Le grand-père d'Amandine

De
Publié par

Simon va avoir dix ans, il est en CM2. Il va devoir s'organiser avec ses copains pour aider sa meilleure amie, Amandine, qui a de graves soucis à propos de son grand-père. Chacun a un avis personnel concernant les personnes âgées. Les enfants vont confronter leurs visions de leurs grands-parents respectifs et choisir l'action, quitte à commettre une grosse bêtise... Parallèlement, la vie à l'école leur réserve d'autres contrariétés: un tournoi de rugby doit avoir lieu et Simon n'a pas du tout envie d'y participer!
Publié le : jeudi 16 juin 2011
Lecture(s) : 222
EAN13 : 9782748178166
Nombre de pages : 139
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

2 Titre
Le grand-père
d’Amandine

3
Pascale B.
Le grand-père
d’Amandine

Roman


Éditions Le Manuscrit























© Éditions Le Manuscrit, 2006
www.manuscrit.com


ISBN : 2-7481-7816-5(livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748178166(livre imprimé)
ISBN : 2-7481-7817-3(livre numérique)
ISBN 13 : 9782748178173(livre numérique)
6

7
SORTIE EN FORÊT
Amandine ne va pas bien. Du coup, je ne me
sens pas en forme non plus… C’est dommage
parce qu’aujourd’hui, on fait une sortie pour
toute la journée au parc de Rambouillet. La
maîtresse a mis une tenue de sport, ça lui va
bien ! Elle a l’air plus jeune. Je crois qu’elle est
contente comme nous de pouvoir sortir un peu
dans la nature. Nous avons rangé les piques-
niques dans les coffres du car, les deux parents
accompagnateurs nous ont aidés à mettre nos
ceintures et la maîtresse nous a comptés. Elle
passe son temps à ça quand on sort de l’école.
Elle a peur de perdre un élève ! A sa place, j’en
profiterais au contraire pour me débarrasser de
ceux qui m’ennuient, mais bon, elle est trop
gentille !
– 1,2,27,28… le compte est bon ! Qui a peur
de vomir ?
Pas de réponse…
– C’est bien ! Soyez sages, le voyage ne sera
pas long ! On ne touche pas aux rideaux, on
9
garde sa ceinture bouclée ainsi que son moulin
à parole !
Ça y est, on est enfin parti ! Je me suis assis à
côté d’Amandine, c’est ma copine. Les autres se
sont réunis par copains préférés : Alban avec
Fouad (ils sont déjà en train de rigoler), Lucas
avec Jérémie (ils échangent leurs cartes d’album
de foot) pour les autres, en général les filles
sont avec les filles et les garçons entre eux.
Nous sommes les seuls, Amandine et moi, à ne
pas respecter la règle mais personne ne dit rien.
De toutes façons, c’est comme ça depuis la
maternelle alors ! Pour trouver Amandine il faut
chercher Simon et inversement.
Les autres sont tellement habitués qu’ils
n’ont pas réagi quand le papa d’Alexandre nous
a appelés pour nous préparer à descendre :
– Eh les amoureux ! Vous n’allez pas rester
là tout seuls quand même ! On est arrivé !
Il a dit ça gentiment mais ça nous a gênés.
Du coup Amandine m’a pris la main, elle me l’a
serrée très fort et la maîtresse m’a passé la
sienne dans les cheveux pour nous insérer dans
le rang. J’ai vu qu’elle parlait avec le père d’Alex
en jetant un regard vers nous. Jérémie a tiré sur
ma manche :
– Il est con ce mec !
– Oh laisse tomber, c’est un vieux !
– Tu me prendras dans ton équipe si on fait
une balle aux prisonniers ?
10
– Si je suis le chef, oui !
– C’est ton jour de service, c’est toi le chef
non ?
– C’est vrai, j’oubliais… Quand on est de
service, on est premier dans le rang, on est chef
d’équipe en sport et on aide la maîtresse pour
toutes les corvées. En cas de sortie, on se
retrouve devant tout le monde et on doit
surveiller un peu les autres. Je suis de service
avec Amandine. On n’est pas trop de deux pour
faire tout le boulot !

La promenade a commencé par la « zone de
silence » Il faut faire le moins de bruit possible
si on veut avoir une chance d’apercevoir des
animaux sauvages. Il y a même des abris pour
observer sans être vu ! On dirait des cachettes
pour attaquer les ennemis. Fouad et Alban ont
joué aux guerriers en faisant semblant de tirer
au fusil au travers des espaces aménagés pour le
regard des visiteurs.
Après ça, les filles ont voulu aller faire pipi et
on a quitté la zone de silence. OUF ! C’est joli
la nature mais si on doit rester immobile et
silencieux comme en classe, je ne vois pas
l’intérêt ! Il n’y a que la maîtresse pour trouver
ça normal.
Pendant le repas, on a pu s’installer comme
on voulait autour des tables en bois. J’ai préféré
me mettre par terre au pied d’un grand chêne
11
parce que les tables ont été vissées dans le sol et
les bancs sont trop loin. On est obligé de se
plier en deux pour pouvoir poser ses mains sur
la table et on a l’impression de manger les fesses
en l’air, c’est très désagréable. Alban s’est entêté
à manger comme ça, il a piqué une crise de rire
à cause de Fouad qui faisait semblant d’être un
aviateur, les jambes pliées autour du banc et les
coudes posés sur le bord de la table, il mimait
un pilote d’essai en train de faire des loopings.
Un de ses coudes a glissé brusquement, il a
piqué une tête sous la table et on n’a plus vu
que ses pieds s’agiter en l’air, du coup, Alban a
manqué s’étouffer avec son sandwich, il a
craché son « bol alimentaire » (comme dit la
maîtresse) et a dégringolé sur le sol. Les deux
compères se sont gondolés de rire un bon
moment avant de reprendre position. Fouad a
demandé à Alban de lui passer son couteau en
plastique parce qu’il ne retrouvait plus le sien
mais, en plantant le couteau dans son pain, il
s’est retrouvé avec le manche cassé net au
niveau de la lame. Nouvelle crise de rire,
fromage envolé dans la nature, chips éparpillées
alentour… J’ai cru que Fouad allait s’étouffer
pour de bon. La maîtresse les a séparés et ils
ont continué à ricaner en se regardant de loin
pendant tout le repas.
– Je n’ai même pas besoin de vous punir tous
les deux, la nature le fera mieux que moi ! Vous
12
allez avoir mal au ventre cet après midi, vous
allez voir ça !
N’empêche qu’ils ont réussi à faire rire tout
le monde.
Amandine avait installé une serviette par
terre et nous avons organisé un vrai repas pour
tous les deux. Je ne savais pas quoi lui dire.
Après manger, on avait une heure de liberté
(surveillée) en attendant le spectacle des
rapaces. Alban et Fouad nous ont rejoints, ils
avaient envie de se retrouver et d’être un peu
tranquilles. Céline, la meilleure copine
d’Amandine, était venue partager notre dessert.
Nous sommes restés comme ça, dans le calme
et Amandine a décidé de nous expliquer son
problème.
13

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.