Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 5,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Publications similaires

L’abîme appelle l’abîme

de la-courte-echelle

Titanic 3 - S.O.S

de hachette-romans

Vous aimerez aussi

Coupable idéal

de rageot-editeur

Les monstres de Fort Boyard

de rageot-editeur

Double disparition

de rageot-editeur

suivant

Sommaire

Première traque

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

978-2-700-23218-9

ISSN 1951-5758

 

© RAGEOT-ÉDITEUR – PARIS, 2006.

Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés pour tous pays. Loi n° 49-956 du 16-07-1949 sur les publications destinées à la jeunesse.

Du même auteur, dans la même série :

Le jeu : Game over

Du même auteur, dans la même collection :

La ville qui rend foot
Le jour où j’ai raté le bus

Un grand merci à Florence Rech
qui a su jeter un œil plus qu’attentif
sur mon chantier d’écriture.

« Si vous désirez une image de l’avenir,
imaginez une botte piétinant
un visage humain… éternellement. »

George Orwell, 1984.

Première traque

Samedi 27 juin 2037, 22 h 13 temps universel. Archipel du Frioul.

 

Sistus arriva au sommet de l’île et s’accroupit un instant à l’abri d’un rocher pour reprendre son souffle. Il restait un peu moins de deux heures à tenir, mais la meute des killers se rapprochait sans cesse et il commençait à s’épuiser. Tout en essayant de garder son calme, il fit le point de la situation.

Devant lui, un peu en contrebas, se trouvait le killer le plus proche, celui qui avait failli le coincer quelques minutes plus tôt. Sistus l’entendait respirer bruyamment tandis qu’il grimpait à sa rencontre.

Avec leurs lunettes infrarouges les killers avaient un net avantage sur lui, mais Sistus possédait également un atout. Il n’avait que seize ans et ses poursuivants, avec quarante ans de moyenne d’âge, s’essoufflaient beaucoup plus vite que lui. La pratique régulière d’une activité physique n’était qu’un lointain souvenir pour la plupart des killers qui menaient une existence casanière, se contentant de regagner, une fois leur temps de travail-repos effectué, leur domicile. Le reste de la soirée, ils se connectaient à leur récepteur de mondio-vision.

Deux autres killers, sur sa droite, étaient en train de remonter la digue de Berry, lui coupant ainsi une possible retraite vers l’île Pomègues. Sistus voyait les petits points rouges de leurs lunettes scintiller dans le noir à une centaine de mètres de lui.

Ces deux-là ne représentaient pas un danger immédiat, pas plus que le killer resté à l’embarcadère, sans doute persuadé que Sistus tenterait de le rejoindre afin de quitter l’île. Il n’avait par contre aucune idée de la position du cinquième et dernier killer. Celui-ci s’était montré discret depuis le début de la traque. Peut-être s’était-il tout simplement perdu sur l’île ?

Sistus ne pouvait rejoindre le village abandonné sans prendre de gros risques et l’ancien centre de vacances, un peu plus sur la droite, était un véritable cul-de-sac. Il n’y avait qu’une issue possible.

« Il me faut partir de ce côté, se dit Sistus, et rejoindre l’hôpital Caroline. Une fois arrivé là-bas, avec un peu de chance, je trouverai une bonne cachette pour patienter jusqu’à minuit. »

L’immense bâtisse en ruine se découpait dans la nuit, éclairée par les projecteurs surpuissants du port de la République Libre de Marseille. Sistus jugea que trois cents mètres le séparaient de l’entrée de l’hôpital où l’on soignait jadis les malades atteints de la peste.