//img.uscri.be/pth/94b2e1e458353913391351d14f8c5308197bdecc
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Maria

De
115 pages
Maria, jeune fille grecque, vit en 542 avant Jésus Christ. Elle veut devenir citoyenne et ne comprend pas pourquoi les femmes n'ont aucune participation dans la cité! Mais le destin s'en mèle : la pythie meurt et les responsables de la cité pensent à elle pour la remplacer. Marie-Françoise Raisin, professeur d'histoire/géographie pour des élèves en grande difficulté, fait partie d'un réseau de professeurs d'histoire/géographie « réseau ludus», organisant des jeux pédagogiques pour intéresser les jeunes à la culture et les entraîner vers la connaissance. Dans ce roman qui rappelle l'esprit d'Odile Weurless, le jeune lecteur peut ainsi se distraire et suivre l'intrigue du récit tout en apprenant sur l'histoire et la vie quotidienne en Grèce.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

2 Maria

3Marie-Françoise RAISIN
Maria
Jeune fille de la Grèce antique
Jeunesse
5Éditions Le Manuscrit























© Éditions Le Manuscrit, 2007
www.manuscrit.com

ISBN : 2-7481-8078-X (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748180787 (livre imprimé)
ISBN : 2-7481-8079-8 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782748180794 (livre numérique)

6




A l’attention des amoureux de la Grèce
dont mon amie, Annie

. .
8 Maria
I
« Psitt, psitt, Théo, Théo…

– Que fais-tu là ? Si maman te voit, elle va te
tuer ! Tu sais bien que tu n’as pas le droit de
venir ici, c’est réservé aux garçons !

– Oui, mais tu m’as déjà oubliée hier et je
suis sûr que tu ne serais pas venu, ce soir, me
voir.

– Mais si, mais si…

– Allez, viens dans notre cachette et donnes
moi ma leçon.

– Ecoute, Maria, attends un peu, je voulais
parler à mes copains à la sortie du palestre.

– Et bien, je vais dire à maman que tu
t’amuses en chemin ; tu sais qu’elle n’aime pas
que tu ne rentres pas directement de l’école.

9 Maria
– D’accord, allons-y, mais passes la première
je te rejoins, je ne veux pas me montrer avec
toi. »

Maria se dirigea très discrètement vers le
bout de l’allée, puis prit le sentier pavé qui
descendait vers les oliviers. Là, elle s’assit
derrière un arbre centenaire qui portait des
fruits pas encore mûrs et attendit.

Son frère, Théophraste, la rejoignit quelques
minutes plus tard. Il portait, sous sa tunique
(exomide), des livres. Il était encore en sueur,
d’avoir combattu pendant plusieurs heures,
mais il voulait absolument se perfectionner. Son
but était de devenir le champion de lutte des
jeux de Delphes.

Sa soeur, Maria, l’attendait. Chaque soir, son
frère venait la rejoindre, et lui apprenait à lire et
à écrire.

Nous sommes en 542 avant Jésus Christ. La
ville de Delphes, située en Phocide, est bâtie sur
le versant sud ouest du mont Parnasse. La cité a
été construite au pied du sanctuaire d’Apollon.
Elle est composée d’habitations et d’ateliers que
longent des ruelles pavées. Elle est entourée
d’oliviers, de cyprès, de lauriers roses et surtout
10 Maria
d’une multitude de fleurs sauvages qui poussent
en liberté sur les flancs du mont Parnasse.


Delphes est gérée par quelques grandes
familles très puissantes (oligarchie) et surtout par
des gouvernants élus : les archontes et les
prytanes. Ce sont eux qui préparent les
décisions qui seront soumises au peuple. Tous
ses habitants, en plus de leur travail, travaillent à
procurer des consultations, à attirer des
étrangers pour vendre les oracles, entretenir le
temple, s’occuper des cérémonies qui
concernent les oracles. Chaque habitant brigue
l’honneur d’être ministre d’un dieu qui le
comblerait chaque jour d’un bienfait.

Mais revenons à Maria et à Théophraste.

« Vas-y, lis ce poème.

– On voit bien qu’en vous deux se perpétue
une race de nourrissons de Zeus, de rois
portant le skeptre ; jamais vilain n’eût engendré
de tels fils.

– Non, tu t’es encore trompée : ce n’est pas
skeptre mais sceptre , le c ne se prononce pas.

11