Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 5,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Vous aimerez aussi

Coupable idéal

de rageot-editeur

Les monstres de Fort Boyard

de rageot-editeur

Double disparition

de rageot-editeur

suivant

SOMMAIRE

UNE IDÉE TROP GÉNIALE !

ERREUR DE CASTING

SCÉNARIO CATASTROPHE

MISES AU POINT

VERSION SOUS-TITRÉE

BANDE-ANNONCE

PLANTER LE DÉCOR

TÊTE D’AFFICHE

COMÉDIE DRAMATIQUE

ARRÊT SUR IMAGE

WESTERN SPAGHETTIS

EN COULISSES

FAN-CLUB

ACTION !

FONDU ENCHAÎNÉ

GROS PLAN

NUIT AMÉRICAINE

CLAP DE FIN

978-2-700-23786-3

ISSN : 1951-5758

 

© RAGEOT-ÉDITEUR – PARIS, 2010.

Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés pour tous pays.

Loi n° 49-956 du 16-07-1949 sur les publications destinées à la jeunesse.

Du même auteur, dans la même collection :

L’été des jambes cassées
L’hiver des gros ventres
kmille fait son blog

À mes amours, toujours.

Une idée trop géniale !

Il faut que je vous confie un secret : ma mère a souvent des idées bizarres.

Par exemple, elle a lu dans le dernier numéro de 100 % femme qu’il était facile et économique de couper soi-même les cheveux de ses enfants.

Évidemment, elle a testé. Et devinez sur qui ?

Pas sur les jumeaux. Sous prétexte qu’ils gigotent sans cesse et qu’elle avait peur de leur tailler les oreilles, elle a essayé sur… moi !

Résultat, je ressemble à un garçon. Un garçon qui aurait raté sa coupe.

Non seulement ma frange est de travers, mais en plus elle est trop courte. Ce qui m’empêche de me cacher derrière mes cheveux lorsque ma maîtresse, Mme Flavio, fixe la classe de ses gros yeux à la recherche d’un élève à interroger.

Pourtant, maman qui a des idées trop nulles en a parfois de trop géniales !

La preuve, cet après-midi en revenant de mon cours de piano, je la trouve en grande conversation avec deux inconnus dans le salon. L’un d’eux semble immense même assis dans le canapé, l’autre porte un pull bleu et jaune horrible et beaucoup trop chaud pour la saison. Leurs regards se tournent vers moi, le frileux se lève et m’adresse un signe en disant :

– Salut mon bonhomme !

(Vous voyez que je n’exagère pas lorsque je prétends que maman m’a loupée !)

Avant que je ne réplique, elle me presse contre elle en annonçant :

– Je vous présente Léa, ma grande fille.

Puis elle me pousse vers l’escalier.

– Va surveiller tes frères et ne discute pas, me glisse-t-elle.

Je ne suis pas du genre à discuter en général. Cependant, là, elle a bien raison d’ajouter « ne discute pas » parce que l’idée de m’occuper de Tom et Téo ne me motive jamais.

Chose totalement compréhensible lorsqu’on connaît mes frères. Comment vous les décrire ?

Vous voyez la personne qui vous agace le plus au monde ? Eh bien, multipliez par deux et vous aurez une idée du style des jumeaux.

Et ne vous inquiétez pas, vous ne risquez pas de les confondre. Tom est celui qui contredit toujours Téo. Donc Téo est celui qui parle en premier. Facile quand on a pris le coup.

Bref, j’ai très envie de protester, mais quelque chose dans le ton de maman me persuade d’obéir et de circuler.

Je rejoins les deux monstres et j’attends.