Gros-Pataud le loup et son ami Bobby le chien

De
Publié par

Un loup, un chien, une fée.


C'est l'histoire de Bobby, un petit chien, qui se lie d'amitié avec tous les animaux de la forêt afin de retrouver son maître Nicolas, qui s'est perdu. Bobby ne peut s'en sortir sans l'aide de son ami le loup, Gros-Pataud et d'une fée. Ensemble, ils doivent éviter certains obstacles : Bec-Crochu, un aigle géant qui sème la terreur et deux braconniers. Le petit chien peut compter sur ses amis qui tendent tous la patte afin de l'aider à retrouver son maître.


Publié le : jeudi 4 février 2016
Lecture(s) : 0
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782334033114
Nombre de pages : 38
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-334-03309-1

 

© Edilivre, 2016

Gros-Pataud le loup et son ami Bobby le chien

 

 

Aujourd’hui, c’est le premier jour de vacances pour Chloé et son frère Arthur, deux petits enfants de six et sept ans ; leur papa les conduit chez leurs grands-parents. À peine descendus de la voiture, les deux enfants courent vers l’entrée de la maison et embrassent mamie prête à les accueillir sur le seuil de la porte. Ils ne tardent pas à rejoindre leur papy qui pêche au bord d’un grand étang à quelques centaines de mètres de là.

– Papy, raconte-nous une histoire comme tu sais si bien nous les conter, s’écrie Chloé.

Tenant sa canne à pêche d’une main, le vieil homme la tourne vers la berge et la pose sur l’herbe.

– Asseyez-vous près de moi les enfants. Je vais vous raconter la légende de Bobby, perdu dans une immense forêt où tous les animaux se sont donné la patte pour sauver ce petit chien.

Ils se rapprochent le plus près possible de lui, l’embrassent et l’écoutent attentivement.

 

 

« Il était une fois un petit chien de race bichon qui avait pour maître Nicolas, un enfant de huit ans.

Tous deux se promenaient en lisière de forêt quand tout à coup un orage éclata. Ils s’empressaient de trouver un abri et couraient vers le bois quand, soudain, un loup apparut devant eux. Bobby aboya de toutes ses forces pour faire fuir l’animal mais, de ses grandes griffes, un aigle géant qui descendu de la montagne l’agrippa et s’envola. Courant à en perdre haleine vers ce gros oiseau qui prenait de plus en plus de hauteur, Nicolas heurta une branche, tomba et perdit conscience. C’est alors que le loup poussa un gros hurlement qui alerta tous ses congénères des environs s’envoyant le message les uns après les autres le plus loin possible. L’un d’entre eux au pelage tout noir, (il s’appelait Gros-Pataud) fièrement campé sur une falaise, aperçut l’aigle qui volait droit vers lui. Il s’aplatit derrière un buisson, attendit que l’énorme oiseau soit assez bas, puis lui sauta dessus et ainsi libéra Bobby ; le rapace reprit son envol. Bobby, sonné, ne se releva pas tout de suite, alors Gros-Pataud lui lécha les quelques plaies superficielles, marques des griffes de son prédateur, et se réveilla. Il fit un grand bond en arrière quand il vit devant lui ce grand animal qui venait de lui sauver la vie :

– N’aie pas peur ! grogna-t-il d’une voix rauque.

Pendant ce temps, en bas, de ses dents pointues, le loup avait happé Nicolas délicatement par son fond de pantalon et partit.

– Où suis-je ? demanda Bobby.

– Tu es tout en haut de la montagne.

– Il faut que je retrouve mon maître, il doit s’inquiéter.

– Qui est ton maître ?

– Il s’appelle Nicolas, c’est un enfant.

– Nous allons le retrouver, la forêt est pleine d’imprévus et on s’y perd facilement. Il faut se méfier des pièges que les hommes posent dans tous les coins. Sans mon aide, tu ne pourras pas y arriver.

Alors, ils commencèrent à marcher dans cette immense forêt. Le jour avait laissé place à la nuit et au calme : l’orage avait disparu.

Sous un bloc de rocher lui servant d’abri, Nicolas se réveilla, voulant fuir le loup qui lui tournait le dos, assis, les yeux fixés sur la colline. Tout accroupi, il venait de faire à peine deux mètres qu’il se retrouva face à une louve installée juste sur le côté du refuge. Surpris, il ne bougeait pas quand il vit trois louveteaux derrière leur mère : il en fut tout émerveillé. Les petits s’approchèrent de lui, faisant des galipettes ; ils étaient si jolis qu’on aurait dit des peluches. Nicolas se prit à leurs jeux, puis soudain il se releva et d’un air désespéré appela le plus fort possible son meilleur ami, Bobby.

– Je dois retrouver mon chien, murmura-t-il.

Alors Père-Loup poussa encore un grand hurlement et, après avoir reçu une réponse à son appel, il dit à Mère-Loup.

– Son chien est bien en vie.

– Mais comment le lui dire ? Cet enfant ne nous comprend pas. Nous ne communiquons pas de la même façon, nous n’avons pas le même langage.

– Si nous le laissons partir, il risque de ne pas s’en sortir vivant. C’est Gros-Pataud qui ramènera son ami : mieux vaut rester ici à veiller...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant