Cheval invisible (Le ranch des Mustangs)

De
Publié par

De retour au ranch des Mustangs pour les vacances, Becky, Meg et Alison apprennent qu'un cheval noir de légende, Diablo, hante la vallée de l'Arc-en-Ciel. Thomas l'Indien est envoyé sur sa piste, mais les catastrophes s'enchaînent. Un cow-boy manque se noyer tandis que Diablo sauve la vie d'Alison, chargée par un élan. Sur les crêtes et dans les vestiges d'une mine, Becky, Meg et Alison vont devoir faire preuve de courage pour sauver leurs amis...
Publié le : mercredi 12 mai 2010
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782700249149
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
9782700249149_cover.jpg
pageTitre
Du même auteur, dans la même série :

Cheval rêvé

Cheval de feu

Cheval de nuit

Cheval sauvage

Cheval fougueux

Cheval libre

Cheval de cœur

Cheval intrépide

Départ de Horner Creek

Becky Sandersen se précipita vers le lit de Meg et tira la couverture d’un coup sec.

– Debout, Meg. On démarre dans un quart d’heure !

Meg se redressa d’un bond.

– Quoi ? Quelle heure est-il ?

– Six heures, paresseuse. Tu as loupé le petit-déjeuner, mais je t’ai préparé un sandwich au beurre de cacahuète. Tu le mangeras dans le camion. Allez, lève-toi !

Ses grands yeux bleus encore pleins de sommeil, Meg s’étonna :

– Pourquoi on part si tôt de Horner Creek ?

– Parce que je ne veux pas perdre une seconde de mes vacances au ranch des Mustangs ! s’écria son amie en écartant les rideaux.

Le soleil inonda d’un coup la petite chambre du motel.

– C’est le temps idéal pour monter au ranch !

Rayonnante, Becky se tourna vers Meg et ajouta :

– Et cette fois Alison ne sera pas là pour tout gâcher !

– Je me demande où se trouve ta cousine en ce moment, dit Meg en attachant ses longs cheveux bruns.

– Sûrement à Paris avec son père, en train de dépenser de l’argent dans des boutiques de luxe, de manger des escargots et de flirter avec des Français... Qu’elle fasse ce qu’elle veut, on s’en fiche. Elle n’est pas là, c’est le principal.

Meg secoua la tête.

– Ça va être bizarre sans elle.

Depuis deux ans, les trois amies passaient l’été ensemble, chez les parents de Becky, dans un ranch isolé de la province de l’Alberta, au milieu des montagnes Rocheuses.

../Images/33797_Ranch.jpg

– On voit que tu n’as pas eu à supporter cette chère Alison pendant plus d’un an, rétorqua Becky, d’abord à New York, chez mon oncle Roger et ma tante Marion qui se disputaient comme des chiffonniers, puis ici, après leur séparation. Une véritable torture, je t’assure. Alison n’est qu’une enfant gâtée, autoritaire et vaniteuse qui...

Soudain Becky s’interrompit.

– Oh non ! On parle encore d’Alison ! Fais-moi une faveur, Meg, ne prononce pas une seule fois son nom pendant ton séjour ! Prends ta douche pendant que j’aide maman à installer Ombre dans le van.

Et elle se précipita dehors pour rejoindre Laurie qui l’attendait à côté de leur vieux pick-up gris sur le parking du motel.

– Hé, doucement, tu vas t’envoler ! s’esclaffa cette dernière en voyant sa fille arriver en courant. Ces six mois passés à Horner Creek ont l’air de t’avoir fait le plus grand bien. Je ne t’ai jamais vue aussi épanouie.

– Je suis si heureuse de rentrer à la maison.

Le père de Becky, Dan, qui vérifiait l’attelage du van, se redressa et lança :

– D’autant que ton petit ami va venir travailler au ranch...

Becky se sentit devenir écarlate.

– Rob Kelly n’est pas mon petit ami.

– Arrête de la taquiner, Dan, intervint Laurie. Tu la fais rougir.

Dan souleva son chapeau.

– Mes excuses, miss. En tout cas, Rob est le bienvenu. On manque de main-d’œuvre cet été. Je me demande pourquoi.

– Tu te le demandes vraiment, papa ? Tu ne crois pas que c’est parce qu’il n’y a rien, là-haut ? Ni route, ni voiture, ni boutique, ni cinéma, même pas de télé ? le taquina Becky.

– Ça manquera à Rob ? questionna Laurie.

– Non. Il s’en fiche.

../Images/3.jpg

Becky avait rencontré Rob Kelly à Horner Creek. Elle savait qu’il rêvait de posséder un jour un élevage de chevaux et elle était certaine qu’il allait adorer le ranch des Mustangs.

À cet instant, Meg arriva en courant, les cheveux mouillés, son sac à dos à l’épaule.

– Ça y est, je suis prête !

– Tu es rapide comme l’éclair ! s’étonna Becky. On n’a même pas eu le temps de faire monter Ombre.

Derrière le van, une jolie paint de couleur marron et crème mâchait du foin. Becky caressa ses naseaux soyeux et sentit un frisson de bonheur la parcourir.

– Viens, ma belle, murmura-t-elle en détachant la longe qui la retenait. Cette fois, tu vas découvrir les pistes de montagne.

– Quand je pense que si Alison ne les avait pas adoptées l’année dernière, on n’aurait ni Ombre ni Œil-Bleu ! s’exclama Meg.

Becky fit courir sa main le long de l’épaule d’Ombre et rectifia :

– Alison m’a juste confié Ombre pour l’été, mais je dois reconnaître que c’était gentil de sa part de te donner Œil-Bleu.

– Les filles, on y va ! cria le père de Becky.

Becky sauta du van dont elle referma soigneusement la porte, puis monta à côté de Meg dans la cabine, derrière Dan et Laurie.

– J’espère qu’Ombre va supporter le voyage, dit-elle en se retournant.

– Ne t’inquiète pas, ma chérie, la rassura son père. Dans une heure, on arrivera au plateau.

Une demi-heure plus tard, ils quittèrent les plaines ondulées, gravirent une route en lacets et s’arrêtèrent devant un corral où se dressaient une remise et une vieille caravane gris métallisé. La route n’allait pas plus loin. Ils devaient continuer à cheval jusqu’au ranch.

Becky chercha des yeux le pick-up rouge de Rob et fut soulagée de le voir garé à proximité du corral. Elle respira l’odeur chaude et épicée des pins, du foin et des chevaux. Aussitôt, elle sentit ses soucis s’envoler.

Elle se précipitait pour ouvrir la porte du van quand une voix sarcastique s’éleva :

– Salut ! Je suis venue avec Rob. J’ai eu de la chance de le trouver à temps, hein ?

Becky fit volte-face et se retrouva nez à nez avec une fille très mince qui la regardait en souriant d’un air à la fois narquois et embarrassé.

– Alison ! Qu’est-ce que tu fais là ?

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Coupable idéal

de rageot-editeur

Double disparition

de rageot-editeur

suivant