Le château qui puait trop

De
Publié par

Quand la princesse qui ne se lavait jamais rencontre le prince qui ne se lavait pas davantage, c’est le coup de foudre ! Mais le couple pourra-t-il cacher pour toujours à ses enfants que le savon, ça existe ?
Dans ce conte un peu loufoque, les enfants ont le pouvoir de changer les choses et les autres, en commençant par eux-mêmes.
Publié le : vendredi 8 juillet 2011
Lecture(s) : 66
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782896826476
Nombre de pages : 28
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Texte deKatiaCanciani Illustrations d’Anne-MarieSirois
collection cassette d’or
Texte de Katia Canciani Illustrations d’Anne-Marie Sirois
4
létait une fois une princesse qui ne se lavait jamais. Ses parents, découragés, sedésespéraient. Pourquoi leur fille se laissait-elle ainsi aller ? Magiciens, docteurs et bonnes fées : ils les avaient tous consultés. Mais, malheur des malheurs, aucun d’eux ne savait comment la traiter.
À l’autre bout du royaume habitait un prince charmant, mais têtu, qui ne se lavait jamais lui non plus.
Sa maman, la pauv re reine, pleurait tout le temps… Imaginez, c’est qu’elle avait honte d’avoir un enfant si puant !
5
6
Un soir, lors d’un grand banquet, les deux mamans se rencontrèrent devant le buffet. Bien vite, elles abordèrent le sujet :
— Et cet adorable prince, comment va-t-il ? — Ah ! vous savez, c’est un enfant difficile… Parlez-moi plutôt de votre fille, elle doit être si gentille ! — Hum, c’est un peu plus compliqué. C’est qu’elle ne veut pas se… laver. — Ce n’est pas vrai ? Mais c’est parfait ! — Que voulez-vous dire ? — J’ai mon idée… Présentons-les !
7
8
Le prince et la princesse tombèrent amoureux fous. Ils fixèrent le mariage au mois d’août. Aucun invité ne se présenta à leur noce. Seuls leurs parents s’y risquèrent mais s’assirent, pince au nez, très loin des mariés. Au repas, les époux firent servir de la soupe à l’oignon en entrée, du poisson à l’ail en plat principal et un gâteau au vieux fromage comme dessert nuptial.
Les nouveaux mariés emménagèrent dans un beau château neuf, qui puait déjà. Ils en étaient très fiers. Ils le nommèrent affectueusement le « Château du Cochon Puant ».
Évidemment, personne ne venait jamais les voir. Heureux, amoureux mais seul, le couple s’occupait à jardiner, à jouer et à faire des batailles d’oreillers.
9
10
Après quelques années, le prince et la princesse décidèrent d’avoir des enfants. Ils en eurent quatre : engr a etdeux oyn ,unmd es. it t p n u
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Nellie T3, Les promesses de l'avenir

de les-editions-porte-bonheur

Peau d'âne

de fleurus-numerique