Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 5,49 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Publications similaires

ESSAI Concours

de CDIJeanVilar

Vous aimerez aussi

Coupable idéal

de rageot-editeur

Les monstres de Fort Boyard

de rageot-editeur

Double disparition

de rageot-editeur

suivant

SOMMAIRE

LA COLÉRE DE TYRANNOSAURE REX

LE CONCERT DE PSITTACOSAURUS

UN IGUANODON ÉGÖISTE

DIPLODOCUS CONTRE BAROSAURUS

LE TERRIBLE VOYAGE DES ANKYLOSAURES

L’EXPÉDITION D’EDMONTOSAURE

LE TRÉSOR DE MAMAN MAIASAURE

COMMENT FUT SAUVÉE LA PRINCESSE DES DRYOSAURES

LE NOUVEAU ROI DE CAUDIPTÉRYX

LES TRIBULATIONS DE CAUDIPTÉRYX

LE MENSONGE DE SPINOSAURE

LE PARTAGE DE LIOPLEURODON

978-2-700-23319-3

ISSN : 1951-5758

 

© RAGEOT-ÉDITEUR–PARIS, 2007.

Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés pour tous pays.

Loi n° 49-956 du 16-07-1949 sur les publications destinées à la jeunesse.

Du même auteur, dans la même collection :

Une baleine sur la plage de Saint-Malo

Pour William, que ces grosses bêtes intriguent depuis si longtemps.

La colère de Tyrannosaure Rex

Trouvant trop fatigant de chasser, Tyrannosaure Rex avait ordonné au peuple des dinosaures :

– Chaque soir, j’exige deux dinosaures bien dodus pour mon repas.

Il s’était dressé sur ses pattes arrière, avait pointé ses énormes mâchoires aux dents acérées vers le ciel et poussé un rugissement terrible. La montagne avait tremblé.

– Si vous désobéissez, je vous massacrerai jusqu’au dernier ! avait-il menacé.

Puis il avait précisé en plissant ses petits yeux cruels :

– Pour mon dîner du lundi, je veux deux saltasaures, pour celui du mardi deux protocératops, le mercredi deux maiasaures, le jeudi deux styracosaures, le vendredi deux edmontosaures, le samedi deux anatosaures et le dimanche deux mononykus.

Au début, les dinosaures avaient essayé de résister, mais Tyrannosaure Rex avait exercé d’effroyables représailles. Alors, ils s’étaient résignés. Chaque jour de la semaine, le clan concerné désignait deux de ses sujets.

Le lundi, deux saltasaures prenaient le chemin de la montagne.

Le mardi deux protocératops.

Le mercredi deux maiasaures.

Le jeudi deux styracosaures.

Le vendredi deux edmontosaures.

Le samedi deux anatosaures.

Et le dimanche deux mononykus.

Comme tous les autres, les mononykus étaient terrifiés à l’idée de finir entre les dents acérées du tyran. Chaque dimanche, le chef du clan avait fort à faire pour désigner les deux victimes.

– Pourquoi moi ?

– Je suis trop maigre !

– Je suis trop dur !

– C’est injuste !

– Oui, c’est injuste, contestait-on.

N’ayant plus le cœur de désigner deux malheureux chaque dimanche, le chef imagina un tirage au sort.

Il creusa un trou au milieu de la clairière et y déposa autant de pierres qu’il y avait de mononykus.

– Toutes sont blanches, annonça-t-il, sauf deux qui sont noires.

Chacun comprit que les deux mononykus qui tireraient les pierres noires composeraient le repas dominical du tyran. La tribu trouva le jeu bien cruel, mais admit que c’était la façon la plus juste de procéder.

Un jour, deux frères, Mono et Nykus, eurent la malchance de tirer les pierres noires. Ils firent leurs adieux au clan et partirent.

– C’est terrible, répétait Mono sur le chemin de la montagne. C’est terrible ! J’ai si peur !

– Serre-toi contre moi… essayait de le réconforter Nykus.