//img.uscri.be/pth/a695930b078c94751476da7c529cebcf43be9b8b
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,00 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Fatine bergère du Liban

De
113 pages
Fatine, une bergère musulmane du Sud-Liban, à la poursuite d'une de ses chèvres, rencontre un soldat israélien. Le dialogue se noue, mais ils devront affronter leurs deux familles car tout les sépare : leur religion et leur pays. Ce roman s'inspire très librement de la guerre qui a ensanglanté le Liban et Israël en 2006.
Voir plus Voir moins

Fatine bergère du Liban

@ L'Harmattan, 2008 5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-06600-7 EAN : 9782296066007

Michel SAAD

Fatine

bergère

du Liban
Roman

L'Harmattan

Du même auteur
- La Noria ne tourne plus, (Syrie-Irak-Kurdistan), roman, Éditions l'Harmattan, Paris 2005.
-

Noé et la planète rose, (l'espace), roman de sciencefiction, Éditions le Manuscrit.com, Paris 2004.

- Mémé Mil z'herbes, (Réunion), roman, deuxième édition, Éditions Azalées, Saint-Denis, La Réunion 2004. - La Chanson de la harpe enchantée, opérette poétique en six actes, Éditions le Manuscrit.com, Paris 2004
-

Solo et deux grains d'océan, (Madagascar et La Réunion), roman, Éditions l'Harmattan, Paris 2003, sélectionné au Prix-Chronos 2004. Les Tourments du cèdre, (Liban), roman, deuxième
Paris 2003.

-

édition, Éditions le Manuscrit.com,

- Le Dialogue des abeilles, (Réunion), roman, Éditions Azalées, Saint-Denis, La Réunion 2001.
-

Nelly et les pailles-en-queue, (Réunion), conte bilingue

créole-français, Éditions L'Hannattan, Paris 2000.

http://www.michelsaad.com

À ceux qui n'ont d'autre choix que la paix.

Les personnages
Aida: sœur aînée de Fatine. Aziz : ami de Mounir, membre du Hezbollah. Chadia : nom d'emprunt de Fatine. Fatine :jeune bergère du sud du Liban. Hoda : femme de Rachid, mère de Fatine. Martin: avocat israélien. Melkart: dieuphéniciende la villede Tyr.Ic~nom du bouc. Mounir : frère de Fatine, membre du Hezbollah. Rachid: père de Fatine, de religion chiite. Samuel: jeune soldat israélien, pilote d'hélicoptère, amoureux de Fatine. Sarah: sœur de Yonatane, amie de Samuel. Skip: nom du chien. Souâd : voisine de Fatine. y onatane :jeune soldat israélien, ami de Samuel. Zéyna : cousine de Fatine.

1- Une chèvre trop envahissante
LaJolieJail moins mal que la guerre!

Quand je serai grande, je serai. .. Assise à l'ombre d'un vieux chêne, Fatine, jeune bergère du Liban-Sud1, s'était mise à rêver, à dessiner par terre des courbes avec son bâton, des arabesques comme elle savait en faire, signes cabalistiques censés conjurer tous les sorts. Bientôt déçue par une situation qui ne présageait rien de bon, elle brouilla furieusement ces artifices, brisant du coup ses rêves. Elle conclut: « Rien! Je ne serai rien! », s'en imprégna un instant le temps de se convaincre, puis: «C'est bien ça, rien... Je ne vois rien d'autre! . .. Ou alors... ou alors... une grande bergère! » se ressaisit-elle, sourire aux lèvres, comme si elle venait de trouver la bonne solution. Et elle partit d'un éclat de rire, saccadé, mélancolique, comme le cri d'une chèvre, aussitôt repris en écho par la vallée. Et son rire fit se retourner les chèvres qu'elle gardait près de la rivière d'Al Fouar2, frontière naturelle entre son pays et le nord d'Israël. - Hayda maktoub, ya Fatine, ma rah bisir chi! C'est écrit, Fatine, tu n'y peux rien! reconnut-elle, impuissante, se soumettant totalement à son destin, en bonne musulmane, secouant désespérément la tête jusqu'au vertige. Maman dit: "Petite chèvre deviendra grande" ! Pourquoi pas petite bergère,... après tout? Elle a raison, maman.
1- Liban-Sud ou Sud-Liban: nom donné à la région du Liban occupée par Israël de juin 1982 à juin 2000. 2- AI Fouar : rivière imaginaire formant une frontière naturelle entre le sud du Liban et le nord d'Israël.

-

9

Pourtant Imm Lattouf, la voyante du village, lui avait juré le contraire! Elle avait lu dans sa tasse de café qu'elle serait un jour « une fleur de campagne dans un vase en cristal. » Mais personne jusque-là, personne, pas même la voyante, n'avait réussi à interpréter ce curieux présage. - Si Imm Lattouf a bien vu, fleur de campagne me plairait plus que grande bergère! Fatine jeta un regard absent sur son troupeau, peu soucieuse de savoir ce que faisaient ses bêtes. Après tout, pas un champ de luzerne à l'horizon ne les tenterait, pas une plantation de tomates, de concombres ou d'aubergines. Ses chèvres devraient se contenter de ce qu'elles trouveraient à brouter dans le pré, sans léser personne. Ses chèvres... Il faut dire que Fatine les connaissait toutes par leur nom et devinait à tout moment leurs moindres occupations. Là, à quelques pas d'elle, étendues les yeux mi-clos à l'ombre des grands arbres, quelques-unes se prélassaient paisiblement, mâchant inlassablement je ne sais quoi. Plus loin, toujours affamées et peu regardantes, d'autres se gavaient de tout ce qui leur tombait sous le museau. Plus loin encore, les capricieuses se délectaient de mûres ou d'ombelles de carottes sauvages. Les voraces n'épargnaient rien, pas même les boules de chardons bleus ni les gousses de genêts encore vertes. Les acrobates se dressaient sur leurs pattes de derrière et effeuillaient une à une les branches d'arbres se trouvant à leur portée... Tout cela se passait dans un calme absolu sous l'œil vigilant de Melkart, seul et heureux bouc du troupeau, chargé parfois de missions disciplinaires.

10

Tout à coup, Fatine sursauta comme si elle eut été mordue par un serpent: «Sawda, ta 'iy la haoun! Noiraude, reviens ici! » cria-t-elle d'un ton sévère. Et, de toutes ses forces, elle lança un galet dans le ravin pour dissuader une chèvre indisciplinée de traverser la rivière. Cependant, bien décidée, celle-ci ne l'entendait pas de cette oreille: là-bas, sur l'autre versant de la montagne, un champ d'un vert intense l'attirait irrésistiblement... Du maïs, des concombres, des courgettes, des petits pois et même des pastèques, quoi de plus appétissant pour une chèvre !? Et, têtue comme elle l'était, ce n'était donc pas ce petit galet de rien du tout qui venait de tomber devant elle, ni ces barbelés à la frontière pas vraiment prévus pour contrer une chèvre qui allaient la faire changer d'avis. Aussi lui suffirait-il de deux ou trois bonds caprins bien calculés, sur les rochers émergents de la rivière, et elle comblerait son estomac autrement. Un instant et, «Hé!... Waynik ya bint! Hé là, petite bergère! Tu ne peux pas faire un peu attention ?! » Une voix masculine la grondait en arabe, justement, de l'autre côté de la rivière. Fatine s'attendait à tout sauf à cela. Le plus souvent, elle était seule dans cette vallée profonde. Parfois sa cousine Zéyna y conduisait aussi son troupeau, au risque de passer le plus clair de leur temps à séparer leurs chèvres de peur qu'elles ne se battent entre elles. Mais cette fois, c'était bien différent: sur le versant de la montagne d'en face, une jeep couleur d'ombre et de verdure s'était brusquement arrêtée dans un nuage de poussière. Plusieurs coups de feu, presque confondus, éclatèrent, retentissant en écho dans la vallée. Les balles crépitèrent dans l'eau ou

Il