont parlé au professeur. Ils m’ont fait voir un médecin, puis un spécialiste. Le dernier m’a fait prendre des pilules pour augmenter ma concentration. Maman était furieuse ! Il n’avait même pas voulu me passer des examens pour mes mauvais rêves. Il disait que c’était normal, à mon âge.

Mais bon, je n’en ai pas pris longtemps. Je me battais encore plus souvent, et ça ne m’empêchait pas de dormir quand même dans les cours. Au contraire…

J’ai rencontré un second spécialiste. Celui-là, il m’a donné des pilules pour dormir. Mais les cauchemars sont devenus pires encore. Puis il m’a fait passer un test : toute une nuit dans une chambre d’une clinique, avec des dizaines de fils connectés sur la tête. Il n’a rien trouvé.

Maintenant, je vois un autre spécialiste. Un psychologue. Comme mon frère jumeau. Lui aussi en voit un depuis toujours. J’ai commencé à avoir peur. Quand j’ai demandé à Papa si j’avais attrapé la même chose que mon frère, j’ai eu l’impression de lui faire de la peine.

Rémi est autiste, Mathis, qu’il m’avait répondu. L’autisme n’est pas une maladie contagieuse. Il est comme ça, c’est tout, et nous faisons tout ce que nous pouvons pour l’aider. Toi, tu es très différent. Ton problème n’est pas le même.

Si ce n’est pas la même chose, alors pourquoi faut-il que je rencontre un psychologue, moi aussi ?

Il avait soupiré.

C’est pour t’aider. Pour comprendre pourquoi tu as de la difficulté à dormir et d’où viennent tes cauchemars. Celui que voit Rémi essaie de lui enseigner à communiquer et à s’intéresser à ce qui l’entoure. Tu es capable de nous dire quand tu as peur ou que tu ne te sens pas bien, mais pas lui. Il est tout seul dans sa tête et, même si nous l’aimons très fort, il est différent. Il le sera toujours. Toi, c’est autre chose. Nous allons trouver ce qui ne va pas, Mathis, et tu pourras de nouveau dormir. Je te le promets.

C’était il y a un an.

Chaque nuit ou presque, j’ouvre les yeux en hurlant et je réveille tout le monde dans la maison. Mon frère pique souvent une crise lorsque ça arrive, ce qui rend les choses encore pires.

Je continue de voir le psychologue. Il a essayé plusieurs traitements. J’ai eu droit à des vitamines, encore des pilules pour dormir, d’autres contre l’anxiété — des comprimés pour ne pas avoir peur d’avoir peur, comme disait Papa —, mais rien n’y a fait. Je me réveille toujours la nuit en criant et je somnole dans mes cours. J’ai coulé mon cours de français, puis les mathématiques. Je me suis battu avec mon meilleur ami. Puis mes parents m’ont fait asseoir, sur le divan du salon, et ils ont pris un air solennel.

Ils m’ont dit que l’école était peut-être trop stressante pour moi, que j’avais besoin d’un encadrement plus adapté.

Sur les murs de la salle de classe, il y a une affiche pour chaque élève, avec des collants en forme d’étoiles un peu partout. Certaines en ont plus que d’autres. Est-ce que Rémi a une affiche à son nom, dans sa classe à lui ? Est-ce que j’en aurai une aussi ?

Mathis, tu veux bien venir en avant ?

Madame Amélia me tend un crayon. C’est un tableau « intelligent », comme dans mon ancienne école. Il affiche une addition à trois chiffres. J’aimerais mieux qu’on me laisse tranquille, mais je me lève.

* * *

La cloche sonne. C’est l’heure de la récré. Les élèves se bousculent pour sortir. Moi, je reste assis. J’arrive à peine à garder les yeux ouverts. Le cours est tellement ennuyant et je suis si fatigué. Je me sers de mes bras comme oreiller sur mon pupitre et je ferme les yeux. Autant profiter de la pause pour dormir un peu.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin