Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Neuf, l'oeuf

De
24 pages
Jean découvre avec émerveillement les oeufs rapportés de Rome par les cloches de Pâques !

Un très beau texte qui ravira tout le monde, enfants et parents au moment de la fête de Pâques. Les précédents livres de Jacques Chessex illustrés par Danièle Bour, sont devenus des grands classiques et l'on se réjouira de voir réunie à nouveau cette merveilleuse équipe.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Les animaux de la ferme

de fleurus-numerique

Le goût de la tomate

de editions-thierry-magnier

Clémentine prépare Noël

de editions-baudelaire

Ce jeudi, Jean est très étonné de ne pas entendre sonner la cloche de l'école. Il est huit heures. Elle est paresseuse, la cloche, ce matin ! Et c'est le dernier jour de classe avant les vacances ! Pas de sonnerie non plus à l'église du village. Que se passe-t-il ? Il faudra demander à la maîtresse. Elle est aimable, la maîtresse, elle explique tout parce qu'elle sait beaucoup de choses, et quand les enfants ont bien travaillé, elle leur lit un conte et elle leur montre les images.
Ce matin-là, Jean et ses camarades se posent des questions sur ces cloches silencieuses. Et quand l'heure du conte arrive, à la fin de la classe, les enfants veulent savoir pourquoi on n'a rien entendu sur le toit de l'école et au clocher.
" Ah voilà, dit la maîtresse. Les cloches sont parties pour Rome. "
" Mais pourquoi ? " répètent les enfants.
" Parce que trois jours avant Pâques, les cloches de la terre entière s'envolent vers Rome. Elles sont tristes, vous comprenez, parce que vendredi, Jésus va mourir sur la croix. Elles ont besoin de beaucoup de force pour ne pas trop souffrir, elles ont besoin de se retrouver toutes ensemble, de se parler et d'être bénies à Saint-Pierre. Donc elles passent deux jours à Rome et le troisième jour, le samedi, elles rentrent chez elles avec des corbeilles d'œufs teints et elles remontent dans leurs clochers. A Pâques, à nouveau, vous les écouterez sonner de plus belle et comme chaque année vous chercherez les œufs cachés sous les arbres, vous les ferez rouler dans l'herbe du jardin et vous les mangerez de grand appétit. Maintenant, les enfants, joyeuse fête et bonnes vacances ! "
Jean rentre chez lui tout intrigué par ces cloches en voyage et par cette chasse aux œufs.
" Qui est-ce qui apporte les œufs de Pâques ? " demande-t-il à sa maman.
" Ce sont les cloches à leur retour de Rome, mon Jeannot. Mais ce sont aussi les poules, et le coq les distribue aux enfants. Ou la cigogne. Dans certains pays c'est Rourou, le renard très intelligent, et dans d'autres régions c'est un gros oiseau, le coucou. Et c'est aussi le lapin de Pâques, la nuit, qui cache les œufs dans les nids."
" Pourquoi les animaux que tu dis et pas d'autres bêtes ? questionne Jean. Pourquoi pas les écureuils ou les souris ? Ils sont habiles, les écureuils, ils grimpent vite dans les sapins, ils savent sauter d'un arbre à l'autre. Ce serait pratique pour la distribution des œufs. Et les souris se faufilent partout."
" C'est vrai, dit maman. Peut-être bien que les écureuils et les souris s'en mêlent quand ils en ont le temps. En attendant, va voir si les nids sont déjà déposés dans leurs cachettes ! "
Le lendemain c'est Vendredi saint, la famille se rend à la messe et Jean voit tout de suite qu'il fait sombre dans l'église : on a dissimulé les vitraux sous des draps, un seul cierge est allumé sur l'autel. Mais Jean n'est pas triste, parce que le prêtre dit que la lumière reviendra pour Pâques avec les cloches et les œufs, et que la flamme de la bougie, sur l'autel, éclaire dans l'obscurité comme l'espérance dans le cœur des gens.
Le samedi, Jeannot va jouer dans la forêt avec ses amis mais il est distrait. Il abandonne la partie, il s'éloigne un peu pour essayer de surprendre la poule ou le renard en train de préparer leurs surprises sous les taillis.
" Mais c'est trop tôt pour les surprises, explique maman quand il rentre à la maison. Attends demain. Tu ne seras pas déçu. " En disant cela, elle cache ses mains dans son tablier, et Jean voit que papa referme vite un grand carton sur la table de la cuisine, où il y a aussi des bols remplis de vives couleurs. Comme c'est curieux, pense Jean. Avant de se glisser au jardin, il a le temps de remarquer le regard amusé qu'échangent les parents en découvrant son impatience.
Et que fait-il au jardin, le petit Jean ? Vous l'avez deviné. Il observe, il furète, il veut savoir si le coucou, la cigogne ou l'écureuil sont déjà venus cacher les œufs, mais non, Jeannot, tu es trop pressé, rappelle-toi ce qu'on t'a appris, c'est le matin de Pâques que les cloches et les gentils animaux offrent chaque année leurs œufs neufs, ces œufs décorés aux couleurs fraîches du printemps. Attends encore quelques heures !
Jean a beaucoup de peine à s'endormir, ce samedi soir. Puis il voit des paniers pleins d'œufs dans ses rêves, il plonge la main dans ces paniers, il saisit un œuf, puis deux, il les caresse, ils sont lisses et doux, leurs couleurs luisent, il les appuie à ses joues, comme ils sont tièdes, il les fait rouler sur la table, il les lance dans un pré, il les cherche, il les retrouve, il les perd. Ou bien il les découvre dans un nid sur la branche basse du laurier à l'entrée de la maison, il les regarde de très près, il les soupèse encore puis il les replace à côté des petits œufs tachetés des oiseaux.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin