Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Humour blanc et autres fabliettes

De
22 pages


Une brouette s'ébrouait
Criait dans les virages :
C'est bien moi
Qui peux me plaindre
D'avoir été roulée.


Guillevic


Des fables qui n'imposent pas aux enfants la morale des adultes.
Une postface récréative pour goûter les mots de Guillevic.
Une collection pour vivre à l'école de la poésie.
À partir de 8 ans.





Sois le bienvenu,


Dans ce drôle de recueil, tu trouveras un écureuil,
une lampe et une bougie, un dictionnaire bien rempli,
un rouge-gorge, une brouette, une violette, une reinette.
Un train pas bête, des cloches pas cloches,
la lune, la pluie et le soleil, le ciel dans une bouteille,
un enfant, un géant, un chanteur et son rat, un clown et un lama
Des anguilles, un poisson, un isthme, un océan.
Un pissenlit, un hérisson, une règle qui ne tourne plus rond,
une araignée, un scarabée, une fourmi, un hanneton,
une punaise, un papillon, une coccinelle et un cochon.
Deux ânes et un ânon, deux chiens, deux œufs, une jument, un chat-huant et un cacatoès. Un lièvre, un tigre et une pie aussi... toute une petite ménagerie.


C'est de l'humour, c'est de l'amour.
C'est ce qui fait rimer la vie.
C'est Guillevic qui te sourit.







PLUIE



La pluie tombe.


Elle non plus
Ne sait pas pourquoi,


Malgré cet air
Qu'elle se donne.







RÈGLE



Une règle,
Ça se fatigue
D'être droite.













CIEL



Moi, le ciel
Je suis toujours bleu.


Les nuages
Ce n'est pas moi.







BON CHEMIN



Si le merle se mettait
À coasser,


La grenouille à siffler,
Le mur à gazouiller,


Saurais-tu sur-le-champ
Retrouver ton logis ?







JUMENT



Il y avait une jument.
Ah ! Je ne veux pas rimer,
En tout cas pas autrement
Que cheval avec jument.








POMME




Par un beau jour d'été
Une pomme qui promettait
D'être bientôt reinette


Se mit à raconter
À son propre pommier
Ce qu'elle savait de lui.


Il en fut tout surpris.

Guillevic

Humour blanc et autres fabliettes







POSTFACE DE CHRISTIAN BULTING
(extrait)



En ce temps-là, les choses ne parlaient pas. Plus exactement les hommes croyaient qu'elles ne parlaient pas. On admettait que les animaux aient un langage. Très limité, mais un langage tout de même. Il y avait d'ailleurs toutes sortes de verbes, qui existent toujours, pour désigner la manière de parler des animaux. On disait : l'éléphant barrit, le milan huit, la poule caquette, la chèvre béguète, le chat miaule, les oisillons piaulent, le pinson ramage, l'hirondelle trisse, la caille margaude, le geai fringotte, la cigogne glottore, l'alouette grisolle, le grillon grésille, la mésange zinzinule, le hibou ulule, la huppe pupule, le pivert coraille, la pie jacasse, la perdrix glousse, le renard glapit, l'aigle glatit et beaucoup d'autres... Mais il n'y avait pas de verbe pour dire qu'une chose était joyeuse, le verbe liesser, si courant aujourd'hui, n'existait pas. Quand le ciel miellinait, pour signifier qu'il... je ne vois pas d'équivalent exact dans l'ancien français, disons pour signifier qu'il était comme amoureux de la Terre, de la nature, certains jours : ce verbe-là n'était pas inventé. Pas plus que dévadomer pour le cri d'un objet qui chutait, lammer pour celui de la douleur qu'il éprouvait en se brisant.
On savait que les objets sont faits de molécules et d'atomes, exactement comme les animaux et les êtres humains. Mais cela ne troublait personne qu'il soient muets. À cette époque la science était assez avancée mais la sensibilité peu développée. On pensait que l'intelligence permettait de comprendre le monde, d'en avoir une idée précise. Il y avait un poète, qui se nommait Guillevic, qui dans ses poèmes faisait parler les choses :



Une lampe s'étonnait :
Pourquoi m'allumer ?



Il donnait la parole à une brouette :



Une brouette s'ébrouait,
Criait dans les virages:




C'est bien moi
Qui peut se plaindre
D'avoir été roulé
.


On imagine la scène. La brouette s'agite dans tous les sens, comme quand les enfants jouent avec : un coup à droite, un coup à gauche, un virage brusque, et en arrière, et ça repart, un coup à gauche, un coup à droite... S'ébrouer est un verbe qui normalement s'applique à un être vivant : au début on l'employait pour désigner un cheval qui souffle bruyamment en secouant la tête. Pour Guillevic la brouette est un animal, un animal qui est doué de parole. Elle crie, sans doute parce qu'elle est excitée par sa course, rouge, incontrôlable. Elle fait la fière : " C'est bien moi. " Puis elle s'amuse avec les mots : elle n'a trompé personne sur ce qu'elle est, donc on ne peut pas se plaindre / D'avoir été roulé. Ici, le mot " roulé " est pris au sens figuré, alors que la brouette, elle, a été roulée, au sens propre du terme. Guillevic, comme tous les poètes, joue avec les mots...






Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

couverture

Dans la même collection

Jacques Roubaud, Les Animaux de tout le monde

Postface de Dominique Moncond’huy

 

Jacques Roubaud, Les Animaux de personne

Postface de Dominique Moncond’huy

 

Italo Calvino, Forêt-Racine-Labyrinthe

Postface de Benoît de La Brosse

 

Guillevic, Pas si bêtes !

Postface de Danièle Henky

 

J.-M. G. & Jémia Le Clézio, Sirandanes

Postface de Danièle Henky

 

Paul-Émile Victor, Poèmes eskimo

Postfaces d’Anne Dieusaert et de Danièle Henky

 

Ré & Philippe Soupault, L’Étoile et le Nénuphar, et autres contes

Postface de Michaël Batalla

 

Ré & Philippe Soupault, Histoires merveilleuses
du Brésil

Postface de Michaël Batalla

 

Dominique Moncond’huy, Fabuleux fabulistes

 

Guillevic, Humour blanc et autres fabliettes

Postface de Christian Bulting

GUILLEVIC

HUMOUR BLANC
ET AUTRES FABLIETTES

Avant-propos de Stéphane Bataillon
Postface de Christian Bulting

SEGHERS JEUNESSE

Avant-propos

de Stéphane Bataillon

Sois le bienvenu,

Dans ce drôle de recueil,

tu trouveras un écureuil,

une lampe et une bougie,

un dictionnaire bien rempli,

une brouette, une violette,

une alouette et une reinette.

Des cloches pas cloches, un train pas bête,

une poule qui en a dans la tête,

la lune, la pluie et le soleil,

le ciel dans une bouteille,

un enfant, un géant, un clown.

Des anguilles, un poisson,

un isthme, un océan.

Un pissenlit, un hérisson,

une règle qui ne tourne plus rond,

une fourmi, un scarabée,

un cafard et une araignée,

une punaise, un papillon,

une coccinelle et un cochon.

Un rouge-gorge, un cacatoès,

un lama, un chat-huant.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin