Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 15,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Vous aimerez aussi

7
DENIS M. BOUCHER LE COLOSSE DES NEIGES DE CAMPBELLTON UNE AVENTURE DES TROIS MOUSQUETAIRES
LE COLOSSE DES NEIGES de campbellton
ILLUSTRÉ PAR PAUL ROUX BOUTON D’OR ACADIE
LE COLOSSE DES NEIGES DE CAMPBELLTON
Denis M. Boucher
LE COLOSSE DES NEIGES DE CAMPBELLTON
Roman
Illustré par Paul Roux
BOUTON D’OR ACADIE
À la mémoire d’un vrai colosse du Restigouche, Marc Chouinard, un géant de la culture.
CHAPITRE 1
La plus grosse bordée de l’anné
e
’était le premier jour du tra-BruCnswick et pendant la nuit, toute ditionnel congé de mars pour les écoliers du Nouveau-la province avait été recouverte par une importante chute de neige.
Gabriel et Mamadou se tenaient debout devant la fenêtre, admirant rêveusement cet éblouissant tapis blanc. Assis à leurs pieds se trouvait Dali, le samoyède de Gabriel qui, comme tous les chiens de sa race, raf-folait de la neige. Avec leur amie Ania, ils formaient les Trois Mousquetaires, une équipe de jeunes détectives qui avait affronté de nombreux dangers. Mais l’hiver ne semblait pas très pro-pice aux mystères, car jusqu’à main-tenant, ils avaient vécu toutes leurs aventures en été.
– Ça, c’est la plus grosse bordée de l’année, It remarquer Mamadou à l’intention de son ami.
Gabriel It la moue. – C’est vrai… déclara-t-il d’un ton légèrement teinté de regrets. Ce qui veut dire que si cette neige était tombée un jour d’école, on aurait eu un congé. Son ami lui sourit. Malgré les nombreuses occasions où l’école avait été fermée en raison de ce rude hiver, il n’y avait jamais assez de jours de vacances au goût de Gabriel.
Mamadou, qui possédait une sagesse et un Legme peu com-muns à son âge, savait toujours trouver les mots qu’il fallait pour encourager ses amis. – Allez, Gabriel, ça ne donne rien de penser comme ça, philo-sopha-t-il. Mieux vaut apprécier le moment présent : aujourd’hui, nous n’avons pas d’école et, surtout, nous avons toute une semaine de congé devant nous. « Ouaf ! » It Dali pour marquer son accord. Gabriel se tourna vers Mamadou avec un sourire en coin. – Tu as raison ! s’exclama-t-il en retrouvant sa bonne humeur. Alors, que va-t-on faire de ces merveilleuses journées de vacances ?
– Mmm… It Mamadou en portant un index à ses lèvres. On pourrait préparer un chocolat chaud et faire des biscuits aux pépites de caramel.
L’autre « qualité » de Mamadou était son insatiable appétit. Grand amateur de bonne chère, son discours tournait souvent autour de ses plats préférés, c’est-à-dire à peu près tout ce qui peut être mangé par un être humain.
– Tu sais que j’aime beaucoup les biscuits, rétorqua Gabriel avec un sourire moqueur, mais avec toute cette neige, je son-geais plutôt à une activité extérieure.
10