La Piscine

De
Publié par

A 15 ans et demi on a la vie devant soit même si l'adolescence n'est pas une période toujours facile. Goran vit seul avec sa mère. Solitaire, il est du genre bougon mais dans le fond il est hyper sensible et cache bien son jeu de coeur tendre. Une carapace nécessaire dans la jungle du lycée ? Lucie est une jeune fille entourée d'amis, pleine de vie, toujours souriante et sportive. Ce matin de piscine, Goran se sent lourd. Comme d'habitude il y va en traînant les pieds. Pour Lucie c'est une fête. Le drame arrive vite, bêtement, froidement. Leurs vies vont basculer et se télescoper à tout jamais.
Publié le : vendredi 10 août 2007
Lecture(s) : 226
EAN13 : 9782304003604
Nombre de pages : 169
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
La Piscine
3
Titre Samantha Vandersteen
La Piscine
Jeunesse
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2007 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-00360-4 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304003604 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-00361-1 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304003611 (livre numérique)
6
.
8
I
Je me souviens qu’il faisait froid. Je n’avais vraiment pas envie d’y aller. Il pleuvait même. Des petites gouttes toutes fines qu’on ne voit pas mais qui rentrent dans la peau. D’ailleurs je ne sais pas si vous avez remarqué mais à chaque fois que c’est jour de piscine, il fait un temps glacial. Se lever le matin avec l’idée d’aller me mettre dans de l’eau chlorée et je n’ai plus qu’une seule envie : me recoucher ! C’était un matin comme ça. Déjà dur et gris. Le ciel était bas, tellement bas que c’était comme si on marchait dans le blanc. Et ma mère, qui n’a toujours pas compris que je ne suis plus un petit garçon, a insisté pour que je mette un horrible bonnet sinon j’allais attraper la mort. On dit « oui oui », on le met devant elle histoire qu’elle nous lâche et une fois dehors et loin de ses yeux inquiets de mère irréprochable le bonnet est casé direct au fond de la poche. Bien au fond de la poche. Trop moche. Je ne sais pas comment elle fait ma mère pour trou-ver des trucs aussi moches. En plus, elle a une
9
La Piscine
fâcheuse tendance à me les offrir avec un grand sourire, comme s’il s’agissait, à chaque fois, de la septième merveille du monde. Dans ces cas là, y’a plus qu’à faire pareil, comme si c’était beau. Après elle est étonnée de ne pas me voir porter ces fringues que même un gamin de dix ans ne voudrait pas mettre sur le dos. Je l’adore ma mère mais c’est vraiment la plaie côté look. J’arriverais jamais à lui dire en face. « Attraper la mort » Une expression pas si anodine que ça ce jour là. Je l’ai attrapée en quelque sorte mais d’une autre façon. Je déteste les signes comme ça. C’est toujours débile quand on y repense après coup. Parce que si j’avais su que le fait de me lever ce matin là aurait eu de telles conséquences, je me serais bien gardé de le faire et ma vie n’aurait absolument pas la même couleur au-jourd’hui. S’il avait fallu mettre le bonnet pour ne pas que tout ça arrive, je crois que je l’aurais mis. Non je ne crois pas, je suis sûr. Si je pouvais re-tourner en arrière de quelque façon que ce soit, je le ferais. C’était un mardi matin. À chaque fois, la pis-cine c’est le mardi matin. J’ai beau faire en sorte de ne pas y aller, de trouver des prétextes, faire le malade, je finis toujours en slip de bain de-
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Ma réputation

de editions-actes-sud

Les valises

de gallimard-jeunesse

L'échappée

de editions-milan