//img.uscri.be/pth/849c5ebeaaa3c6d63feff0a68dcdcd0f4aa9d772
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Le duel des frères Flint

De
76 pages
Etats-Unis, avril 1869. Le Président Grant doit s'arrêter dans la petite bourgade de Promontory pour réunir les deux voies ferrées entre l'Est et la côte pacifique. C'est un événement que tous les habitants, y compris les écoliers, s'apprêtent à célébrer. Mais dans la classe de Mlle Picqles, les jumeaux Flint ont un comportement bizarre. Pourquoi un abîme semble t-il se creuser entre eux ? Que manigancent-ils ?
Voir plus Voir moins
À Juliette Burat pour son enthousiasmedes grands projets, à Chantal Pataille,et à leurs cowboys de CM1 et CM2 de l’époque ! À Philippe Bourbon et tous les enseignants rencontrésqui font si bien passer le plaisir de nos mots. Merci.
T. S.
Thomas Scottoa publié une douzaine d’ouvrages chez Actes Sud Junior. (Dernier titre paru :Ma tempête de neige, collection “D’une seule voix”, 2014). Il est également auteur aux éditions Thierry Magnier dans la collection “Petite Poche” deDroit devant, pour un peu, c’est toute une aventureet du recueil de nouvellesMi-ange, mi-démon. Il vit dans le Sud-Ouest et se déplace beaucoup pour des rencontres avec ses lecteurs.
www.actes-sud-junior.fr www.actes-sud-junior.fr/premierroman/
Illustration de couverture : Anthony Pastor Éditeur : François Martin assisté de Fanny Gauvin Directeur de création : Kamy Pakdel © Actes Sud, 2002, 2014 – ISBN 978-2-330-03561-7 Loi 49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse.
ROMAN LE DUEL DES FRÈRES FLINT THOMAS SCOTTO
ACTES SUD JUNIOR
Fin de notre mois d’avril 1869.
Les jumeaux Flint sont entrés, l’un derrière l’autre, une nouvelle fois. Le vi sage fermé à double tour comme un coffre de banque. Et dans la classe, je suis la seule à avoir vu que le matin n’était plus pareil, que le vent ne soufflait plus vraiment dans notre bonne direction à tous.
1
– Décidément, on étouffe ici ! Darren, peuxtu ouvrir la porte pour faire un courant d’air, s’il te plaît ? Je trouve que Miss Picqles a des petits gestes de fourmi. Elle range ici, pointe sa craie parlà, elle écrit serré sur le tableau et remonte ses lu nettes d’un doigt pour nous regarder vraiment. Elle est nouvelle depuis le début de l’année. Elle n’était pas maîtresse avant. Je crois qu’elle travaillait dans une ferme, celle après le pont couvert et rouge. En apprenant sa venue, cer tains parents, le dimanche de l’église, ont dit
9
qu’on ne ferait jamais mieux comme ensei gnement que celui de Mme Habson, qu’elle avait été leur maîtresse aussi, qu’elle était là depuis toujours et que chacun savait lire et compter grâce à elle. Mme Habson et per sonne d’autre ! Sauf que Mme Habson est morte l’été der nier sous la trop forte chaleur et que, même excellente, c’était tout de suite devenu plus difficile pour elle de nous faire la classe… Miss Picqles n’a pas fait attention aux chuchotements et aux racontars. Elle a ex pliqué calmement ce qu’elle voulait faire avec nous et qu’on prendrait le temps pour y arriver, que les poésies n’étaient pas à ap prendre par cœur au début, juste à appré cier comme un petit plaisir, et qu’on ferait du calcul, bien sûr, mais sans que nos têtes étouffent de nombres et de chiffres. “” de tracas pour “+” d’efficacité.
10