Le secret du collier

De
Publié par

À travers les aventures d’une souris curieuse et attachante, l’auteur aborde des thèmes essentiels tels que l’amitié, l’entraide, la famille ou encore la nature. Et cela, sans jamais oublier l’humour !


En quatorze histoires, Le secret du collier rappelle que la souris, petit animal magique s’il en est, reste liée à tous les enfants que nous sommes ou que nous
avons été...


Pour visiter le blog de l’auteur : http://joelle.graux.over-blog.com


Publié le : vendredi 1 janvier 2010
Lecture(s) : 45
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782953485318
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
epuis quelques jours, ma classe est en effer-D vescence. Notre maître, Ratapoils, nous a annoncé une incroyable nouvelle : — Nous allons effectuer, de nuit, une visite guidée ! Je trouve que le terme de « visite guidée » fait sérieux et cultivé. J’aime bien ! Comme s’il s’agis-sait de visiter le Louvre ou le musée d’Orsay. J’imagine déjà notre classe de petites souris arrê-tée devant les tableaux des grands peintres : Monet, Renoir, Chagall… J’en ai le cœur battant et les moustaches comme électriques… J’espère sim-plement que Ratapoils aura pensé à faire installer un échafaudage afin que nous soyons à bonne hauteur. Ce ne sont pas nos quelques centimètres qui nous permettront d’admirer le sourire de la Joconde… Mais je me trompais totalement ! Une fois encore, je n’avais pas été assez attentive à tous les
47
Le secret du collier
termes employés par le maître. Il avait dit « de nuit » et cela aurait dû m’alerter… Je ne me suis pas davantage souvenue qu’au début du mois de mai, Ratapoils nous avait fait un cours sur le thème de la prudence. Il avait listé pour nous tout ce qu’il fallait faire et surtout ne pas faire… Ensuite, nous avions eu une interro-gation écrite pour laquelle j’avais obtenu la meil-leure note : trois quartiers de pomme de reinette (ma préférée !). Il nous avait recommandé de faire très atten-tion aux chats et à leur regard changeant, à l’aspect velouté de leurs jolies pattes, si inoffensives à pre-mière vue. Il avait bien insisté sur le risque qu’il y avait à écouter leurs miaulements langoureux qui n’avaient d’autre but que de nous tromper, afin de mieux nous saisir… En l’écoutant, je me suis souvenue du jour où j’avais été témoin d’une scène bien cruelle. J’étais cachée en bordure d’une haie de fusain. Depuis mon abri, je voyais très nettement Sakie, la chatte des voisins, allongée de tout son long dans une flaque de soleil. Elle semblait dormir d’un som-
48
Une étrange visite
meil profond. J’hésitais encore à m’avancer sur le gazon lorsque j’ai vu arriver Godio, son amoureux. Comme l’aurait fait un grand seigneur, il a dé-posé devant le nez de la chatte une musaraigne qui se débattait encore comme un petit diable. Sakie a lentement ouvert un œil… J’ai trouvé que cette musaraigne me ressem-blait beaucoup (sans doute encore une cousine éloignée). Son nez cependant était très différent du mien, allongé comme celui d’une taupe. Un nez qui devait lui être bien utile pour fouiller la terre et creuser de profondes galeries. Je savais que la musaraigne restait cachée durant la jour-née et qu’elle ne sortait que la nuit. Godio avait dû faire preuve d’une grande patience pour par-venir à l’attraper. Le cadeau qu’il faisait à Sakie était sans doute un cadeau de prix, mais la pauvre musaraigne allait connaître un bien triste sort… Sakie, tout à fait réveillée, a tendu une patte vers la petite bête. Coincée entre les deux chats, la musaraigne n’avait aucune chance… À force de recevoir des coups de patte de l’un puis de l’autre, elle a fini par tomber d’épuisement. Sakie et Gorio l’ont reniflée à tour de rôle et, voyant qu’elle
49
Le secret du collier
ne bougeait plus, se sont désintéressés de cette proie devenue trop facile. Ils se sont éloignés sans un regard… Je gravai ces instants dans ma mémoire et décidai, à l’avenir, de me méfier encore plus de Sakie et Godio. Je ne savais pas encore qu’un jour, je rencontre-rai un chat extraordinaire, nommé Chat-Bouda… (Mais c’est une autre histoire.) Puis, Ratapoils avait abordé un sujet beaucoup plus grave : — Un jour, vous vous promenez tranquille-ment dans un parc, nous avait-il dit. Quand sou-dain, un rat vous aborde. Il vous demande avec la plus extrême politesse de bien vouloir lui préciser une adresse. Sans aucune méfiance, vous le rensei-gnez et lui expliquez la direction à suivre. Mais comme il semble ne pas bien comprendre, vous lui proposez tout naturellement de le mettre sur le bon chemin. Ce qu’il accepte volontiers ! Et vous voilà partis… Mais vous, on ne vous retrouvera jamais et si on vous aperçoit un jour, ce sera dans une cage. Finie la liberté !
50
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.