La sirène et le coquillaire

De
Publié par

Non, pas question que le jeune Jos Wilson reste seul à la maison ; il doit partir faire du camping sauvage avec ses parents. La famille est à peine embarquée sur le traversier que Jos est plongé dans des aventures époustouflantes : apparition d’une sirène, rencontre d’un ex-pirate devenu capitaine, arrivée d’une brigade de vrais pirates et d’une bonne sorcière… Jos en aura des histoires de vacances à raconter !
Publié le : samedi 21 mai 2011
Lecture(s) : 13
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782896825998
Nombre de pages : 50
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
T O U R B I L L O N-J E U N E S S E Lasirèneet l uilaire lecoq
École François-Xavier-Daigle d’Allardville (N.-B.) Canada
La sirène et le coquillaire
Projet de l’école François-Xavier-Daigle d’Allardville, au Nouveau-Brunswick, sous la direction de Ginette F. Savoie
Pour ses activités d’édition, Bouton d’or Acadie recon-naît l’aide financière de la Direction des arts du Nouveau-Brunswick, du Conseil des Arts du Canada, du ministère du Patrimoine canadien par l’entremise du Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition (PADIÉ).
École François-Xavier-Daigle d’Allardville, au Nouveau-Brunswick, texte des élèves et illustrations de Émilie Vibert Conception graphique de Lisa Lévesque
Papier PDF ePub
ISBN ISBN ISBN
2-922203-37-9 978-2-89682-249-2 978-2-89682-599-8
e Dépôt légal : 3 trimestre 2006 Bibliothèque nationale du Canada Bibliothèque nationale du Québec Distributeurs : Prologue et Bouton d’or Acadie
Tous les droits d’adaptation et de traduction sont réservés pour tous les pays.
©
Bouton d’or Acadie 204 - 236, rue Saint-Georges Moncton (N.-B.), E1C 1W1 Courriel : boutondoracadie@nb.aibn.com Site Internet : www.boutondoracadie.com
T O U R B I L L O N-J E U N E S S E
La sirène et le coquillaire
texte des élèves et
illustrations de Émilie Vibert
de l’école François-Xavier-Daigle
d’Allardville, au Nouveau-Brunswick
Nous, les élèves de l’école François-Xavier-Daigle d’Allardville, sommes très reconnaissants envers le district scolaire 5 ainsi que la Caisse populaire Chaleur de l’aide financière qu’ils nous ont apportée pour la publication de ce roman. Grâce à eux, nous avons pu réaliser un grand rêve.
Nous adressons également un merci bien sincère au comité de parents de notre école, au conseil des Chevaliers de Colomb de notre belle région et au concessionnaire Brunswick Pontiac Auto de Bathurst pour leur appui et leur générosité en vue de la promotion du livre.
Finalement, nous désirons remercier nos enseignants et enseignantes, qui nous ont guidés dans ce grand projet d’écriture collec-tif, sans oublier nos parents qui, depuis notre tendre enfance, nous ont transmis ce pré -cieux héritage qu’est notre belle langue française.
6
Les élèves de l’école François-Xavier-Daigle d’Allardville, au Nouveau-Brunswick, ont effectué un voyage dans le pays du roman pendant l’an-née scolaire 2004-2005. Ce projet collectif a pris naissance lors d’une activité proposée dans le cadre de la Semaine de la fierté française. Sous la supervision de leur enseignante, chacune des classes, de la mater -e nelle à la 8 année a contribué à la création de ce récit imaginaire.
Ginette F. Savoie directrice du projet
7
D ans un village, tout près de la ville de Mexico, Éric et Maryse sont en route vers l’école de leur fils, Jos. C’est la dernière journée de l’année scolaire, et la famille Wilson part aujourd’hui pour des vacances spé -ciales. Cette année, les Wilson vont faire du camping sauvage à l’île du Piment Vert, même si cette idée ne
9
plaît guère à leur fils unique. À l’école Tabasco, les parents apprennent que Jos est rentré chez lui. Ils se dirigent donc vers la maison en espérant que leur fils y est et, surtout, qu’il est prêt à partir . En arrivant chez eux, ils s’aper-çoivent que Jos joue au Chien sauvage sur son Nintendo. Sa mère s’impatiente : – Quoi ! Tu te permets de quitter l’école sans nous avertir et en plus, tes bagages ne sont pas prêts ? – Je m’excuse… Maman, est-ce que je suis obligé de vous accom -pagner à ce camping sauvage ? J’aime-rais mieux rester avec Marc pour jouer dehors.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi