L'horloge (gratuit)

De
Publié par

Une petite histoire racontant l'aventure terrifiante d'un jeune homme.

Publié le : lundi 28 octobre 2013
Lecture(s) : 91
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
L'Horloge
A cette époque, j'étais cupide et inconscient. Mes parents, le marquis et la marquise de
Tournepant, m'avaient envoyé dans leur maison de campagne. Cet endroit où je devais passer les
deux prochains mois avait été laissé à l'abandon. Il ressemblait à une vieille bâtisse donnée aux
mains de la nature. Aux griffes devraisje plutôt dire. Les arbres qui bordaient l'allée, qui autrefois
devaient rayonner de vie et de verdure, étendaient leurs branches décharnées et noueuses. Les
parterres de fleurs étaient envahis de mauvaises herbes. Il sortaient des buissons des bruissement de
quelques bêtes invisibles. Ce tableau m'inspira une sorte d'effroi mais ce sentiment était surtout dû à
une autre présence que je n'aurais su décrire.
Je me hâtait d'entrer dans cette demeure qiu était en réalité l'ancien château de feu mon oncle.
J'étais curieux de découvrir la maison car mon oncle était un brillant chercheur. Malgré mon
insouciance, je pensais avoir hérité de cette qualité. Je détestais tout ce qui ressemblait, de près ou
de loin, à l’irrationnel.
Je découvris toutes les salles du château. Par hasard, je tombai sur la chambre de mon parent.
Dès que je fis un pas à l’intérieur, une lourde fatigue s'empara de moi. Je me glissai vers le lit et je
n'eus pas le temps de fermer les rideaux que je tombai dans les bras de Morphée.
Je me réveillai au son du tonnerre. Je n'avais aucune idée de l'heure mais un coup d’œil vers
la fenêtre m'affirma qu'il faisait nuit. Je tentai de me rendormir lorsque tout à coup, l'horloge de la
chambre sonna minuit. Dès lors, une sorte d'ambiance mystique s'installa. Je ne sais pourquoi, tous
les sens étaient en alerte. Soudain, une musique retentit. Croyezmoi fou ou non, mais tous les
objets de la chambre se mirent à bouger. On aurait dit qu'il effectuaient une danse lourde et
langoureuse. Je bondis de mon lit et allai me réfugier dans un coin. C'est à cet instant, sous la
lumière pâme de la nuit, que les objets prirent forme humaine. L'un après l'autre, les fauteuils se
transformèrent en hommes qui semblaient venir de l'époque romaine. Le lit sur lequel j'étais couché
quelques minute plus tôt, se métamorphosa en un vieux et ventripotent grandpère. Mes yeux furent
attirés par l'horloge qui était devenu une magnifique jeune femme. Elle plongea son regard dans le
mien et je me sentis comme pétrifié. Je regardai mes pieds et me rendis qu'ils commençaient à se
changer en pierre. J'essayai de hurler mais ma gorge resta crispée. Je me débattais mais mes gestes
dans ma confusion étaient flous et vains. Les meubles, ou plutôt les hommes, se rapprochaient de
moi. La jeune femme ne me lâchait pas des yeux. Sa beauté se transforma en une espèce de
méchanceté qui la rendit hideuse. Alors que la pierre atteignait mon cou le hurlement que je tentais
de pousser, se déchaîna d'un coup. Tandis que l'hideuse créature qui m'emprisonnait se satisfaisait
de ma terreur, elle détourna subitement les yeux, comme si elle avait entendu quelque chose. Son
rictus disparut et elle me lança :
« Tu me plais jeune homme. Attendsmoi... »
Sur ces mots je me réveillait subitement en raison d'une forte odeur. Une jeune personne
était entrée dans la chambre et me faisait sentir des sels. Il m'expliqua qu'il était envoyé par mes
parents et qu'il avait eu grande peur en me voyant allongé par terre. Cela faisait maintenant une
demiheure qu'il essayait de ma réveiller.
Le rassurant, je me demandais si cette nuit de frayeur s'était réellement passée ou si tout cela
n'avait été qu'un cauchemar. Je vis l'horloge, placée dans un coin, et je repensai aux paroles de la
jeune femme.
Voilà maintenant plusieurs années que je redoute de la voir venir, finir ce qu'elle a
commencé.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Mortel !

de 12-21

Je suis un arbre

de editions-actes-sud

suivant