//img.uscri.be/pth/79f135ea282acf6e046853f6105d6be2c43dc1e0
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 19,99 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Contes berbères de l'Atlas de Marrakech

De
280 pages
Le conteur principal, Abdesslam n Id Bram, donne ici toute sa mesure et rend captivants aussi bien les contes facétieux, " pleins de malice, avec des dénouements piquants ", que les contes d'animaux avec les personnages classiques du chacal et du hérisson. En fin de volume, le commentaire d'Annick Zennaki sait dégager toute la valeur littéraire.
Voir plus Voir moins

Contes berbères de l'Atlas de Marrakech

Collection La Légende des Mondes dirigée par Maguy Albet, Denis Rolland, Martine Michon et Alliette Saliée.

Dernières parutions

Didier LEMAIRE,Contes et récits métissés de Guyane, 1998. Najet MAHMOUD,Contes du Grand Sud tunisien, 1998. Catherine FOURGEAU, Mami Wata et autres contes pour aujourd'hui, 1998. Clémente MAMANI LARUT A, Parlanaka, contes et légendes aymaras des hauts plateaux boliviens, 1998. Zoé VALASSI, Anna ANGELOPOULOU, Claire MONFERIER, Le petit paon et la pièce d'or et autres contes grecs (bilingue français-grec), 1999. Najet MAHMOUD,Le Jardin aux Marabouts et autres contes du Grand Sud tunisien, 1999. François-Xavier DAMIBA,Dieu n'est pas sérieux, 1999. Jean-Louis ROBERT,Larzor et autres contes créoles (bilingue créole-français), 1999.

Deuxième édition

cgL'Harmattan, 2000 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris - France L'Harmattan, Inc. 55, rue Saint-Jacques, Montréal (Qc) Canada H2Y lK9 L'Harmattan, Italia s.r.l. Via Bava 37 10124 Torino ISBN: 2-7384-9225-8

Alphonse Leguil

Contes berbères de l'Atlas de Marrakech
Commentaires d'Annick Zennaki

L'Harmattan

16 février 1950, à Brigho des Air Ouagoustit: enregistrement de contes (sur magnétophone à fil) par Abdesslam n .Id Bram, des Air Teghdouine.

RES

U ;.1 E S

Alphonse LEGUIL Con~e~ be~b~~e~ de l'A~la~ de Ma~~ake~h, (Commentaires d'Annick Zennaki) Paris, L'HARMATTAN, 1988, 275 pages. présentés ici, et dont cerforment une unité avec les onze publiés en 1985 sous le titre Con~e~ be~b~~e~ du G~and Atla~ par le C.I.L.F. (103, rue de Lille, 75007 Paris). Tous ont été recueillis en 1949-50 auprès d'informateurs de la montagne des rme~~louen, dont la variété de chleuh présente des particularités intéressantes pour les linguistes. Sur les pages de gauche figurent le texte berbère et le mot à mot; et à droite, la traduction et les notes grammaticales. La très grande majorité des contes est en fait d'Abdesslam n Id Bram, conteur hors de pair dont le talent donne vie et relief à tous les acteurs de ces petits drames ou comédies que les commentaires d'Annick Zennaki contribuent à faire figurer en bonne place dans le palmarès de la littérature berbère. r~0 t s Cl e f s Les vingt-six contes

-

tains

constituent

des variantes,

Con tes;

8e r bère;

Cham i to

-Sé mit i que;

-

Lin gui s t i que;

i/1 roc. a

Alphonse LEGUIL - BeltbeJt TCtle~ ~/tom the (Comments by Annick Zennaki), Par is, L I Hl\ R;.1 TTAN, 19 8 8, 2 7 5 Dage s A

AtL(.~~ oj /,fa.~Jta.ke..6h,

.

The twenty six tales here presented (some of which are variants) are the continuation of the eleven tales published in 1985 under the title Be~beJtTale~ 1~om the G~eat-

A tt
of

£1.6

them

bY the c. I . L. F. (I 03, rue deL ill e, 75007 Par; s ). All
have been collected in

1949-50 in the moutain

of

1m e./~ t en fro m telle ~ .{t)

r s who ses

h i 1 his h dia 1 e c t

0 f fer s tot

he

some interesting peculiarities. On the left side there is the Berber Text with the word-far-word translation; on the right side, the literary translation and grammatical notes. The very greater part of the thirty seven Tales has for aut h0 r are 'nark a b 1e Tel 1er, Abd e s s lam nId Bra m, who s e talent confers life and relief to all actors of these little dramas or comedies, while Annick Zennaki's Comments contribute to give them a good place in the price-list of Serber
~

linguists

Literature.

5

Key-Hords Tales; Berber; Hamito-Semitic; Linquistics; Morocco.

Alp ho nseL EGUI L

-

Bell b ell- EJtza.hlung

en

ClU~ d em At!a.6

von

Ma.ll-

lla.ku c.h,

(Kommentare von Annick Zennaki) Paris, L'HARMATTAN, 1988, 275 Seiten.
Die sechs und zwanzig hier vorgelegten Erzahlungen (einige sind Varianten) sind die Fortsetzung der elf Stücke, die 1985 unter dem Tite1 8ellbeJt-EJtzahlungen aUJ dem GJt044en-Atl~J durch den C.I.L.F. (103, rue de Lille, 75007 Paris), veroffentlicht worden sind. Alle wurden 1949-50 im Gebirge der !meJJ~'Qen bei Erzahlern aüfgenommen, 'deren sch1lhische Mundart den Sprachforschern interessante E1genarten darbietet. Auf der lin ken Seite steht der berberische Text mit der wortlichen Ubersetzung, und auf der rechten die 1iterar;sche abersetzung mit den grammatischen Anmerkungen. Die überwiegende Mehrheit der sieben und dreissig Stücke verdankt der Leser eigenthich einem hervorragenden Erzahler, Abdess1am n Id Bra~, dessen Talent allen Mitspie1ern dieser kleinen Dramen oder Komodien Leben und Relief verleiht, wahrend Annick Zennaki's Kommentare dazu beitragen, sie in guter Stelle im Preistraqerverzeichnis der berberischen Literatur Berber; auftreten zu lassen. Sprachwissenschaft; Stichworter Erzahlungen;
r"1

Hamito-Semitistik;

a roc co.

Al phonse

LEGUIL Cuento.& beJtebeJte~ dei (Commenta rios de Annick Zennaki), Paris, L'HARMATTAN, 1988, 275 paginas.

-

Atla4

de .'.{a..'tItClkee-h,

Los veintiseis cuentos presentados aqui (algunos constituyen la continuacion de los once que fueron pub1icados en 1985 par el C.I.L.F. (103, rue de Lille, 75007 Paris). Todos fueran recogidas en 1949-50 en la
son variantes)
. 0 n tan il a del 0 s r 111 A 4 ~£U e.n e
.

E1

dia

1 e c tad

e

los

n a rra d 0 res

0 f

-

debemos a un narrador rplevante, Abdesslam

frece interessantes particularidades para las lingüistas. En la pagina izquierda hay el texto berebere y la traduccion literal.;en derecha se encuentra la la traduccion al francés carrecta con. las notas grammaticales. La gran mayoria de los treinta y seis cuentos, la

n Id Bram, cuyo

o

talento confiere vida y relieve a todos los actores de estos dramas 0 comedias que los commentarios de Annick Zennaki contribuyen a poner en buen sitio en la 1iteratura berebere. Palabras-claves Cuentos; Berebere; Hamito-Semitico;. Lingüistica; Harruecos.
j "( ~ L..:, ~, ) u:.s' ..r- u-lb ~, ~
~ 1.:t~..)-f' ~ l..S.> : ~ "

~

..,.Ju--:-.".,aJ' ,~..)~

.
4-=t ~
~

~

TYo

(.

Jtt)\J\

, <v~})J
~~
~

c f.S~ j.J

~
4..=-

L..:..:-. ~

'

~ l.S.> .:.J-rt..r J l..:- ~ t...:.S.JI ,~

~ r~
J,S..:.:,

û',.,.:-aJ'

\ 'Ao

~r
~,

~1
"

4..r f.S~~'J ~

~ 'A.:t~ ~
\.r c ~~

u~

~ .J~' ~1
4~

'A.:t

L.:,.$

~

~,

u-lb ~ , ~
J~
J..)

~ l..S.> " : ~Jt_:..J' ) ~.;iJ' 1..LLJ

~

~

~J

.
~

( Y u-rt..)~'

~
lA-II

" u\~t ~ ~ty

" 4~

uLS- u..o 4-=o'J..)J \ 'o--\'f'
It

~
u..o ~

~

L.. ~~~1

LA~

,-

~

" ~~

~.,..u~

rAJ

. ~.,..a..u' ~~I
~ Li.;
..)

~1

~

~

~

Lri..r-

~ L..o...1SJI

~ L..a..J '-?~ ~I
'A.:t.,..a..ul ~ ~ LA'J..)
~

~I

~

~J
"4 ~I

. ~I
LI ~ ~ ~
L..:,

~

~

~
r~1

La.:,.jl ~.
~ ~1 4~

J-'bJ

r'...J-! ~

~

,J
~.

~-L.o.Jl ~LA ~, ~~
W~ ~

~
U~J
~

J5

~
4~1

~WJI
CoJ..)

~~1

A..:,..)~

J4w-J1,~
Jj4

.

~
~~~1

~J

~ 4.JA ~

4~1 ~t.-.

JlJ ~L.;,j

J.!.jJl ûLS..J1 ~

. ~~
~ ~ t ,-:-,..;-à..oJl

~I

'-:0--.)

'J

,

-

"L..ol-

"L..oL>

-

~

~

l-J

-

'-?...J-!...J-!

-

~

'-=tLS.>

7

A V ANT

-

PRO

P 0 S

Ce recueil
tés del 2 à 3 7 t f ait sui tea

de vingt-six contest
u x 0 n zee 0 n.t e.~~ belt b è-lt e,5

numérodu

G4and Atla~, publiés dans par le Conseil international

la

collection Fleuve et de la langue française

Flamme (C.I.

L.F.)

chez EDICEF en 1985.
ma vive

La ~rêsentation
qui a tapé ~our sa

est
longue

identique.
je ratience.

renouvelle

A ma fe~me reconnaissance

ce manuscrit

Je remercie

égale~ent
1

mes jeunes

30unfour et surtout

Hassan Jouad 1es d iff; cul tés d i n ter;~ r é tat ion contes ~ue jlai recueillis non loin il y a ~lus de trente cinq ans. Ont droit

collègues ~arisiens Ahmed rour l laide a~~ortêe dans d e mai n t spa s s a ~es de ces de leur bien montaGne natale sûr, à toute ~a

aussi,

aratitude

les

auteurs

de ces textes,

et avant

tout Abdeset

s 1ann l d 3 r a r.l, à l' é tat - c i vil, f\ bdes s l a r.1 ben La h c e n gal, dont j I ai si souvent ;,u ar:,récier '1 inte11 igence 11 hunour ,et dont je re~rette tant' a di s :"'ari ti on.

J\9 1a -

f,1 ~honse Paris,

LEGUIL. décembre 1986.

9

~.

_
.
+J en

:-

et..,as :) O

~ !!
,

=!

fi).-' w E

Li: c

N'"

~ - 1;;g>:& ~ .-::!:;~j ~ ~ :II _
:> ;>

3: CcC:J;r.~ +J.- C ~ ~ ~:ca:ca"tJJ2
.

~

_
.-

! .1
"""\

.., -'
CJ

~ +J +J +J +J +J r-+J V~ r-+J +J +J > ~. ~~ . ~.( . ~. ~.( . cs: . . .
~ > >N rï:: ... N M ~ Ln co ,....CD0)

= ~

w ..9.:0
.m

en'~ JI.! O"g

~

C"g ~ ~ ~ :I .c WoIWoI;> ;> c(
.

g &i

E :ca -

...a . Ir .~t)'..-' .;;.- .) r '...of ~'"I .~ \) . ~, "
l'::

;"

-' +J +J +J +J +J +J

> > > > > >

~ ~
~
... .
1

~ it
~.'
1

'.~. :\~.~t}\::.>~;~~~iI.;:'jr.J~~;~' .
'~" .:~~ 'i ~~(~',

.'~
l

.

; t' ~ " .
'I,

10

~.;;'i . ... .'~:..:~6~~.:!:D .o: '!If ~ ~''III!... 4( ...; . .:'., ,f'''~!~'H:'.''1k ~.-: ~ ~'''' ~~~'~~'" .::~?--:' ,-~ ~ . i ... :!"~1.~: :;.r' ',~,~ ,"

~

.'

1"~:;~tJ

,~;;if~ ~~'!I::~.., ,,;,,:~.:')j ''¥ ~ '~1!I~ :.}~ 'é~.:.~.~;t:fè:' ~. -,..~.f.~~~ ~'I.~';
';, :="

~
'

:C',' .c

"t tJr,~

' !::..d.'\" '.~. :.'.:'".

'

;~~,..,-'

~
:f"
'",

~~..\'/:..,:,' .M:.;' r','"
,.1"
"~'~' ~ .

"ü " .;.~. . i";'~~ .\'~. .. '. /:t' .~]~~ ';;;s ;y ~. . \. C". ". " "q..~

W
:
'

'"

I <{; ~'" r" ~y .;~.>/~ ~:~.."'~> : ~ .~~~,: ~ r~.;:~.~;:"~:-' ,,~~j. . .~ ,- ~."7't,. . ~"'~'.. ,. 'J.:r./ ..~r.:r. -Ig . . .~.., . ..'"~ ".: '':. ;\"_;l"~1IIO "' ' ..;. '0' ,I, .':'..;f-;.:.~~');.~,:' .;." <V:~-?'. i '.'

.. g ~....,~~, :2!' à

;...

_':"
:.:...

cs: cs: cs: cs: cs: cs:

0... N M ~ Ln ... ... ... ~ ... ...
.".,

f~y! ~~Ml \U:<::<;.
'''''

1~&

~i;J t>.(' '.1.r c
~
.
"

f, .:} 1Of,",~"c ~. "H~. ~ I }/,~ 1 ~6..
c ~/~~" it
': -pt~/ '; !)I~"'" ..

~>.5 "en" ~ ~ ~, ' .5. " ,'X !!&aJ:! ~/'~. 4< j YJ ' o ] V) /:' ~,,;'(j . '~ ~ i~ $, <,,~. . -" JI. \ ~~,..~. "~ ';;). ~ .:a )..IIIC II: ~,.. c -a~ ..'" . '-J ~.~ cc ., \~: . -';: ~....cI ~~ ~2:i~",. ~ l

~~
,

~tI. M ~~ Ii
. ~...'i: " '" . \~~~. '~ ~ ~.j o-c
~

~ ..
.'~
. ./

~~
.:)1" ; ''51

( I

.1;~ .c~.
,

. O'j"' I0 - ï

/
'.
,

.

i:' .

}.c

J
l'''..~'
.

#...:: ~

~.' ~I ~ ~ ., .~~rf. = ~ ~ \~'.oJ l'' ,-, ~.' ~: ~ ',:t. ' ~. r..!.E "-, ~ f= , .c('y: ~\\O'~..:",'~:.. ' ~! 1J ... I , :<. """'W' r';" !' '\. . "' 'J~ /~"."~' .. ,t~"~""':;--\' "
1~~

~'" '_ ~E -3"~~!:-:'...t!i

R
. ..

s/ ~~ ~~

1J' I

~
.,,,,~, .i
'" ~

...
QI

i~: ~.~ . ~ ~.Jl -:-.'''':'~;;~f;' .,. . J. .. ..! ~~'"'''''~'~'l'~~,.\~... ~(~ '::","", g. le.!) ~ I:.f~~; _~t;..'-S." /;~ ';.' e~. . Q ~ ... ~;.~~,'f
I!! . ~ ',~ '2': t:.~;./:f' j' r:~IL~ 'G:'~'\ I\:E:';f;. ~
;

-

t ~ ~~ "

~
'.

~,f I. ,: .. .~.

!

"Ig-

f

,::.

-..";~

.t::. .2',

8

Ë:

.;;t..
)f~c

~~

.

~
1\

'2 ~~

\fJ.i .../1;}/'
~~:t~,.~ '. M.:' J'

'I , :'f Ii;

~~
..

V!? . ~ , W
.:
'

.' -",':

I. 'l''~.' ~ lt

~1 ~ I
. ;..

-,.. ~11!:'C.:'.,~~~:.)::
-=-. ,:,>'

:.~~~J~f,!-\\~1.~.:>~'
.".

.:' ~~C"

~\ I .~.~. ~.,.1 ,/ ~,~ ..;..,', ~.

'5... ~~.. ~ = = ~C~~i, J,' ;;: r¥':~.. i~:..J~ as 11\./J E~

. .; S

$i
1

...

~

~.

\'If 1~p.~ ~ ':~"'à' 7<

:~.. ~\J(f).

~A1r

~~~ .
~;&r1

';r.~..~~~~ \~ . \ ~~,: ,,~~
~I:S;:

?~...~ .r.
". .v{.. ~ ~.,,)~_''il x;. ",»:
.'
'"

~ ~ r-\' ..~~~ \~
l~',~
.

,. 'fi ~<1 ~ -_tu,r;_ ~'i ~i-.~1f} ~:\r.I!!5 .,~'"
~

~
~.
t il

~~t

~
. .

~ t
"'..
~ <

ir

~

,,~j

.

,:

j ". '.. - :J.;~,: ~ '. i~;:~ ~-:~ ..!~-.L~~71\;,oJ .. ~
... ~'.t
~

.. ~

'V.1

~'

.. ., ' ~"

~ ~
~...
.
,

~B'''(;: :. .' ", ... "''Jk ,'~;. .' ,~". """" ~-'" ,/". -) ~~.: .t\~ . \ .~~~:~~~'~~ ~.~~~ .-;:\J,~,J! ~ -I \. '. ~" ~ ~~ '~:~ '11.'-;1 : ~~w. ~. . \ .:" ~~~:-. '::~ 'r:~~:.,..." -/ ,/.. . ., ~~~ ::\i. ''r ~ ..:: ~~~ .." ..C " ..,\ ; ~)i::.,...: ~ ~ ~ .~c;'1>i/'~~ ".-. l ' ~,1;,. ~. ~ 8" ~.'Ji ./-'-'/"... -o:. I~' . ,~'.. . .. . 8 ~ .~ . '. ~':: :--. '00' [." \ I :"';:':":"~" ' - '. -.,'. _ ..,:)8 ~: ~. ,: :~ ~ _.~-";;::~~. ''''1' ~~~~ .'~,.~1.~~.
~

"1,

. ~ t.r

.'

\ ':@'. i w;, -;( ~. '~'\f;'~~',,,,, ~,~< '.. ;.,. .' ...\"'" :;... ".' .'l'.' ';:~'
'

~ ~'\

.

~~
~"
.

~~

~
,

:..,. ~~:.1~. j.
.

"

-. -",__ \,~ ":
N

~
''.
/

.
~
~~ ~.: ~.;.:
'''''''--:~.''' .

'-A:~~~..r. '. :-511':..'

~
.

_
~

~','~~f~f"1f.~:{';;;'
)(.(;.~Jf.. . 'H..~ l, O. d>.~./ . h,

~~
-~ ~~~..'.

f"" 'G

.,~.~: .:~~'i~'.,

~

.

.-.h.'..

}~

~ ~ I
.

Il ~
''-'-~

i;~:

= ~~ ~>.~
<. .
'

.:. (~ :~~';:

.:~
'.

,

;:I

'

~ ~:~o
~."~

:..&....'" ~...~.
.

'''''' ";".Ji'IJ '

~

~',.;:..

. _'?o~~ ~~ '-'1 '-:::, -:- ..;~~ ;:I. .'''~ '-.a \ ~~J~~1" . ~ . . ' i-.~ oj ~~ < . \ 4 (.,,;..~ '~" :. ~~::"Y;~~~'. "~..~,, ',\.' '.' '~ ,.,,~ .~~ ~:" .." ... ~ i. ,>: ~: ':;'~"" .'
.

e, ';i.~

:té

,~'..: '~~~

it
.

;;.

. : ~di:Ç:j~ .~.t"~', ~~~. .m .
'

.

~;;c.'1

~'"

\( ~(.. . ...~_I, . ' .
.."'

\0.,

;:

~

j

~~'!'~Jj~~i}
.

- >~~:. '.<f
,
.~~~~ ~.. --=...... ! ''':

~

T~~.'
1:

tS.i l'

.

.

~
.

.,~'

:

..

~ ~a~~i-~ ~~ ~~~ .~ ~ ~ c:~
"" ~
\~ '_~
, .e,<8

"
~

, :"\..

\~ {I

. ~~
.! ' \
~ ~I
"

i l- ~;, .It '. ~~ c ~U'" ~,.,

'~~A.l~:

j'I.'

'.

..
..

~
.!..
:"'~"':'

,",'" .X1f 10> l:a)C '!>il ;c " '1 v '. o ... ~ .I. III. S ~__~ j . =, ~7.'. ~f ' _"'cc.

~,

1 ~ .

.}

1 ~L')'~:=.

-'-.

.

':.. ,,"t . -.\..
\/ C\'

...'

,,'':;.:.;'~..J.,,''.' . . .. "'~jJfJ .;8_~
~ ,-..~ '. .~. .'
.

i:~

vi'. le..~
.

i .
~/',,'I'
,I'

l

'-", .~ ";." ...; ~~ ~ ~:~<.;' 0-. ;<',' ','. :~;"!i "'''~.:... -: ,.~ ,!"SI .;" l'--.j.'~ ':" ,: 'l/: ',\.,~,";;'-l!J y/ ~'
'-.0-

1:

.

...~.

~

1
:

:
.

"~' .

-".

,.,. .~.~ ~ . _c._.:l . ... .,\~ . ."~' '". ~---"'":i! ;,~z:.~ j." .~ . :; 1" ,/ ~,'~~>\ Q~~-l...y ... '-~~. 1.. '. 00 -,,~'.~J~ .. ~"'~-';'" ,./ ~,: 0- ~- '.' -." / x..~. ~. il. .~ . . ,"...""'!!' ,.:;...,J)! "'C~ ,~, -::;~ , ':., ~ C)oI ~ c~ . . ~ "\ A~\ . /~., . " " - ~ \. .. l' "3- JI/ " , i ...:t c . . ~ta:.:~".\I. ii~:..' .." . /'

:

t

~)o..

~~ ~ ~

~.'.

--'-4:'~ '--~'. ,~.
. .

.

_~._~~ ~ ;I! i\..'. C)j ~ ~ t. ~r.) ~

'I

c ~ ï~ ~~ ~~,~ ::" :.,~ :.,..-

'.

~

" ~'.':,::'f~". .;):evj '-:V,,"': ~ ~~: '1 ~~!~~:1F.~ ._~/T:
'. ,

1. ti U=~ m2
.

(0
'

;'..\.
~~~'

~

.,..;.

~

~
~

o--.,~.

J..: ~ /~ ~o~~; J,d"~ ~
)I el t."
.

.

.~~

(\, ~.;

.~.

tv.

J .~;\
~

l. ~
~-

.&;." ~:" ~::, ".

." f: i -::~ '~\
.

~.
:

'" .~_ '~'-:J~ .\J" "' () ~ I ~
}.
'.
'

"r".::; ~ ~

.::

~

~((C.~

,,~~"

~
.
,

it ~:~

~~~

.-.or
.

':.J.l , v~ )"'1' ~~ .",,~' -.; .~~ 1'& ~ ~)I .. ..~~
.

;'1'

~I! .:'y

.
-

..., ¥

. Il . Vi
...~
.
,

I

.Il::

~~,' ~ ~,1 -i.Uf,.. ~ '.. /'r~~ :~--lr" I -a /' -'-5i ~-.., ca." ~ r" ..' ~ ,' ~. ~ .~". ..c )l' 8'i

~Ifl ~

. ./~ ~~

. .,'.~ :.. ::.-.' ,~ '-

.

., _

---

a!::a..-: ~.." ~-;.- .>ff ..;... :..'..'!,': ~~:. ~ . ': ~,. ~~:.;~;"~::i:", t:":..:J;::.~~~" .'~\'

.

~
~ .
~

. .J
~~

~

:.'_~/'::i~.,.. ~':t~~T ~. .~,"r- l~,:: .;J~ ~./l ~...l. ~ , ~:j\;- . . . ."._ ~ ~'. ,..'

~
8( "

. ~~.. ,:](~~

~F

~~~

~

-=. ~ ~: ~

.
.

'1!j

~

~

.,~ ~
~. ~ " .;,
.~O:
.

~

_.l'

~$~\o'~~
...-,.,
~,~.

~..~ \:::i),... .::.r ..

I
..

_f.,11 ;." ~

\e»:t ~~ !...,,'.Jl, ~. ~~ ~~', I F' ,~ .' 'Go)" .

'i:"~:~

.(J.~'.

. :~,'

1t ~ ~
:

fi'.;,'
:r?'"

., .../ ~ ~~
~.

::: ,~.I

~
:i

..

~
'-'_. . _ca
...
.

'''''''_~~ .. ~.'~:: .. : l.;i4T; - .:1:.:) ~
'~~t:..
.

~1J

-"
:'

.)(J

~

--

..

..
J$S'

~ _~

"'~'-f:"~;~ .J-,

.,"'" ,r ""'.
,

~

:.:"::i..(t..~ '~:I.. II' ~~ . iT, :::-- ..,::;or 8.~ ... "'., 1i; . '> '':\~ ' '. "..' .. )t ~ '"':... J ,. ~~ '. ' ..w ..:-..'; -I . j' ~;'~~~ ~ i.\ " ", ~~ -''' ~. ~ --~~~,--. -!I ~~;'i 1.1 ~ ~ . '. cc\::, ~t' H~ "=, 'ot ~...~ ~1:iJj1~' ~ ~ - ~ ~. , . ',~ .1 .~~ ::g J. ) . .._'.;)' , , :.. .-: "r~-::', ::-r-~~. ii. ...s.. P ~. . .' ~. ~1rCl.(.~i:'''-:; . '::..-~,~ -< I! .. ..~ -<~;j ----1 ~,.,.. __:;; Z':.'b~'" .. "! ~-~ -~. ~'~n ," ~:': " ~ --r. ~{ . ----:; R': ~ , . . ~ i; :1/.. t! ,.. "IN.. "r.1s~ . !ii!I...~~,' ,/ : ~~I II~;,,''''. Ia-d ." . <, ~.. -!! ~ ~ ':'.'1t ...\~~:, "., ~ . .~ ,.,. _.,. ' ... .. .. ~ :I. ",,'1 " ... .' - '.' .. ".c , -j' ~ ." ' u'. ~ . -Â""~~ ). ''''", ! ~E.. ~ j ~ \ ~~. ~ ':: ,/ ' ':'~.:.' / ---= .., .~ ;~,'.' ., \I~"~ .-:~ :~5 . . .' ,j. . ~._,~,.'_./ , .~ -- " .&' ~!i-~."". ,"'-.. .. ~ . ~,;, '" \ ~: Ü-~ -=- ..&~ ..,~ "" ~ ,~-'" in -;.~. .i'" ., \ :,;.: ~~ i .~ i r. ..';::; è; l'')~. ~. ~ /.0' .'\!I,/ ___g' " " 't. t~ ~.. ~~': .~ .':.~ . ,., ~""I'!\':"i:~.",
:;or

~
.
__

il ~ ~ IW
~

,,",,~.~~, ~ ~ .I.A',~ ~~... ".1/ ~. L :.~~"r~" .\! ~..~ ~ ;.;ft., ; ~ r ~, ~~ . " -; i'II "'~~ .' ~

. ~

-A ... --;IiW~ . -Ii _i -= --- "7.:... .-'
tit

~

~
.
,

~~

~

.

~

~ ~ ~d t:J~~
li#,'
\

~
...

_~
~

. .' ~Jj} ~,~ ...~j'. '0/:", Ii~' ~ --~

~ -.ë:t . )-

~ ~
..J"
\;'
't;.

.

~ -r~( ~~

f1j.~ ~~.
'.~' :~

. . ..}f-. fA"~~ . ... 1 ~ ~ ~~1-~''F;.. ~~. O';-. vi
.!!

--...c.
.

~..~ :"'~
. '.
.

l"fU"
N.

,r:.

'

..:-

.,;.

.'."

..'

1\< ~,.

~.~llrl ,
.
'

,~
.'

r~ 0'

.

~

~ .;,

j,~ ,

. ~ .,... /"j' _' ...t.,~ .../

.."

..."~

"

'

~i..~'

~
,:" ~; ':8",.,

r~ ..~;:;or"Ji . ..~
.,.:;or . ~, ~"""." :I!
,'0.

.'.,. ~,"':::;",,""

~1' -"-,

=.: :,,-:'.~~:~.
'

~
.

{Q

~ ~...,..~--:~..:J/

I

' J!I~

~....
~f~:

_.)

<;, :.,:~~---"--if-

-..

.

M: ;:~Jti.l
: ,t..".{
,

,;

.

t-;Ji...,1i. ---~.::~'.
-r "~-=3 .k'-r
.

""'..<,.,...j~ --~~---~~---:';:.""

--;;P,.- 10> --'<11'-

L

~~ \.~ ;"..'""-

(-;.

~

~

~ ~~

~ ~
~ 0-

&1i)"

~ J

~

~l

.

J
..

~ .

,

]

~
~
Q.

.S

~

~ .~ ~ .~ .s
Coo')

.i &!

:0.., .~
. "'
"

,-

. i ~ ~ :!

I N T ROD

U C T ION

tient

au dialecte

Le rarler berbère de ces contes arparchleuh (ta~l~lyt) rratiquê dans le Haut-

Atlas occidental, l'Anti-Atlas et le Sous. On trouvera dans l'introduction du premier recueil de contes, celui du C.I. L.F., des notes sur les Berbères et leur langue ainsi que sur la tribu d'appartenance des conteurs, celle des nesfi 0 ua, en ch leu h lm-6~A..L') HOU ~m/~J~VJ (a.) (a.)n, et not amm nt 1a e fraction des deux rrincipaux, les Ait Teghdouine (n03 sur la carte). Celle-ci fait rartie du "quart de la montagne" (1) (~~bae n ud~a.~) et relie rar le col du Tizi n Laynat la vallée du Zat à celle du Ghdat, où monte vers le Tizi n Ti chka l a route de i'1arrakech à Ouarzazate.

Les Imessiouen,
orès lement Guedj;. ré;,artis quièmesll. de soixante-dix mille en deux sous-tribus: Jusqu'au tout début âmes, les

qui en 1950 comptaient sont divisés traditionnelImi n Zat et les Ait les orem;ers étaient

Ait du siècle,

seconds en cinq IIc;nethnique. Ainsi le I I min ~Jt ba E: des Aï t f\bdes s lam (n ° 15) a;; ~art e n ait à 1 Za t (nOs 4 et 5), bien qu'occurant alors que les Ait Inzal une grande longueur de la vallée du Zat, constituaient un xum~

en C1uatre IIquarts" et les C'était un fonctionnement

du Guedj;..
échangé géographie. octobre fie net

Après la IIpacifi leurs appartenances, C'est troupes

cation", ces deux fractions ont de façon plus conforme à la

1899

les

par les Ait Teghdouine du i1akhzen (gouvernement)

que fin
chéri/

1a hark a deS i E1 ~1a dan i E:1 rIe z 0 u a r;, 13

ca; d des..

I... Glaoua,voisins ritoire de ceux-ci
t

des i1esfioua, pénétrèrent en passant par le Tizi à Tazlida, et dévastèrent

sur le teraprès du de la vallée

n Laynat,

les avoir défaits Zat. De narrakech Segonzac voyait

où il était de passage, flamber les villages

le marquis

des Mesfioua.(2) recommenet les Ait de montagne

En septembre cer l'orération. lèrent pendant Ouagoustit au Tizi n Tkayya tout un mois. En février de ce col t sur magnétophone entre

1905, il fallut

Cette fois, :'1akhzen et Glaoua les Ait Teghdouine sur les fractions

s'instal-

(n02) et vécurent

1950, j'a;

enregistré,

près

à fi 1 t 1e réc; t d'un vétéran

de

rlalheureusement, les décennies rassant, s'est effacé. Heureusenent en revanche, les contes d'Abdesslam n Id Bram ((originaire du hameau de Tiz;, à quelques centaines de mètres du col de Takayya), qui ont subi le même sort, me restent, au moins sous leur forme écrite. Quatre contes figurent ici en deux versions, toutes deux d'Abdesslam~3)Mais la version enregistrée est de six ou de seize mois ~ostér;eure à celle dictée. Cela ~résente souvent un intérêt linguistique. Ainsi pour le conte lqa.4,L d u~ftna.U ilLe cadhi et le rôtisseurll

ces deux combats. l'enregistrement

( con tes
zznq.t

n 0 3 e t 3 7),
~U,[ :t .td...,

0 n a a ux
~,'t,'tt

03 . 3 0

et

3 1 : ,Lnuta.9 []aft .L y

LL~,{'~ d .t!lm.t: n ~ftU.kU.,tH (}'l,t.tan la rue, qui transportais à elle que je subviens et m'a il,i"V

a. /~ ,t,tazza..c.y une charge

~

,ta/u'JCt

n~t1)j ,tg,ttb tré, dans

.<..y ..[/'tuf~tt:tn...

"r1 m'a rencond'ustensiles des miens);

(c'est grâce

aux besoins

il me l'a renversée...

a Ux 937. 21 et 22 0 na: tta.zzaly J taltLVa nu)),
~1t1L Iz.utn. .~ nt'':.
..

et y ~''J,i" d uan ll}n1l n ,i"Jtuku:trr. (da. ,L4-'&
cassé mes ustensiles"..., a.d; .tU ,Lmna,gga./'t lxtq
e ch a r g ed'

,LJtlt~a. IJtj
(j e
sub-

" J'a PI'0 r ta i sun

us ten s i 1 e s

viens

grâce

à elle aux besoins et voilà

des miens),

lorsque

j'ai ren-

. r1es...

contré

cet individu;

qu'il m'a cassé mes pote-

" 14

qui

1 Dan s , e con te 3 7, l e ;Jroc ès; ne; den t -i.fr1 9 a)t "i1 a na.g rencontré" est syntaxiquement postposé et subordonné par la' lor s que" au pro cès con com; t tan t ,{,(I)-i. d sub j 0nc t ; 0n R...t-i. " ¥ Y

-

se correspondent

On peut faire dans ces plusieurs observations:

deux

~assages

"j'apportais" tal
en est

ors

que dans

le

con te

3 ill berbère).

e précède

et

syntaxiqueMent

indépendant (en

2 - L' a cc 0r.1 pli 1,/t)tfa." i 1 a cas s é ", duc 0 n te 3 7, mon t r e, par OP;1osition à l'aoriste auquel il a été rréféré, que ce rrocês n'est ~as en cons~cution quasi l00ique du précédent ~i..mnag9a~'t"il a rencontré". Ceci dans "il a renversé" du conte un aoriste. On ~ourrait,

autori se à cons; dérer ,{,[J.ttb 3 comme un accomrl; et non comme
les deux n versions,
,(,

introduire

la conjonction
V0 i r, dan s

adverbiale

de surprise..~
et dans 3.31

"voilà que",
nu)

à saqu' i1

37 . 22

: ,~ ,{,U~! ~{/t/t ~et .ill u./:,.tu.
l' are n ver sée".

"e t

v 0 i1à

m'a cassé mes poteries", "e t
v 0 i 1 à qu' i 1 me

: J ,{,yl

t id igllb
t e ,{,ltlt ~

Qua nt à l' a 0 ris

" i 1 a cas s é ", d e 3. 3 l, qulil dénote un procès

i 1 ~'e Xr 1i que fa cil eme nt r a r 1e fa i t
en consécution i~médiate et logique

de ..{,£]£.,tb "il a renversé". d e 3. 30 e t lL~)~'{ 3 Les ace 0 mpl; s LL~"{' el "j e t ran s po r t ais" ¥ po r t ais" d e 3 7 2 Ion t l a val eu r d e con co T!l t'a n t s i d "j'a r Ils dénotent l'entrée réalisée dans un état; ceci parce que ch 1euh (e t dan s d I aut res dia l e c... a.,~,[( - d ) et aL'J..t ( d ) son ten tes ber bè 'r es) des ver b es" t ran s for mat ifs Il cie s t à d; r e q u ;

-

.

.

'

-

exr-r;nent l'entrée dans un état. Les traductions françaises ne doivent ~as (~ar exemrle dans un thèMe) inciter a rendre nos deux iM~arfa;ts rar des inacconrlis: da d tza~i~ et da'
d t:ta.lJ)~

~I

arc
;'

e

que

eel a

cor res

r 0 n d rai

t

à

"j e

t ran

s

11

0 r ta

is

habituellement"

4

- On

et

"j'a'!!portais

habituellement".

constate
(3. 3 0)

que

la

rrésence de uan dans

!.Ia.n .t.J}mt "une
.

ch a r g e"
21) sont, 11!111£.

et

dans 1e non-défi
charge
If)

e t son a b sen c e dan s l {.Lm.t "une ch ar 8e" (3 7 ce contexte, équivalents. L'indéfini uan

ni lf}mt
t

sont

tous

deux dans

..~p~c.,LJlqu.e/~ (-"une 1e rar1 er, qu Ion

certaine

ce qui

eM;.'êche,

puisse leur ses fi gurant

subordonner
entre

une relatiVe. De là,
15

les

deux inci-

;~arenthèses.

5 On notera que celle de 3.30 constitue exactement l'énoncé focalisant corresrondant à l'énoncé de base que représente celle de 37.21 : le pronom affixe ~, régime de la pré pos ; ti on ,{..6 dans det ,{.~-.6 .t,ta..zza..ty "je subviens grâce à elle aux besoins" est
d é r end ant n.t,t a.n dan s

-

focalisé

sous
où la

la for~e
préposition
pourrait

du pronom ing r â ce à e 11 e

n,t:t etn a. ,~ .t:t a. z etly "c' est z

que je subviens

aux besoins",

se retrouve
servir de

sous la variante ~. Ce courle d'énoncés modèle à des exercices de focalisation. ici, c'est qu'il provient de deux textes 6

- Le

Ce qui est spontanés. dans
37.19

original et 20

pseudo-arabe

classique

du cadhi

n ' est ;1 ass ans r a ;J;Je 1er l e l a tin du,' fetl a d e. i nta.9i YI. e. e t Ct,{jt présente de faç0n encore ~lus satirique que ne le fait le berbère dans 3.25 et 26 le cxnisme du cadhi. La com~araison de deux versions ~eut être intéressante aussi sur le fond. Ainsi ~our bu-mljmd d
.{.Z171 ,)n. .. Le Ilé ris son ett et les 1 ion s
18,

1e con t e 32 ex r l i que

beaucou~ ~lus longuement que le 31 ~ourquoi l'état de santé de l'âne, du coq et de l'agneau s'anéliore. D'autre part le hérisson y insiste bien davantage pour obtenir de ses co~'pa srnon sun e 0b é i s s a Tl e a b sol ue. Ete nfin, c sid ans 1 e 3 1 l'âne Dousse un s;~~le tellement son ~laisir gnes à décrire) qu'on voisine de la forêt groure. bra;~ent, dans (~ue le conteur s'ex~lique sont avertis mieux le 32 il ~et rrês ~ourquo; prolon~e de deux les du ~etit ~our l' li-

lions

de la rrésence
en fin d'ouvrage,

On trouvera

1 lense~ble des contes des deux recueils, dans le comMentaiI une étude arrrofondi e. Vo; ci re d :~nni ck Zennaki -~lazabraud, simrlement quel'lues indications, en .conr;lément des renarques faites ~.12-13 et r.16 de l'ouvrage de 1985. Les onze contes de ce rremier recueil (soit cent pages) étaient sauf le ~remier, à classer dans la catégorie des contes plaisants~4) Dans le rrésent recueil, on ;;ourra;t de même JI

classer

les contes

12 à 20 (soit

que certains,

comme les

cent six ~ages), encore deux du roi (17 et 18), soient ...1 16

I... davantage facétieux.

des nouvelles Les vingt

dramatiques,

que des contes et les deux

rrerniers contes,

derniers

(36 et 37), ne mettent interviennent se manifeste

pas

De 21 a 24, ceux-ci me. Ce dernier quement

en scène d'animaux. conjointement avec l 'ho~'
rlus ou moins sporadi26~ 27, 29, 30, 31, de 4 et 3, le comme vénal; le sel'huDans 35, parce Or, alliant

encore

dans 28, 30 et 35. Les contes pour acteurs

32, 33 et 34 nront cadhi

que des animaux. sans fard

Dans 36 et 37, variantes (juge coranique) est rrésent~ cadhi et trouve mais dans mour 13, si le premier llest

également,

cond est, luî, honnête et la lo~ique renvoie

un argument

pour déjouer

une Malhonnêteté.

le cadhi

les deux

chats-plaideurs ~récisément

au singe,

que, dît-il, compétent en

lIe'est lui le srécialiste c1est cette ma ti ère,

des héritages".

comme dans la réalité,

le cadhi qui est

ils' agi,t donc

r;robab

1 ement

d'une nani ère à un singe.

voi 1ée de se venser Le vizir

du cadhi en 1e cOr.1rarant ~ui
;)0 Ureo

(~inistre),

dans

2 est

r r U f' t ion, san c t ion né, a veel e ::a c hile t 1 e cad Ili, ~a;e de sa vie, dans 17, une intrigue qu'il avait ourdie ::ar tê jalousie vi cti;'1e et rlalvei'lance. I un band; t. Le roi d sin~lenent, ~~ais dans 13, il n'est que I est ;as, en général t ~résenn

COMne un tyran;

assez

facileMent,

aussi

a t te; nt e à son ana ur ~ r 0 r e (d ans cCr1;;ortenent criminel (dans 20).
'''I

-

bien

de 80rt lui vient ~cur sanctionner une sim~le
la ~eine

17) que

~0 u r

~

uni run

La femme, qui dans 8, 9 et 10 comnet des larcins au ~êtriment de son Mari, ~rofite carrément, dans 20, de son départ en ~êlerinage rour séduire et épouser le juif de l'endroit et ne fait rien pour s'orroser à celui-ci quand il veut tuer ses enfants. En revanche dans Il, elle est fidèle et fait la leçon au caïd du lieu, grand coureur de jupons. Dans 12, el est la femme du roi qui, constatant une injustice, suggère au ~lai9nant un argument de bon sens r;our obtenir son bon droit.

nais

dans..

17

I...

23, la femme du roi
de pouvoir manifeste, conscience

Salomon

contraint

celui-ci

à un aux

abus

et c'est

la chouette un mari se montre

qui fait soumis

prendre caprices reprises

au roi de ce qu'est Dans 15, la feMme

de sa femme. à plusieur$ nettement supérieure nais dans par ses ruses 16, celui-ci au malheureux !",ayercher Dans pauvre d'une

taleb

(maTtre

d'école

coranique),

à qui elle fait cumuler fait lui ont joué.

les mésaventures. aux villageois

le mauvais

tour qu'ils

14, par son intransigeance, veuve.

il fait le malheur

le Juif, qui dans 3 et 37 ni est qulune victime parmi d'autres, est cloué au pilori dans 19 pour escroquerie, et dans 20 pour adultère et tentative de meurtre d'enfants. On peut supposer logiquement que, dans les contes dès berbérophones juifs, leurs contributes musulmans se voient rendre la monnaie de leur ~ièce et dûment étriller à leur tour... Dans ses rapports avec les animaux, l'être hunain n'est guère présenté sous un jour favorable. Ainsi dans 21 et 22, et surtout dans .24 où son ingratitude à l'égard du hérisson finit f'ar lui coûter la vie~5) Cependant dans 21 et 22, rerrésenté, il est vrai, ~ar le ratriarche Noé, il vient, par son astuce, à bout de la Danthère~6) le chacal, r'ersonnage favori des contes berbères d'animaux, nia ~r~t;quenent ja~ais le beau rôle. Dans 30, quî traite du rrob'è~e de la nésa'liance, Or ° ins ens i b 1e à 1a MO. t t r a Sf que des sie ns, sat; s . ; 1 es te r i fait mê~e d'avoir vu clair et de les avoir vainement mis en garde. Ses ruses et sa fourberie ne llempêchent pas de are x e r.1 1e rnêIne 1e .m 1e t r u to Inber sur plu sma 1 i n que lui, i' dans 27 et, bien entendu, dans 26, le renard, et enfin surtout le hérisson. Héros populaire, celui-ci incarne "un personnagp dans lequel le chacal, l'an;nal rusé par exce1.. ~ 7) 0ans 25 et s a var; ant e 34 , . .'. / 1en ce, t r 0 u've son mai t r e

-

18

I...
tre

la r1us

fable avisé

classique que le

du partage

avec

le

lion,

il

se mon~

chacal. Dans 28, il se venge de lui sans ritié pour 1 lavoir livré aux mains des hommes. Dans ~8). il ras'les deux versions du conte des "animaux errants" semble quelques congénères abandonnés dans un camrement et. grâce à ses ruses successives parvient à les faire triompher de la force brutale des lions. On a vu dans 24 comment ; 1 fa; t payer cher sa perfi di e à l' homme, à qui il venai t de sauver la vie.

Ce thème de la ruse

et de l'intelligen-

ce du plus faible triomrhant de la supériorité physique du plu s for tes tas s e z 1a r gem e n tex r loi té dan s 1a 1 i t té r a.t u r.e berbère et, servant un peu comme de lien entre les conflt,-, cie s t 1u i q u ; fin ale r1e n t y t ; e n t 1 ; eue n que 1que s 0 r t e~ie ~f, "Morale de la fablell. C'est ce que Hassan Jouad mla réstul1é en mar s 1979 dan s cet t e form u 1e 1a r; da; r e : u.Jt .ill.i ma. ,[Il-lan., ma ,[x;'~ nn : l'Ja-nn ,[~~ an ,[ !IJ'[la.:t a. m.i tga ddu.n.),.t.. :(:i18 I y ani Bi en ni; 1al: cie s t à ce 1u; q u; est> 'ras n H-6 I1 n sé maître en ruses que le monde appartientll.

19

NOT

E S

(1)

Dans lequel

j'avais inclus en fait rattachés. du r1aroc,

erronément
au Guedji, par récupérés

les
la

Ait Oucheg,
puis, tribu après voisine

qui

furent

l'indépendance
( 2)

des 0 uri ka ( .L~VJl,Ln r k Pau 1 Pa's con, L e Ha.0 Uz de,', fa.JtJta.k e Co , Rab at, h

.

1 9 7 7 t T. 1 .

p.

172.

(3)

Les contes 21 et 22 ont également le même titre français, mais ils sont d'auteurs différents et tous deux dictés. (4) Dans son C.R. de ce recueil (Bullez~n de~ étude~ aJ4iCoaine~ de l'TNALCO, n09. 1985, p.153). Fernand Bentol; 1a écri t : uTous l es contes retenus pour ce vol ume (sauf le premier) sont des contes à rire, pleins de malice, avec des dénouements piquants:on y rencontre des voleurs. des femmes dépensières ou gourmandes qulon répudie à la fin-, mais parfois aussi rleines de
cadhis faciles à corror.1pre, habiles à retourner leurs sentences en les appuyant sur une logique folle: ainsi dans le conte n03, un juif vient d'être éborgné par un musulman. Or un oeil de musulman vau t d eux yeu x d e j u ; f, e t 1e cad hi, ~0 u r a:; r.1; Cl er 1a u loi du talion, recommande au juif de se laisser d'aI au tre oe; 1". bord crever 1 Cf. Henri Basset, E~~ai ~u~ la ~itté~a~u~e de~ 3e~b~~e~, Alger, Carbonel
t 1920,

ressources.

des

(5)

p.218.

( 6) Tbid em r. 236. ( 7) ! b.£dem ;1. 212 (3) ~b~dem ~. 232-236.

20

r~ 0 TAT

ION

Selon

une habitude qui

a tendance

a

se rérandre, j'ai ado~té, pour les constrictives uvulaires, chez les orienta-. ~ et x, au lieu de 9 et J, traditionnels
listes. En revanche, jlai conservé de cette tradition la

notation des lon~ues ou tendues au Moyen d'une lettre double au lieu de la majuscule ~rorosée ~ar Lionel Galand et
déjà très laraeMcnt
5 u r v
U.S_H

utilisée
à di r e

dans quantité
j' é cri 5 e n cor e

de ~ublications
u.~
~X

1 e
Il

ber

b ère, 111
.

c' est

11

au u ne

1ieu aut

de re

ch a ca

On

r en a r q u era

ce ~ end

an t

u e, l'1

s el on

initiative heureuse de Galand, j'ai renoncé à noter
son qui ~eut être utile ~our dissocier les ~roures

le
de

at

con-

sonnes, nais ~honène très mar~inal en berbère, tout au ~oins ailleurs qulen touare~.
Le sys tè~1e ;l1on01 ogi que, rerrésenté
.

81 :' a r un tab l e élU de cor ré 1a t i on , es t du ty ~e ma x i ma 111. S'; l

conticnt
c'est

:;ar exem:le
du. fait
Il

la sonore
tension

er.1f)hatique
de 4 ahoutît

tendue
"seau"

cj.cJ,

alors
~{,

que nor~aleMent(l)la

à la sourde

d'emprunts

arabes

comme ddtu.

en est de mêne de la sifflante dan s ;-. re x e mr 1 e .eq ..<"1 "c 0 n te, a :t his toi r e ", n,[ E:t " mé tie r" . ; .~/~

"cour".

..

ou ddltb.t.

..

eM~hat;que p a y e r ",ou x.e.e#~ "

sourde

quantité
effet

Le tableau ;résente, ou tension, quatre corrélations.
celle

outre celle de On y a inclu en

de ~losion-friction

ves), qui :ernet labial et q avec rai son des sei z ear

- constr;ct;-. de regrou:,er b avec j dans un seul ordre ¥/x dans un seul ordre ~vulaire. En campad res dut a b 1eau con son a n t'f que des... l

(occlusives

21

Ait

Seghrouchen

~2) 1 e f)résent

tab 1eau

n'en

comporte

que neuf. le des~

En phonologie

comme en syntaxe

c r~jpte ur dis p0ses ans d 0ute d' un ce r t a i n é ven ta i 1 d' 0 Pt ion s. E1;.: il n'est ras rare qu'il se voit appelé à modifier un
ckeix précédent. Ainsi, largement accueilli ici comme Salem Chaker en kabyle, les phonèmes labio-vélarisés, j'ai alors

.

qu'il y a quelques années je ;ensais, tout comme lui-mêMe an 1977 et Pietr Reesink en 1979, qu'il ne s'agissait ras là de phonèmes spécifiques COMme ~w ou 99W mais de la réalisation de grou~es de deux phonèmes yw ou g9(1. L'expérien6e a~prend qu'il faut savoir écarter des critères, pourtant très imrortants parfois, au profit d'arguments ~lus impêracomme am f a l~wit" vol e r, d é rob e r " est u n b i 1 i t ère, =ifs: (, pre n d r e ", e t non ras u n tri 1 ; t ère, comn e 1e fer ait c roi r e

i Iz.w Jt le
't

f3 ) 1a sub s tit ut; [...] bouleverserait
18

0 n d e d eux con son ne s le système des schèmes
1e t r a ; t lab; 0 v é la; red

[...]

à une s e u nominaux ou
e par

-

v e 'r b a u x 18 ~
w

4 ) g; ens

û r,

-

e x e r.1 1 e ~

n cou pd' 0 e il" 0 u d e a 9 9 W,,'to "f a r i ne" n e do; t 9 9 " jet e run pas être confondu avec la voyelle u de aggu "fumée" ou de tg 9ulta 'f po r ta ils ". Cet rai tes t s LI ce;, t i b led' S 0 ~~0s e r ult Lt £.,[ "i 1 n' est Iia s C11 r " e pas mon té" à u.}t -I,'t w.t,f., "i 1 n' est 1ien qu'il s'agisse ce~endant souvent d'orrositions assez récaires, elles ne sont ras sur le même

.

~lan que les très

fréquentes réalisations palatalisêes 'kv] et [Dv], qui sont elles ~urenent
les I;1essiouen ni ailleurs ; net d e g, c 0 n<m e n t 0 Uare 9, e ~1 d; s t v ~as chez

de ~ et 9t a savoir ~honéti~ues. Il n'y
en nid y] 9 ch leu il de ~honène e ;' h 0 n è Ple I:v Cie s t

a

y ::0u r quo i [ililll .e;. J " cié jeu n e r "
simplenent im/~t,[ et aZ/t~.

.

0 U [a Z/t

" in 0 U 1in" son t not és

Les courl es ,t - lf et u. - (lJ ont été i nclus

dans

le tableau,

en tant qu'or~os;t;on:

vocalique
_

ras

consonanti~ue, dans les ordres ralatal et vélaire. Certes ,t st lr " i 1 est mon t é " e t j es d ; s tin ct ion s c'oPl e .L " ciis' I m st,t
~n mec ê 0 mTn a.1tu "é cri s" e

- a.ll.L'J "p r 0 ciu i ~ ten
22

-

fan te"

n e son t

très

aisées

a ~ercevoir,

mais un contraste

comMe - uu wi

. . ./

-

-

. c:

r-t --1

N

M

.q

Ln

\.0

0

......

CO

"
W
W

0'\

......

N

M

.q

Ln

\.0

......

......

......

......

......

......

...... "

::J.::

>,

.. .. .. ..
--1 r->
::::s

m ~: C'~ Q.

~. .. .. .. .. .. .. .
..

...

..

~. ..~. ..
-~.
>< ><

~ CU r.. '-" <LI a)

..

..

.. ..

..

..

..

..

.. ..

w :I

~.

..

.. ..

.. ..

.. :I.. .. :I.. .. ..
>>.. ":>:I >>< ><

\

..
--

..

..

,. ..

.. .. .. .. :I..

~()" ()"

>.. >< :I>< .. .. .. .. .. .. .. ..

E! ... <LI 4-f

~... .
c;

c: Q) ::3 o
CI) tI) Q)

.. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. 3 .. ..
~Ô'" '::> ,... CC! r-,OJ >~--1 ::f.) ,.... ~r.:.1 --1 1::!1 t)

en

c:: o c:: ~

.. .. .. .. .. ..
L.L.
CI)

..

.. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..
' ~:I :I <::1
-...;.

:I C1 t)

.. .. ..
:I ..Q! ..tl )

.. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..

'::>

:j

-

c..

CI) ClJ \J

..c ::3 CJ

-u
~) Q ~ m c..

.. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ~w .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. It' m .. .. a.. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..
0

.. ..

0

C~

<::1

..

..

..
::s..

..

~--1

.. ..

..

..

..
~.~

...-4 en CU <LI c:: ...-4.... ...-4 ~!) <LI ~ ~CU o E > CI) en ICU CU ~ ... ~ ~ :s GJ e < la)
~ 0

r-CCi

..

..

CU~<LI

. ::: .

..

+,
c: C ~or::3 L-. W

--1
C~

..

>t:'1 >t)

..

.. .. .. .. .. .. ..
)C;.) )"1 l'' N

>N >N

>q >q >q

.. :>N8 .. .. .. .. .. ..
..
.. ..
N.

:>N.

..

.. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. N. "'C .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. 4.q ,... N. N en. res .. .. °v, .. .. .. .. .. .. ~. .. .. .. .. .. .. .. r-':'\ E . ~~~~--1 '"e ~~-a. ~.
::s
..q
.q

>t)

..

oq.q-

--1

U

r-4-

.. .. .. .. ..
..

,...

.. .. ..
~~-.:0. ~~.. ..
~~...~

..

X Rj

to:: (l) ::s c;-

ca

.. .. c:( .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..
r-~r:j

U .,... 1:._ c_

.. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..
~~~)

..

..
..
..

~-

..
"-r.> "'0

..
:I ....-.,

.. ..

..

..

..

.. ..
E E

C"I o o c: o c.

c:.t:

.,...
.t::.

--1

.. .. ..
>' J ...-4
...-4
\a) > I ..0 CU ...-4 I ...-4 0 d

..0 ..Q

.. .. .. .. .. ..
>
...-4 '(1)

...~

..

.. ..

..

..

..

-

m

--1

C!') ":> I
-r-4 \a)

~....:":)

...-4 \CU I ..0 tU ...-4

-

...-4 C:',:S CU 0~ ...... ,.. (t) 4J aJ ~ d CU ... CU ...-4 ~ d <LI0 '-" ~ en e;.J ::sc:: ... .::.J <LI0 u ~ "'" ~ .. .. 4J c:: CI) 0 ~ CU o.... ...-4 ~ en CU c:: bJ <LI CU r: \;U ~ ~e ~ ~ ::s ~ <LI 0 ...-4 ~ .. '-" :j\QI 4J -! ~ 4J.... Q) 4J ~ c:: "'"
\:1)

..!::. Q) E IQ) CI) """'

>
I

....-4

~ (/)

.. ..
d 0 en

d 0 d

= rD CU .. .. .. .. ...-4
"'d =' 0 en

= .. .. .. .. ..
~c:: 0 en "CS ... 0 =' CI) d 0 en

=
0

. CU ...-4

..0

> I.

J . ...-4

>

.. ..

. ~

CUCU

>

c:: c::
0

.. .. ..
"'d ... ::s 0 en

..
c:: 0 en

..
"'d ... ::s 0 en

.. .. ..
..

.. .. .... .. .. ..
r: I 0 e CU Z a) .c: p..

.. .. ..
CU ~.£:: 8

.. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. . .£:: CU
c:: I ~0 e CU Z <LI £:: . p.. ~.c: ç.. e Ei CU I ~z

.. ..
..
...-4 tU. u 0

....., CU enJ.t"CS c::w o 4J c:: ... d 0 4J CU.... CU 4J <LI \ ~ \;U ...-4 "" ... 8 \;U ... ... ... Q) o ... U ~ 0

=' cCU

='

I
f/J'~

~... .. .... .. .. .. fW .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. . ..
I (I) ...-4 CU =' U >

~C'CJ .c: p.. a

P
aS ...-4 CI)

... ..

u....

I u .... ... 4J fi) CD CU 0 .... U 4J

0

en

c:: :>

CI.) QI 4J d QS ... ..0 .... :>

.. .. ..
CD CU ...-4 tU en QS d d 0 ,co d 0

... OIt'3 .£::

d

f/J O.rot Q)

d

a
0

4J d-rot

...

z

u

:>

c:: c.~ o c._ UO'"

o CD.£:: en 0

.

----

doit

être

strictement
ou (.LI(. JLtolin.

respecté.
ttJl- ill"
"Ils Ceux ne se

La rrononciation

imp a r f a i te s tel les
envolés" (l)n "rls la ne se sont

- 1 à"
sont

- u.Ul
pas

de paires

(f..) n. " Ils
enfuis"

u)

ses
ult.

0n t
t.Llj-t-

pas

envolés"

ne qu'elle la

laisse ~eut

aucun avoir (.i et

doute ça qui et

sur-

pertinence
pas
ailleurs, il

de cette
reste et non

distinction.
que la c'est

i1ême si l'accentuation
voyelle

n'a


en berbère

l'importance

consonne (u et w). On ne saurait don ceo nfan dr e t. zu.ydZ "Tua s aj 0u té" ave c (LI ..:t) ,t z zto.i.t a
porte l'accent, "(une) abeille". de la et Les informateurs
erronée, ce qui

rectifient
montre qu'ils

inmédiatement
ont bien

une pronoflciation
conscience par ~ et u,
de pharyngales,

double

orposition.
les

aussi

En revanche a, au contact
voire
.~a.,6 /tet '.s. 4J'

i.1odifications
nasales niant

subies
pas

notamment de

d'en~hati~ues,

d'uvulaires, [
--t.a.~ /I..a. ~,t. J-" .." I J-

été

r e 1e vé es:
1
'

u 0 a; ns i ~0 u r 1e s réa 1i sat ion s [,[ 1~,6d ] d e ,[ [:-/~.d ] de

"l

,

ape

ur,

"

. f' s ~ 1 0,

"

., 1 J J [ e.l:fJ Y a.~].. d e .(.(~-

. -

.

i 9 a.lit " 11 ers 0 i r". Là 0 ù ; l ;' eut y. a va; run e : et; t e d; f f i cultê, c'est rour la notation de la voyelle ~odifiêe ~ar une con son ne d; s :' a rue, r"' are xer1 1e 1e . sec 0 nd et , V0; r e les __ . d eux et d e [,t& _ 1 l! &] "t e i n tés" .' riU; cie ::et .'.'! ! etel "l'a u i. n r 1e d r3

-

.

~"'

oJ

1"'1

-

t r e,
.

une

aut r e ".

l e il ~ has e d u ~ ~0 u r [~I) .YlJ&] ; s sud &

0 n :-0 Urra; sur 1 e ;t c t e u} a.UUa.
cf.

t

c e r tes
"~l'a

not e r 't

0 en 'I i s a ~ e r ciere :~ r ter ,,:U~'tt ; na; S con!;1 e n t fa; r e
una ut r e"?

u t r e,

robl è!1e de l' im:"'ortance nuquel je ;:l se z tar d ive:: en te' est eel u ide s r; ;-"' s con s cie rice fiU' la nature fondamentalement vocalique ou ccnsonanti~ue de maintes réalisations [l] et Cu]. Dans le :renier recueil j'a i 9 é né r a 1eme n t not é ni, CtuJl, ldJ." t,tu., acju., LL au 1; eu ::J:1 (r e) tir e r", ;t,t l'} "0 u den £f " t:l0n ter, aL!) "( e r.1)? 0 r ter", U ..e dU" n.ai
b 1 i e r", H4~!J "s aut e r", l')zYt " pe se r". 0 r, i!1 e 1 à 0 ù ces ên S0

t.;n

-

nantes ont une réalisaticn vocalique, j'a; ~référé ~ar la suite les noter conme consonnes, étant donné qu'elles ne Il c'est sont jamais l'objet d'" alternance à rlire d'o~":,os;tions vocal;que~~)J~ins.; ndL:J"~autèr-" reste . à l'accon;.l; ,[JL~lI.)

. .:/

24

alors

que ndu. "être battu (beurre)" fait En touareg, en effet, il
and L "f 0 r mer 1) son ( f E.: ),

~n.da, y a,

ceci à' côté

du

moins en chleuh.
a 114UJ "j e ter"

b e u 1: e r

(1 ait)"

(' V: )

de

et

non ;;as

(rV).
mais

andu. (IV), alors qulil y a amdu. "être fini" Foucauld note en français aussi bien u. que w par ou, seul LA) figure dans sa notation tifinagh. Pour André

Basset,

clest

le trilitère

ad,,) du

touareg

qui est "selon
alter-

toute rrobabilité" la forne ancienne nant ndu du chleuh est lui la forme

et le bilitère
êvoluêe~6)

Pour finir, on signalera ~ue les réalisations dues à 1 lassimilation de sourdité ou d'e~~hase ne sont pas notées. En revanche, celles qui entraînent un changement d'ordre, d'a;;ical à dorsal par exemple, llont

é t ê. f~ins;
"Ils

);1n y- et- nn et9 9~ - ~ dan s 16 . 50 : ~a.t n ,[ z- d .t:U:1
que c'était le souci de cela qui était en

pensaient

lu"i". Le d du focalisateur ad est variante de pré~osit;on g~.

assir.tilé

par

le 9 de la

( 1) En touareg cependant la longue correspondant à cf est fréquemment cjcj.Ainsi le thème . Il s~opposeainsi à .:t~ltJ ~thème d'inaccompli de 9'ep e "toucher" est 44âJ d~accompli résuJtatif de a~..taJ "s~endormir". ( 2) Fernand BentoJjla~Grammaire fonctionnelle d'un parler berbère. Aït Seghrouchen

..

d'Oum Jeniba (Maroc) ~Paris. SELAF1981. p. 2 1. ( 3) Salem Chaker~ Le système dérivationnel verbal berbère (Dialecte kabyle). thèse de 3e
cycle. dactylograhiée~ Paris V~ et
EPHE

IV~ 19 7 3~ p. 1 3 : "Problèmes de phonologie berbère d'Aix vo1. 4 1 977. p. 173 à 2 14. cf. p. 178 à
~

( kabyle).

Travaux de IInstitut de phonétique

184 : Un parler berbère d'Algérie (Kabylie). Syntaxe (thèse d~Etat Paris V~déc. 1978 MarseiJJe~ Jeanne Lafitte. 1983. 549 + 111 p. ; p. '39 à 55.

L

Pietr Reesink. Problèmes de détermination, thèse de '3ecycle. Paris III et EPHEIV. mars 19 79~ p. 15'3. Alphonse Leguil. "Corrélations en arabe et en berbère", Bulletin des études africaines de IINALCO.n° 2. 1981, p. 5-68, cf. p. 19 ; remarques sur la labio-vélarité en berbère. communication du 21/6/80. B.S.L.P.,1981. F.l~ p. XXsv. ( 4) Lionel Gaiand, ibidem (intervention) p. XXII ( 5) Critère proposé par André Basset dans" Le système phonologique du berbère"~ CRdu
GLECS~t. 4 ~p. '33-36. ( 6) La langue berbère. Morphologie. Le verbe. Etude de thèmes, Paris. 1 92 9 ~p. XXVI.

25

72

-

BAB N TyYULT

V BAB N TLyWMT

12.1-lqq~~Z(1In

yan u~gaz/~mun

d wayyJ21y

uya~a~./ Histoire/de/un/homme//il un autre/dans/un chemin.// 12.2-yan ~lla ~ z¥yulz/z~

fit compagnie/avec/

ad za~w(31 ;/yan ~lla ~ tlyWmz/t~

ad ta~L()./

L'un/était/avec/une ânesse/lelle voulait/quel elle mette bas;//l'un/était/avec/une chamelle/telle voulait/que/elle mette bas.//

12.3-~4udun,/munan d uya~a4,/~u~n tamd~nt,/kJmn 4 t6ndq./ Ils marchèrent,//ils firent compagnie/avec/le chemin,// ils arrivèrent à/une ville,//ils entrèrent/vers/le caravansérail// 12.4-n~an(4Ig~-~;/ta~w t¥yulz,/za~w tlyWmz./ Ils passaient la nuit/dans lui;//elle mit bas/l'ânesse,//elle mit basi la chamelle.// 72.5-ya4i d bab n tyyult

iw-~ n ttyWmt,/

~6k a~ t ~ tyyult,/a~(4b~~lzz ~~~umum;/ Il prit/vers ici le propriétaire/de/l'ânesse/son fils/de/la chamelle,// il donna/à elle/le/à/l'ânesse,//-/la/il se mit à têter./ 12.6-ya~~ zalyWmt,/~6k melle,//il donna/à a~ lw-~ n zyyulz!51/ il prit/la elle/son fils/de/l'ânesse.// cha-

12. 1-ink.Jt i6~~, / inn a~: /" '{ a~~ ad, tUltLV ty yu.lt al'{ wm". / Il se leva/il fut content,//i! dit/à lui://"aujourd'hui,/ elle a mis bas/l'ânesse/un chameau".//

- -

12.8-~nk~ d bab n ZlyWmZ a~ yalla!61/~nna y-a~ :/nu~ ~g~
l~qq ad taltw tlyWmt ayyul"./II se leva/vers ici/le propriétaire de la chamelle/-fil se mit à pleurer,//il dit/ à lui://"Ne pas/c'est/la justice/que/elle mette bast une chamelle/un âne".// 12.9-i4~u.du. d u.yalta~,/t~Jt "wJt.Jt.l d daJt. ugllld"./ vit/le/vers là-bas/la femme/de/le "reviens/vers ici/chez/le roi".//
1 2 . 1 0 ln n a.6: / " ha

t inn tmyaltt n u.gll~d,/tnna y-a4: Il marcha/avec/le chemin,/Lelle
roi,//elle
.

dit/à
i k.k4

lui:/

-

-t

-~, y - '~a - d

~ Y~

~W-4 n tt'{wmt,/~6k

t i tyyult"./ Il dit/à lui:/"voilà,/ celui-ci/il a enlevé/à moi/son fils/de/la chamelle,//il a donné/le/à/l'ânesse".//

26

12

-

LE PROPRIETAIRE
ET CELUI DE LA

DE L'ÂNESSE
CHAMELLE

12.1- C'est l'histoire d'un partit en voyage
12.2-11 l'autre 12.3-11s entrèrent 12.4-Pendant et petit à la 12.7-A1ors, a mis I2.8-Le liGe un bas n'est ânonll. il prit et dit (au la voyez roi): venait route. le roi IICet 12.10homme que ânesse".
(1) var.
(2)pour

homme

qui

avec ânesse ensemble

un dans

autre.

avait

une

sur le point de mettre
le même état. arrivèrent nuit, de l'ânesse l'ânesse

bas et
en ville mit prit il l'ânesse. l'ânesse mit à pleurer: mette vit et lui notre le donné petit à son bas dit: se mit et bas' le

une chamelle
prirent au qu'ils chamelle de il la caravansérail.

la route,
la

y passaient
aussi. 12.5-Le

la

propriétaire et le donna le se dit:

chamelle donna à la content, chame1on". de juste,

à l'ânesse: petit de

téter. chamelle il la dit-il, tout un pas propriétaire "Aujourd'hui, lui, se chamelle roi le

12.6-Puis

chamelle, qu.une du son

12.9-Et

La femme
Il. (Montrant individu

IIRevenez

adversaire), enlevé et l'a

m'a bas

ma chamelle

de mettre

de ad

!qi~.t taJLW que par postérieur
le mot à

wa.yya4
le
mot,

(3)-.tJta fie

(4)1'accompli n~a.n (au
guère n'est pas (4bis)

lieu de l'aoriste n~n) ne fait que le procès dénoté à celui dénoté par n~an.
je fais correspondre

se justipar .taJLw
trait en-

Dans

un

tre barres obliques,/-/, aJt, da, a, et à ceux dda(d). La valeur de verbe lui-même.

aux préverbes de l'inaccompli: du futur: 4a(d) et du futur proche: ces préverbes est intégrée dans le 27

12.11-.inna. y-a.~Yl. LLg.e.e.id:/"~uga.,t tbha.ym nnun d u~a.Jla.~;/ Il dit/à eux/le roi://"Conduisez/les animaux/de vous/ avec/le chemin;// 12.72-.iy i,tabe ~w-~ n ,tyqulz zayyulz,/za~~m z;f si/il suit/

son fils/de/l'ânesse/l'ânesset//vous laissez/le;//
12.13-iy izabe .iw-~ n zlyWmz za.lyWmz,/za.~~m z"./si/il suitt son fils/de/~a chamelle/la chamelletffvous laissez/le"./I
12. 14-l.l,ty

.

a~nt

Ilz.mn,/.it:a.be

ulyWm
suivit/le

tayyul.t,/ Quand/à elles/ils chameau/l'ânesse,// 12. 15-a.1l ya.lla.

eurent

lâché,//il

bab n tlyWmt,/.inna. y-a~:/"y-ay-a.d ull ig.i

12 1 6 tJ 6lda

. -

l~qq"./-/ il se mit à pleurer/le propriétaire/de/la chamelle,/Iil dit/à lui://"Ceci/ne pas/c'est/la justice"./I

y- a~ .tmyallZ YI.ug ll.id, l.tnna

y- a~ : I "tIJItJt~

d da.Jt

u.g.tl~d"jl Elle entendit/à dit/à lui://"Reviens/vers

lui/la femme/de/le roit//elle ici/chez/le roi";//

lm n-t" J ai 66y n d .<.~ an, / ! ! an .<. cultivé/de l'orge/dans/au-dessus/de/la mer,//ils sont sortis/vers ici/des poissons,//ils ont mangé/la";//
12.18-.inna. y-a..6 u.gll,td:/"E'tuba,/ma-x,.i~

12. 11-~nn a~: /" k.Jtzy tumt.in y -igg.i n tb~Il,/ (1) (8 I . / Il dit / à 1 u i : /I f f

a !tta.n

.i~tma.n

Il dit/à lui/le roi://"Etonnement,//comment,/ est-ce-que/-/ils mangent/les poissons/l'orge?!"// LO 12 7 9 .inna y- a.~ ba b )1 tl Y mt: / "ma.- X, .iz - d ta y yul:t .,(,.6 a. t:ta.JtL() alyWm?!,,(9)/ Il dit/à lui/le propriétaire/de/la chamelle://"Comment, est-ce que c'est/une ânesse/est-ce que/-/ telle met bas/un chameau?!"// (10) 12.20-.<.nna y-a-6 tLgll.<.d: /"~adaqa lla( It) l~qq" / Il dit/ à lui/le roi://"Ratifie/Dieu/la justice".//

.tum~-iJt?!"/

. -

12.21-ha.-nn lqq~~t ad, nkmml z.1 Voilà/histoire/cette,/nous avons terminé/la./I.

(5) On attendait

plutôt

ya.6.i d ~W-4 n t~yult, ~6k a~ t .i
'

ttyWm:t...

(6) nk~, qui est très souvent un simple auxiliaire inchoatif (comme dans 12.7), permet ici de thématiser bab n tlyWmt. En effet, l'enchaîné inaccompli (ail ya.lla),comme l'enchaîné aoriste, n'est pas compatible avec un indicateur de thème (cf. Fernand Bentolila, G~amma~Jte 6on~t. d'un pa~le~ be~bè~e, Paris, SELAF, 1981, p.152). L~ suppression de ~nk~ d aboutirait à a~ yalta bab n tt~ mt, comme on le voit dans 12.15. (7) Var. de ~!a.n tnt (tumt~n est un fém. pl.).

28