Cheval de feu (Le ranch des Mustangs)

De
Publié par

Installées au ranch, Meg, Alison et Becky profitent de l’été brûlant pour soigner Silver, blessé dans le crash de l’avion. La mère de Becky, frappée par un cheval, est conduite à l’hôpital. Elle demande à sa fille de veiller sur Windy, sa jument préférée. Mais celle-ci s’enfuit dans la montagne avec Silver. Les trois amies partent à leur recherche.

Une série où trois adolescentes partagent la vie des chevaux dans un endroit isolé au cœur des montagnes Rocheuses.
Publié le : mercredi 17 septembre 2008
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782700249101
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
9782700249101_cover.jpg
pageTitre
Du même auteur, dans la même série :

Cheval rêvé

Cheval de nuit

Cheval sauvage

Cheval fougueux

Cheval invisible

Cheval libre

Cheval de cœur

Cheval intrépide

Cheval d’espoir

Silver

– Silver, arrête de me chatouiller l’oreille ! s’écria Meg en riant.

Elle repoussa avec douceur les naseaux veloutés du yearling1, puis le suivit du regard tandis qu’il s’éloignait dans la prairie. Sa robe était si claire sur l’herbe verte qu’elle semblait d’un blanc pur.

Ce matin-là, Meg O’Donnell, Alison Chant et Becky Sandersen étaient montées au pré chercher les chevaux qu’elles devaient ramener au ranch des Mustangs. Mais il faisait si chaud et ils broutaient avec un tel plaisir que les trois amies s’étaient accordé un moment de rêverie avant de redescendre.

Soudain Meg se redressa. Le ciel d’un bleu limpide à leur arrivée était strié de gris, et une odeur de fumée lui chatouillait les narines. Meg se tourna vers Becky :

– Tu sens cette odeur ? Le feu a dû gagner en puissance.

– Mmmm... il est loin, pas de quoi s’inquiéter, répondit celle-ci avec son accent de l’ouest légèrement traînant. Et puis tu sais il y a des feux de forêt chaque été dans les Rocheuses. Ce n’est pas comme chez toi, sur la côte est.

Becky était étendue sur un lit de fleurs sauvages, les bras et les jambes écartés. Elle portait un jean et une chemise délavés, des bottes de cow-boy fatiguées et un gros ceinturon. Avec ses cheveux couleur miel et sa peau dorée, elle s’intégrait parfaitement à ce paysage de montagne. « Pas comme Alison ! » pensa Meg.

Elle sourit et tourna la tête vers la jeune fille. Même dans ce coin sauvage, Alison conservait son allure de New-Yorkaise chic – chemise blanche impeccable rentrée dans son jean de marque et bottes étincelantes. Difficile de croire qu’elle et Becky étaient cousines !

Alison savait se montrer aussi égoïste et snob que Becky était têtue. Depuis trois semaines qu’elles vivaient ensemble, ces deux filles de treize ans élancées – leur seul point commun – ne rataient pas une occasion de s’affronter et Meg se sentait souvent tiraillée entre elles.

Mais ce n’était qu’un détail comparé au bonheur de passer l’été chez Becky, dans un vrai ranch, au cœur d’une réserve naturelle de la province canadienne de l’Alberta.

../Images/meg1.jpg

Ici, au ranch des Mustangs, chaque sortie à cheval constituait une véritable aventure. Les filles traversaient des prairies, franchissaient des rivières, suivaient des pistes de haute montagne. Dressés pour patrouiller dans les réserves, les chevaux du ranch avaient une grande résistance et le pied sûr. En une semaine, Meg en avait plus appris qu’en neuf mois de leçons d’équitation dans la banlieue de New York.

Toutefois, à côté de ses amies, elle restait une novice : Becky avait grandi dans un ranch, et Alison possédait son propre cheval. Mais heureusement, Meg avait eu la chance exceptionnelle de croiser la route de Silver Bullet.

Silver n’avait rien d’un robuste cheval de montagne. Il n’était pas à sa place ici. « Il est étranger au ranch, comme moi », songea Meg. Ils étaient arrivés le même jour. Une épouvantable tempête de neige avait obligé le petit avion-cargo qui devait transporter le jeune cheval jusqu’en Californie à atterrir d’urgence près du ranch.

Meg était parvenue à l’évacuer de l’épave, mais il était sérieusement blessé à un tendon de l’antérieur droit2.

../Images/silverNeige.jpg

Elle se tourna de nouveau vers Alison :

– Tu ne trouves pas que Silver va mieux ?

Alison se redressa avec grâce et haussa l’un de ses sourcils noirs.

– Il a l’air en voie de guérison, répondit-elle avec sa désinvolture habituelle.

Après l’accident, le propriétaire de Silver, le milliardaire Oscar Douglas, s’était laissé attendrir par Meg qui le suppliait d’accorder au yearling une chance de guérir plutôt que de l’abattre. Il avait accepté d’attendre les derniers jours de juillet pour évaluer la blessure et prendre une décision définitive.

On était aujourd’hui le 10 juillet. Oscar Douglas arriverait dans trois semaines.

Meg eut un pincement au cœur en voyant le jeune cheval blanc élancé se diriger vers Windy en boitillant.

– Ne te fais quand même pas trop d’illusions, ajouta Alison en hochant la tête.

– Je ne peux pas m’en empêcher, soupira Meg.

Elle savait qu’Alison avait raison. Si l’antérieur de Silver ne guérissait pas parfaitement, jamais il ne pourrait participer à des compétitions de saut d’obstacles. De plus le crash l’avait rendu si nerveux qu’il refusait d’emprunter les rampes de chargement des vans et sursautait au moindre bruit.

Meg avait compté sur l’air pur de la montagne, les exercices quotidiens et la compagnie des autres chevaux pour le guérir physiquement et mentalement.

Elle insista auprès d’Alison :

– Mais regarde comme il est calme. Windy et lui sont devenus de vrais amis.

En effet, Silver broutait paisiblement à côté de Windy, une jument alezane de trois ans qui appartenait à la mère de Becky. Le contraste entre la petite jument trapue et le grand poulain dégingandé était comique ainsi que l’application que Silver mettait à l’imiter. Dès qu’elle dressait les oreilles et levait la tête, Silver dressait les oreilles et levait la tête. Dès qu’elle changeait de carré d’herbe, il la suivait.

Il boitait à peine et tout le monde au ranch s’employait à rassurer Meg en lui disant :

– Sois patiente, il fait des progrès.

« Ce n’est pas suffisant », pensa-t-elle en resserrant l’élastique qui retenait ses longs cheveux bruns. D’habitude, elle se contentait d’écouter les autres et d’acquiescer. Mais ce n’était plus possible maintenant ! Il ne lui restait que trois semaines pour guérir Silver. Et lui sauver la vie.

1 Un yearling est un pur-sang âgé d’un an.

2 Voir Cheval rêvé dans la même série.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Coupable idéal

de rageot-editeur

Double disparition

de rageot-editeur

suivant