Le Baron de Croque-Souris

De
Publié par

Un soir, quelques jours avant Noël, Célestin est assis avec le chat Victor devant la cheminée où crépite joyeusement un bon feu. Le jeune garçon contemple le calendrier de l’Avent accroché au mur, et il ne peut résister à l’envie d’aller regarder de plus près ses petites fenêtres. Perché sur une chaise, il entend soudain une voix derrière lui, se retourne et se rend compte que c’est Victor, Victor le chat, qui lui parle !

L’étonnement passé, Célestin se laisse alors conter une aventure extraordinaire, celle du Baron de Croque-Souris. Au-delà du conte, l’histoire interroge sur la nature des sentiments que l’on prête volontiers aux félins…


Prix du Genêt d’Or 2009

Publié le : vendredi 1 janvier 2010
Lecture(s) : 111
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782952184274
Nombre de pages : 40
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Le calendrier de l’Avent avait été accroché sur le mur à côté de l’avaloir en crépi blanc de la grande cheminée et une vingtaine de petites fenêtres avaient déjà été ouvertes, découvrant une saynète amusante. C’était une tradition que les parents de Célestin perpétuaient juste avant Noël. Le garçonnet s’était installé dans un fauteuil près de la cheminée en attendant le retour de ses parents. Dehors, l’ombre du soir tombait comme une fine poudre noire, noyant le feuillage des arbres dans une masse
7
Le Baron de Croque-Souris
sombre qui s’assombrissait très vite. Célestin aimait bien ces moments de silence unique-ment entrecoupés par les crépitements fa-miliers du bois dans la cheminée. Il ne se sentait jamais vraiment seul car il y avait Victor. Victor qui était assis dans l’autre fauteuil qui semblait dormir ou somnoler. Victor, qui, un jour, avait disparu de la ferme et était revenu quelques années plus tard sans que personne n’ait su où il était allé et ce qu’il avait fait. Il avait, depuis, un comportement étrange, passant des heures entières près de la margelle du puits dans la cour. Il semblait attendre… Mais attendre quoi ? Il était revenu quatre ans plus tard. Il était entré sans la maison et avait longtemps regardé autour de lui, presque avec éton-nement. Il avait tellement changé que l’on
8
Le Baron de Croque-Souris
douta un moment que ce fût bien lui. Il était plus fin et sa démarche avait quelque chose de mondain. La tête haute et droite, le dos cambré, le regard presque hautain… Ce furent des cris de joie, des larmes aussi, et des questions interminables auxquelles Victor ne répondit jamais. Il ne pouvait y répondre… Victor était un chat. Soudain, alors que Célestin s’interrogeait à ce sujet, Victor, le chat, ouvrit ses yeux d’un bleu intense et le fixa. Le jeune garçon res-sentit une sensation de malaise. Il détourna son regard qui se posa sur le calendrier de l’avent… et eut alors l’envie irrésistible de monter sur la chaise et d’aller entrouvrir un des minuscules volets de carton… Il se leva, prit la lourde chaise de bois, grimpa douce-ment et ouvrit insensiblement une petite
9
Le Baron de Croque-Souris
fenêtre dont l’intérieur semblait briller. « Qu’est-ce qui pouvait briller ainsi ? » Célestin ouvrit un peu plus grand les volets et… Oh, surprise ! Il vit les yeux de Victor à l’intérieur, fixes et étincelants !Célestin se retourna brusquement et tout sembla chavirer autour de lui. Il eut le sen-timent de se raccrocher au regard du chat dont les pupilles, élargies, dilatées dans l’ob-scurité, semblaient illuminées par les lueurs du feu. Dans le silence à peine troublé par quelques craquements du bois, Célestin entendit : — Tu es trop curieux, Célestin ! Cela te jouera de vilains tours !
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Survivre

de rageot-editeur

De l'autre côté du mur

de casterman-jeunesse