Petit traité de la vie et de la mort

De
Publié par

Ce volume fait suite à Remarques et à Histoires d’une vie. Il s’agit donc des Remarques III. Petit traité de la vie et de la mort est un de ces livres énigmatiques qui ponctuent l’œuvre de René Belletto, comme s’il s’agissait de faire le point et de relancer les dés d’une partie perdue d’avance. On retrouvera ici un humour corrosif et désespéré, irrésistible, qui s’acharne sur la même matière qui n’est autre que la vie. On retrouvera la même mise en page sophistiquée, provocatrice et profondément justifiée – à tous les sens du terme. On retrouvera poussé à son comble le même sens de la formule qui frappe ou qui dérègle les repères de la sensibilité et de la pensée. Chef-d’œuvre de concision lapidaire ce 'Petit traité' exprime une douleur sans limites, celle d’être né et de ne pas vivre, celle de mourir avant même d’être né.
Publié le : lundi 3 décembre 2012
Lecture(s) : 211
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782818007716
Nombre de pages : 220
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Petit traité de la vie et de la mort
DU MÊME AUTEUR
Chez le même éditeur L’ENFER,Prix du Livre Inter 1986, Prix Femina 1986 LOIN DELYON(Sonnets) LAMACHINE REMARQUES LESGRANDESESPÉRANCES DECHARLESDICKENS RÉGISMILLE LÉVENTREUR HISTOIRE DUNE VIE(Remarques II) VILLE DE LA PEUR CRÉATURE MOURIR
Chez d’autres éditeurs LETEMPS MORT, Prix Jean Ray 1974 (J’ai lu) LESTRAÎTRESMOTS OUSEPT AVENTURES DETHOMAS NYLKAN(Flammarion, coll. « Textes ») LIVRE DHISTOIRE(extraits) (Hachette/P.O.L) FILM NOIR(Hachette/P.O.L) LEREVENANT(Hachette/P.O.L) SUR LA TERRE COMME AU CIEL, Grand Prix de Littérature policière 1983 (Hachette/P.O.L)
Traduction LATRISTEFIN DU PETIT ENFANT HUÎTRE& autres his-toires (The Melancholy Death of Oyster Boy & other stories) de Tim Burton. Traduit de l’améri-cain (Éditions 10/18)
René Belletto
Petit traité de la vie et de la mort
Remarques III
P.O.L e 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6
© P.O.L éditeur, 2003 ISBN : 2-86744-972-3
www.pol-editeur.fr
Est-ce ma maison que je vois bleuir dans le lointain ? Est-ce ma mère qui est là, près de la fenêtre ? Mère chérie, sauve ton mal-heureux fils ! Laisse tomber une larme sur sa pauvre tête malade ! Regarde comme il est tourmenté ! Serre contre ta poitrine le pauvre abandonné, il n’y a pas de place pour lui en ce monde. Mère, mère chérie, aie pitié de ton petit enfant malade !
Nicolas Gogol,Journal d’un fou
Première partie
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Je renaîtrai de vos cendres

de flammarion-jeunesse

Le mystère des chaussettes

de les-editions-du-vermillon

C'est moi qui décide!

de dominique-et-compagnie

suivant