//img.uscri.be/pth/a8fb6e4164afc9b32ec85da234a3f84e675ec991
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La cité de la peur

De
164 pages
C’est le printemps de 1892, et Londres est gouverné par la peur. Les brutes de la légion ont capturé la reine et emmuré la ville, ayant ainsi introduit le règne de la terreur. Seuls les sentinelles, une bande hétéroclite de rebelles dirigée par Ben Kingdom, peuvent les arrêter.Mais un ennemi diabolique manigance en secret pour libérer les mortelles créatures de l’enfer, auxquelles personne ne peut échapper. Alors que Ben se prépare à la bataille fnale, une seule question subsiste : les sentinelles en sortiront-elles victorieuses ou s’agira-t-il du dernier combat de Ben?
Voir plus Voir moins
Ce livre est une œuvre de fiction. Les personnages, incidents et dialogues sont le produit de l’imagination de l’auteur et ne doivent pas être considérés comme véridiques. Toute ressemblance à des évènements réels ou à des personnes, décédées ou vivantes, n’est que pure coïncidence. Copyright © 2014 Andrew easley Titre original anglais : TheBattles of Ben Kingdom : The City of Fear opyright © 2016 Éditions AdA Inc. pourla traduction française Cette publication est publiée en accord avec Usborne Publishing Ltd. Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire. Éditeur : François Do cet Traduction : Sylvie Trudeau Révision linguistique : Isabelle Veillette Correction d’épre s : Nancy Coulombe, Katherine Lacombe Montage de la couverture : Matthieu Fortin s de la couverture et dansle livre : © 2014 David Wyatt Illustrationcarte : © 2014d la Ian McNee Mise en pages : Sébastien Michaud papier 978-2-89767-032-0 PDF numérique 978-2-89767-033-7 ISBNePub 978-2-89767-034-4 Première impression : 2016 Dépô légal : 2016 et Archives nationales du Québec BibliothèqueNationale du Canada Éditions AdA Inc. 1385, boul. Lionel-Boulet Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7 phone : 450-929-0296 Télécopieur : 450-929-0220 www.ada-inc.com info@ada-inc.com Imprimé au Canada Participation de la SODEC. Nous reconnaissons l’aide fi ancière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pournos activités d’édition. Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC. Catalogage avant publicatio de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada Beasley, Andrew [Battles of Ben Kingdom. Français] Les combats de Ben Kingdom Traduction de : The battles of Ben Kingdom. Sommaire : 3. La cité de la peur. Pour les jeunes de 13 ans et plus. ISBN 978-2-89767-032-0 (vol. 3) I. Trudeau, Sylvie, 1955- . II. Beasley, Andrew. City of fear. Français. III. Titre. IV. Titre : Battles of Ben Kingdom. Français. V. Titre : La cité de la peur. PZ23.B39887Co 2015 j823’.92 C2014-942485-X
Diffusion Canada : Éditions AdA Inc. France : D.G. Diffusion Z.I. des Bogues 31750 Escalquens — France Téléphone : 05.61.00.09.99 Suisse : Transat — 23.42.77.40 Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99
Conversion au format ePub par:
www.laburbain.com
Pour Ben et Lucy (les véritables) Être votre père est la meilleure chose qui me soit arrivée. Ce livre vous est dédié.
PROLOGUE
L e mur. Deux mots courts et durs qui en étaient venus à signifier la vie ou la mort pour les gens de Londres. Selon de quel côté dudit mur ils se trouvaient. Le capitaine Mickelwhite dirigeait sa brigade de la Légion le long des remparts, heureux de sentir son épée frapper contre sa jambe. Au-dessus de leurs têtes, des nuages d’orages se formaient, et les corbeaux croassaient en luttant contre le vent. Les premières gouttes de pluie atteignirent Mickelwhite comme des pierres, froides et lourdes ; mais il ne s’en souciait pas. Il sentait que rien ne pourrait l’arrêter. La Légion avait construit le mur en six semaines seulement. Six semaines de dur labeur. Et de sang. Et de guerre dans les rues de la ville. Mickelwhite sourit, éclair rouge sur le blanc fantomatique de sa peau ; jamais de toute sa vie il n’avait eu autant de plaisir. Bien peu de Londoniens avaient su ce qui allait leur tomber dessus. Ils avaient été trop occupés ou trop stupides pour voir les signes qu’une guerre se fomentait autour d’eux depuis des siècles ; une guerre secrète et silencieuse. Dans un camp se trouvaient Ben Kingdom et les Sentinelles, espions et guerriers vivant sur les toits ; et dans l’autre, il y avait ceux de la Légion, tapis dans leur labyrinthe de tunnels sous la ville. C’était le combat le plus ancien de la Terre, le combat éternel entre la lumière et la noirceur. Et c’était la noirceur qui était en train de l’emporter. Dans très peu de temps, les Sentinelles n’existeraient plus. — Faites vite, les gars, dit Mickelwhite à sa troupe d’enfants-soldats. Vous savez qu’il ne faut pas faire attendre M. Sweet. La brigade existait depuis fort longtemps : ses membres avaient tout d’abord partagé une sordide caserne dans les Tréfonds, le repaire souterrain de la Légion, puis ils avaient dirigé les équipes de travail qui avaient construit le mur. Ils étaient tous jeunes, Mickelwhite aussi, mais ils avaient grandi avant le temps. Il y avait John Bedlam, un jeune homme court et costaud, né et élevé à Devil’s Acre. Se battre lui était tout aussi naturel que respirer. Outre Bedlam, il y avait Jimmy Dips, un voleur à la tire au visage de rat ; puis venait Hans Schulman, un jeune Allemand aux poings de la taille de jarrets de porc, mais un peu maladroit. Et enfin, boitant derrière les autres, Munro le bossu, qui traînait Buster, son bulldog galeux à trois pattes. — Regardez, déclara Mickelwhite en contemplant la ville déchirée et mise à sac sous eux. Le mur l’entourait, aussi inéluctable que le nœud coulant du bourreau, marquant les limites de la loi de la Légion, le territoire que M. Sweet s’était approprié. — C’est nous qui avons fait ça. — Ça te rend fier, n’est-ce pas ? affirma Bedlam. Le mur était loin d’être une œuvre d’art. Des habitations avaient été démolies pour en fournir les pierres. Des rues entières avaient été sacrifiées pour cette grande cause. Certains édifices avaient été incorporés au mur, leurs fenêtres briquetées et désormais aveugles au reste du monde, les pièces remplies de gravats, les toits renforcés de fil de fer barbelé. Des feuilles de métal déchirées, des clôtures arrachées aux jardins, du verre brisé, des pieux de bois aux pointes acérées couronnaient le mur comme un collier de mort. Tout ce qui pouvait servir à repousser une attaque avait trouvé place dans la monstrueuse structure.