//img.uscri.be/pth/69ed4c1c4a3a5eb6875fe718234ac58a0b7f84bd
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

De masques et de chromes

De
71 pages
En cette époque ancienne où les couleurs divisent le monde, où nous portons tous des masques, les superstitions abondent et les Arlequins existent… Asheva, un adolescent né Chrome de la Nation noire, se voit arraché au monde qu’il a toujours aimé. Forcé à l’exil, il s’embarque dans un voyage aussi périlleux qu’extraordinaire, qui le mènera aux confins des forêts sacrées et bien au-delà, dans les prairies bleues, où la ville d’Ayas et ses splendeurs insoupçonnées cachent d’horribles dangers. Ce voyage dévoilera la vérité qu’aucun Chrome n’ose s’avouer et Asheva découvrira que, même si les masques tombent, les apparences sont toujours trompeuses.
Voir plus Voir moins
Copyright © 2012-2014 Roberto Ricci Titre original anglais : The Red Harlequin: Of Masks and Chromes Marque déposée :
Copyright © 2015 Éditions AdA Inc. pour la traduction française Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire. Éditeur : François Doucet Traduction : Mathieu Fleury Révision linguistique : Nicolas Whiting Correction d’épreuves : Nancy Coulombe, Audrey Faulkner Montage de la couverture : Matthieu Fortin Illustration de la couverture : Pascal Demure Mise en pages : Sylvie Valois ISBN papier : 978-2-89752-822-5 ISBN PDF numérique : 978-2-89752-823-2 ISBN ePub : 978-2-89752-824-9 Première impression : 2015 Dépôt légal : 2015 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque Nationale du Canada Éditions AdA Inc. 1385, boul. Lionel-Boulet Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7 Téléphone : 450-929-0296 Télécopieur : 450-929-0220 www.ada-inc.com info@ada-inc.com Diffusion Canada : Éditions AdA Inc. France : D.G. Diffusion Z.I. des Bogues 31750 Escalquens — France Téléphone : 05.61.00.09.99 Suisse : Transat — 23.42.77.40 Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99 Imprimé au Canada
Participation de la SODEC. Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du Livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition. Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC. Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec etBibliothèque et Archives Canada Ricci, Roberto (Écrivain) [Of Masks and Chromes. Français] De masques et de Chromes (L’Arlequin rouge ; 1) Traduction de : Of Masks and Chromes. Pour les jeunes de 10 ans et plus. ISBN 978-2-89752-822-5 I. Fleury, Mathieu. II. Titre. III. Titre : Of Masks and Chromes. Français. PZ23.R512De 2015 j813’.6 C2015-941179-3
Conversion au format ePub par:
www.laburbain.com
CHAPITRE 1
LA MISE À MORT D’UN ARLEQUIN
Quelques jours avant mes quatorze solstices, mon père décida qu’il était temps pour moi d’assister à une première exécution. — Il te faut apprendre à quoi l’on reconnaît l’Arlequin, me dit-il. Aussi terrile fût-elle, l’idée de voir enfin un Arlequin en chair et en os m’excita au point qu’il me fut impossile de fermer l’œil de la nuit. Le matin venu, je mis mon masque de mort. Ce masque, c’était la mère de ma mère qui l’avait fariqué pour moi. Il était d’un rouge cramoisi avec des larmes noires peintes sous les yeux, comme ses lèvres. — Tu grandis avec chaque lever de soleil, continua mon père tandis que nous nous apprêtions à quitter la maison. Je souris et le regardai mettre son propre masque de mort. Le sien était lanc, avec pour seul ornement de sores volutes autour des yeux et de la ouche — un masque simple, comme l’homme lui-même. Il avait comattu dans deux grandes guerres, qui s’étaient toutes deux soldées par la victoire des Noirs. Durant la première, nous avions comattu les Chromes leus, et durant la seconde, nous avions lutté contre les Rouges. Une fois la porte passée, nous descendîmes la pente arupte des rues pavées de la cité d’Axyum. Déjà à cette heure matinale, la ville était animée, et nous rejoignîmes nos frères Chromes qui se rendaient à la grande place. Nos longues capes de laine noire traînaient sur les pavés, et ensemle, nous donnions l’impression d’être une nuée de coreaux gauches et sans ailes. Je ne vis sur aucun visage l’excitation impatiente qui était la mienne ; je semlais être le seul pressé d’arriver, mes pas mus par l’anticipation férile et la peur lancinante qui, comme à la guerre, se livraient ataille au creux de mon estomac. Arrivés sur la grande place, nous découvrîmes un rassemlement déjà immense. Le ciel était gris, et l’air sentait la pluie, mais les gens ne semlaient pas le remarquer ; toute leur attention était portée sur la potence de ois érigée au centre de la place. Elle était dressée au milieu de la place comme un rappel sinistre de ce qui allait s’y dérouler sous peu, son ois solide malgré l’âge, les éclats et les taches runâtres du sang versé durant les cent derniers solstices. De l’autre côté de la place, j’aperçus Andahar en compagnie de son père. C’était mon meilleur ami, et je le reconnus facilement dans la foule grâce à ses cheveux londs dont les oucles en ataille encadraient son masque funère. Un peu trop grand pour son visage, le masque unique, fait de ois d’éène et décoré de carreaux aux teintes pourprées, lui avait été légué par un parent depuis longtemps décédé. Son regard croisa le mien à travers les carreaux qui perçaient son masque au niveau des yeux. Nous regardâmes aussitôt ailleurs, comme si nous avions surpris l’autre dans un moment d’intimité. Je décidai que j’irais le saluer plus tard, quand nous aurions quitté la place. Mon regard alla vers la triune où s’étaient installés des Chromes d’autres couleurs. Curieux, jque nous, les Noirs, avions érigée pour accueillir lese pointai la modeste chaire en ois représentants des autres nations. — Est-ce que ce sont les… ? — Oui, les dignitaires des territoires étrangers, confirma mon père. Ils sont venus assister à l’exécution, tout comme nous. Ces Chromes étaient drapés d’étranges roes et aroraient des masques plus surprenants encore. Mon père me montra du doigt l’un des invités, disant qu’il représentait les Violets. Il était enveloppé dans un manteau lanc et portait une ceinture et un masque violets. Mon père attira ensuite mon attention sur deux Chromes vêtus de velours leu, amassadeurs de la nation leue, puis sur un autre homme, un Chrome jaune qui arorait une cape en cuir de veau d’une riche teinte safran et un masque en or. Ces dignitaires étaient drôles à voir, confinés dans leur