Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 6,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Publications similaires

Horrorland, Tome 8

de bayard-jeunesse45720

Le cirque infernal

de city-edition

Vous aimerez aussi

Surprises sous-marines

de les-presses-litteraires

Les contes de Paris

de les-presses-litteraires

Transes digitales

de les-presses-litteraires

suivant
Dans une galaxie lointaine… un engin spatial, très spécial, sillonnait l’espace à la conquête de nouvelles étoiles filantes.
5
6
Après trois Juloloopings et quelques vrilles en mode hyperespace, le vaisseau fila, pleins gaz entre les météorites. Après avoir dépassé les astéroïdes, avec ses puissants turbomoteurs, il se posa sur l’un des immenses cratères d’un astre désertique et sablonneux.
Cette planète était riche en poussières d’étoiles, la seule matière Julextralunaire qui permet aux réacteurs de l’engin de vrombir toutes flammes dehors.
Le commandant de ce bizarre vaisseau spatial s’appelait Jules.
7
8
A la recherche de sa constellation perdue Julérian, Jules était devenu un astronaute virtuose. A bord de son engin cosmique, le Jultor, il voyageait d’une galaxie à l’autre.
Jules comprenait de nombreux dialectes interplanétaires. Il parlait aussi bien le Zigzagien, le Polichinion que le Rototofilian.
9
10
Sans nouvelles de Julérian depuis plus de dix années, il tentait de découvrir dans l’espace son Julterridéal.
Pour Jules, son Julterridéal serait un lieu merveilleux où il pourrait tout simplement vivre en paix.
Pour seul compagnon d’aventure, il avait son assistant : Julion, son fidèle ami rampant.
Jules aimait la Jultamine, épice très forte dont il se nourrissait exclusivement et la Julactée, boisson essentielle à la survie des deux compères.
Dans ses périples intergalactiques, Jules rencontrait des planètes inimaginables et leurs habitants tout aussi extraordinaires.
11
12
La première planète qu’il découvrit fut la planète Touteverte : quelle aubaine pour notre astronaute ! Julactée à volonté . Cette planète n’avait pour seul relief que sept immenses arbres. De leurs feuillages verdoyants et respirants, jusqu’à leurs racines mobiles, les interminables troncs étaient entourés d’un parterre de fleurs aux mille couleurs et aux parfums enchanteurs.