Feuilleton Tatouage 1 - Épisode 3 sur 4

De
Publié par

Quand Álex entre pour la première fois chez Jana, dont il est fou amoureux depuis longtemps, un monde nouveau s’ouvre à lui. Pour subvenir à leurs besoins, Jana et son frère David font commerce de tatouages magiques, une manière rituelle de révéler les gens à eux-mêmes. David dessine à Álex un tatouage qui le lie à Jana à jamais, mais leur interdit tout contact physique : une terrible douleur fait s’évanouir Álex chaque fois qu’il la touche. Peu à peu, Álex va découvrir qu’il est lui-même doté d’un pouvoir et qu’il est en fait un médou. Ces magiciens inquiétants, qui ont longtemps vécu parmi les humains, se livrent à une perpétuelle lutte entre clans. Mais ils savent désormais qu’il est nécessaire de s’unir contre leur plus terrible adversaire, le Gardien Ultime, déterminé à tous les anéantir…
Publié le : mercredi 26 mars 2014
Lecture(s) : 1
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782012047075
Nombre de pages : 112
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
couverture
pagetitre
image
image

Les eaux sombres du port de plaisance clapotaient autour des yachts bercés par le va-et-vient des vagues. Les mâts s’entrechoquaient dans un bruit métallique. Álex arpentait le quai en regardant où il posait le pied pour ne pas glisser sur les pavés humides. Il en avait assez d’attendre. Ses doigts étaient rougis par le froid et ses jambes engourdies.

Les derniers reflets rosés du soleil se mêlaient dans l’eau aux lumières blanches des réverbères, et Jana n’était toujours pas là. Il commençait à se demander s’il s’était trompé d’heure ou si elle avait mal compris, quand il distingua une silhouette avançant à pas rapides sur la promenade déserte. La forme paraissait minuscule sous les palmiers… C’est seulement quand elle fut assez près qu’Álex comprit qu’il s’agissait de David et non de Jana.

Il répondit au salut du jeune garçon par un soupir frustré.

Quand David le rejoignit, Álex constata qu’il n’avait pas l’air content non plus. Ils se mirent à marcher côte à côte en silence en direction du passage souterrain qui reliait la promenade au centre-ville. Ils traversaient le tunnel malodorant quand David se décida enfin à ouvrir la bouche :

— C’est n’importe quoi. Tu es encore plus fou que ma sœur… Tu crois vraiment qu’Óber va t’aider ? On voit bien que tu ne le connais pas !

Ils gravirent les marches qui rejoignaient la surface. Sans s’arrêter, Álex jeta un regard en coin à son compagnon.

— C’est ta faute. Si tu ne m’avais pas fait ce maudit tatouage, je ne devrais pas demander de faveur à Óber. Je ne comprends pas ce que tu viens faire là-dedans, d’ailleurs. Même Jana ne devrait pas être mêlée à cette histoire. D’abord, comment en a-t-elle entendu parler ? Par Erik ?

David accéléra le pas et éclata d’un rire qui résonna comme un croassement.

— Tu es bête. C’est Óber. Tu lui as offert l’occasion sur un plateau. Il attendait depuis des années l’opportunité de remettre en question notre autorité sur le clan agmar.

David parlait d’un ton brusque révélant son irritation. Álex ajusta son rythme à celui du jeune garçon et observa ses lèvres serrées, son regard glacé.

— J’ai juste demandé à Erik de rencontrer son père pour qu’il m’enlève un tatouage.

David s’arrêta net.

— Un tatouage que j’ai réalisé… et qui t’empêche de toucher ma sœur. C’est de la magie de haut niveau, qui ne peut s’appliquer à des humains que pour des raisons impérieuses. Nous avons enfreint les règles du clan. Grâce à toi, Óber tient l’excuse parfaite pour nous punir.

Álex tenta de mettre de l’ordre dans ses idées.

— Jana doit être furieuse.

David grommela une phrase incompréhensible.

— C’est pour cela qu’elle n’est pas venue elle-même ?

— Non. Le protocole l’oblige à se présenter au quartier général d’Óber en présence du régent du clan, qui dirige provisoirement les agmars jusqu’à ce que ma sœur ait dix-huit ans. Il s’appelle Pértinax, c’est un vieux type à moitié dingue… Derrière cette façade étrange, c’est un manipulateur. Il s’est empressé de répondre présent à l’appel d’Óber… avec ses filles complètement dégénérées !

Álex paraissait confus.

— Tout cela par ma faute ?

— Bah, ça devait arriver un jour ou l’autre. Tu as juste servi de prétexte. Je ne sais pas ce qu’Erik a raconté à Óber, mais il sait que Jana tient à toi et il voudra sûrement se servir de cette information pour exercer un chantage.

— Qu’est-ce qu’Óber a contre elle ? Elle est bien trop jeune pour lui faire de l’ombre…

— C’est la faute de ma mère. Elle aurait dû laisser un testament spirituel, qui aurait précisé nos rôles. Elle ne s’attendait pas à mourir si jeune.

Comme Álex ne semblait pas comprendre, David poursuivit :

— Beaucoup de médous remettent en question l’autorité de ma sœur. Jusqu’à présent, elle n’a pas manifesté les capacités magiques extraordinaires que l’on attend d’une sorcière agmar. Óber est le plus sceptique de tous. Il est convaincu que ma mère n’avait pas l’intention de la nommer pour lui succéder. Pértinax prétend que ma mère voulait léguer le pouvoir à ses trois filles.

— À toutes ses filles ? demanda Álex, de plus en plus perplexe.

— Quand tu les verras, tu comprendras. Ah, nous voici déjà au Triangle d’Or. Je déteste cette partie de la ville, pas toi ? Tout cet étalage de luxe me donne la nausée.

Pour une fois, Álex était d’accord avec David. Le centre financier, ses gratte-ciel de verre et ses trottoirs proprets agrémentés de jardinières de fleurs lui avaient toujours donné l’impression d’être un décor où les spéculations boursières, les transactions et le commerce étaient aussi fictifs que dans une pièce de théâtre.

— Óber va nous recevoir ici ?

— Pas exactement. Seul un membre de rang élevé du clan des drakouls peut nous ouvrir la porte de la Forteresse. Nous avons rendez-vous avec Erik dans une de nos cryptes neutres. Ce sont des lieux où aucun clan n’a davantage de pouvoir qu’un autre. De là, il nous guidera.

Álex regarda avec étonnement l’avenue flanquée de bâtiments sans intérêt, où passaient des hommes d’affaires pressés, les yeux rivés au sol. Il avait du mal à imaginer qu’une crypte magique puisse être établie dans ce quartier.

— On peut encore tout arrêter. J’annoncerai à Erik que j’ai changé d’avis pour le tatouage. Je ne veux pas mettre Jana en danger.

David eut un ricanement moqueur.

— Il est trop tard, tous les clans ont été convoqués. Óber ne fait jamais les choses à moitié. C’est un piège, et nous ne pouvons plus y échapper.

— Et si Jana ne se présente pas ? Elle sera punie ?

David jeta un regard courroucé et incrédule à Álex.

— Tu crois que Jana ferait ça ? Son absence serait l’aveu qu’elle craint de ne pas être à la hauteur. Les filles de Pértinax n’attendent que ça. Jana est plus puissante qu’ils ne l’imaginent. Il est temps qu’elle le prouve.

Ils avancèrent en silence entre les hautes tours à revêtement de miroirs et les boutiques de luxe. Ils atteignirent une petite place en marbre bordée de bacs plantés de cyprès. David se glissa entre deux bâtiments, dans une sorte de ruelle en cul-de-sac. Chaque côté était occupé par une demi-douzaine de constructions basses en acier et en brique.

David s’arrêta devant une porte noire.

— Le numéro douze est l’entrée de la crypte. Tu es prêt pour une démonstration de magie ?

Il tendit la main et une lueur noire s’échappa de ses doigts pour se projeter sur la surface lisse du battant, créant un tracé géométrique complexe composé d’ombres bleutées. Le dessin rappela à Álex certaines créations qu’il avait vues dans l’atelier de David.

— Le passage est ouvert. Honneur aux invités.

Álex toucha la porte et fut envahi d’une sensation étrange, comme si le temps s’arrêtait et que la ville se replie sur elle-même, perdant ses trois dimensions. Álex se retrouva soudain dans un hall d’entrée futuriste. Des lumières rouges illuminaient les murs et le sol dallé. Sur la droite, derrière un comptoir en bois, on apercevait une barre métallique de laquelle pendaient des dizaines de cintres. On aurait dit le vestiaire d’un night-club. Avant qu’Álex ait l’occasion de noter d’autres détails, David apparut. Il n’était pas passé par l’entrée, il s’était simplement matérialisé. Álex le regarda, bouche bée.

— Comment as-tu fait ?

— Laisse tomber, il vaut mieux que tu te concentres sur le reste. Quand nous entrerons là-dedans, tu vas voir beaucoup de choses étranges, qui te donneront la chair de poule. Si tu veux un conseil, ne manifeste aucune curiosité et ne pose pas de questions. En agissant comme si tout te paraissait normal, tu passeras peut-être inaperçu. Et crois-moi, quand un humain se retrouve dans un repaire médou, il a intérêt à ne pas se faire remarquer.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Journal d'un vampire 5

de hachette-black-moon

Journal de Stefan 1

de hachette-black-moon

suivant