La crèche du petit Mohammed

De
Publié par

Chaque année au Burkina Faso, les enfants rivalisent d'adresse pour construire des crèches de Noël.

Mais lorsque le petit Mohammed, musulman et fils de l'imam du quartier, demande à son ami de l'aider à bâtir une crèche dans sa cour, il provoque un véritable scandale.

Parviendra-t-il à réaliser son rêve ?
Publié le : mardi 31 janvier 2012
Lecture(s) : 38
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782753106291
Nombre de pages : 32
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Conception de la mise en pages : Courant d’idées
Réalisation de la mise en pages : Nord Compo

Conception de la couverture Guilhem Nave.
Illustration de la couverture Audrey Gessat

© Hurtubise, 2002.

© ÉDICEF, 2012, pour la présente édition.

Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés pour tous pays.

ISBN : 978-2-7531-0629-1

Dans la même collection

Le bonnet du Sorcier

Le Gandoul bleu

La fugue d’Ozone

La poupée

La source interdite

Une vie d’éléphant

Les enquêtes des Saï-Saï

Les Saï-Saï et le bateau fantôme

Mystère à l’école de foot

Le placard magique

Julie et Yako dans le placard magique

Même pas peur la nuit

Dans la cour des grands

Entre deux mondes

Un enfant comme les autres

Rapt à Bamako

Mâh Dao est le pseudonyme de Bernadette Sanou. Née à Baguinda au Mali, elle est professeure de français à l’Institut pédagogique du Burkina pour la production des manuels scolaires et la formation des maîtres.

Elle est l’auteure de plusieurs recueils de poésies pour enfants.

Pour son œuvre (récits, nouvelles et poèmes en langue française ou en langue nationale « jula »), elle a obtenu, en 1986, le grand Prix national des Arts et des Lettres.

Ses deux derniers recueils, Quote-part et Symphonie, ont obtenu le prix Jean Cocteau en 1995.

1

Noël

En ce mois de décembre, un fort vent s’était remis à souffler sur le pays. Les cyclistes qui pédalaient péniblement, avaient le corps recouvert d’un manteau de poussière blanche. Mais décembre ne signifiait pas seulement le retour de l’harmattan ; pour les Burkinabés et leurs enfants, il annonçait aussi et surtout la fête de Noël…

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant