Oscar et l'hélico

De
Publié par

Oscar, 10 ans, intrigué par le fait que son grand-père porte toujours un blouson d'aviateur, cherche, au cours d'un séjour chez lui, à en percer le mystère.

Pars avec Oscar à la découverte de ce secret.
Toi aussi, si tu le souhaites, sois acteur de l'histoire en dessinant sur les pages blanches laissées en fin de chaque chapitre ce que la lecture t'aura inspiré.


Publié le : vendredi 9 mai 2014
Lecture(s) : 7
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782332732064
Nombre de pages : 74
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-73204-0

 

© Edilivre, 2014

Avant-propos

Partage l’aventure d’Oscar en illustrant l’histoire.

Tu trouveras en fin de chapitre soit un emplacement, soit une page, sans texte, afin que tu puisses dessiner ce que la lecture t’aura inspiré.

De ce fait tu participeras à l’histoire et ton livre sera unique.

Alors laisse parler ton imagination et à tes crayons…

Première partie

1

Joseph, âgé d’une cinquantaine d’années, est un homme robuste à la corpulence d’athlète, aux cheveux grisonnants flottant sur ses épaules, le visage, taillé à la serpe, buriné par sa vie au grand air. Seul, le bleu délavé de ses yeux donne à son regard une douceur infinie. C’est un montagnard qui a toujours vécu loin du tumulte de la ville en osmose avec la nature qui l’entoure et qu’il respecte.

Dès qu’il a été en âge de le faire, il partait tout l’été dans les alpages garder le troupeau de moutons. En devenant adulte, il a continué cette vie solitaire ayant pour seuls compagnons ses deux chiens Jasper et Vagabond. Il aimait cette solitude où il faisait corps avec la nature qui l’entourait : pouvoir contempler les sommets alpins aux cimes acérées telles des épées pointées vers le ciel, recouverts de neige éternelle, pouvoir admirer les mélèzes aux aiguilles d’un vert foncé qui lorsque celles-ci commencent à tomber lui indiquent que l’automne annonce sa venue. Il aimait regarder l’immensité des prairies, dans lesquelles les troupeaux paissent, parsemées çà et là de fleurs champêtres. Souvent, la nuit, il dormait à la belle étoile, en contemplant cette voûte de lumières brillantes et scintillantes et mentalement il leur donnait un nom : bonheur, espoir, paix, amour…

De retour dans sa ferme qui se trouve bien à l’écart du village au pied de la montagne, il fabriquait dans le petit atelier attenant à la maison des jouets en bois pour les distribuer aux enfants du village. Parfois, quelques touristes venaient lui en acheter ou passaient des commandes pour des anniversaires ou les fêtes de Noël.

Depuis six ans, Joseph ne monte plus dans les alpages, même s’il a toujours des moutons, c’est un autre berger qui part avec le troupeau. Il y a dix ans sa fille qui vit à la ville voisine lui a donné un petit-fils prénommé Oscar, et Joseph a décidé de profiter au maximum de ce petit bout de chou, donc quand Oscar a eu 4 ans, afin d’accueillir l’enfant chez lui pour l’été, il a cessé de partir pour la transhumance.

Aujourd’hui est un grand jour pour Joseph qui, assis sur les marches du perron, devant la porte d’entrée, regarde le paysage qui l’entoure et dont il ne se lasse jamais. Mais ce matin ses yeux sont plus bleus que d’habitude, son regard est plus lumineux, ce ne sont pourtant pas les rayons du soleil qui effleurent sa peau qui lui donnent cette lueur dans les yeux, non, Joseph attend Oscar qui doit arriver ce matin et pour lequel il a réservé une grande surprise, car aujourd’hui Oscar fête ses 10 ans.

C’est un petit garçon aux cheveux blonds coupés en brosse, le visage parsemé de taches de rousseur éclairé par deux grands yeux noirs, vifs, pétillants, la curiosité toujours en éveil posant sans cesse des questions sur tout ce qui l’entoure. C’est ainsi que depuis plusieurs années déjà, peut-être depuis qu’il va chez son grand-père régulièrement qu’il se pose la question, il aimerait savoir pour quelle raison son grand-père porte toujours sur lui, même lorsqu’il fait très chaud, un blouson d’aviateur, si vieux, si défraîchi, qu’il n’a plus aucune tenue, il est complètement avachi, il pend de tous les côtés et ne ressemble plus à rien.

Il aimerait bien connaître le mystère qui entoure ce blouson, bien sûr comme tous les enfants il imagine toute sorte d’histoires plus rocambolesques les unes que les autres.

C’est décidé cette année, maintenant qu’il vient d’avoir 10 ans, il pense être assez grand pour poser la question à son grand-père. En attendant de la poser, une autre chose l’impatiente aujourd’hui : il doit avoir une grande surprise préparée par son grand-père.

Décidément, c’est un grand jour car pour la première fois ses parents le font voyager tout seul sous la responsabilité d’une hôtesse, qui l’a pris en charge au départ et jusqu’à l’arrivée du train où son grand-père l’attend. Oui vraiment quand on a 10 ans on devient un grand garçon.

Tout à ses pensées, il n’a pas réalisé que le train arrivait à destination. Il descend accompagné d’Annie, l’hôtesse, et regarde alentour, cherchant du regard parmi tous ces voyageurs qui se rendent dans les stations touristiques, s’il aperçoit son grand-père, quand parmi toute la foule, il voit un homme d’une grande stature, les cheveux au vent, vêtu d’un vieux blouson, le fameux blouson…

— Grand-père, grand-père, je suis là !

— Oh bonjour mon grand, comment s’est passé ton voyage ?

— Bien grand-père, j’étais avec Annie qui s’est occupée de moi durant tout le trajet.

— Bonjour Annie, j’espère qu’il ne vous a pas trop ennuyé.

— Bonjour monsieur, non pas du tout, c’est un gentil garçon, très curieux, nous avons passé un bon moment ensemble.

— Merci beaucoup, au revoir.

— Au revoir monsieur, au revoir Oscar, passe de bonnes vacances.

— Au revoir Annie.

— Alors bonhomme en route pour de nouvelles aventures.

À tes crayons pour illustrer ce qui t’a le plus intéressé…

Deuxième

...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant