Courir avec des ailes de géant

De
Publié par

Tous les jours ou presque depuis qu’il a huit ans, Glenn court avec son père et ses frères le long de la côte de Sydney en Australie. Mais quand leur père disparaît dans un accident d’avion, tout s’arrête brutalement. Rentrés en France pour vivre dans la famille de leur mère, les enfants abandonnent la course à pied… sauf Glenn, encouragé par son grand-père. Devenu adulte, osera-t-il franchir le pas et s’inscrire au marathon de Sydney ?
Publié le : mercredi 5 mars 2014
Lecture(s) : 4
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782700247176
Nombre de pages : 160
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Du même auteur, dans la même collection :

L’agenda
Amies sans frontières
Les chevaux n’ont pas d’ombre
Un chien contre les loups
Rom, Roman, Romane
Couverture : Yann Tisseron.
ISBN : 978-2-7002-4717-6
ISSN : 1951-5758


© RAGEOT-ÉDITEUR – PARIS, 2014.
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés pour tous pays.
Loi no 49-956 du 16-07-1949 sur les publications destinées à la jeunesse.
J’avais 8 ans quand j’ai commencé à courir.
Je veux dire, courir pour de bon.
C’est quand papa a décidé que Tom, mon petit frère, était assez grand pour venir avec nous.
Nous, c’était Billy, papa et moi.
Billy est mon frère aîné. Quand j’avais 8 ans, il en avait 11, et papa 35.
Papa adorait courir. Il courait tous les jours. Il racontait souvent comment il avait commencé quand il était gamin et qu’il vivait à la ferme avec gran’pa Joey. La ferme était immense et il fallait toujours aller dans un endroit ou un autre. En marchant, cela prenait beaucoup de temps ; alors papa courait.
Peu à peu, il s’est aperçu qu’il aimait ça et il s’est mis à courir même quand il n’avait rien d’urgent à faire à l’autre bout de la ferme. Puis il s’est inscrit dans un club et il a participé à des compétitions. Mais à l’époque dont je parle, il courait seulement pour se détendre, pour se changer les idées, comme il le prétendait ; et aussi, certainement, pour passer du temps avec nous.
Parfois, je me dis que courir était comme une drogue pour lui. En tout cas, durant les années où nous avons vécu ensemble et aussi loin que remontent mes souvenirs, chaque jour je l’ai vu enfiler un short ou un jogging, chausser ses baskets, ouvrir la porte pour regarder le ciel et humer le vent avec gourmandise, prêt à s’élancer vers l’extérieur.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Coupable idéal

de rageot-editeur

Double disparition

de rageot-editeur

suivant