Journal d'une Princesse - Tome 4 - Paillettes et courbette

De
Publié par

En visite officielle à Genovia, Mia apprend son futur métier de princesse héritière : discours, inaugurations, dîners mondains… À sa façon, bien sûr ! Mais plus important que tout, elle sait enfin que Michael, son grand amour secret, l'aime aussi. Pourtant il y a un problème : comment faire, à 14 ans et 8 mois, pour être sûre qu'un garçon restera amoureux de vous toute la vie ?
Publié le : mercredi 9 octobre 2013
Lecture(s) : 3
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782012043572
Nombre de pages : 288
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Couverture : © Ray Shappell
L’édition originale de cet ouvrage
a paru en langue anglaise chez Harper Collins Children’s Books USA
sous le titre :
The Princess diaries, volume IV : PRINCESS IN WAITING
© Meg Cabot, 2003.
© Hachette Livre, 2003 pour la traduction française.
43, quai de Grenelle, 75015 Paris.
ISBN : 978-2-012-04357-2
Traduit de l’anglais (États-Unis)
par Josette Chicheportiche
Si j’étais une princesse, mais une vraie princesse, murmura-t-elle, je pourrais répandre des largesses sur tout le monde. Mais si je fais semblant d’être princesse, je peux trouver des petits plaisirs à faire aux gens. Je ferai semblant de faire des choses qui plaisent aux gens, c’est la même chose que répandre des largesses.
Petite Princesse,
Frances Hodgson Burnett.
Jeudi 1er janvier, minuit
Dans mes appartements privés du palais de Genovia
Mes RÉSOLUTIONS POUR LA NOUVELLE ANNÉE
PAR LA PRINCESSE
AMELIA MIGNONETTE THERMOPOLIS RENALDO
ÂGÉE DE 14 ANS ET 8 MOIS
1. Cesser de me ronger les ongles, même les faux.
2. Cesser de mentir. De toute façon, à quoi bon ? puisque chaque fois que je raconte des craques, Grand-Mère le voit à cause de mes narines qui palpitent.
3. Suivre à la lettre les discours qu’on m’a écrits pour mes allocutions télévisées.
4. Ne plus dire de gros mots en français devant les dames d’honneur.
5. Demander à François, mon garde du corps ici à Genovia, de ne plus m’en apprendre (de gros mots).
6. Présenter mes excuses à l’Association des producteurs d’huile olive de Genovia pour mon stupide jeu de mots.
7. Présenter mes excuses au chef pour avoir donné ma tranche de foie gras au chien de Grand-Mère (pourtant, je l’ai dit, aux cuisines, que je ne mangeais pas de viande).
8. Cesser de faire la morale au service de presse du palais sur les dangers du tabac. S’ils veulent mourir du cancer, ça les regarde.
9. M’autoréaliser.
10. Arrêter de penser autant à Michael Moscovitz.
Une minute. Pourquoi je ne penserais pas à Michael Moscovitz, puisque C’EST MON PETIT AMI, MAINTENANT !!!!!!!
MT + MM = AMOUR POUR TOUJOURS
Vendredi 2 janvier, 2 heures de l’après-midi Au Parlement de Genovia
Quand je pense que je suis censée être en vacances ! Je ne plaisante pas. En vacances pour les fêtes de Noël. Je devrais donc m’amuser en ce moment, me recharger mentalement avant le prochain trimestre, qui risque de ne pas être de tout repos puisqu’il sera déterminant pour le passage en première. Avant mon départ, tout le monde me disait : « Tu en as de la chance ! Tu vas passer Noël dans un vrai palais avec des serviteurs qui seront aux petits soins pour toi. »
Je peux vous dire que ça n’a rien d’agréable de vivre dans un palais. Vous voulez savoir pourquoi ? Parce que tout, dans un palais, est vieux. Je ne suis pas en train de raconter que le palais de Genovia a été construit au IV
e siècle après Jésus-Christ, quand mon ancêtre, la princesse Rosagunde, est montée sur le trône. Mais il doit bien dater de 1600, et en 1600, on ne connaissait :
   1. ni le câble ;
   2. ni l’ADSL1 ;
   3. ni le tout-à-l’égout.
Il y a bien une antenne parabolique, mais comme c’est le palais de mon père, les seules chaînes programmées sont CNN, CNN Financial News et une chaîne qui ne diffuse que du golf. Et MTV2, alors ? Et Ciné-Romance ?
Cela dit, je ne vois pas très bien à quoi ça me servirait puisque je n’ai pas une minute à moi. Quand estce que je pourrais m’asseoir devant le poste, attraper la télécommande et regarder un bon film romantique, hein ?
Quant aux toilettes, ça se voit qu’en 1600 le tout-à-l’égout n’existait pas. Parce que quatre cents ans après, si on utilise un peu trop de papier et qu’on tire ensuite la chasse d’eau, on provoque un mini raz de marée dans la cuvette des W.-C.
Dire que tous mes amis sont en train de skier à Aspen2 ou de bronzer à Miami !
Et moi, qu’est-ce que je fais pendant mes vacances ?
Grâce à l’agenda que Grand-Mère m’a offert à Noël (vous en connaissez beaucoup, vous, des filles qui aimeraient recevoir un agenda à Noël ?), je vais pouvoir reprendre dans mon journal les moments les plus marquants de mon séjour ici.
D’APRÈS L’AGENDA ROYAL
DE LA PRINCESSE
AMELIA MIGNONETTE THERMOPOLIS RENALDO
Dimanche 21 décembre
Arrivée à Genovia. À cause de tous les bretzels que j’ai mangés pendant le voyage (presque un paquet entier de deux kilos), j’ai failli vomir devant le comité d’accueil qui m’attendait à la descente de l’avion.
Cela fait un jour que je n’ai pas vu Michael. J’ai essayé de l’appeler chez ses grands-parents, à Boca Raton, où les Moscovitz passent les vacances de Noël, mais personne n’a répondu. Ce doit être à cause du décalage horaire. Il y a six heures de différence entre Genovia et la Floride.
Lundi 22 décembre
Alors que je visitais le croiseur Prince Philippe, j’ai trébuché sur l’ancre et j’ai fait tomber l’amiral Pépin dans le port de Genovia. Il en est heureusement sorti indemne, bien qu’on ait dû le repêcher avec un harpon.
J’aimerais bien savoir pourquoi je suis la seule dans ce pays à penser que la pollution est un sujet grave. Si les touristes qui arrivent à Genovia par la mer ont l’intention de mettre à quai leurs yachts, ils pourraient faire attention à ce qu’ils jettent par-dessus bord. On voit continuellement des marsouins le museau coincé dans les emballages en plastique des packs de bière. Résultat, comme ils ne peuvent plus ouvrir la gueule, ils finissent par mourir de faim. À défaut d’éviter de jeter ces emballages à la mer, il suffirait de donner quelques coups de ciseaux dans le plastique avant de le jeter pour que ça n’arrive pas.
Bien sûr, d’autres choses néfastes arriveraient... le véritable problème, c’est qu’on n’est pas censé au départ se servir de la mer comme d’un dépotoir.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Annabelle

de guy-saint-jean-editeur

L'envolée

de editions-du-pantheon

Annabelle

de guy-saint-jean-editeur

suivant