Brigade sud : le tireur mystérieux

De
Publié par

Inès a convaincu son père, le capitaine Roullier, de l’accueillir en stage à Marseille dans sa brigade. Mais à peine est-elle arrivée qu’un joueur de football est assassiné sur un stade par un tireur embusqué. Jour après jour, les meurtres s’enchaînent selon un mode opératoire immuable. Comment stopper ce tireur fou ? Sur les scènes des crimes, Inès a bientôt le sentiment de comprendre la logique du meurtrier…

Cette aventure à fort suspense plonge le lecteur au cœur du quotidien d’une enquête policière, menée ici par Inès, la fille du capitaine Roullier. Un épisode palpitant sur la vengeance, ses ressorts et son rythme.
Publié le : mercredi 6 avril 2011
Lecture(s) : 7
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782700240665
Nombre de pages : 160
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Sommaire

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

978-2-700-23614-9

ISSN 1766-3016

© RAGEOT-ÉDITEUR – PARIS, 2011.

Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés pour tous pays. Loi n° 49-956 du 16-07-1949 sur les publications destinées à la jeunesse.

Du même auteur, dans la même série :

Brigade sud : la disparition
Brigade sud : le jeu du tueur
Brigade sud : le train fantôme
Brigade sud : crime parfait ?
Brigade sud : la chambre vide

Ma vengeance est perdue s’il ignore en mourant que c’est moi qui le tue.

 

Jean Racine, Andromaque

1

« Les agents du corps d’encadrement (gardiens de la paix, brigadiers, majors) sont recrutés avec un baccalauréat. Ceux du corps de commandement (lieutenants, capitaines et commandants) doivent être titulaires d’une licence. »

 

Extrait du rapport de stage d’Inès

 

Gabriel Roullier hésitait.

Son regard se perdit sur la façade de la tour qui s’élevait à deux pas du front de mer. Une façade criante de verre et d’acier, plombée de poutrelles d’aluminium, et tellement suffisante.

Dans sa main, le mobile semblait peser des tonnes.

Il murmura :

– Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée, ma chérie.

Le collège de sa fille demandait aux élèves d’effectuer un stage afin qu’ils découvrent la réalité du monde du travail.

Et Inès s’était mis en tête d’accomplir le sien dans la brigade de police que son père dirigeait.

– Mais pourquoi ? protesta Inès.

Roullier était fatigué de devoir toujours se justifier.

– Parce que.

– Parce que quoi ?

Les adolescents d’aujourd’hui n’abdiquaient pas aussi facilement que ceux de sa génération. Sa fille en était la preuve vivante.

Il prit une profonde inspiration avant de répondre :

– Parce que mon métier nécessite beaucoup de concentration, de la disponibilité, de l’énergie… Et que t’avoir dans les pattes n’est pas le meilleur moyen de réunir ces compétences.

La voix d’Inès se fit soudain plus lointaine.

– OK. Heureusement qu’il me reste l’autre option.

Ce fut au tour de Gabriel de vouloir en savoir plus.

– Quelle option ?

– Le copain de maman m’a proposé d’effectuer mon stage dans sa maison d’édition. Ça risque d’être chouette…

Inès connaissait son père comme personne. Et tapait toujours là où ça faisait le plus mal.

Roullier fixa la silhouette d’un pêcheur assis au bout de la jetée. Des dizaines de barques ondulaient coque contre coque le long des pontons. Au loin, une navette filait vers les îles.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Coupable idéal

de rageot-editeur

Double disparition

de rageot-editeur

suivant