Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Mythes et légendes d'Amazonie

De
0 page

Le mystère nous est ainsi parvenu que, dans les temps anciens, avant l’arrivée de l’homme blanc, les dieux régnaient sur l’Amazonie.

Le roi des dieux, roi Lapluie, était le fils de dieu Tonnerre et de déesse Brouillard.

Dieu Tonnerre et déesse Brouillard eurent cet enfant lors d’une dépression atmosphérique. Aussi le petit prince était-il timide et prompt à verser des larmes. Il restait le plus souvent caché dans les jupes de sa mère. Jamais personne ne put apercevoir son visage jusqu’au jour où il vit la plus délicieuse des créatures : déesse Amazonie, fille du dieu Soleil et de la déesse Terre. Elle était vêtue d’un tapis de verdure. Avec sa taille de guêpe, elle était belle à en mourir, mais il n’osait l’approcher.

Il sollicita l’aide de sa mère :

— Cache-moi de ton ombre, je pourrai ainsi la contempler sans qu’elle me voit, lui dit-il.

Déesse Brouillard refusa, lui répliquant que sa soudaine passion n’augurait rien de bon et qu’il ne serait jamais heureux avec une femme aussi belle. Prince Lapluie insista tant que, de guerre lasse, sa mère accepta de participer à son stratagème.

C’était sans compter sur la sévérité du dieu Soleil, qui brilla si fort que déesse Brouillard dut s’éclipser, laissant prince Lapluie face à déesse Amazonie. Celle-ci, le voyant, lui demanda :

— Est-ce toi qui rafraîchis ainsi ma canopée ? Ta rosée me fait constamment reverdir, comment te nommes-tu ?

Prince Lapluie et déesse Amazonie engagèrent une conversation qui dura des milliards d’années, au cours desquelles naquirent la faune et la flore d’Amazonie. Désormais roi, Lapluie traversait profusément son épouse.

Jusqu’au jour où, levant les yeux vers le ciel, elle vit, chevauchant un nuage, son demi-frère Diable rouge, fils du dieu Soleil et de sa concubine la planète Mars. Il était vêtu d’une tunique rouge enchâssée de diamants et de pierres précieuses, chaussé de bottines d’or pur. Il était fabuleusement beau.

Déesse Amazonie, saisie d’émoi, ne put le quitter des yeux. De leur amour illicite naquirent déesse Flamme, déesse de la Fertilité surnommée la Diablesse ; dieu Serpent, dieu de la Ruse et de la Perfidie ; déesse Harpie, déesse des Vents. Roi Lapluie découvrit, à la naissance de déesse Flamme, l’infidélité de sa femme.

De nature peu querelleuse, pris d’un immense chagrin, il pleura des averses jour et nuit. Déesse Amazonie se plaignit de ce mari tristounet. Dieu Lapluie pleura sans discontinuer du mois de novembre au mois de mars et du mois d’avril au mois de juin. Ses larmes constituèrent des ruisseaux, qui se changèrent en rivières, qui se transformèrent elles-mêmes en fleuves.

De ce chagrin causé par sa femme naquirent des princes beaux et puissants — Amazone, Tocantins, Negro, Madeira, Marañon,Xingu, Maroni[1], Mana, Oyack, Oyapok,Sinnamary, Approuague..... —, ainsi que trois princesses : princesse Dileau, déesse de l’Eau et de la Séduction ; princesse Patagaï[2], déesse et patronne des pêcheurs ; et princesse Jaguar, déesse de la Chasse, d’un naturel réservé. Cette dernière, chaste, ne s’intéressait ni aux dieux ni aux hommes.

Tandis que les princes les plus puissants se disputaient l’hégémonie de la traversée de l’Amazonie, leur mère, les princesses Dileau et Patagaï, loin de s’entendre, étaient sœurs ennemies.



[1]. Maroni, Mana, Oyack, Oyapock,Sinnamary, Approuague : fleuves de Guyane française

[2]. Patagaï: poisson d’eau douce des fleuves de Guyane


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

DIABLE ROUGE ET LA DEESSE LOUVED’AMAZONIE
Déesse Louve à crinière était délicate et précieuse, aimée des hommes pour son élégance. Ces derniers lui vouaient un culte. Difficile à satisfaire, elle changeait constamment damant, cherchant aussi bien chez les hommes que chez les dieux de quoi satisfaire son appétit vorace. Elle se métamorphosait en
de délicieuses jeunes femmes et séduisait les plus sages. Diable rouge lui-même, pourtant un coureur invétéré, tomba dans ses filets. Toujours en quête daventures, déguisé en beau jeune homme, il la croisa sur laplace des 1 Palmistes. Attifée de ces vêtements qui mettent à nu les dons que le ciel accorde à certaines femmes, elle se pavanait, vers le milieu de laprès-midi, une ombrelle à la main. Il la courtisa, essuya un de ces refus fait de minauderies,qui, s’ils découragent les tièdes, excitent les plus ardents. Dès lors, Diable rouge la rejoignit tous les jours, se faisant pressant. Toujours courtois, il la raccompagnait à sa demeure, un charmant studio. Elle sut contenir ses assauts tout en sefforçant de ne pas lirriter. Aussi quand son excitation fut à son comble lui céda-telle. Diable rouge consomma sans modération lamour, atteignant le firmament. Les amants,
1.Place des Palmistes : place centrale de Cayenne
épuisés, sendormirent dans les bras lun de lautre. La chaleur des rayons du soleil réveilla la louve. Elle lança un cri dhorreur, car, les sortilèges tombés, à ses côtés reposait Diable rouge. Elle tenta prudemment de se dégager, mais le diable avait les griffes puissantes : elle y perdrait des poils. Tant pis, délicatement, elle se glissa hors du lit et senfuit à travers bois jusquà sa tanière. Diable rouge se réveilla sur le coup de onze heures. Il se trouva seul. Une forte odeur de loup emplissait la pièce. Reniflant le drap, il y trouva les poils dont ses griffes étaient remplies. Il avait été joué. Rugissant de colère, il se mit en quête de la louve, bien décidé à se venger. Cette dernière se terrait dans sa tanière, ne sortant que la nuit et se nourrissant de petits rongeurs. De cette idylle naquirent deux louveteaux : loup-garou Zoukougnangnan et loup-garou sans peau.
LE LOUP-GAROU SANS PEAU
Le loup-garou sans peau était le fils cadet de Diable rouge et de déesse Louve à crinière d’Amazonie.Il ne pouvait pas vivre parmi les loups. Craignant pour la vie de son petit, déesse
Louve dAmazonie le métamorphosa en un bébé quelle déposa à la porte de lorphelinat. Lenfant, prénommé Valentin, grandit. Il était en tout point semblable aux autres gamins. Seulement, les soirs de pleine lune, il se métamorphosait en loup-garou et rejoignait la forêt. Durant sa course, il se détachait la peau du corps pour ne pas laltérer. Il nen gardait que sur le front, du fait quil avait reçu à cet endroit leau bénite lors de son baptême. Il traquait le gibier, sabreuvait de sang, dévorait la chair. Lorsquil revenait de sa course diabolique, il retrouvait son aspect humain en revêtant sa peau. Les années passèrent, Valentin fut employé comme apprenti chez Marcel, le boucher de la ville. Employé modèle, il était aimé de son maître qui, au fil du temps, lui confia la charge de la boutique. Marcel espérait que Valentin épouserait sa fille Thérèse. Cette dernière, nayant pas été favorisée par la nature, ne trouvait point de parti malgré la forte dot que promettait son père.
La vieille fille qui rêvait de Valentin, lui faisait des avances. Considérant toute chose, Valentin songeait lui aussi à une existence paisible. Patron boucher, il serait respecté, ce qui ne serait pas mal pour un enfant de lorphelinat. Mais son visage sassombrissait car, tous les soirs de pleine lune, il se métamorphosait en loup-garou et vagabondait depuis les toits de la villejusqu’à la forêt environnante. Prenant toujours soin denlever sa peau, il était méconnaissable. Un jour, Marcel le boucher, convoqua Valentin à son bureau, situé au premier étage du magasin. Il lui offrit sa fille ainsi que sa boutique : il se faisait vieux et pensait à se retirer dans sa maison de campagne. Les bans furent publiés, chacun à lorphelinat se réjouit de la nouvelle etle mariage eut lieu lannée suivante. Chaque nuit de pleine lune, Valentin ne sortait plus dans les bois : il se rendait dans la réserve et se jetait sur la viande saignante quil avait pris soin de décongeler la veille. Thérèse, comblée, ne sinquiétait pas des absences de son mari, jusquau jour où,
réveillée par le fracas dun meuble, elle se rendit dans la réserve et, allumant, elle vit Valentin, hideux,accroché à un bœuf qu’il dévorait. La malheureuse hurla de frayeur et se réfugia dans sa chambre quelle ferma à double tour. Valentin, une fois sa démence passée, rejoignit sa femme et, les larmes aux yeux, lui fit part de ce quétait sa vraie nature. Toute autre femme eut fui ce mari loup-garou, mais Thérèse était éperdument amoureuse de son époux. Aussi décida-t-elle quils vendraient la boucherie et sinstalleraient à la lisière des bois, où ils vivraient de leurs rentes. Ils eurent de nombreux rejetons qui, comme leur père, vagabondaient les nuits de pleine lune. Le dernier de leur descendant aurait été aperçu à lhabitationLa Chaumière 2 de Matoury, le mois dernier.
2 .Matoury : commune du centre littoral de Guyane française