Amitié et plus si affinités-Tome 2

De
Publié par

Deux mois après sa rupture avec Mike, Julie est passée à autre chose avec Josh, celui qui représentait la tentation à ses yeux. Ils ont emménagé ensemble avec leurs amis, Camille et Taylor. L’idylle est au rendez-vous jusqu’au jour où tout bascule. Ne se sentant pas bien, c’est avec Camille qu’elle décide de consulter un médecin qui lui annoncera l’incroyable... Pour Julie, c’est comme si le ciel lui tombait sur la tête. Elle ne sait pas comment elle va annoncer cette nouvelle à Josh. Elle craint sa réaction, mais aussi celle de ses amis et surtout de sa famille. Bien que ça ne soit pas facile, Josh lui promet de rester à ses côtés quoiqu’il arrive. Mais voilà qu’après avoir rencontré à nouveau des moments de déception, de tristesse et de joie, vient le tour de Josh de vivre l’impensable...


Publié le : vendredi 20 mai 2016
Lecture(s) : 1
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782334099899
Nombre de pages : 194
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-334-09987-5

 

© Edilivre, 2016

Chapitre 1

Lundi 21 décembre

Nous sommes à deux jours des vacances de Noël et je suis en totale panique.

Dans quatre jours, c’est Noël et je n’ai toujours pas de cadeaux pour Josh, mes parents, ma petite sœur, mon frère et mes amis.

Il faut absolument que je termine mes rédactions demain soir au plus tard comme ça j’aurais mercredi toute la journée pour faire mes achats.

Chaque année, c’est la même chose ! J’achète toujours tout à la dernière minute et vous savez pourquoi ? Tout simplement parce que je n’ai pas beaucoup d’idées.

Ce n’est pas mon dada de faire des cadeaux, je déteste ça.

C’est pour cela que chaque année, j’offrais des chèques-cadeaux dans leur magasin préféré, c’est beaucoup plus simple.

Mais cette année, c’est spécial. C’est la première fois depuis trois ans que je n’offrirai pas de cadeaux à Mike, cette ordure qui continue de coucher avec sa bimbo de connasse.

Mon œil qu’ils n’ont baisé que trois fois et le reste ? Il oublie de me le dire ?

Enfin soit, c’est du passé, j’ai tourné la page et ce que je vis avec Josh n’est vraiment pas comparable avec l’autre taré.

Josh est un dieu du sexe. Nous faisons des choses que je n’ai jamais faites et lui non plus d’ailleurs.

Il met juste en pratique ce qu’il s’amuse à chercher sur Google, et ce, depuis que nous avons regardé 50 Nuances de Grey.

Comme vous m’avez été toujours fidèle, je vais vous raconter quelques petits détails croustillants sur ma nouvelle vie.

Tout d’abord, sachez que nous ne pratiquons pas le sexe dans nos chambres universitaires, cela est de toute façon interdit et puis nous ne voulons pas être dérangés.

C’est pourquoi nous ne vivons plus sur le campus, mais un magnifique gigantesque loft que nous partageons avec Camille et Taylor.

Eh oui, ils sont toujours ensemble nos deux tourtereaux et plus amoureux que jamais.

Ils sont parfois pénibles à voir, toujours à se bécoter. Nous les surnommons les glus !

Notre cohabitation se passe bien. Chacun paie sa part, nous avons donc dû trouver un travail qui paie bien.

Depuis novembre, j’ai enfin trouvé un stage rémunéré dans le domaine des ressources humaines.

Je travaille pour une célèbre boîte new-yorkaise. Je passe mes journées à encoder de nouveaux clients et de nouveaux dossiers.

Camille est serveuse dans un restaurant réputé pour accueillir les célébrités. Elle a déjà rencontré Paris Hilton, Jennifer Lawrence, Katy Perry ou bien même Jennifer Aniston. Elle revient parfois avec des autographes qu’elle encadre. Elle est persuadée que cela aura beaucoup de valeurs plus tard.

Taylor est voiturier dans un hôtel où séjournent les hommes et femmes d’affaires très réputés dans le monde. Il a d’ailleurs parfois de gros pourboires, ce chanceux.

Et Josh, avec sa belle gueule et son corps de rêve, pose pour des revues de mode. Il rapporte de gros cachets.

Nous nous partageons les tâches ménagères ainsi que celles concernant les courses et préparer le repas.

Un planning est affiché dans la cuisine avec chacun ses tâches pour toute la semaine.

Pour l’instant, tout se passe bien, notre cohabitation n’a pas mis notre amitié en péril ni nos histoires d’amour.

Nous continuons bien sûr à voir Kelly et Rhett ainsi qu’Emma et Dane. Tout ce beau petit monde est toujours en couple.

Nous passons nos soirées du week-end tous ensemble, ici au loft.

Je ne vous raconte même pas les soirées que nous avons déjà organisées.

Eh oui, je me suis dévergondée comme me l’avait conseillé mon frère le jour de mon départ.

Je continue à bosser comme une dingue pour les études, mais après une semaine de cours avec mon emploi en plus, j’ai franchement besoin de me détendre le week-end.

Fini de vous papoter, je me mets au travail … Trois rédactions à faire pour demain et ensuite je pourrais enfin profiter de mon chéri et de mes presque vacances.

Je suis déjà en vacances pour le stage rémunéré, mais encore en cours demain … C’est trop cruel.

Cette madame Parker est vraiment dure avec nous. Elle nous donne cinq livres, qui ressemblent à des gros dictionnaires à lire par mois. Il faut bien évidemment lui faire un résumé qui doit contenir au minimum deux mille mots. Et ici pour ne pas nous donner des rédactions pour les vacances, ce sont trois livres d’un coup.

Je désespère, mais je ne baisserai pas les bras, je suis une battante et je vais lui montrer que je peux y arriver.

Quatre élèves ont abandonné son cours, cela prouve bien qu’elle est un tyran.

J’entends la porte claquer, je me retourne, c’est Josh. Enfin quelque chose d’appétissant à voir.

Quand je le vois, je ne peux me retenir, je fonds et ma petite culotte est toute trempée.

Il est toujours chaud comme la braise et prêt à me sauter dessus.

Il se dirige vers moi et me demande :

« Qu’est-ce que tu fais de beau ? »

« Toujours ces fichues rédactions pour la diablesse. »

« Veux-tu que je t’aide un peu ? »

« Certainement pas, mais j’aimerais bien que tu m’aides pour autre chose, si tu vois ce que je veux dire. »

« Non, je ne vois pas, mais si tu me montres, je pourrais comprendre ta demande. »

« Oh, tu veux jouer à ce jeu-là, petit coquin ? »

« J’adore quand tu es en mode coquine avec moi. »

« Approche donc un peu plus. »

Il s’approche et me soulève. Instinctivement, j’enroule mes jambes autour de sa taille.

« Et comme ça, c’est assez proche ? »

« Tu peux mieux faire. »

Il passe un doigt en dessous de ma culotte et grogne telle une bête sauvage en train de souffrir.

Il y ajoute un autre doigt et commence un va-et-vient.

Pour avoir plus d’appui, il me plaque contre le mur et accélère ses mouvements.

Je balance la tête en arrière et je gémis.

« Continue, Josh. »

« Ne t’inquiète pas, bébé. Ça ne fait que commencer. »

Il me tient fermement et se dirige vers notre chambre.

Il claque la porte avec son pied et me dépose sur notre lit.

« Je vais t’emmener au septième ciel, ma chérie. »

« Mmm, j’adore ça ! »

Il me déshabille et fait de même à son tour. Il est si impatient qu’il en tremble de tout son corps.

« Touche-moi, bébé. »

Oh, ça il ne faut pas me le dire deux fois. Je passe ma main dans ses cheveux, je descends dans sa nuque et lui caresse son torse.

Je lui pince les tétons, il adore ça comme moi, j’adore qu’il me les mordille.

« S’il te plaît, prends-moi ! »

« Je veux que tu me branles un peu avant sinon ça va encore aller trop vite vu le niveau d’excitation que j’ai. »

Je prends sa queue d’une poigne ferme et je commence mon va-et-vient.

Il gémit à mon toucher, grogne quand je commence à accélérer et frisonne quand je vais un peu trop vite et trop fort.

Je décide de le détendre un peu en lui faisant une fellation. Je suis devenue douée pour ça.

C’est ce qu’il adore le plus alors je me suis entraînée sur un concombre, mais cela reste entre nous, OK ?

J’engloutis son membre dans ma bouche pulpeuse, je descends et remonte doucement, j’y ajoute un va-et-vient avec ma main.

J’ai trop envie qu’il se déverse dans ma bouche. J’aime le goût de sa semence.

Je sens son membre gonfler, il va bientôt éjaculer.

J’accélère, ça arrive, je continue. Encore un peu … Je sens qu’il a un spasme et il se déverse complètement dans ma bouche.

J’avale tout et me lèche les lèvres en le regardant, je sais que ça l’excite.

Je me rince la douche avec une bouteille d’eau que je laisse chaque matin pour cette petite occasion.

Je le pousse pour le mettre sur son dos et j’enfourche sa queue.

Il empoigne mes seins et me pince les tétons, ce qui me fait gémir.

Je me balance d’avant en arrière. Il me tient par les hanches et j’accélère mon va-et-vient.

Au bout de vingt minutes de pur plaisir, l’orgasme nous envahit et je m’écroule sur son torse.

« Putain, bébé, tu m’as bien gâté. »

« C’est que tu le mérites, mon ange. »

« Je t’aime, Julie. »

« Je t’aime Josh. »

Après avoir repris nos esprits, nous filons tous les deux sous la douche.

J’ai décidé de laisser mes rédactions de côté pour aujourd’hui et de flemmarder un peu devant la télévision avec Josh.

Chapitre 2

Mardi 22 décembre

Le réveil sonne à 06h30 pour notre dernier jour de cours avant les vacances d’hiver.

Je file à la douche la première. Les autres savent qu’ils ne doivent pas aller avant moi sauf s’il y a vraiment une urgence, je déteste être en retard.

En ce mois de décembre, la fraîcheur se fait ressentir donc je sors de ma penderie un jean slim et un gros pull à col roulé.

J’enfile la paire de boots que Josh m’a offerte pour notre premier mois passé à deux.

Je les adore, elles tiennent bien chaud toute la journée, d’autant plus que je suis de nature frileuse.

Je prépare le petit déjeuner, ce que je fais généralement tous les jours puisque je suis toujours la première levée.

Pour aujourd’hui, ça sera des pancakes nappés de sirop d’érable et du miel, avec des œufs brouillés, du bacon et le tout accompagné de jus de fruits ou bien un verre de lait ou du café, selon les goûts des autres.

J’entends la porte de la salle de bains se refermer. Enfin, quelqu’un a décidé de se lever.

J’entends glousser, c’est Camille et Taylor qui ont filé ensemble sous la douche.

Dès le matin, ils sont au taquet pour leurs galipettes et après ils seront là, assis devant moi, à se bécoter.

Une main me caresse le cul, ça ne peut être que Josh bien évidemment.

« Bien le bonjour ma chérie, bien dormi ? »

« Bonjour toi, bel inconnu, oui bien dormi et vous ? »

« Comme un bébé quand je suis à côté de toi. »

Je l’embrasse tendrement, sur le bout de la pointe des pieds. Eh oui, je n’ai pas grandi depuis que je suis rentrée à l’université.

« Que veux-tu que je te serve, mon cœur ? »

« Pancakes avec du sirop d’érable et un verre de jus d’orange, si tu veux bien, mamoureuse. »

« Installe-toi, je t’apporte ça. »

Je lui prépare son assiette et lui apporte sur l’îlot de la cuisine, c’est là que nous avons pris l’habitude de déjeuner.

Parfois, j’ai l’impression que nous sommes un vieux couple. Nous ne nous disputons presque jamais, c’est comme si nous nous connaissons depuis bien longtemps. C’est si agréable de vivre une relation si posée et passionnée comme la nôtre.

Nous sommes rejoints par les deux tourtereaux qui nous saluent. Taylor s’installe à côté de Josh pendant que Camille lui prépare son assiette.

Quand Josh m’a parlé de prendre un appartement ou autre chose dans le genre en cohabitation, j’étais emballée par l’idée, mais je me voyais mal de ne pas partager ça avec une autre personne que Camille et bien sûr Taylor.

J’adore mes autres amis, mais elle, c’est ma meilleure amie, elle connaît tout de moi, elle est comme une seconde sœur pour moi.

Bon, ce n’est pas tout ça, mais j’ai fini mon petit déjeuner, Josh aussi donc je fais ma petite vaisselle du matin.

Pour aujourd’hui, je suis tranquille concernant les tâches ménagères.

Camille doit s’occuper des courses pour Noël et le reste de la semaine.

Josh doit s’occuper du dîner de ce soir et Taylor du ménage. Hé oui, c’est magnifique à voir ces deux-là quand ils font le ménage. Ils ont, certes, un peu de mal, mais ça vaut le détour.

Je prépare mes cours pour la journée et j’attends que tout le monde soit prêt à prendre la route.

Il est 08h00, nous nous rendons au campus pour un dernier petit café avec le reste du groupe.

À peine que nous ayons franchi la porte de la cafétéria, Kelly nous fait de grands signes en criant après nous.

Nous les saluons et commandons vite fait nos cafés parce que l’heure tourne et les cours vont bientôt commencer et je n’ai qu’une envie, c’est que 16h00 sonne pour enfin récupérer de ce premier trimestre très intense.

Aujourd’hui, j’ai cours de droit avec Mr Jones, gestion avec Mme White, comptabilité avec Mr Peterson et pour finir langue littéraire avec Mme Parker.

L’heure du midi approche, il est temps, j’ai une faim de loup et ce cours de gestion me paraît interminable aujourd’hui.

La sonnerie de fin de cours se fait entendre, je me précipite à la cafétéria, je sens que je vais faire un malaise si je ne mange pas tout de suite.

Je me prends une salade avec du poulet frit accompagnée d’une escalope milanaise. Je viendrai voir pour le dessert après avoir englouti mon repas.

Je rejoins les autres qui sont installés et je mange comme si j’étais affamée de plusieurs jours.

Les autres me regardent d’un air perplexe et Josh me dit :

« Tu as bon appétit ces moments-ci, ma chérie. »

« C’est que je dois être heureuse et bien dans ma vie. »

« Attention aux kilos en trop. », me taquine Taylor.

Je le fusille du regard. Depuis que je suis ici, j’ai toujours fait plus ou moins attention à ce que je mange donc pour une fois que je me lâche, on me fait des réflexions.

De toute façon, je me suis mise au sport pour m’entretenir. J’ai enfin cédé aux supplices de Josh, je pratique la boxe avec lui trois fois par semaine.

« Où vois-tu des kilos en trop ? J’ai perdu du poids depuis que je suis ici, je peux donc me permettre de prendre un kilo ou deux. », lui rétorqué-je, un peu agacée par son propos.

« Hé, je n’ai rien dit de mal. Tu me sembles bien stressée et énervée ces jours-ci, tu es en période rouge ou quoi ? » blague-t-il.

Sauf que là franchement, ça ne me fait pas rire. Pour info, la période rouge, comme les garçons appellent cela, c’est la période des règles et non je ne suis pas réglée.

Plus que fâchée cette fois, je quitte la table et je file déjà devant la porte de mon prochain cours.

Il est vrai que ces jours-ci, j’ai des sautes d’humeur, mais ça doit être à cause de tout ce stress que je porte sur mes épaules.

Franchement, oubliez l’université. C’est loin du rêve que nous vendent les films et les séries.

L’après-midi passe plus vite que la matinée et il est déjà 16h00. Les cours sont finis, je suis officiellement en vacances.

Je décide de rentrer seule au loft, j’ai besoin de me changer les idées et puis je ne me sens pas prête à affronter les autres à propos de mon comportement de ce midi. Je m’excuserai plus tard, en soirée.

Je fais un détour par Washington Square Park. Je m’assieds seule sur un banc à contempler la marre aux canards.

Quelques cyclistes et joggers passent, il fait plutôt calme et c’est ce dont j’ai besoin.

J’entends les cloches de l’église sonner, je regarde ma montre, il est 18h00, il est temps que je reprenne le chemin pour rentrer chez moi.

Chapitre 3

Mercredi 23 décembre

Premier jour de congé et je me suis accordée un peu de repos au matin avant de partir faire les boutiques à la recherche des cadeaux.

Je me suis réveillée vers 08h45, une première pour moi depuis que je suis ici, et au lieu de m’apprêter tout de suite comme à mon habitude, j’ai pris mon livre de chevet, le cinquième tome d’After.

Eh oui, je l’ai enfin acheté depuis deux semaines, mais je manquais de temps pour le lire.

Maintenant que je sais que j’en aurais, je peux donc commencer à lire en toute tranquillité.

« Bonjour Miss grognon. »

« Bonjour toi, bien dormi ? » demandé-je à Josh, mon livre toujours au bout de mon nez.

« J’ai connu mieux comme sommeil, mais ça va, je serais disposé à faire tout ce que tout voudra. »

« Eh bien, figure-toi que je te donne congé aujourd’hui. Je dois aller faire les boutiques, mais j’y vais seule. »

« Ah bon ? Et pourquoi ça ? »

« Petit curieux, tu n’en sauras pas plus. »

« Et si je te faisais des gâteries là tout de suite ? »

« Je suis d’accord pour les gâteries, mais tu n’en sauras pas plus pour autant. »

« Ah, tu es d’humeur comme ça aujourd’hui. Hier grognon et aujourd’hui d’humeur taquine. »

« Tu veux bien arrêter de parler de la journée d’hier. Il me semble que je me suis excusée auprès de vous tous et en particulier auprès de toi sous la couette. »

« Je me souviens pour les autres, mais pour moi, je n’ai reçu aucune excuse de ta part. », s’amuse-t-il à me taquiner.

« Veux-tu peut-être que je te fasse de nouvelles excuses ? »

« Oh oui, ça ne serait pas de refus. »

Je repose mon livre sur la table de chevet et je m’approche de lui à quatre pattes sur le lit.

Je commence par lui mordiller le lobe de l’oreille, je parsème son cou de petits baisers. J’aspire sa lèvre et la mordille.

Je sais que ce que je suis en train de lui faire le rend fou et je peux vous dire qu’il ne va pas résister longtemps à me retourner et prendre lui-même le contrôle et ce, dans trois, deux, un …

« Tu veux jouer à ça, coquine. », dit-il en me faisant passer sur mon dos.

Le voilà maintenant au-dessus de moi en toute possessivité et j’adore ça, car je sais ce qu’il m’attend.

Il commence par m’attacher les poignets aux barreaux du lit et me passe un bandeau de nuit sur les yeux.

Je suis encore plus excitée quand je me retrouve dans cette situation. Croyez-moi, vous devez tester.

Il me mord l’oreille, me lèche le cou et descend jusqu’à mes tétons.

Il en prend un en bouche pendant qu’il titille l’autre avec ses doigts.

Il continue à descendre en parsemant mon corps de doux baisers.

Il arrive là où le feu s’est embrasé dès le premier mot qu’il m’a dit en se réveillant.

Je sais, ça peut paraître rapide, mais si seulement vous l’entendez, il a une voix si suave et si sensuelle que vous en perdrez votre culotte.

« Tu aimes ça, hein petite cochonne. »

Je hoche la tête parce que sinon je n’arriverais pas à tenir mon sérieux. J’adore quand il me dit des trucs salaces, mais en même temps j’ai envie de rire parce qu’à le voir ainsi, ça ne lui colle pas à la peau.

« Que veux-tu que je te fasse, vilaine fille ? »

« Tout ce que tu voudras, mais par pitié, prends-moi. »

« N’allons pas trop vite, petite dévergondée. Nous avons notre temps. »

Il enlève mon string avec ses dents, délicatement. Je sens son souffle sur mes jambes, il remonte tout doucement.

Il arrive presque à mon entrejambe. Il me donne un baiser à droit puis un baiser à gauche et finit par plonger sa bouche sur mon intimité.

Il s’amuse à lécher mon clitoris et je ne peux me retenir de lâcher un orgasme si bruyant, si bestial, que j’ai dû réveiller le quartier.

Je ne parle pas de Camille et Rhett parce que ça fait déjà une bonne heure que j’entends Camille hurler comme une truie.

Je ne tiens plus, j’ai besoin de le sentir en moi et je le supplie donc :

« S’il te plaît, maintenant. »

« Patiente, ma chérie. »

« Mais je ne tiens plus, Josh. »

Il sait que quand j’utilise son prénom dans ces cas-là, c’est que je suis vraiment au bout du rouleau et qu’il faut qu’il me pénètre au plus vite.

Il arrête de s’acharner en bas, remonte vers mes tétons qu’il mordille. Il m’agrippe par les hanches et sans crier gare, il me pénètre d’un coup si violent que je crie de mal, mais le plaisir s’associe à cette douleur.

Il va et vient à un rythme bien trop lent à mon goût. Je décide donc de donner des coups de reins et d’entamer un va-et-vient plus rapide.

Il voit que je m’impatiente et décide donc de mettre fin à mon supplice et accélère les mouvements.

Je sens son pénis enfler à l’intérieur de mon vagin, il y arrive à l’orgasme et la jouissance absolue.

Un, deux, trois coups de reins et il se déverse en moi en grognant comme un ours.

Il...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant