La gardienne des ombres

De
Publié par

Série The Negociator, tome 3

Accusé de meurtre par ses semblables, Alban, l'homme de pierre, est capturé à l'aube et déféré devant le tribunal des Gargouilles. Dans les tunnels secrets qui courent sous Manhattan, les Races anciennes se réunissent pour le juger. Mais Margrit, en avocate de talent, parvient à innocenter celui dont elle sait désormais qu'il est l'unique amour de sa vie.
Tous deux tentent alors d'empêcher la guerre civile qui menace d'éclater entre Djinns et Dragons et parviennent à négocier un traité de paix. Janx, le Dragon, accepte de céder son territoire aux Djinns mais demande en échange à Margrit de le débarrasser de son plus vieil ennemi, Daisani, le dernier Vampire.
Margrit découvre alors le terrible secret de Daisani qui n'a pas hésité à décimer ses congénères pour survivre...

Dans la série The Negociator, de C.E. Murhpy :

Tome 1 : La malediction de l'aube
Tome 2 : La nuit du dragon
Tome 3 : La gardienne des ombres
Publié le : mardi 1 septembre 2009
Lecture(s) : 13
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280276504
Nombre de pages : 432
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

A Sarah, qui fut la première à vouloir un Alban bien à elle.

1.

Margrit courait pour oublier ses cauchemars.

Au cours de ces dernières semaines, ses rêves avaient radicalement changé de nature. Chaque fois qu’elle fermait les yeux, elle était poursuivie par le souvenir de ces êtres fantastiques qu’elle avait autrefois considérés comme de simples mythes. Mais les contes de son enfance avaient pris vie sous ses yeux et il lui était désormais impossible de nier leur existence.

Parmi les images qui revenaient la hanter, la plus terrible était celle d’un homme qu’elle avait vu mourir au milieu des flammes. Elle pouvait alors sentir une puissante odeur d’iode qui se mêlait au goût cuivré du sang dans sa bouche. L’impression était plus vive encore dans ses rêves qu’elle ne l’avait été dans le monde réel.

Elle courait pour oublier cet incendie et la créature qu’elle avait entrevue au milieu du brasier, ce ver recouvert d’écailles écarlates et mordorées qui enserrait dans ses anneaux un être fait de chair et de pierre.

Parfois, une autre forme se mêlait à celles du Dragon et de la Gargouille : celle du Djinn qui assistait au combat titanesque que se livraient les deux autres. Il apparaissait brièvement, semblant surgir de nulle part avant de disparaître de nouveau.

Cela faisait de lui un adversaire redoutable. Tant qu’il demeurait sous forme gazeuse, aucune arme ne pouvait l’atteindre. Elle avait dû attendre qu’il se matérialise pour pouvoir employer l’arme dérisoire dont elle disposait : un simple pistolet d’enfant rempli d’eau salée.

Cette attaque avait affaibli le Djinn, l’empêchant de se dématérialiser de nouveau. Projeté contre le mur de la pièce, il avait été impitoyablement broyé par le corps massif de la Gargouille qui cherchait pourtant à le défendre.

Margrit revoyait encore le mélange de souffrance et d’incrédulité qui s’était lu dans ses yeux au moment où ils se fermaient pour la dernière fois.

D’ordinaire, la course à pied lui permettait de faire le vide dans son esprit et d’échapper pour un temps à ses problèmes. Mais elle était incapable de faire abstraction de ces événements qui avaient bouleversé son existence et sa vision du monde.

Cela faisait près de deux semaines qu’elle avait demandé à Alban de se tenir à l’écart pour lui laisser le temps de prendre un peu de distance. Chaque matin, elle se glissait discrètement hors de l’appartement pour ne pas alerter ses colocataires qui auraient certainement cherché à la dissuader d’aller courir seule.

Elle tenait tout particulièrement à éviter Cole qui avait entraperçu Alban sous sa forme de Gargouille. Ils n’avaient jamais discuté de ce qui s’était passé ce soir-là et elle ne se sentait pas encore prête à le faire.

Margrit savait qu’il lui serait impossible d’expliquer ce qu’il avait vu sans lui parler des autres créatures dont elle avait découvert l’existence. Et elle ne se sentait pas prête à divulguer ce secret au risque de mettre en danger l’ensemble des Races Anciennes.

Bien sûr, elle ne pourrait continuer indéfiniment à éluder la question. Tôt ou tard, Cole exigerait d’elle une réponse. C’était également le cas d’Alban. Leur relation était devenue si complexe que Margrit ne savait plus ce qu’elle en attendait exactement.

Les émotions qu’il lui inspirait étaient plus que jamais ambiguës. Il y avait de la fascination, du désir et de la crainte. Chaque fois qu’elle pensait à leur avenir, elle oscillait entre espoir et résignation.

Parfois, elle parvenait presque à se convaincre que tout finirait bien, qu’ils parviendraient à surmonter leurs différences pour pouvoir vivre ensemble.

Mais, le plus souvent, la situation lui paraissait désespérée. Alban et elle appartenaient à deux univers qui n’auraient jamais dû se rencontrer. Il était quasiment immortel, condamné à ne vivre que la nuit. Dans ses veines coulait le sang des Races Anciennes.

Margrit ne serait jamais qu’une Humaine. Quelle place pouvait-elle espérer occuper dans son monde ?

Le combat auquel elle avait assisté et qui s’était conclu par la mort de Malik Al-Massri avait renforcé sa conviction de n’être qu’une spectatrice que les enjeux dépassaient complètement.

Dans cette guerre de l’ombre que se livraient ces êtres aux pouvoirs terrifiants, les Humains n’étaient que de simples pions dont l’éphémère existence paraissait négligeable. Margrit n’avait dû sa survie qu’aux négociations délicates qu’elle avait menées et aux alliances parfois contradictoires qu’elle avait contractées.

Mais à mesure qu’elle s’impliquait dans cette guerre silencieuse, elle s’était progressivement coupée de ses proches. Ses amis et sa famille ne comprenaient plus les décisions qu’elle avait prises en fonction de circonstances qui les dépassaient complètement.

Elle-même avait parfois peine à se reconnaître et se demandait quelquefois si ses choix n’allaient pas à l’encontre de ses valeurs les plus intimes. C’était pour cela qu’elle avait demandé à Alban de lui accorder un peu de temps. Mais elle commençait tout juste à comprendre l’ironie d’une telle requête.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi