Manman d'lo

De
Publié par

" Voilà ce qui arriva une fois à mon grand-père. " La Manman d'lo le laissa approcher, assise sur une vague de dix mètres. Quand elle passa juste au-dessous de l'étoile la plus brillante, grand-père vit qu'elle était belle comme la lune. La Manman d'lo lui souriait de ses dents éclatantes. Ses longs cheveux ondulaient autant, sinon plus, que les vagues mouvantes qui viennent mourir sur la plage. Elle semblait avoir la peau brune des capresses d'ici…
Publié le : dimanche 1 février 1998
Lecture(s) : 332
EAN13 : 9782296358195
Nombre de pages : 111
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

MANMAN D'LÜ et autres contes des Antilles
bilingues français-créole

Collection Jeunesse dirigée par Aliette Sallée, Martine Michon et Denis Rolland
AUGER J.-c., La pagode d'or. Aventures en Birmanie. BELLET A, La vengeance de la Joconde. BELLET A, Le cahier rouge de Lisa Mabelle. BELLET A, Black label à Belleville. BELLET A, Les démons du Petit Palais. BENREDJAL L., Naïveté et malices animales (contes berbères). CADORE Isabelle, Soleil, diable et merveilles. COLLÈGE HÉLÈNE BOUCHER, L'île de tous les dangers et autres robinsonnades. ESTIVAL E, Au Pérou les poches vides. GOHIER 1., Au pays des dunes. GOTIN M., La maman d'lo et autres contes créoles (bi!. français-créole). HARGOUS S., LEGENDRE A, C'est arrivé au Tibet. HATUBOU S., Contes de ma grand-mère (contes des Comores). KERISEL E, Histoires de justice aux quatre coins du monde. KICHENASSAMY E, Chabin ou la trilogie bouclée. LAFLAQUIÈREA, Fatoumata, ma tante. LAFLAQUIÈRE Anne, Le fils du vent. (illustration Reine Berthelot). LAFLAQUIÈRE A, La folle de Barbès. LYCÉE MOLIÈRE de Rio de Janeiro, Rio aux Éclats. MEJA MWANGI, Kariuki. Aventures avec le petit homme blanc. MONTLAHUC S. (ed.), Rue des origines. 51 récits d'adolescents. MONTLAHUC S. (ed.), Les voleurs de mémoire. PASCALE R., Sarajevo. 125 questions sur une ville assiégée. PINGUILLY Y, Le gros grand gri-gri. PINGUILLY Y, Le tatouage blanc. REBERG E., BOUBRIT S., L'Ogre et lafévette. RENOUX J.-c., Contes du montreur d'ours (contes provençaux). RENOUX J.-c., Le voyage du paillassier (contes provençaux). RENOUX J.-c., Le mulet maladrech (contes provençaux, bilingue). SAUVARD J., Le ballon de Yacine. SAUVARD J., Les palais d'or de Belleville. SAYAR H., Contes de la mythologie persane (bi!.persan-français).
SIEBERT R., Une île sur le fleuve noir

- Histoire

d'une enfance vendue

en Thailande. YASMIN H., Le petit cavalier noir.

@ L'Harmattan, 1998 ISBN: 2-7384-6327-4

Renée MAURIN-GOTIN

MANMAN D'LÜ et autres contes des Antilles
bilingues français-créole

Éditions L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris

L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques MoiHréal (Qc) - CANADA H2Y I K9

IIIustrations

: Anne-Sophie

FIÉVET

--

u.

-

~

-"

'"

~
-

%

~~----

-

=~
~-

Pourquoi les Antillais sont-ils si diversement colorés?

Le Fonds
Autrefois, il Y avait là, à la place de cette mare, une case à gaulettes. Tout en haut, accoudée aux contreforts du Fonds, se trouvait une case à bardeaux. La première aurait pu être belle, plantée à même le sol battu, avec ses gaulettes la traversant comme un quadrillage avant. En fait, elle était toute tordue, non parce qu'un cyclone avait soufflé dessus, mais parce qu'elle était habitée par une vieille fée. Certains prétendaient qu'il s'agissait peut-être de la Manman d'la qui lasse d'errer sur la mer venait se reposer-là. Tout en haillons, comme une poule frisée, la tête échevelée, elle passait son temps à faire des grimaces à vous donner des frissons. Elle se plaignait de vivre isolée dans sa cabane du grand fonds et d'être rejetée de ses voisins. Mais que voulez-vous? Une sorcière n'intéresse pas grand monde, et tout le monde n'a pas forcément ses affaires mêlées. D'ailleurs, sa case n'était pas facile d'accès. 6

Pouki tout Antiyè pa menm koulé ?

Fon-Ia
An tan lontan, an plas a ma-la sa, té ni on kaz a gôlèt. An ho an ho, té ni on kaz a bawdo kolé asi kontrifô a fan-la. Prèmié kaz-la té ké pé bèl, planté an tè rèd-Ia, avè gôlèt ka travèsè-y kon kadriyaj sayan. En vérité, i té tau ka chi ; a pa pas on siklôn té souflé si-y, men pas té ni on vié fé ki té ka rété la. On pati moun té ka di sété pétèt Manman dIa ki té ka vin ripozé kô-ay la lè i té las kauri si lanmè. I té an hangnon kon paul frizé, chivé-ay an frich an tèt-ay, i té ka pasé tan-ay ka fè on pakèt maji ki té ka ba-w fwison. I té ka enki pléré pléré pléré, swadizan i té ka viv tau sèl an kaz-ay anba fan-la é kè tout vwazen-ay pa té vlé vwè-y. Men ka-w vlé fè ? Pa ni gran zafè a moun ka okipé dè sosièz é zafè a tout moun pa oblijé mélé. Dayè pou yonn, a pa fasil ou té pé jwenn kaz-ay. Pou té ay la, fô paw té ka trapé toudisman.

7

Pour s'y rendre, il ne fallait pas avoir le vertige. Le regard en plongeant dans la coulée, ne pouvait s'accrocher à rien de précis. L'érosion s'était amusée à raboter la façade des arbres et à lisser les rochers. Malgré ces difficultés, il arrivait qu'une âme désespérée eût recours à sa science avant de prendre une importante décision.

La case à bardeaux Celle qui aurait pu être une bonne voisine, la case à bardeaux, n'était pas peu fière: elle était festonnée de petits rectangles de bois et ressemblait à l'un de ces ravissants jupons créoles. Son propriétaire était un homme qui exerçait le plus beau métier du monde: il était boulanger. Il vendait des pains si bons, si croustillants et si variés que la boutique regorgeait de clients du matin au soir. On y trouvait le dictionnaire épais, carré et voluptueux dont les pages serrées étaient effeuillées une à une par les enfants; le petit pain natté à défaire, pas plus long que la main; le paincanot avec la fente incroyable au beau milieu et les deux têtées ; la pomme cannelle ou crinoline, qui s'apparente au fruit du même nom, en forme de toupie volutée ; le zacari, une grosse boule de pâte, comme pétrie d'une seule main; les flûtes plus craquantes sous la dent que du bois sec.

8

Lè-w té plonjé zié-aw an koulé-Ia, i pa té ka pozé si ayen ojis : sa yo ka kriyé lérosion té amizé-y rabôté tout douvan a sé pié bwa-Ia é lisé sé rochla. Malgré sa, kèkfwa, on nanm a labandon ki biswen pwan on gran désizion, té ka vin fè on séans.

Kaz a bawdo Kaz a bawdo-Ia, ki té pé pasé pou on bon vwazin, té ka akwè-y toubonnman : i té dékoré avè on la ti rèktang an bwa é i té ka sanm yonn ad an sé bèl ti jipon a matadô-Ia. Mèt-ay té ka fè pli bèl métié si la tè : i té boulanjé. l té ka vann pen ki té tèlman bon, tèlman krakan é tout sôt kalité jan, kè boutik-ay té ni kilyan dèpi jou té rouvè jistan sôley té kouché. Ou té ka touvé : diksionnè épé-Ia, karé, ki té ka fonn an bouch-ay kon vIau, dontokèl ti moun té ka dékolé fèy-ay yonn pa yonn. Pen naté-Ia,londjè a on men, pou té défèt ; pen kannôt-Ia avè on kalité fant jis an mitan é dè tété-ay; ponm kannèl-Ia yo té ka kriyé krinolin, ki on jan kon fwi-Ia ki ni menm non-la, an fôm a toupi a fwèt; zakari-Ia, on bôkô an donmbwé fèt avè on sèl men; sé flit-la, ki té ka kraké anba dan plis ki bwa sèk menm.

9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.