//img.uscri.be/pth/8f850b84d21459aafeb8f6cc9a18b80993f3a109
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L’insouciance du danger

De
202 pages
Anna Whitt, qui est la fille d’un ange gardien et d’un ange déchu, s’était promis qu’elle n’accomplirait jamais le travail de son père: polluer des âmes. Mais elle avait été bien naïve d’affirmer une telle chose. En fait, il y avait bien des choses au sujet desquelles elle avait été naïve. Hantée par des démons chuchoteurs, Anna fait tout ce qu’elle peut pour survivre, même si cela signifie embrasser le côté obscur de sa personnalité et mériter la réputation non désirée de fêtards du lycée. Et, en même temps, il y a Kaidan Rowe, le fils du duc du désir, qui tiraille son coeur et son âme. Quand un message perdu et inespéré des anges fait surface, Anna se retrouve à parcourir la planète en compagnie de Kopano, le fils du duc de la colère, afin d’obtenir le soutien des autres Nephilim et de leur donner de l’espoir pour la première fois. Mais il devient très rapidement clair que, quelles que soient les libertés qu’Anna et les autres Neph espèrent gagner, elles ne seront pas acquises sans combattre. En attendant, Anna et Kaidan doivent mettre de côté leurs différends, surmonter la plus torride des tentations jamais expérimentées et faire face à cette ultime question: l’amour pour quelqu’un vaut-il la peine de risquer sa propre vie?
Voir plus Voir moins
Éloges pourLabeauté du mal
4 Bien écrit et irrésistible. Les amateurs d’histoires d’amour paranormales feront la Dueue pour le lire. […] Et ce roman donnera envie aux lecteurs de découvrir le reste de la trilogie. » — VOYA
4 En voilà de l’action et de l’intensité sexuelle ! Les adeptes de littérature de ce genre se prendront sûrement d’affection pour la sérieuse Anna et Kaidan, son mauvais garçon. » — School Library Journal
Copyright © 2013 Wendy Higgins Titre original anglais : Sweet Peril Copyright © 2014 Éditions AdA Inc. pour la traduction française Cette publication est publiée en accord avec HarperCollins Children’s Books, une division de HarperCollins Publishers, New York, NY Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire. Éditeur : François Doucet Traduction : Sébastien Arviset et Sophie Beaume Révision linguistique : Féminin pluriel Correction d’épreuves : Nancy Coulombe, Carine Paradis Conception de la couverture : Matthieu Fortin Photo de la couverture : © 2013 Howard Huang Photo de la couverture : © Thinkstock Mise en pages : Sébastien Michaud ISBN papier 978-2-89752-213-1 ISBN PDF numérique 978-2-89752-214-8 ISBN ePub 978-2-89752-215-5 Première impression : 2014 Dépôt légal : 2014 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque Nationale du Canada Éditions AdA Inc. 1385, boul. Lionel-Boulet Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7 Téléphone : 450-929-0296 Télécopieur : 450-929-0220 www.ada-inc.com info@ada-inc.com Diffusion Canada : Éditions AdA Inc. France : D.G. Diffusion Z.I. des Bogues 31750 Escalquens — France Téléphone : 05.61.00.09.99 Suisse : Transat — 23.42.77.40 Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99 Imprimé au Canada
Participation de la SODEC. Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition. Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC. Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada Higgins, Wendy
[Sweet Peril. Français] L’insouciance du danger (Série Clair-obscur ; 2) Traduction de : Sweet Peril. Pour les jeunes de 13 ans et plus. ISBN 978-2-89752-213-1 I. Beaume, Sophie, 1968- . II. Titre. III. Titre : Sweet Peril. Français. PZ23.H53In 2014 j813’.6 C2014-941642-3
Conversion au format ePub par:
www.laburbain.com
ÀNathan Hi66ins, dont la vie nous donne un aperçu de ce qu’est la persévérance, le dur labeur et la loyauté.
COULEURS
Rose
Rouge
Jaune
Orange
Vert pâle
Vert foncé
Lavande
Violet foncé
Bleu pâle
Bleu foncé
Gris/Prun
SIGNIFICATION
L’amour
Le désir
La joie
L’excitation
La gratitude
L’envie/la jalousie
Le sentiment de paix intérieure
L’orgueil
L’espoir/le soulagement
La tristesse/la douleur morale
La négativité
LES AURAS
NUANCES
Un rose plus clair représente l’aisance dans un amour familial, tandis qu’un rose plus foncé ou un rose vif représente l’amour-passion.
Un jaune pâle comme le Peurre représente la satisfaction, tandis qu’un jaune plus vif représente la joie.
Les différents tons de gris sont fonction de l’intensité de l’émotion. Un gris clair et un peu flou représente des émotions quelque peu négatives telles que l’emParras et l’irritation. Un gris plus foncé et les divers tons de Prun représentent des émotions Peaucoup plus négatives telles que la honte, la culpaPilité, la peur et la colère. Le gris foncé (s’approchant du noir) représente des émotions qui somPrent encore plus profondément dans la négativité, telles la fureur et la dépression.
PROLOGUE * * * SOMMETDURGENCE, ROME, ITALIE, 1748
À  l’insu de la population romaine, 666 démons terrestres étaient en train d’utiliser le tristement célèbre Colisée. Douze des anges déchus, les ducs, étaient présents sous forme humaine, tandis que les autres, sous forme d’esprit, les survolaient, faisant écran à la lumière céleste en ce ciel nocturne. Rahab, le duc de l’orgueil, prit place au centre, grisé par l’attention que sa présence provoquait. Il jeta un regard véhément sur les milliers de descendants des ducs, la race des Nephilim, qui avaient été convoqués à cette réunion depuis les quatre coins de la terre. — Il est temps d’ouvrir officiellement ce sommet, ordonna Rahab. Une respectueuse combinaison de sifflements et de psalmodies remplit le Colisée : la macabre mélodie produite par les ducs et les esprits au-dessus de leurs têtes tandis qu’ils remuaient leurs ailes massives tous en même temps. Un frisson parcourut l’assemblée toujours en attente au moment où Rahab se prépara à leur révéler l’objet de la réunion. — Nous avons appris que deux d’entre vous, Nephilim, ne considèrent plus nécessaire de se concentrer sur la tâche pour laquelle vous avez été engendrés. Personne ne fit un geste. Rahab tourna son regard en direction d’une adoles-cente parmi la foule qui tressaillit comme si elle avait été piquée par son regard cruel. Elle détourna ses yeux en amande, et une mèche foncée se détacha de ses cheveux coiffés vers le haut, tandis qu’elle reculait. — Viens par ici, fille d’Alocer. À ces mots de Rahab, la fille se mit à trembler violemment. — Fémi ? Le duc Alocer avança, le front plissé de mécontentement, tandis qu’il cherchait sa fille. — Père… Fémi avait parlé si bas que l’ouïe humaine normale n’aurait rien pu entendre, mais ce soir-là, tous les êtres présents au Colisée l’entendirent. — Approche-toi, lui dit son père. Qu’as-tu donc fait ? Fémi s’approcha lentement de lui, toute drapée de soie égyptienne. — Père, ayez pitié de moi, je vous en supplie. Je porte votre descendant. Alocer marqua une pause, et son front se déplissa. — Est-ce tout ? lui demanda-t-il. Tu sais que ne survivras pas à ton accouchement. Elle baissa les yeux et hocha la tête. Alocer se tourna vers Rahab. — Tout cela est des plus communs, Rahab, dit-il sans chercher à cacher son irritation. Une grossesse n’est vraiment pas une raison valable pour la convocation d’un sommet d’urgence. Cette fille est une bonne travailleuse. — Mais oui… Rahab dirigea son mépris en direction de la fille d’Alocer et prononça ces mots : — Je suis convaincu que cette grossesse est le fruit de tondur labeur. Sans aucun doute, cet enfant a été conçu tandis que tu étais en train de pousser un humain à pécher… N’est-ce pas,
ma fille ? Consciente de sa situation, Fémi afficha une expression horrifiée, tandis qu’elle cherchait un appui dans la foule, mais y rencontra seulement des regards vides et hostiles. Elle s’effondra aux pieds de son père en sanglots, puis embrassa ses orteils et ses chevilles. Alocer regardait par terre, dépassé par la situation. — Avec qui as-tu été ? lui demanda-t-il. Elle remua la tête, se traînant à ses pieds. Rahab se pencha et saisit la chevelure de Fémi pour la forcer à lever la tête. — Réponds à ton père. Dis-lui ! Fémi se mit seulement à pleurer plus fort et à hurler, tandis que les doigts de Rahab la tiraient plus vigoureusement. — C’est la peur qui la fait taire, et cela est juste, car le père n’est pas humain. Il est l’un d’eux l’un de sa propre race. Un hoquet collectif s’éleva de la foule, suivi de chuchotements frénétiques, puis de nouveau, le silence. Les yeux du duc Alocer se rétrécirent pendant qu’ils se posaient alternativement sur Fémi et Rahab. — C’est la vérité. Un peu de bave blanche s’était rassemblée à la commissure des lèvres de Rahab. — C’est un de mes propres Légionnaires qui a commencé à avoir des soupçons, et c’est un des Neph même qui a confirmé le tout. — De qui s’agit-il ? demanda le duc Sonellion, ses yeux cristallins pleins de haine froide. Qui devons-nous punir ? Rahab souleva un sourcil, pour faire croître l’impatience. — Yoshiro, fils de Jézebet. — Ce n’est pas possible ! Les yeux du duc Jézebet étaient d’un rouge brillant, tandis qu’il s’avançait pour affronter Rahab. Il était le plus petit des ducs, mais son agilité et son regard perçant le rendaient imposant. — Où est le Neph qui a fait cette allégation ? — J’ai le regret de vous dire qu’elle s’est ôté la vie après nous avoir révélé cette monstrueuse vérité, le renseigna Rahab en portant une main à son cœur. — Yoshiro a servi notre cause avec loyauté ! hurla Jézebet, sans prêter attention au cabotinage de Rahab. — C’est ce que nous allons voir, dit Rahab. Approche-toi, Yoshiro. La foule s’écarta.Tous se tournèrent vers Yoshiro, qui s’avançait, plus grand que son père, armé d’une fine épée. — Reste où tu es, le prévint Rahab. Dépose ton arme, ou elle te sera retirée. — Idiot ! le réprimanda Jézebet. Es-tu donc dépourvu de toute raison ? Tu dois travailler contre l’humanité, et non perdre ton temps avec l’une de tes sœurs Nephilim ! Yoshiro regarda Fémi, toujours en pleurs, aux pieds de son père. Puis, il posa son épée. — Tout est ma faute, dit Yoshiro aux ducs. Ne perdez pas votre temps avec Fémi. — Comme c’est charmant ! La voix de Rahab était doucement moqueuse. — Mais dois-je souligner ce qui est évident ? Vous avez tous deux renoncé à sa vie au moment où elle est tombée enceinte. Quel dommage ! Rahab marcha de long en large un instant, regardant au loin avec un sourire sombre.