Mon nouvel été au camping

De
Publié par

Ni la canicule ni les itinéraires bis de Bison Futé ne gomment les sourires de la famille Rousset qui rejoint, en ce mois de juillet, son nouveau coin de paradis dans les Landes : le camping des Pins.

Publié le : mercredi 21 mars 2012
Lecture(s) : 17
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782700241365
Nombre de pages : 160
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
e9782700238082_cover.jpg
e9782700238082_pagetitre01.jpg

 

Couverture : Marie-Noëlle Pichard.

ISBN 978-2-7002-4136-5

ISSN : 1951-5758

 

© RAGEOT-ÉDITEUR – PARIS, 2012.

Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés pour tous pays. Loi n° 49-956 du 16-07-1949 sur les publications destinées à la jeunesse.

 

Du même auteur, en Heure noire, à partir de 10 ans :

L’écrivain mystère

Pour Octave, qui trouvera bien dans ce livre la place de planter sa tente…

e9782700238082_i0001.jpg

Départ arrêté

– Qui c’est le meilleur ?

Au volant, papa se rengorge. En cette journée classée entre le rouge vif et le noir corbeau par Bison Futé, la circulation est fluide. Il a posé une main sur le haut du volant pour souligner sa décontraction, c’est le roi de l’asphalte !

Celle de maman se tend vers l’autoradio. D’un index déterminé, elle appuie sur la touche de recherche automatique d’ondes.

– Tu as envie de musique, chérie ? lui susurre papa.

– Non, j’essaie de capter Autoroute FM.

Le conducteur si détendu lui sourit d’un air attendri.

– Inutile, chérie, le GPS veille !

Pour appuyer sa remarque, il tapote du bout des doigts le boîtier qu’il a fixé hier sur le tableau de bord après avoir passé des heures avant-hier à étudier la notice. Il est aussi descendu trente minutes avant nous ce matin pour programmer l’itinéraire. Selon lui, la promesse d’un gain de temps considérable.

Moi, j’ai toujours le regard accroché par le paysage. Sur le siège d’à côté, ma sœur Sophie dit oui avec la tête depuis le départ. Je ne sais pas ce que son MP3 diffuse comme morceaux, mais ils sont tous calés sur le même rythme.

Maman n’a pas tenu compte de la remarque de papa. On entend successivement un extrait de concert classique, un homme parler du festival d’Avignon, un solo de guitare électrique, un refrain de Lady Gaga, l’annonce qu’une caravane est à vendre près de Niort…

– Pas trop fort, dit papa, je dois entendre le GPS !

– Il ne va quand même pas nous empêcher de vivre ! réplique maman irritée.

– D’accord, d’accord ! concède papa. De toute façon, nous sommes sur l’autoroute encore un bon moment. On arrive seulement à Poitiers.

« Tourner à droite sur la nationale 149 en direction de Vouillé ! » ordonne alors la femme mécanique enfermée dans le boîtier.

– Quoi ? s’étonne papa.

– Qu’est-ce qu’elle raconte ? dit maman.

– Aucune idée, il n’est pas prévu qu’on quitte l’autoroute avant Bordeaux !

– Ça bugue ton truc ! grogne Sophie qui a ressuscité, le temps de lancer une pique.

– Impossible, c’est tout neuf !

Je décide de ne pas participer à un débat qui risque de dégénérer. D’autant qu’il me rappelle la discussion engagée par papa en mai dernier…

e9782700238082_i0002.jpg

– Et si nous changions de destination cette année ? a suggéré papa.

– Quoi ? a hurlé Sophie. On ne va pas au camping du Ponton ?

Moi aussi j’ai blêmi. Le camping du Ponton près de Hyères est notre destination des mois d’été depuis le Paléolithique supérieur. J’y passe les meilleures vacances du monde en compagnie de mes amis Charly, Manu et Justine. Sans compter que j’espérais retrouver Lola, une fille dont j’ai fait la connaissance l’été dernier. D’accord, nous n’avons eu aucun contact depuis mais ça ne veut rien dire. Peut-être qu’elle a pensé à moi comme j’ai pensé à elle.

– Au camping, si ! a-t-il ajouté avec mauvaise foi. Mais je me suis dit que l’océan, ça nous changerait un peu. Ludovic Menton, un de mes collègues de travail qui passe plusieurs semaines au camping des Pins près de Mimizan, m’a proposé de le rejoindre, lui et sa famille. Là-bas, on pratique le surf, sur des vagues qui sont un peu plus hautes qu’en Méditerranée ! Et le camping propose un tas d’activités, un peu comme le Club Med, en moins cher quand même…

– Du surf ? s’est écriée Sophie comme si papa avait évoqué le ramassage du mazout sur une plage polluée. C’est trop MORTEL ce truc !

Le seul sport que consent à pratiquer Sophie l’été consiste à se trémousser la nuit sous des lumières qui clignotent.

e9782700238082_i0003.jpg

Papa s’est tourné vers moi, rempli d’espoir.

– Et toi Léo, tu en penses quoi ?

– Rien.

– Ah ! Tu vois ? a dit papa à l’attention de Sophie comme si j’avais fait preuve à son égard d’un soutien sans faille.

Ma sœur l’a fusillé du regard.

– En fait, tu nous demandes notre avis mais la décision est déjà prise !

Trois secondes plus tard, la porte de sa chambre a claqué. Fort.

– Elle n’a rien dit, là ? s’inquiète papa.

– Qui ça ?

– Le GPS.

– Non, LE GPS n’a rien dit, ELLE.

La radio fonctionne en sourdine, ce qui agace visiblement maman.

– On devrait arriver à l’heure prévue, reprend papa, ça roule bien. Nous sommes déjà à Niort.

e9782700238082_i0004.jpg

« Emprunter la sortie 32 en direction de Vouillé sur la départementale 174 ! » annonce la femme robot.

Maman tourne vers son chauffeur un visage qui affiche une perplexité manifeste.

– Encore Vouillé ? Mais il y a des Vouillé partout à l’entendre ! Tu ne l’aurais pas acheté en solde ton instrument magique ?

– Je ne comprends pas, se défend papa. Éteins-le, on va le réinitialiser.

Je reçois un coup de coude de Sophie. Elle jubile. Le départ sur l’Atlantique lui reste en travers de la gorge et papa va en faire les frais, je le sens.

Maman appuie sur un bouton et le GPS s’éteint. Après l’opération inverse, il se rallume.

– Maintenant, tu entres les coordonnées de l’endroit où nous sommes, lui demande papa.

– Il y a déjà une adresse indiquée.

– Comment ça ?

– Oui, 13, chemin des Argousiers, 13 002 Marseille.

Un silence étrange s’installe. Je sens le cerveau de papa turbiner à fond.

– Bizarre, qui a pu entrer cette adresse fantaisiste ?

– Le vendeur du magasin peut-être…

– Recommence, on va bien voir.

Maman, docile, s’exécute.

– Alors ? fait papa d’une voix fêlée.

– C’est bon… Ah non ! Un message s’affiche. « Plus de mémoire, ajustez la méthode dans Paramétrage/Itinéraire. »

– Qu’est-ce que c’est que ce charabia ?

– Il est pourri ton GPS ! lance Sophie avec une joie mauvaise.

– Tu ne nous aides pas beaucoup ! s’énerve papa.

Maman se penche vers l’autoradio.

– Tu fais quoi ? demande papa qui sent la situation lui échapper.

– Je cherche Autoroute FM, dit-elle. Un truc qui marche tout le temps.

– de meilleures conditions que prévu…

– Ah ! triomphe maman, je l’ai !

– … En revanche, nous vous signalons l’apparition d’une grosse difficulté puisqu’un bouchon se forme en ce moment même sur l’autoroute A10 en direction de Bordeaux. Cinq kilomètres après la sortie 41, Ambès Saint-Vincent-de-Paul, un poids lourd vient de se renverser sur la chaussée et bloque les deux voies de circulation. Nous vous conseillons d’emprunter cette sortie et, après avoir suivi la départementale 1010 sur quelques kilomètres, de récupérer l’autoroute à Carbon-Blanc…

– Quoi ? panique papa, quelle sortie ?

– Ambès Saint-Vincent-de-Paul je crois, répond maman.

Sur la droite, je vois s’éloigner un panneau qui portait les mêmes indications.

– Je crois qu’on vient de la dépasser, dis-je.

– Non, ce n’est pas possible !

Loin devant, les véhicules qui nous précèdent allument leurs warnings. Je sens notre voiture ralentir, et notre heure d’arrivée s’éloigner.

– On est foutus ! se lamente papa.

Ma sœur me regarde et lève les yeux au ciel avant de retourner dans sa chanson éternelle.

Bientôt, nous sommes obligés de nous arrêter. Les mâchoires de papa se contractent. Ses choix dans la technologie de pointe pourraient être remis en cause. Par une de ses proches.

Il ne se passe que trois secondes avant que mes prédictions se réalisent.

– Le GPS veille, hein ? ironise maman.

e9782700238082_i0005.jpg

– On n’avance plus, constate papa.

– J’avais remarqué.

Maman boude un peu.

– C’est rageant, nous n’étions plus très loin, maugrée papa.

– Quand on n’avance pas, tout est loin.

– Il faudrait appeler les Menton. Ils vont s’inquiéter.

Maman pêche son portable dans le sac à ses pieds et compose le numéro de leurs amis.

Après le surf, c’est le second argument avancé par papa pour nous vendre le changement de programme estival : nous allons retrouver sur place une famille semblable à la nôtre. Les Menton ont des enfants : Laura a le même âge que Sophie et Bruce entre comme moi au CM2. Ils ont aussi une autre fille, Sheryl, beaucoup plus jeune.

e9782700238082_i0006.jpg

J’espère que Bruce est sympa et qu’il a des copains. J’adore les bandes de copains. Quand j’en fais partie.

– Difficile d’évaluer le retard, explique maman à Mme Menton. Entre une heure et cinq jours, selon le temps que mettront les services concernés pour déblayer la route. Oui, d’accord, bonne idée. On vous rappelle dès qu’on a du nouveau. Non, non, ne vous inquiétez pas, on trouvera. Jean-François a fait l’acquisition d’un GPS ! Absolument, ça change la vie ! À tout à l’heure.

Elle range son téléphone et se tourne vers papa.

– Noémie propose de faire les courses en nous attendant. C’est gentil.

Mais c’est une voix métallique qui lui répond.

« Radar à un kilomètre, adaptez votre vitesse ! »

– Quelle cochonnerie, ce truc ! ronchonne papa en appuyant sur tous les boutons de son Gowhere 3 524 avec Info trafic Premium.

Ensuite, il lève un doigt.

– Chut ! Vous entendez ?

Inutile de poser la question à Sophie. Sous son casque, elle ne s’est peut-être même pas rendu compte qu’on était immobilisés en rase campagne depuis une demi-heure.

– Les moteurs redémarrent !

En effet, un à un, les pots d’échappement des voitures devant nous crachent des haleines bleutées.

– Les enfants, exulte papa, je crois que les vacances vont enfin commencer. Dans peu de temps, nous serons installés face à l’océan.

Pour appuyer ses propos, il respire à fond dans l’habitacle en oubliant que c’est encore l’air de Paris que nous transportons.

– Je le sens bien ce séjour ! conclut-il en passant la première.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Coupable idéal

de rageot-editeur

Double disparition

de rageot-editeur

suivant