Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 5,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Publications similaires

Vous aimerez aussi

Coupable idéal

de rageot-editeur

Les monstres de Fort Boyard

de rageot-editeur

Double disparition

de rageot-editeur

suivant
images/frontcover.jpg
img7
img7
Super Smack et le menteur

D’accord, c’est promis. Je ne recommencerai plus. C’est ce que tout le monde dit, je sais. Mais moi je le pense vraiment.

Et je ne le dis pas en croisant les doigts dans le dos ou les orteils dans mes baskets. Non. Je pourrais le jurer sur la tombe de quelqu’un si je connaissais un mort, mais je n’en connais pas. Enfin, pas personnellement.

De toute façon, j’ai promis à maman que je ne recommencerais plus, après avoir entendu M. McCafferty lui conseiller de m’emmener chez le docteur :

– Ce garçon ment beaucoup trop, il est peut-être malade.

M. McCafferty, notre voisin, est un expert en maladies. Il regarde toutes les émissions médicales qui passent à la télé. Il s’imagine sans doute que tant que les autres tomberont malades, il restera en bonne santé.

Maman lui a répondu que ce n’était pas si grave :

– David tord juste le cou à la vérité, de temps en temps.

Tordre le cou à la vérité.

Ça m’a fait penser à Super Smack, le super héros de ma série préférée, Les Tigres du ring. Je l’ai imaginé en train de tordre le cou à un adversaire qui se serait appelé Jim Vérité en lui faisant sa fameuse double clé.

Ce qui me rappelle la fois où j’ai raconté à toute la classe que Super Smack venait déjeuner à la maison le dimanche suivant.

C’était la faute de Rose Epton, bien sûr. Comme toujours.

– Vous ne devinerez jamais qui vient dîner chez mes parents le mois prochain, venait de dire Rose.

Sa mère travaille dans les relations publiques. Elle fréquente donc beaucoup de gens connus (et inconnus) dont Rose parle sans arrêt bien que sa mère le lui interdise.

img

Plusieurs copains de ma classe ont essayé de deviner qui ça pouvait être. Moi, je me suis tourné vers la fenêtre et j’ai regardé le chien du concierge de l’école courir dans la cour en déroulant un rouleau de papier toilette derrière lui.

Mon voisin m’a donné un coup sur le bras et il a chuchoté :

– On se fiche pas mal de savoir qui vient dîner chez Rose, non ?

Mon voisin, c’est Joe Pagnopoulos. Il aime Rose à peu près autant que moi. Joe et moi, on fait partie d’un club très fermé, le Club Secret ; il est si secret qu’il n’a pas de nom.

En réalité, on n’a pas encore réussi à lui en trouver un, mais on y réfléchit. Tous les jours ou presque.

J’ai jeté un coup d’œil de l’autre côté de la classe. Rebecca, troisième membre du Club Secret et propriétaire de Ralph le rat, me regardait, l’air de dire « Elle nous casse les pieds, celle-là ».

– Je vous assure, c’est impossible, je ne peux pas vous révéler son nom, a continué Rose. C’est un secret. Ma mère me tuerait.

img

Rebecca a fait une grimace terrible dans le dos de Rose et Joe et moi avons éclaté de rire juste au moment où miss Cook entrait. Elle avait son air grincheux, j’aurais dû me méfier.

– Parfaitement, quelqu’un d’important vient dîner chez moi. Une personne célèbre, a sifflé Rose en nous regardant, Joe et moi. Mais je ne vous dirai pas qui, espèces de minables !

– Qu’est-ce que tu veux que ça nous fasse ? ai-je demandé en bâillant. Tu n’es pas la seule à connaître des gens célèbres.

 
img

J’ai baissé les yeux vers ma trousse Les Tigres du ring : un horrible visage au nez crochu et au sourire tordu me regardait fixement.

– Figure-toi que Super Smack vient déjeuner chez moi dimanche, ai-je lancé.

Puis j’ai imité le grognement féroce de Super Smack. Je l’imite super bien.

Joe a pouffé de rire.

– David Baxter, voudrais-tu te lever et faire profiter toute la classe de ce que tu viens de dire ? a demandé miss Cook. Ça semblait très drôle.

Rose Epton a levé la main comme si elle avait quelque chose d’urgent à annoncer, mais miss Cook l’a ignorée.

– Eh bien, David ?

J’ai été obligé de me lever. Et de répéter ce que j’avais dit. Sinon, Rose l’aurait fait à ma place.

Deux ou trois élèves ont rigolé. Je pensais que personne ne me croirait.