Mon coeur fait bio !

De
Publié par

Fini les surgelés, place aux repas équilibrés ! Le nouveau beau-père de la mère d'Apolline, un obsédé du bio, décide d'organiser une journée des saveurs à l'école. Mais à 12 ans, entre les cours, la garde alternée, son insupportable frère et le reste de la famille à gérer, c'en est trop pour Apolline ! Ce qu'elle n'avait pas prévu, c'est que le beau Pablo du collège allait lui aussi s'en mêler... « Non mais, il ne croit quand même pas que je vais passer ma journée à cuisiner ! Je dois aller à l'école, étudier, réfléchir au sens de ma vie, à Pablo et aux plans ingénieux que je dois mettre en oeuvre pour attirer son attention... »
Publié le : mercredi 1 juin 2011
Lecture(s) : 21
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782081262843
Nombre de pages : 161
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
MON CŒUR FAIT BIO !
© Flammarion, 2011 87, quai PanhardetLevassor – 75647 Paris Cedex 13 ISBN : 9782081282988
SANDRANELSON
MON CŒUR FAIT BIO !
Flammarion Jeunesse
QUELLEFAMILLE!
e nos jours, le dernier cri, le grand chic, c’est la moit’, la résidence alternée, quoi. On conDtent. C’est ce qui s’est passé pour moi, Apolline, coupe la poire en deux et tout le monde est 12 ans, et mon frère Léopold, 13 ans. Il y a trois ans. En ce qui me concerne, je ne sais pas trop quoi en penser. Quand je suis chez ma mère, j’aimerais être chez mon père. Etvice versa.Enfin, je voudrais sur tout être chez les deux en même temps. Mais ça, ce n’est pas possible. Maman n’aime plus papa. Fini, terminé. Le dossier est clos. Et c’est sans espoir. Elle aime Angelo… Quand Angelo est venu à la maison pour la pre mière fois, j’ai cru voir la réincarnation du capitaine Crochet (sans le crochet), version Sicile. Il avait un visage taillé à la serpe, une fine moustache brune, une chemise blanche ouverte sur un torse velu, des chaussures en croco, le tout sur un corps sec. Mais
7
8
il a immédiatement eu un sourire qui lui a mangé la figure jusqu’à transformer ses yeux marron en amande en deux petits traits horizontaux. Je me suis dit qu’un homme au sourire aussi doux ne pouvait pas être un bourreau d’enfants. Même si, par définition, mon beaupère était un personnage antipathique car il prenait la place de mon père. Je suis donc restée sur mes gardes et l’ai observé à la loupe, tel un rat de laboratoire. Je ne lui ai trouvé qu’un seul défaut (outre celui, impardonnable, d’aimer ma mère et son look improbable) : son culte de la nourriture qui frise l’obsession. Angelo ne mange jamais les escalopes à la milanaise avec des spaghettis et ne met pas de crème fraîche dans la sauce à la carbonara, « contrairement à tous ces stupidide Français qui ne connaissent rien à la cui sine italienne ». Lui, il s’y connaît. Il est italien et cuisinier dans un restaurant… italien. C’est là qu’il a connu maman d’ailleurs. À La Mamma, un nom prédestiné. Un restaurant que papa adorait et où, du coup, il ne met plus les pieds. Depuis, quand j’y vais, la mousse au chocolat y a un goût amer, un peu comme lechinotto,une boisson infâme à base d’agrumes dont raffole mon beaupère. Angelo appelle maman « ma Luisetta ». C’est fou ce que cela a pu m’énerver au début, même si c’est nette ment plus romantique que MarieLouise, son vrai prénom.
Quand Angelo s’est installé à la maison, je me suis transformée en chien. — Apolline, dis bonjour à Angelo, me demandait maman tous les matins au petitdéjeuner. — Ouaf ! — Arrête de faire le chien ! a ordonné maman. — J’arrêterai de faire le chien quand papa reviendra. Ouaf ! — Si tu continues à faire le chien, on va te donner des croquettes à manger ! — Ouaf, ouaf ! aije répondu. — Moi aussi, je veux des croquettes, a renchéri mon frère, Léopold, qui, du coup, s’est mis à faire le chien lui aussi. — Apolline et Léopold, arrêtez de faire les chiens ou je vous mets dans un chenil, a hurlé maman qui craignait que l’hostilité de ses enfants à l’égard de son amoureux ne le conduise à prendre ses jambes à son cou.
Non seulement je n’étais pas d’accord pour qu’Angelo s’installe à la maison mais, en plus, on ne m’a pas demandé mon avis. Du tout. Je ne me suis pas gênée pour le donner. Comme ça n’intéressait personne, j’ai mené quelques opérations comman dos du type mettre des boules puantes dans son placard, jeter son téléphone portable dans le vide ordures, crever ses pneus, découper ses chemises au
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

11 contes des îles

de flammarion-jeunesse

La Reine des mots

de flammarion-jeunesse

Hôtel des voyageurs

de flammarion-jeunesse

suivant