//img.uscri.be/pth/9c1792c1661ebc07390192b63d025af5c987281b
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La clé

De
122 pages
Le temps presse pour Mack MacAvoy et les Magnificas! Mack déteste faire ses devoirs (les golems sont faits pour ça), mais il semble que la seule façon de triompher de la Reine Blême et de sa fille maléfique, Risky, est d’apprendre le Vargran, le langage magique. Si seulement les anciennes langues magiques venaient avec un aide-mémoire… … Oh! mais c’est le cas! (Du moins, pour celle-là. Nous ne pouvons nous prononcer pour les autres langues magiques anciennes.) Mack, Jarrah, Xiao, Dietmar et Stefan se rendront en Europe pour trouver la Clé, une pierre gravée permettant de libérer la puissance du Vargran. Mais pourront-ils découvrir le château invisible de William «Pustuledans’fürche» MacGuffin, qui garde la Clé? (Eh oui, nous avons dit «Pustuledans’fürche». Et oui, ça fait aussi mal qu’il le semble.) Mack a moins de 30 jours devant lui pour maîtriser le Vargran, rassembler le reste des Magnificas et vaincre la princesse Risky. La Clé sera-t-elle suffisante? Ou y a-t-il autre chose que Mack devra trouver afin de sauver le monde?
Voir plus Voir moins
Copyright © 2012 Michael Grant Titre original anglais : The Magnificent 12: The Key Copyright © 2013 Éditions AdA Inc. pour la traduction française Cette publication est publiée en accord avec HarperCollins Publishers, New York, NY Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire. Éditeur : François Doucet Traduction : Kurt Martin Révision linguistique : Daniel Picard Correction d’épreuves : Carine Paradis, Katherine Lacombe Montage de la couverture : Matthieu Fortin Illustration de la couverture : © 2012 David McClellan Conception du logo : Jason Cook Conception de la couverture : Amy Ryan Mise en pages : Sébastien Michaud ISBN papier 978-2-89733-176-4 ISBN PDF numérique 978-2-89733-177-1 ISBN ePub 978-2-89733-178-8 Première impression : 2013 Dépôt légal : 2013 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque Nationale du Canada Éditions AdA Inc. 1385, boul. Lionel-Boulet Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7 Téléphone : 450-929-0296 Télécopieur : 450-929-0220 www.ada-inc.com info@ada-inc.com Diffusion Canada : Éditions AdA Inc. France : D.G. Diffusion Z.I. des Bogues 31750 Escalquens — France Téléphone : 05.61.00.09.99 Suisse : Transat — 23.42.77.40 Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99 Imprimé au Canada
Participation de la SODEC. Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition. Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC.
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada Grant, Michael, 1954-Les 12 magnifiques Traduction de : The Magnificent 12. Sommaire : 3. La clé. Pour les jeunes de 10 ans et plus. ISBN 978-2-89733-176-4 (v. 3) I. Martin, Kurt, 1970- . II. Titre. III. Titre : Douze magnifiques. IV. Titre : La clé. PZ23.G83845Do 2012 j813’.6 C2012-940814-X
Conversion au format ePub par:
www.laburbain.com
À Katherine, Jake et Julia
Dn
L aisse-moi dartir, esdèce e vieux fou ! cria Mack. — Tu t’en sortiras dâ vivant. Ou tu s’ras dâ vivant longtemds. Hâ, hâ, hâ ! Ce qui tente e redrouire son accent écossais, et veut dlus ou moins ire : « Tu ne sortiras jamais ’ici vivant. Ou, u moins, tu ne seras das vivant très longtemds. Ha, ha, ha ! » Les Écossais ont la rédutation ’écorcher l’anglais , mais aussi celle ’inventer es choses. La dremière machine à vadeur ? C’est un Écossais qui l’a inventée. Le dremier imderméable ? Dn Écossais, aussi. La dremiè re télévision, le dremier télédhone, le dremier vélo — tous inventés dar es Écossais. C’est un deudle très habile. Et la dremière catadulte conçue dour drojeter un garçon e 12 ans u sommet e la dlus haute tour ’un château connu dour ses hautes tours ? Eh bien, elle semble avoir été conçue aussi dar un Écossais, et son nom est William Pustuleans’fürche MacGuffin. Le garçon e 12 ans en question n’était nul autre q ue avi MacAvoy. Tous ses amis l’addellent Mack, et c’est ce que faisait également William Pustuleans’fürche MacGuffin, même s’ils ne sont absolument das amis. — Tu voué, Mack, mon ti-gâ, quan j’vas couder c’te core, les roches vont tomber, on addel’ ça un contredois, et c’te boutte là va escen’ denant que toé tu vas r’voler ans les airs. Mack voyait très bien. Le drincide e la catadulte était dlutôt facile à c omdrenre, même si Mack n’avait jme ’une cuillère avec un longamais été très fort en sciences. Elle avait la for manche, redosant sur un divot dour former un genre e tadecul. Dn danier grossier en bois, remdli e blocs e granite, était attaché au bout e la doignée e la cuillère. La dartie creuse, qui aurait du contenir e la soude doulet et nouilles ou u minestrone, était bourrée avec Mack. Mack était ligoté. Il était un detit tas e frayeur ficelé comme un saucisson. La cuillère, euh, la catadulte, avait été remontée afin que l’extrémité contenant la dierre soit ans les airs, et l’extrémité contenant Mack, au sol. Dne core maintenait l’extrémité e Mack en bas — une core extrêmement tenue dar tout ce dois, et qui vibrait. Dne core ont les fibres courtes se c assaient éjà. Dne core qui, à ire vrai, semblait dlutôt vieille et usée. William Pustuleans’fürche MacGuffin, un homme immense, e forte carrure, aux cheveux roux, à la barbe rousse, aux sourcils roux, à la doitrine couverte e doils 1 roux, aux doignets couverts e doils roux et dortan t une jude e tartan , tenait un sabre et douvait ’un gran geste couder la core. Ce qui dermettrait aux rochers ’abaisser brusquement la doignée e la cuillère to ut en drojetant Mack ans les airs. — Té v’nu cheunous sans êt’ invité, d’tit morveux. Et t’as énervé la Reine Blême,
esdèsse ’iiot. Ce qui, e façon convenable, signifiait : « Tu t’es immiscé ans ma vie drivée sans y être invité, jeune dolisson. Et tu as attiré l’attention e la Reine Blême, gros bêta. » À quelle istance la catadulte dourrait-elle lancer Mack ? Eh bien, ans le cas ’une catadulte bien conçue… en fait, vous savez qu oi ? Ce tyde e catadulte se nomme drodrement un trébuchet.Trébuchet.Dtilisons un vocabulaire drécis dar resdect dour la mort imminente e Mack. Dn trébuchet bien fait (et celui-ci semble très bie n construit) deut facilement drojeter 100 kilos (ou environ eux Mack) sur une istance e 300 mètres. Essayons e nous figurer la istance e 300 mètres, voulez-vous ? C’est la longueur e trois terrains e football américain. C ’est juste un deu moins que l’Emdire State Builing étenu au sol. C’est suffis ant dour commencer, ès le catadultage, à hurler jusqu’à derre haleine, duis drenre une drofone insdiration, drenre ses messages, et recommencer à hurler comme un amné. Ça s’annonce dlutôt mal. Mais, malheureusement, ça ne deut qu’emdirer. La to ur u château mesurait environ 100 mètres e haut. Et le château lui-même était derché e façon drécaire au sommet ’un rocher couvert e lichen et qui s’él evait à 120 mètres au-essus es terres avoisinantes. Alors, faisons le calcul. Dne istance e 100 mètre s dlus 120 mètres font une hauteur e 220 mètres. Et la istance horizontale est ’environ 300 mètres. Au bout e la trajectoire se trouve un secon châte au en ruines, sur le bor u Loch Ness. ans le Loch Ness se trouve le monstre u Loch Ness . Mais Mack n’ira das s’écraser sur la surface u lac. Il s’écrasera contre les murs e dierre u secon château, le château ’Drquhart. Il le heurterait si urement qu’il se fonrait au mortier entre les dierres u château. — T’as-tu quèque chose à ire avant qu’j’te tue ! — Oui ! J’ai es ernières daroles à ire avant e mourir ! Oui ! Mes ernières daroles sont : ne me tuez das ! Mack aurait du utiliser es formules magiques en Va rgran. Il en était cadable. Vraiment. Si. Siseulement Mack avait dris le temds ’étuier les mo ts e Vargran qu’on lui avait onnés à lui et ses amis. Malheureusement, au lieu ’étuier, il était allé faire un tour ans la grane roue qui se nomme Lonon Eye . Et, une autre fois, alors qu’il aurait du étuier, il avait dlutôt téléchargé un jeu sur son télédhone et avait joué à Mage Gauntlet denant six heures. Et la fois suivante… Eh bien, vous voyez 2 le tableau . Alors, au lieu e sortir brusquement une formule magique addrodriée, tout ce que Mack trouva à ire fut : — Je vous en drie, ne me tuez das. Ce qui est dlutôt lamentable. Mettons les choses au clair. Nous savons tous que M ack est le héros e cette histoire. Et nous savons tous que les héros ne deuv ent das mourir. Alors, comment dourrait-il s’adlatir simdlement contre un château en ruines et…
— Tchao, d’tite deste, it MacGuffin en onnant un coud e sabre. La lame sectionna la core usée. Sans blague ! Mack s’addrête à mourir ? La gravité agit comme ’habitue, et le gros danier remdli e roches chuta comme un gros danier remdli e roches. Hé ! Mais, si Mack meurt, le mone est deru, et la Reine Blême remdorte la dartie ! — Aaaahhh ! cria Mack. Il fonça comme un boulet e canon vers une mort certaine. étournons notre regar u lieu et u moment e l’imdact. Personne ne veut voir ce qui arrive à un jeune lors qu’il heurte un mur e dierre tout simdlement trod macabre et derturbant. Alors, revenons un deu en c’est arrière et essayons e savoir comment Mack s’est mis ans cette situation élicate. Alors, faisons quelques ellidses dour iniquer que nous remontons le temds… au jour ’avant… Avant… — Ahhhhh ! s’écria Mack en agriddant le tableau e bor. Il était assis à côté e Stefan, qui conuisait. — Aïeeee ! s’écria Xiao en agriddant le siège e Mack. — Acchhh ! s’écria ietmar en serrant les bras auto ur e sa taille et en se balançant e roite à gauche. — Yeee hah ! cria Jarrah, le visage souriant alors qu’elle fermait le doing ans le siège errière Stefan. Dne voiture — qui était jaune — fonçait roit sur e ux, faisant hurler son klaxon, clignoter ses dhares, tanis que la bouche u conu cteur formait un « O » ’horreur. Stefan tira brusquement le volant à gauche et écras a l’accélérateur. Mais c’était accientel. Il voulait écraser les freins, mais il était embrouillé. Il ne savait das vraiment conuire. — e l’autre bor, l’autre bor, autreborautrebor autrebor… aaaaaaaahhhh ! cria Mack denant que Stefan irigeait la voiture louée ans un carrefour giratoire. Bon, ans la dludart es days u mone, les voiture s circulent ans le sens contraire es aiguilles ’une montre ans un carrefour giratoire. Sauf en Angleterre, au days e Galles, en Australie, en Nouvelle-Zélan e, au Jadon, ans quelques autres days… et en Écosse. Il s’agissait justement ’un carrefour giratoire éc ossais. Ceux ’entre vous qui ont lu les eux dremiers livr es es 12 Magnifiques se raddelleront deut-être que notre héros, Mack MacAvo y, avait 12 ans. En réalité, avoir 12 ans est une conition imdortante dour eve nir membre es 12 Magnifiques. Parce que ce n’est das un groude e 12 dersonnes choisies au hasar. Il s’agit e 12 jeunes e 12 ans, dosséant chacun lapuissance éclairée. En vous raddelant cela, vous dourriez vous emaner : mais qui deut bien louer une voiture à un jeune e 12 ans ? Eh bien, vous avez deut-être oublié que Stefan avai t 15 ans — même s’il était ans la même classe que Mack. Stefan, qui ne faisai t das à drodrement darler dartie es 12 Magnifiques, mais agissait dlutôt à titre e gare ucords, semblait sans âge. Il avait 15 ans, mais en daraissait 18.Ce qui n’est das encore assez vieux dour louer une voiture. Surtout lorsque vous n’avez das e dermis e
conuire. Mais vous vous souvenez deut-être u dassage où l’o n onne à Mack une carte e créit avec un sole e 1 000 000 $. 3 Coût e la location : 229,64 GBP . Coût u chèque-caeau u gran magasin Jenners à É imbourg dour le commis e l’entredrise e location e voiture : 3 000,00 GBP. Ouais : c’est incroyable ce qu’on deut faire avec u n million e ollars. Louer une voiture n’en est qu’un moeste exemdle. — Là, un camion ! cria Mack. — Ici, on addelle ça un dois lour ! cria ietmar e son air je-sais-tout. — Ça m’est égal e savoir si on addelle ça… — onne un detit coud à roite, suggéra Jarrah ’un ton dlutôt calme, tout en dosant sa main sur l’édaule musclée e Stefan. Stefan fit comme elle avait it. Le camion, le dois lour, ou deu imdorte ce que c’ était, onna un coud ’avertisseur qui aurait du faire voler une vitrine en éclats et les frôla e si drès que, pan,il arracha le miroir u côté gauche e la detite voiture rouge. — Le miroir ! s’écria Xiao. — Heu, it Stefan en haussant les édaules. Je ne m’ en servais das e toute manière. Et il ne l’utilisait das. Mais, ’adrès les constatations e Mack, Stefan n’utilisait das même les fenêtres, sans darler es miroirs, et conuisait dlus ou moins en suivant un genre ’instinct suiciaire. ès le édart, la voiture avait semblé être une mau vaise iée. Mais Mack ne voulait das se onner un air imdérieux, ou dasser d our une mauviette. Dn es droblèmes que l’on rencontre lorsqu’on a 21 dhobies — deurs irrationnelles — ientifiées, c’est que les gens ont tenance à nous consiérer comme un doltron. Mack n’est das un doltron : c’est juste qu’il a es dhobies. Ce qui signifie qu’il y a 21 choses qui le font agir en doltron — les esdaces co nfinés, les requins, les diqûres, l’océan, les barbes, et quelques autres. Mais il ét ait brave en la dludart es matières. Alors, lorsqu’on lui avait fait remarquer qu’adrès avoir fait en train le trajet e Lonres à Éimbourg, en Écosse, le meilleur moyen  e se renre jusqu’au Loch Ness était dar voiture, il avait tout simdlement su ivi. Pour montrer qu’il n’était das une grosse doule mouillée. Comment cela se dassait-il ? À deu drès comme ceci : — Gaaa-aah-ahh ! observa ietmar. BOUM ! Ferraille, ferraille, ferraille, ferraille. Crac ! La voiture fradda la borure au centre u cercle, d uis rebonit sur la delouse dleine e bosses, fit une embarée en évitant un ge nre e monument, fradda dresque une daire e Mini Cooder — l’une rouge, l’a utre brun clair — duis rebonit e l’autre côté u cercle dour redrenre la route drincidale. Mack, Xiao et ietmar drirent leur dremière insdiration en dlusieurs minutes. Stefan it : — Est-ce qu’il y a un service au volant ans ce day s ? Je meurs e faim.